> >

[] [ ]

Tous les lments du dossier doivent rester en Algrie

(Tags)
 
LONU salue le rle vital de lAlgrie pour la rsolution du dossier libyen Emir Abdelkader 0 2014-11-13 06:31 PM
Quatre lments de Daech dorigine franaise tus en Syrie Emir Abdelkader 0 2014-10-23 05:41 PM
Bouteflika : Vahid Halilhodzic doit rester la tte des Verts Emir Abdelkader 0 2014-07-03 11:20 AM
Debout! Rester assis au bureau nuit gravement la sant Emir Abdelkader 0 2014-05-29 03:43 PM
Elments de langage... Emir Abdelkader 0 2014-03-17 04:33 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-11-17
 
:: ::

  Emir Abdelkader   
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,938 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Tous les lments du dossier doivent rester en Algrie

Tous les lments du dossier doivent rester en Algrie




Lappel du juge franais, Marc Trvidic, son gouvernement afin dobliger lAlgrie lui remettre les chantillons rcuprs sur les crnes des moines de Tibhirine, tonne les professionnels du droit. Pour ces derniers, les pices dune procdure judiciaire ne peuvent tre transfres . Elles doivent rester dans le dossier. Sil y a transfert, cela concerne tout le dossier une fois linstruction termine, parce quil ne peut y avoir deux enqutes sur les mmes faits.


Lenqute sur lassassinat des sept moines de Tibhirine, en 1995 Mda, ne semble pas connatre son pilogue. Aprs avoir obtenu laccord pour un dplacement sur les lieux dans le cadre de lexhumation des ttes et leur expertise par des spcialistes algriens et franais, le juge antiterroriste, Marc Trvidic, ne semble pas totalement satisfait des rsultats de sa dmarche. Il a demand au gouvernement franais de faire pression sur la justice algrienne afin quil puisse rcuprer les prlvements effectus sur les crnes des sept moines et les faire expertiser en France. Sur le plateau de tlvision dune chane franaise, il a exprim sa satisfaction de la qualit du prlvement de deux chantillons, rests en possession du juge algrien.
En fait, M. Trvidic veut rcuprer un chantillon du prlvement pour lexpertiser en France, et pour y arriver, il a annonc son intention dintroduire une nouvelle demande dentraide judiciaire auprs des autorits algriennes. Mieux : pour sassurer une rponse favorable, il a demand son gouvernement de faire pression sur lAlgrie car, a-t-il expliqu, il est le seul qui peut laider obtenir ce quil veut.
Du ct algrien, la question est prise sous langle du droit.

Laffaire fait lobjet dune procdure judiciaire en Algrie. Toutes les pices y affrentes doivent y rester et ne peuvent tre transfres ailleurs. Cest une mesure que tous les juges connaissent. On voit mal un juge franais remettre une pice dun des dossiers quil instruit un autre juge, expliquent des sources judiciaires proches du dossier. Nos interlocuteurs se dclarent conscients de la proccupation du juge, mais expriment leur tonnement quant lappel quil a lanc son gouvernement pour faire pression sur la justice algrienne. Cest un juge dinstruction dune grande comptence qui doit savoir que pour arriver la vrit, il faut tre serein et loin de toute pression, affirment-ils.
Ils prcisent par ailleurs que, dans cette affaire, il faudra bien quun jour lune des deux parties se dsiste au profit de lautre.
Il y a deux procdures pour un mme dossier et une mme finalit. Il faut donc se prparer ce que lune des deux soit transfre vers lune ou lautre partie. Pour linstant, les prlvements effectus sur les crnes des sept moines sont entre les mains des experts algriens, qui ont tous les moyens techniques pour analyser dune manire professionnelle les chantillons.

A propos de cette expertise, nos sources affirment quil y a eu deux tapes. La premire a consist expertiser les crnes et les quelques vertbres restes accroches. Il savre que les victimes ne prsentaient pas dimpacts de balle. Les traces retrouves prouvent quil y a eu dcapitation. La deuxime tape de lexpertise consiste prlever des chantillons de cellules crniennes, les analyser afin de savoir si la dcapitation a eu lieu postmortem ou ante mortem. Une fois les rsultats obtenus, le juge franais aura les conclusions, comme cela a t convenu ds le dpart, souligne-t-on.
En fait, ces expertises sont ncessaires pour le juge Trvidic, parce quelles devront lui permettre de confirmer ou dinfirmer les dclarations du gnral franais, Franois Buchwalter, verses au dossier. Ancien attach de dfense lambassade de France Alger, cet officier de haut rang avait jet un pav dans la mare en affirmant quune source algrienne bien informe lui avait dclar que la mort des moines tait due une bavure de larme algrienne, suite au mitraillage des moines et de leurs ravisseurs. Selon cette mme source que le gnral a cite, les moines auraient ensuite t dcapits postmortem pour faire croire un assassinat commis par les terroristes du GIA.
La thse a t vite battue en brche par de nombreux spcialistes des questions militaires ainsi que par les aveux de plusieurs terroristes repentis. Me Baudouin, avocat des familles des moines assassins, a pour sa part rcemment reconnu que lhypothse dune implication de larme algrienne tait disqualifie, abandonnant ainsi une thse quil a mene depuis vingt ans. Mais, le juge Trvidic a voulu aller plus loin dans cette affaire, dans le but, dit-il, darriver la vrit. Il attendra trois annes avant que les autorits algriennes ne lautorisent exhumer les ttes des moines en prsence dexperts franais et algriens.
Les chantillons de cellules des crnes ont t prlevs pour tre expertiss en Algrie. Il fait pression pour obtenir les lamelles relatives aux analyses histologiques, et les emmener en France. Ce ne sont pas les comptences des experts algriens qui semblent lui poser problme, puisquils sont aussi comptents que ses compatriotes et sont aussi bien dots.
Le juge ne semble pas avoir une totale confiance en son collgue algrien. Il veut faire sa propre lecture des analyses et des rsultats de lexpertise. Pourquoi la vrit fait-elle aussi peur aux juges, quils soient en Algrie ou en France ? Na-t-on pas suffisamment dlments qui prouvent jusqu maintenant que les moines ont t assassins par des groupes terroristes ?


Salima Tlemani




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Tous les lments du dossier doivent rester en Algrie




10:32 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,