> >

[] [ ]

Arme, Bouteflika et croissance conomique

(Tags)
 
Raison conomique et partenariat raisonn Emir Abdelkader 0 2014-11-11 04:07 PM
Algrie : comment Bouteflika a neutralis l'arme Emir Abdelkader 0 2014-03-19 02:51 PM
Ali Benflis a confiance en larme mais pas en Bouteflika Emir Abdelkader 0 2014-03-10 03:02 PM
Le prsident Bouteflika conforte le patron du DRS et dnonce un complot contre lArme Emir Abdelkader 0 2014-02-19 11:28 AM
Arme algrienne : quand Bouteflika dlgue Emir Abdelkader 0 2013-12-12 11:41 AM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-11-18
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,930 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Arme, Bouteflika et croissance conomique

Arme, Bouteflika et croissance conomique



La guerre est une chose trop grave pour tre confie des militaires. Georges Clemenceau (1841-1929).


Avant larrive de Abdelaziz Bouteflika la magistrature suprme du pays, lindustrie militaire tait virtuellement inexistante en Algrie. Les quelques units de production existantes produisaient des quipements militaires lgers, sous licence, russe et chinois. Les capacits de production taient trs limites. La dpendance de limportation tait quasi-totale pour satisfaire les besoins croissants des militaires. Cette dpendance stait faite srieusement ressentir durant les annes 1990. Dune part, lAlgrie avait beaucoup souffert durant cette priode de la sous-valuation de la menace islamique et terroriste, et, dautre part, du dficit des quipements militaires en raison des restrictions sur les ventes darmes dcrtes par des pays occidentaux.
Le march international des armes sest brutalement ouvert au lendemain des vnements du 11 septembre 2001. La guerre contre le terrorisme, sous la houlette des Amricains, a redynamis le Complexe militaro-industriel mondial en veille. LAlgrie, linstar des autres pays du MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord), a dcid dinvestir massivement dans le secteur militaire et scuritaire au dtriment de la promotion de lconomie du savoir et de linnovation et de la socit civile. La politique du tout scuritaire offre dsormais aux fournisseurs trangers un march trs florissant, administr par une grande opacit, source de commissions et rtrocommissions.
LAlgrie tente aussi daugmenter ses capacits de production militaire, notamment en attirant des investisseurs trangers. En revanche, ces derniers ne sont pas encourags investir dans les autres secteurs dans lesquels le capital priv, rentier et spculatif, est devenu oligopoliste au fil de la crise scuritaire.Dhabitude silencieuse, la grande muette fait ces derniers temps de la mdiatisation sur ses importations darmes et sur son projet de doter le pays dune industrie militaire. Cette industrie est suppose dclencher des effets dentranement sur la croissance conomique du pays que les 600 milliards de dollars injects dans la construction des grands travaux nont pas russi faire dcoller.
En plus clair, lAlgrie a la prtention de se doter dun Complexe militaro-industriel (CMI) performant linstar des BRICS. Le problme avec cette ambition dmesure, cest quelle ne sinscrit pas dans une nouvelle vision de dveloppement conomique et politique du pays. Au regard de la grande exprience gyptienne, par exemple, un CMI performant et concurrentiel na pas encore vu le jour. Linfitah a consolid lconomie de prdation et de bazar au dtriment dune croissance conomique forte et durable. Certes, lEgypte fabrique aujourdhui des arsenaux militaires mais elle nest pas dote pour autant dune industrie militaire.
Lenvironnement intellectuel pour linnovation industrielle est rest archaque, sclros. Les liberts individuelles et collectives ne sont pas respectes. Lemprise de larme sur lconomie nationale slve pourtant jusqu plus du quart du PIB. Au plus fort moment de la crise en 2012, larme, une oasis, sest paye le luxe de secourir lEtat avec un prt dun milliard de dollars pour payer les facteurs alimentaires. LAlgrie est-elle en mesure de mettre en place un CMI que lEgypte n a pas russi construire en dpit dune exprience dans la fabrication des armes datant des annes 1950 ? Le volontarisme politique est-il suffisant lorsque lindice du capital humain est au plus bas de lchelle de tous les classements internationaux ? Lorsque lAlgrie est classe en matire dinnovation industrielle la 123e place sur 143 pays en 2014 ? Est-il possible quand la corruption gangrne les institutions du pays, phnomne ayant pris une nouvelle dimension prcisment quand les militaires ont affich une ambition de prendre en charge la croissance conomique nationale ? Est-il judicieux et rationnel de semer 6% du PIB sur des armes conventionnelles lheure des cyber-attaques et des nano-technologies ?
Le complexe militaro-industriel et la Recherche et Dveloppement
En dpit de sa formulation premire par le prsident Eisenhower, le Complexe militaro-industriel caractris par une grande intgration intersectorielle entre larme, lindustrie, la technologie et la science est loin dtre exclusivement amricain. Ce secteur est fait de lensemble des tapes permettant de passer du laboratoire la production industrielle en usine. Il ncessite la mobilisation dnormes capitaux, une lite qualifie et de la persvrance.
La mise en place dun CMI performant est le fer de lance du dveloppement conomique et politique, comme lillustrent les pays du G5. Les pays du tiers-monde qui sont devenus des pays mergents dans les annes 1990, comme les BRICS, ont russi leur dcollage conomique la faveur de la construction dun CMI performant et concurrentiel. Toutefois, un CMI qui nest pas soutenu par un secteur de recherche et dveloppement (R&D) dynamique ne peut tre ni performant, ni concurrentiel. Les technologiques lies aux quipements militaires sont en perptuelles transformations.
La R&D constitue llment structurant des avances industrielles et technologiques. Ni lEtat scuritaire et encore moins le secteur priv ne sont en mesure de concevoir une stratgie pour promouvoir la R&D. Ce secteur est jusquau jour daujourdhui inexistant dans notre pays. Les prconditions son mergence ne sont pas runies. Sans la prsence dun tel secteur, la mutation de la fabrication lindustrie des arsenaux militaires est illusoire, une chimre. La R&D dans le MENA existe seulement en Isral. Il ne faut pas alors se demander pourquoi les armes arabes nont remport aucune victoire militaire.
Les units de production militaire et scuritaire
Cest au lendemain de la cooptation de Abdelaziz Bouteflika la tte de lEtat que lAlgrie a commenc rsolument investir dans le secteur militaire et scuritaire, dautant plus que les revenus ptroliers ont commenc accroitre significativement. Les secteurs de la mcanique et du textile ont capt la part la plus importante de ces investissements. LAlgrie sest en effet engage dans des partenariats industriels, commerciaux et technologiques trs diversifis. Tous les marchands darmes se rencontrent Alger, comme ce fut le cas des rvolutionnaires dans les annes 1960.
Toutefois, le partenaire traditionnel, la Russie, a russi capter la part du lion des dpenses militaires. En 2007, la DCIM (Direction centrale de lindustrie militaire) dirige dj plusieurs grandes entreprises de production. Enumrons quelques-unes : lECMK (Entreprise de construction mcanique de Khenchela), lERIS (Entreprise des ralisations industrielles de Seriana) et lEHC (Etablissement dhabillement et couchage), et lEtablissement de dveloppement de lindustrie de vhicule (EDIV/Tiaret). LECMK a dbut la fabrication des armes lgres, comme la kalachnikov, en ralit en 1990.
A partir de 2002, elle fabrique dautres armes, comme le fusil pompe. Quant lERIS, sa vocation principale est la fabrication de munitions, des grenades et des mines antichars. On fabrique galement des outillages et les instruments de mesure, des appareillages pour les hpitaux et des appareils paramdicaux. La Socit commune algrienne de fabrication de systmes lectroniques (SCAFSE) avec les socits Aabar (Emirates arabes unis), Ferrostal et Rheinmetall fabrique aujourdhui du matriel lectronique (appareils de communication, radars).
Cette entreprise est base sur le site de lENIE de Sidi Bel Abbs. Un des accords avec ce consortium porte sur la modernisation et lextension de la plate-forme de production de vhicules industriels de la SNVI, Rouiba. Le premier camion made in Algeria, de marque Mercedes-Benz, est sorti de ce site en avril 2014. La capacit de production de cette usine est estime 2000 camions industriels.
Le Groupement de la promotion de lindustrie mcanique (GPIM) situ Constantine, quant lui, fabrique le vhicule blind lger. Le groupe allemand Rheinmetall, en partenariat avec Ferrostal, ont sign en aot 2014 avec lAlgrie un autre contrat pour la construction dune usine clef en main pour la production de 980 blinds Fuchs An Smara, lest du pays. Le MDN a aussi rcupr le projet Fatia qui devait aboutir lorigine la construction de voitures de marque italienne.

Plusieurs gouvernements avaient annonc dans le pass la sortie imminente de la premire voiture algrienne. Mais en vain. Il fut rcupr par lANP au mme titre que dautres usines. A la veille du 60e anniversaire du dclenchement de la lutte arme, cette usine situe dans la wilaya de Tiaret fut inaugure par le chef dtat-major de lANP. La production annuelle de cette usine est estime 6000 vhicules de type Mercedes Spinter destins tous les usages, et 2000 vhicules 4x4 des usages militaires et paramilitaires.
La dsindustrialisation des annes 1980 et 1990 a conduit la fermeture de nombreuses entits de production et de commercialisation, notamment les units de textile, de cuir et de chaussures, pour tre privatises. Trs discrtement, lANP les a rouverts aprs assainissement et mise niveau. LANP, aprs avoir relanc lusine de chaussures de Bou Sada, a galement repris les complexes textiles de Batna, Bjaa, Dra Ben Khedda (Tizi Ouzou), Tlemcen (Sebdou), Souk Ahras et de Msila. LANP rpond aujourdhui tous ses besoins en matire dhabillement et autres.
LAlgrie va dominer toutes les phases qui caractrisent lindustrie textile, savoir la filature, le finissage et la confection. La culture du coton est prvue dans cette perspective. La production de la fibre synthtique nest pas absente de cette stratgie. Bref, le soldat algrien est aujourdhui habill de la tte aux pieds avec des effets made in Algeria. LANP compte mme exporter la surproduction. En revanche, le citoyen lambda shabille en made in China !
Modernisation des forces navales et ariennes
Le MDN a aussi investi dans la modernisation et la professionnalisation des forces navales et ariennes. Un vaste plan de renouvellement et de dveloppement des flottes militaires sont lances partir des annes 2006. La plupart des btiments dorigine sovitique datant des annes 1980, obsoltes, sont remplacs par des technologies de pointe.
LAlgrie avait un retard rattraper face au Maroc, semble-t-il. Le MDN dispose aujourdhui de 9 frgates, de deux sous-marins, deux autres sont en construction en Russie, et dautres arsenaux trs sophistiqus. Larme de lair nest pas en reste. Elle modernise son matriel ainsi que son organisation, la formation et lentranement de son personnel. Cette modernisation doit tre en phase avec les nouveaux enjeux gopolitiques et stratgiques ainsi quavec les nouvelles menaces relles ou virtuelles.

(A suivre)




Dr Rachid Tlemani : Professeur, relations internationales et scurit rgionale. Universit dAlger




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Arme, Bouteflika et croissance conomique




06:32 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,