> >

[] [ ]

De limprobable version de Buchwalter aux soucis techniques

(Tags)
 
JS Kabylie : De lingrence dans les aspects techniques Emir Abdelkader 0 2014-09-28 12:53 PM
Du gia aqmi, les techniques sont les mmes, Des terroristes la james bond Emir Abdelkader 0 2013-12-29 12:54 PM
Les Techniques de l'Ingenieur - Plusieurs fichiers part 2 0 2013-11-05 06:26 PM
Retour de Liamine Zeroual la prsidence Un improbable scnario ? Emir Abdelkader 0 2013-06-03 06:10 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-11-24
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,954 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool De limprobable version de Buchwalter aux soucis techniques

De limprobable version de Buchwalter aux soucis techniques



Aprs avoir demand au gouvernement franais de faire pression sur les autorits algriennes pour acheminer les prlvements faits sur les ttes des moines de Tibhirine assassins en 1996, le juge Marc Trvidic semble lcher un peu de lest en affirmant, dans une dclaration au journal Le Monde, quil est ouvert tout.


Cest--dire que les prlvements soient transfrs en France, quils y soient examins par une quipe dexperts algriens associs leurs collgues franais, ou enfin quune quipe franaise soit autorise repartir en Algrie avec du matriel scientifique adapt. Peu importe la formule retenue, il faut dbloquer la situation, rapporte le quotidien franais, en indiquant que le juge va lancer, dans les toutes prochaines semaines, une nouvelle commission rogatoire internationale dans laffaire de lassassinat des moines de Tibhirine.
Sil est vrai quil y a lieu de constater un changement de ton dans le discours du juge antiterroriste, qui semble enfin prt revenir en Algrie pour lanalyse des prlvements, lon doit aussi relever que le magistrat franais sefforce de trouver dautres arguments son insistance dacheminer les prlvements en France.

Des arguments autres que ceux qui ont, lorigine, motiv lenqute, savoir que les moines de Tibhirine nont pas t excuts par le Groupe islamique arm (GIA), mais ont t victimes dune bavure de larme algrienne, selon une version du gnral Franois Buchwalter, attach de dfense lambassade de France Alger entre 1995 et 1998. Cet ancien officier de la Direction gnrale de la surveillance extrieure (DGSE, le contre-espionnage franais), faisait tat de confidences dun Algrien dont le frre tait officier de lANP qui lui aurait rapport que ce sont des militaires algriens qui ont tir, partir dhlicoptres, sur un bivouac quils dcouvriront par la suite tre celui des moines. Thse invraisemblable et trs peu crdible que le juge franais a eu largement dmentir en octobre dernier.
Lavocat des familles des victimes, matre Baudouin, fervent dfenseur du qui tue qui ? en Algrie, avouait lui-mme que la thse en question celle dveloppe par Buchwalter et sur laquelle repose toute la suspicion autour de lassassinat des moines trappistes , selon les premiers rsultats, est fragilise. Si lventuelle implication des services de scurit algriens est matriellement carte, que cherchent donc savoir de plus le juge Trvidic et lavocat Baudouin ? Rien ne semble attnuer leur obstination aller jusquau bout de leur dmarche, malgr les volutions qua eu connatre le dossier. Ni les dclarations dAlain Jupp et Hubert Vdrine, alors respectivement Premier ministre et ministre des Affaires trangres, qui sinscrivent en porte--faux avec la version de Buchwalter, ni la dcision prise par lancien prsident Nicolas Sarkozy de lever le secret-dfense nont pu tancher leur curiosit.
Mme sils ont fini par se dpartir de la thse de la bavure militaire matriellement fragilise, ils ont dsormais un autre objet de fixation : le sort des prlvements faits sur les ttes des moines. O et comment sont-ils conservs ? A quelle temprature ? se demande Trvidic, qui dit toute son inquitude au journal Le Monde. Selon lui, sils font de lhistologie (examen au microscope) en ce moment mme, Alger, ils risquent de dtruire tout le travail. La terre retrouve sur les crnes est fragile. Or, elle pourrait rvler si les ttes des supplicis ont t enterres une premire fois avant de ltre Tibhirine. Des bulbes de mouches, rcuprs sur les crnes, pourraient dater prcisment la mort des moines. Quant aux vertbres, elles diront avec certitude si les religieux ont t dcapits avant ou aprs leur excution.
En somme, cest tout le protocole de la mdecine lgale que le juge Trvidic veut appliquer sur les prlvements, que les autorits algriennes lont pourtant autoris faire en octobre dernier. Cest ce quon pourrait appeler chercher des poux sur la tte dun chauve. Le juge franais, Me Baudouin et les milieux qui-tu-quistes franais croyaient y trouver des traces de balles et lesquelles ! Celles tires dun hlicoptre. Que dincohrences dans une dmarche qui prend lallure dun acharnement plutt que de recherche de la vrit !

Said Rabia




 

()


: 1 ( 0 1)
 

De limprobable version de Buchwalter aux soucis techniques




05:36 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,