> >

[] [ ]

Tragdie des chrtiens dIrak, victimes de Daesh

(Tags)
 
Daesh nous a tromps, il veut contrler lIrak Emir Abdelkader 0 2014-10-12 12:39 PM
irak: 100.000 chrtiens dplacs, les jihadistes enlvent les croix des glises Emir Abdelkader 0 2014-08-07 07:17 PM
IRAK. Les chrtiens de Mossoul menacs de mort par l'EI Emir Abdelkader 0 2014-07-22 08:53 AM
ONU : La perscution des chrtiens dIrak crime contre lhumanit Emir Abdelkader 0 2014-07-21 12:01 PM
Irak : les chrtiens fuient Mossoul aprs un ultimatum des jihadistes Emir Abdelkader 0 2014-07-19 02:36 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-11-24
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Tragdie des chrtiens dIrak, victimes de Daesh

Tragdie des chrtiens dIrak, victimes de Daesh



Ce focus sur les chrtiens dIrak ne doit aucunement occulter lpreuve sans nom quendure le peuple syrien depuis 4 ans. De nombreux reportages leur ont t consacrs sur le blog, ainsi que dans les colonnes de Paris-Match . Dautres reviendront sur la tragdie dune population soumise au double joug des islamistes et des hommes du clan de Bachar el-Assad

Irak: La dsesprance des rfugis chrtiens abandonns

Depuis lt dernier plusieurs centaines de milliers dirakiens ont fui lavance clair des troupes de lEtat islamique. Parmi ceux-l une immense majorit de chrtiens. Pour lessentiel, les chrtiens ont alors, dans lurgence, trouv refuge au Kurdistan. Mais la province autonome dIrak, en guerre totale contre Daesh, et la pointe de ce combat, ne peut subvenir limmensit des besoins des dplacs qui survivent dans des conditions misrables. La communaut internationale qui stait particulirement mue du calvaire des chrtiens et des Yazidi dIrak a l encore beaucoup promis mais peu fait. La France nest pas lhonneur dans ce tableau. Les chrtiens dIrak sombrent aujourdhui dans lamertume et un profond dsarroi. Dautant que les souvenirs des atrocits subies sont encore l, et que lhiver arrive dsormais, annonciateur dune catastrophe humanitaire effrayante si rien nest fait dans les semaines qui viennent.

A Erbil, aprs que la menace soit passe si prs, la vie a repris ses droits. Pour les kurdes mais pas pour nous tmoigne le chef dun camp de rfugis chrtiens . Alaa Selias, 51 ans, regard fivreux et barbe de patriarche survit avec plusieurs dizaines de familles, dans un btiment gris en construction ouvert touts vents. Un refuge de fortune o rien nest prvu pour affronter telle situation. Pas deau, pas de chauffage, pas de sanitaires, pas de mdecin ni de mdicaments, un minimum dlectricit, de nourritures. Lextrme dnuement et aucune aide officielle extrieure.





Ici le ressentiment contre la France sexprime sans retenue. Car le camp improvis est situ juste en face de lglise catholique Saint-Georges, que Franois Hollande a visit le 12 septembre dernier. Il est venu pour la photo semporte le chef du camp. Il navait quune rue traverser pour aller vers nous mais il ne la pas fait . Pire, les chrtiens chasss par Deash ont voulu parler au prsident franais. Mais un pais cordon de forces de lordre les en a empch. Il aurait pu passer outre sil avait voulu, mais il ne la pas fait se souvient une femme de 51 ans au visage douloureusement marqu par la dislocation de sa famille au cours de lexode, et la disparition de certains de ses proches. A lpoque tout le monde parlait de nous et de nos frres Yazidi. Tout le monde disait quil fallait nous sauver, nous aider. Maintenant tout le monde sen fout .
Lors dune confrence de presse tenue aux cots du prsident kurde, Franois Hollande avait promis un vritable pont-arien pour accueillir un maximum de chrtiens dIrak en souffrance. Un dispositif daccueil spcial pour les rfugis devait tre mis en place. On attend toujours disent unanimement les rfugis dont plusieurs milliers staient prcipits lambassade pour dposer des demandes de visa. Ctait de lesbroufe comme les promesses daide humanitaire lche le chef du camp.

Alors les rfugis chrtiens dsesprent. Dans le btiment rquisitionn la hte, cest le dfil de la misre et de la souffrance. Chacun veut raconter son histoire. Habib A., un vieil homme de 71 ans, presque aveugle, savance, vout, marchant doucement. Il na plus quun neveu pour soccuper de lui. Rong par la douleur, il livre son rcit en balbutiant: Quand Daesh a envahi notre village en Irak dans la province de Nirvine, ma fille de 30 ans, Rita est venue spcialement de Turquie o elle vivait pour venir me chercher. Elle est arrive jusqu moi au pril de sa vie. On a cherch des vtements qui lui permettraient de passer inaperue pour fuir. Mais on est tomb sur les djihadistes. Et ces chiens mont vol ma fille en un instant. Ils mont dit: Elle est nous maintenant. Elle sera une de nos esclaves. Peut-tre auras-tu des nouvelles un jour. Peut-tre pas! Ils taient arms jusquaux dents, que pouvais-je faire? Ils riaient ces monstres . Le vieil homme reste hant par le dernier regard que sa fille lui a jet en se retournant. Un regard empli de terreur. Ctait le 12 aout. Depuis, plus aucune nouvelle. Habib ne sait si sa fille est encore vivante, si elle a t vendue comme une marchandise, si elle a t marie de force Il vit en permanence avec un tlphone la main qui ne sonne jamais. Lhomme se met pleurer. Il parait comme un enfant perdu. Les gens qui coutaient son rcit scartent, ptrifis. Nul ne sait comment le rconforter.


Une femme scrie: Comment pouvez-vous nous abandonner ainsi. Nous sommes partis de chez nous en catastrophe. Nous avons tout laiss derrire nous, nos maisons, nos biens. Parfois les ntres, enlevs ou tus sur place. Nous navons plus de papiers didentit, plus dargent, plus rien. On vit dans des conditions sanitaires infmes. Et notre cur est mort. On pensait que lOccident allait nous aider. Trouver des solutions. Il est o lOccident maintenant? Elle est o la France, terre dasile? Ils sont o les chrtiens du monde qui manifestaient leur moi? Ici cest lenfer! Et vous nous laissez vivre o plutt crever en enfer .
Quelques vieux ont t installs lintrieur dun btiment o sentassent les rfugis. Ils sont recouverts de toiles de tentes et de couvertures, pour viter l encore que la pluie ne sinfiltre. Dans lun deux, un vieil homme enfoui dans un sac de couchage est en train de se laisser mourir me dit un rfugi au regard noir. Cet homme l, a t trouv prostr sur le chemin de la fuite perdue dun groupe de chrtiens. Ils lont emmen avec eux. Il leur a racont que sa femme et ses deux filles ont t des proies faciles, kidnappes par Daesh. Et puis lhorreur brute. Lune delle a t viole sous ses yeux. Les islamistes lont forc regarder. Puis ils lont tu. Est-ce que vous pouvez imaginer pareille abomination? La mre et lautre sur ont t kidnappes par les islamistes qui ont dit au vieil homme: On te laisse la vie sauve, pour que tu puisses raconter le sort que lon rserve aux chiens de chrtiens! . Voila ce quil nous a dit en sanglotant. Depuis il na plus jamais vraiment parl.


Emmur dans sa prison de malheur, lhomme a semble t-il perdu la raison. Aujourdhui, le visage fivreux recouvert dune serviette blanche, il balbutie parfois des mots incomprhensibles. Il ne mange plus, refuse les quelques mdicaments trouvs pour soigner sa mauvaise fivre, ne quitte plus son sac de couchage. Il agonise, touff de malheur, et on ne peut rien enrage un autre rfugi.
Notre voyage au cur des tnbres se poursuit. Lambiance est crpusculaire. Dans un autre algeco, une famille entire sentasse. Elle ne dit rien de son histoire, sestimant presque chanceuse tant les rcits des ignominies subies par dautres saccumulent.


Il ny pas de place pour tout le monde , certains dorment mme le bton. Dans une semi-obscurit quelques enfants parviennent malgr tout samuser avec des jouets que le voisinage leur a donn. Pour certains notre visite est un moment de joie. Ils posent devant lobjectif en souriant. Image trompeuse.


Nombre dentre eux restent prostrs, le regard perdu dans le vague, ne sachant plus sourire.

Celui-l, qui tait parvenu se cacher quand les islamistes ont envahi sa maison, passe toutes ses journes attendre des parents qui ne viendront jamais. Ils ont t assassins par Daesh.


Du linge sche difficilement un peu partout. Lhiver arrive, il pleut souvent et leau sinfiltre partout. Une eau prcieusement recueillie dans une des pices du btiment. L, une immense bassine de cuisine est relie une bonbonne de gaz. On fait chauffer leau, et cest comme cela quon peut donner le bain aux enfants explique une mre de famille.

Des ONG sont venues racontent les rfugis. Des gens qui avaient des beaux 4X4. Ils ont pris les noms, les ont inscrits sur des registres, et puis plus rien. Nous navons revu personne. Et on a eu le droit rien. Ni aide, ni encadrement mdical. Encore moins une quelconque perspective dchapper cet enfer . Les chrtiens rfugis survivent grce la charit de quelques bienfaiteurs privs. Ils sont bout. Chaque jour est un combat. Ici Monsieur on vit plus mal quen prison .

A quelques encablures de l, sur un terrain vague, un autre camp, ciel ouvert, deux pas du chantier dun immense complexe immobilier de luxe qui verra le jour bientt. Dans le camp perte de vue, des centaines de tentes alignes fournies par le HCR, de nouveaux rfugis qui arrivent tous les jours et tentent de trouver de la place, des images et des rcits qui font froid dans le dos. Au milieu dun groupe dhommes dsuvrs, un jeune homme de 23 ans, accepte de raconter le calvaire subi. Il vivait prs de Mossoul avec sa famille et se croyait labri parce qu deux pas se trouvait un poste militaire de larme irakienne. Mais quand les hommes de Daesh ont surgi les soldats ont fui. Les islamistes nous ont dit que si on leur donnait 3000 dollars, ils nous laisseraient tranquilles. Nous navions pas largent, alors instantanment ils ont tir, tuant mon pre, ma mre, ma soeur. Moi je suis un miracul. Ils mont laiss pour mort


Le jeune homme a t touch par 2 balles. Une au sommet du crne, une autre dans le genou, une troisime dans labdomen. Il montre ses cicatrices, mais pas son visage. La peur est encore l. Je ne sais pas comment jai survcu. Je ne sais mme pas qui ma rcupr et amen lhpital. Un jour, un mdecin est venu. Il ma dit que maintenant je pouvais tenir debout, et que tous les blesss chrtiens devaient quitter lhpital avant que Daesh ne vienne. Car la rumeur courrait. Alors on est parti dans la nuit. Et cest ainsi quaprs un priple insens jai atterri ici . Aujourdhui, le jeune homme au regard perdu dit quil aurait prfr mourir avec les siens.
Dans le camp, transform en cloaque boueux du fait dincessantes averses, de tente en tente, cest la litanie des rcits de lhorreur vcue, de la fuite perdue, et ici rgnent en matres les sentiment dabandon brutal, et de solitude extrme.

Maria Nabil, 47 ans nous accueille dans la sienne. Sa fille de 15 ans au regard encore effray, est l. Le pre, Yonam, est parti en ville tenter de trouver du travail. Cest un charpentier, qui a travaill en Irak pour larme amricaine. Il construisait des baraquements.


Maria montre le certificat sign dun commandant de bataillon de la clbre 101me airborne (division aroporte). On peut y lire que son travail accompli, son aide loyale, et son amiti sincre ne seront jamais oublis par les soldats du bataillon dont il devient membre honoraire et un ami pour toujours . Des promesses de papier. Quand Deash est arriv, le cauchemar a dbut pour cette famille chrtienne. Qui a vite compris que personne ne les dfendrait. Navement, on a contact lambassade amricaine. Ils nous ont envoys patre raconte lpouse du charpentier. Quand aux militaires irakiens, ils ont t des moins que rien. Ils nont cess de cogner sans cesse notre porte en nous suppliant de leur fournir des vtements civils, nous proposant en change leurs armes! Nous les avons renvoys en leur disant quils taient la honte de notre pays, o plutt notre ancien pays. Car lIrak aujourdhui est mort! Dautres ont fait un choix impossible pour les Nabil. Ils ont abandonn leur religion, pour une conversion immdiate lIslam Nous les comprenons, mais nous, nous prfrons la mort plutt que le reniement! Nous sommes chrtiens, nous resterons chrtiens jusque dans la tombe. Alors nous navons eu dautre choix que celui de fuir, emportant quelques effets personnels et notre tl. Rien de plus. Notre vie, nous lavons laisse derrire nous .

La foi porte cette petite famille comme tant dautres dans la tourmente qui les a emports. Dautant que les chrtiens ou Yazidi ont espr follement en la communaut internationale. L encore leur espoirs ont t douchs. Ils ont cru que lOccident ne les laisserait pas. Et puis le rve est pass. Ils ont cess de faire la une des journaux. Les lans de solidarit sur lesquels on pouvait comptait se sont fait de plus en plus rares dit avec amertume Maria Nabil. Cest triste. Mon mari qui stait mis son compte a tout perdu. Il nous reste quune tente pour seul abri, mais regardez comme la mienne est bien tenue! ajoute la femme qui fume cigarette sur cigarette. Rester digne dans le malheur est essentiel pour elle. Et puis elle noublie pas tous ceux qui nont pas eu la possibilit de schapper, ceux qui ont t torturs, mutils, tus, qui ont disparu, ou ont t rduits ltat desclave par les islamistes. Les chrtiens comme les autres. Je prie souvent pour eux. Et je me bats pour ma fille, qui souffre de troubles mentaux, vit dans une terreur indescriptible, mais ne reoit plus aucun traitement .
A lextrieur des points de distribution deau ont t mis sur pied. Llectricit est l aussi. Maigre rconfort Nombre denfants grelottent de froid. Certains sont mme pieds-nus dans la boue.



Une petite fille se promne alors que le gel pointe, en robe dt, le vissage enroul dans une grande charpe noire dou merge un pale regard bleu. Une vielle femme peine faire avancer dans la gadoue une vieille brouette o sont entasss des galons deau.

La nuit tombe, est cest encore la bataille pour les derniers arrivants qui cherchent une tente.

La plupart dormiront dans leurs voitures, pour ceux qui en ont encore une. Dautres sont parvenus entre les lignes de tentes sallongeant linfini, construire des baraquements de misre.


Soudain la femme du charpentier me rattrape alors que je mapprte quitter les lieux: Si vous connaissez quelquun qui a besoin dune femme de mnage, nhsitez pas ! La femme me glisse son numro de tlphone griffonn la hte sur un morceau de papier. Cest au tour dun homme au visage accabl de lassitude de minterpeller la sortie du camp


Un homme qui se fait la voix de tous veut remercier les autorits kurdes.
Nous savons quelles font ce quelles peuvent avec peu de moyens. On a tous pens que lOccident serait-l pour nous. Nous avons tous espr en la France. Quand Hollande est venu, on y a cru, vraiment. Votre prsident nous a vendu du vent! lt dernier nous tions la une partout. Mais regardez ce que nous sommes devenus? Des parias, des damns de la terre, des moins que rien. En nous laissant tomber vous offrez une belle victoire nos bourreaux. Aujourdhui nos illusions sont parties en fumes. Nous ne pouvons ni revenir chez nous, ni partir ailleurs. Nous ne voyons plus aucune lueur despoir. Nous navons plus davenir .

Frdric Helbert (Rcit et photos) | 23/11/2014



 

()


: 1 ( 0 1)
 

Tragdie des chrtiens dIrak, victimes de Daesh




04:50 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,