> >

[] [ ]

Lautorit de lÉtat lpreuve de la guerre des gangs

(Tags)
 
Le groupe doit encaisser le coup et supporter cette nouvelle preuve Emir Abdelkader 0 2014-07-22 03:16 PM
Pnible preuve amricaine pour Bouteflika Emir Abdelkader 0 2014-04-05 02:36 PM
Cinq candidats lpreuve du marathon lectoral Emir Abdelkader 0 2014-03-25 02:07 PM
Nouveaux affrontements Alger, Les gangs sment la panique Emir Abdelkader 0 2013-11-11 02:16 PM
Guerre du Rif, guerre chimique et de la civilisation contre la barbarie Emir Abdelkader 0 2013-10-27 04:51 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-12-04
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,971 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Lautorit de lÉtat lpreuve de la guerre des gangs

Le phnomne touche les grandes agglomrations du pays, Lautorit de lÉtat lpreuve de la guerre des gangs






La violence, qui prend de plus en plus dampleur dans les banlieues, inquite srieusement le citoyen qui se voit compltement dmuni face la force des gangs, devenus matres des lieux.
Nous sommes en 2014, soit 25 ans presque jour pour jour aprs la chute du mur de Berlin, et des Algriens viennent de proposer, Constantine et lors dune rencontre officielle, la construction dun mur en bton pour sparer le territoire qui abrite leur immeuble de celui occup par dautres Algriens, et ce, comme seule alternative mme de prserver leur scurit. Aujourdhui, 52 ans aprs lIndpendance, les responsables civils et militaires dune ville algrienne ne trouvent, comme lieu adquat pour rencontrer et rassurer une population affole, quun centre de police. Des responsables inspectent la ligne de dmarcation de deux fronts ouverts par des gangs et des voyous, car il faut appeler les choses par leur nom, sous la protection, certes, de leurs gardes mais, aussi, sous lil des guetteurs des deux parties posts sur les toits des immeubles. Alors quon pensait avoir termin avec la dcennie noire, une mosque et des tablissements scolaires sont attaqus par des encagouls habills linstar des forces de scurit et arms de cocktails Molotov, voire darmes feu, selon certains tmoignages toujours non dmentis. Avant ou en mme temps que Constantine, il y a Annaba, Jijel, Alger, Oran, Ghardaa, Ouargla, Illizi Autant de foyers qui sinstallent dans le temps. Autrement dit, nous sommes loin dun cas isol, mais dune vritable poudrire qui guette un tissu social nomm Algrie. Bien que le phnomne ntonne plus, il interpelle tout un chacun afin de tirer, en urgence, les enseignements qui simposent.
Et si nous en sommes arrivs l cest parce que des conditions objectives sont runies. La situation politique actuelle dun État dfaillant et limage renvoye dune socit qui ne dialogue que par la violence, travers les grves, loccupation des rues nest pas trangre, de lavis des observateurs, ce phnomne. Face au recul de lÉtat et de son autorit, on assiste la rmergence de lesprit tribal. Ce qui est inquitant est lapparition et la multiplication de batailles ranges entre familles ou entre tribus, nous disait, dans nos colonnes, le psychiatre et auteur, M. Boudarne. Et, justement, on oublie, et pour convoquer les vnements de Constantine, que les habitants des ex-bidonvilles de Oued El-Had et de Fedj Errih, dans leur majorit, viennent dun mme milieu, dun mme douar, voire dune mme tribu. Dans sa formation, le zingloville, pour reprendre une expression chre un confrre, devient lui-mme une communaut. Dans un dangereux jeu des priorits, les diffrents gouvernements ne cessent dengager avec clrit les appareils idologiques et rpressifs de lÉtat pour touffer les expressions de libert tels les droits de lactivit politique, associative et la manifestation pacifique sous prtexte de conjoncture scuritaire. Entre-temps, ils ferment les yeux devant les cas de violences urbaines et mme rurales sous largumentaire de la paix sociale. Pour reprendre le psychologue Heddar, ce sont ces liberts touffes qui donnent libre cours la violence. Alors que tout est centralis Alger et chez les walis, les assembles lues nont comme prrogative que de jouer les boucs missaires dun chec tout programm.
Pourtant, llu local, dj fragilis par le systme lectoral, est cens tre le premier maillon de la chane de dcision. Or, les lus ont t dpouills de leurs maigres prrogatives. Les spcialistes avertissent, aussi, contre la tentative de faire de la famille un autre bouc missaire tout indiqu. Cest le cas du sociologie Merdaci qui sinterroge sur les rfrences identitaires des dernires scnes de violence Constantine et sur la symbolique de lUV, unit de voisinage, ou encore de bande du Faubourg, ou de Ziadia. Pour lui, ces identits meurtrires parlent aussi de souffrance, de perte de racines, de lavenir comme point aveugle. Il sagit donc moins de faire le procs des parents que celui dune socit jusque-l impuissante au mieux indiffrente au pire au ncessaire exorcisme de la violence. Lheure est grave car, avec la situation qui prvaut nos frontires, ce nest pas le moment pour que le front interne soit branl.

M K
Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source



 

()


: 1 ( 0 1)
 

Lautorit de lÉtat lpreuve de la guerre des gangs




07:04 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,