> >

[] [ ]

Tl-fatwa : Ce que cache le succs de Chemssou & Co

(Tags)
 
Manif pro-Gaza : partie de cache-cache dans les rues de Paris Emir Abdelkader 0 2014-07-20 09:50 AM
Vu la tl : Le rire qui fait mal Emir Abdelkader 0 2014-07-17 04:11 PM
L'homme par qui le succs arrive Emir Abdelkader 0 2014-07-16 03:07 PM
Vu la tl : La nouvelle nomenklatura Emir Abdelkader 0 2014-03-13 02:43 PM
La tl, les blagues et les frigos interdits Emir Abdelkader 0 2013-03-02 11:41 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-12-06
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,948 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Tl-fatwa : Ce que cache le succs de Chemssou & Co

Tl-fatwa : Ce que cache le succs de Chemssou & Co






Lexplosion des missions religieuses la faveur de lapparition des chanes prives et la profusion des fatwas improvises sur les rseaux sociaux posent la problmatique de la rfrence religieuse et des drapages des chouyoukh autoproclams.


La fatwa est sortie de son rle premier qui est de donner un avis juridique, par un spcialiste de la loi islamique, sur une problmatique particulire. Aujourdhui, cest devenu un instrument qui sest enferm dans le hallal et le haram, en se servant maladroitement du Coran et de la sunna afin de justifier les dlires de ceux qui se sont autoproclams muftis ou prdicateurs. Sid Ali Hanafi, islamologue algrien, universitaire et chercheur, a pass plus de vingt ans approfondir ses connaissances de lislam et des autres religions rvles. Cest avec un regard trs critique quil analyse la nouvelle starification des prdicateurs qui envahissent les mdias.
A limage de cheikh Chemseddine Bouroubi qui, il y a quelques semaines, a interpell les autorits pour interdire la projection du dernier film de Lyes Salem, El Wahrani, sous prtexte, entre autres, quon y voit des moudjahidine boire du vin. Mais aussi de cheikh Abou Abdessalam ou dautres encore, moins mdiatiques. Il faut savoir que dans une fatwa, on trouve tout ce qui peut toucher de loin ou de prs la vie de lhomme. De la faon de partager un hritage familial, prendre ou pas sa revanche sur un crime jusqu mettre un avis tranchant sur la vie sexuelle du musulman ou mme valider ou pas une opration de chirurgie esthtique. Je doute fort que les gens suivent aveuglment les fatwas comme des vrits absolues, comme cette fatwa de Zemzami qui autorisait lacte sexuel sur un cadavre quelques heures aprs la mort. Il nest pas ncessaire dtre musulman pour voir en cela quelque chose de contraire la nature humaine !, sindigne-t-il.
Machine oppressive ou salvatrice, la fatwa est le symbole parfait de cette question qui fruste le musulman, savoir comment vivre son islam dans une modernit de plus en plus pesante ? En Algrie, comme dans le monde arabe, les prdicateurs sont des quilibristes qui tentent une mdiation entre un texte religieux fig et une socit prise dans le tumulte de lvolution humaine.
Khomeini
Ainsi, selon Sid Ali Hanafi, la fatwa nest pas le problme. Lenjeu est dans ce que lon en fait. Luniversitaire rappelle que la fatwa na t clbre qu partir de 1988, quand lpoque layatollah Khomeini voulait excuter lauteur britannique Salman Rushdie pour son roman Les Versets sataniques. Depuis, le buzz des fatwas a fait le tour du monde. Des radicaux cheikhs, muftis ou imams commercialisent leur fatwa concept. La jupe courte dune animatrice tl drange ? Fatwa. Un politicien qui voque trop le terme lacit dans ses discours ? Fatwa. Une femme qui ose sortir sans voile ? Fatwa. Pendant les annes 1990, cette mode a touch lAlgrie de plein fouet ! Nous avions des spcialistes de la fatwa dans chaque quartier, chaque mosque. Tout le monde est devenu du jour au lendemain un mufti, tant que la panoplie du parfait musulman tait applique : barbe, qamis et chapelet, se souvient-il.
Selon lui, cest ce qui a nourri ces prdicateurs autoproclams muftis, dont peu sont diplms duniversit ou adoubs par une autorit religieuse. Ils sexpriment la tlvision, la radio et dans les journaux. Il suffit dallumer la radio ou la tlvision pour entendre et voir tout et nimporte quoi. Du prdicateur religieux le plus ractionnaire au barbu clownesque qui utilise les mdias pour satisfaire son ego. Encore plus inadmissible ses yeux, constater que les autorits religieuses comptentes ne ragissent pas et laissent faire.
Comptences
Ce qui rejoint lavis de liman Fakhri, journaliste et productrice depuis dix ans sur une chane arabe. Elle vit entre Alger, le Caire et Beyrouth. Quand je regarde cheikh Chemseddine sindigner contre la venue de Maradona en Algrie, de limportation de la viande indienne jusqu interdire la projection du dernier film de Lyes Salem, je me pose la question de pourquoi il ne sindigne pas contre les pdophiles ? Linjustice et le droit de manifester en Algrie par exemple ? Laugmentation des prix des fruits et lgumes ? Il tape sur les femmes ds quil est possible de le faire dans un langage commun repoussant. Quelles comptences a-t-il ?, sinterroge-t-elle. En Egypte par exemple, les plus minents prdicateurs sont issus de la prestigieuse universit islamique dAl Azhar. Do sort Chemssou ? Al Azhar, le Harvard de lislam, considre comme la garante du dogme sunnite, instance productive de fatwas, est avec le temps devenue un appareil politique de par limplication de ses avis sur le comportement des musulmans du monde.
Le prdicateur doit se dfaire de ses codes prtablis et nuancer ses propos, car il sadresse toutes les couches de la socit. Un prdicateur permet de transmettre la sagesse sacre et non pas de se faire sacrer lui-mme, poursuit-elle. Quand jcoute nos prdicateurs, on ne comprend pas au juste sils cautionnent ou justifient par dautres textes leur incomptence. Transmettre la sagesse sacre et simpliquer dans le dbat politique. Ce quils ne font jamais. De par leur proximit avec le gouvernement. Mais aussi parce que sur certains sujets sensibles, comme la condamnation des soldats du califat, se taire revient pour eux approuver, avance Sid Ali Hanafi.


Crise
Tl-islamisme, fatwa store, fatwa show Les premiers jouer le jeu de cette religiosit mainstream, ce sont les mdias. Ces mmes mdias qui, loin de former un duo compatible, entretiennent une relation au seuil de lincohrence avec les prdicateurs. Dans son prochain livre, qui sera publi au premier semestre de 2015, lcrivain et spcialistes des zaouias, Samir Ben Mokrane, voque cette relation et avoue que lislam est en crise et que lon tente par tous les moyens de ranimer lintrt que lon avait avant, cest--dire, tre en permanence dans la recherche et non dans le jugement et la condamnation. Lislam est une religion qui demande beaucoup defforts. Qui parmi ces muftis ou prdicateurs sinscrit dans une dmarche spirituelle ? Cette crise est motive galement par le dsintressement du public qui se contente dune fatwa et ne met pas profit les connaissances universelles, lintelligence aussi. A mon avis, tout ceci meuble le vide intellectuel. La carence dides pnalise incroyablement la vie des musulmans.
La crise des ides engendre la crise de la sagesse. Le prdicateur, lui, est-il en crise ? Oui, rpond Ben Mokrane : Je crois bien que le prdicateur est en crise galement, puisque son discours ne cre pas une cohsion avec la socit. A lexception de cheikh Chemsou, qui semble faire lunanimit. La communication verbale de Chemsou rtrcit la distance entre sa fatwa et le tlspectateur. Il met des mimiques de telle sorte que son rcepteur ressent lintrt de son interlocuteur qui fait office dautorit religieuse. Le tlspectateur, de plaignant devient acteur de lmission et cr un change pendant des minutes o le prdicateur ne fait pas que convaincre, mais le relance pour approfondir la question. Ce sont des charlatans !, accuse Ben Mokrane. Sils taient juste l pour appliquer une loi islamique, cela ne ncessiterait pas un tel spectacle ? Le star system est en train de pourrir lesprit mme du mufti, ou du prdicateur.



Communication
Un bon prdicateur ne fait pas de la rcitation de textes religieux lus sur un papier. La technique des prdicateurs qui passent la tlvision est infaillible. De la simple communication, on est pass de grandes techniques labores spcialement pour lmission en live du prdicateur star de la chane, explique Zoulikha Badaoui, journaliste et diplme de luniversit des sciences islamiques du Caroubier. De Chemsou Mustapha Hosni, en passant par Al Arifi, tous adaptent une formulation prcise pour toucher les gens. Ils sont face une camra, ils ne peuvent donc pas voir les tlspectateurs. Cependant, il ne faut pas croire que cest de la spontanit, cest du formatage pur et simple, comme dans nimporte quelle autre mission. Un prdicateur doit faire de laudimat comme ses autres collgues.
Si un cart de langage peut paratre scandaleux pour certains, dautres le partagent sur les rseaux sociaux et font le buzz sur leur page de fans de plus de 100 000 abonns. Les vidos de Chemsou sont partags sur internet des millions de fois, sur des espaces qui nont rien voir avec la religion. Chemsou ne fait pas dans le conseil, mais dans lhumour, donc forcment, cest un vendeur ! On doit sortir lislam des intgristes, et aussi de cette forme de mdiocrit intellectuelle, semporte-t-elle.
Ainsi, dans lislam, comme lcrit le philosophe et anthropologue des religions Malek Chebel dans un article, Les fondamentalistes nous ont mis en coupe rgle avec un vocabulaire bien prcis : fatwa, djihad, hallal, haram, qui sest insinu dans le quotidien, nous empchant de prendre la parole. Or, nous pouvons combattre cela sur le plan des ides, en crant un nouveau vocabulaire moderne, qui na pas peur -pour autant- de se rfrer lislam. Sollicit plusieurs reprises pour une interview, Chemseddine Bouroubi na jamais rpondu. Le ministre des Affaires religieuses na pas non plus rpondu nos questions.

Fatwas qui font le buzz

Comme dans tout le monde arabe, les fatwas qui suscitent la polmique ne manquent pas en Algrie.

Autour du film El Wahrani, de Lyes Salem, le prdicateur cheikh Chemseddine El Djazari a lanc une fatwa traitant le film de satanique pour mettre en scne des moudjahidine combattant la France le matin et le soir au cabaret. Ce fait a dclench un dbat houleux entre les professionnels de la culture et les moudjahidine.
Il est licite aux femmes violes davorter. Cette fatwa algrienne a dclench un mouvement de contestation auprs des partisans et des opposants, tandis que deux prdicateurs, algrien et gyptien, ont convenu quil nest pas permis une femme, bien quelle soit viole, de tuer son enfant.

Il est permis de retarder les prires de licha et tarawih afin de suivre le match de lquipe nationale contre lAllemagne. Les propos de Dr Kamal Bouzidi ont soulev le dbat au sein des imams et des oulmas et dans la rue au point de faire appel des imams dAl Azhar en Egypte pour connatre le jugement correct de cette question.
Lanne dernire, le monde arabe a t choqu par lapparition de la fatwa dAl Arifi, un mufti de la chane saoudienne Iqraa, licitant djihad a nikah (djihad sexuel) en Syrie. Les rois de lextrmisme vont encore plus loin : ladultre est licite pour les femmes maries, mais dans une seule situation ! Il est acceptable pour une femme de trahir son mari en pratiquant le djihad sexuel en Syrie contre Bachar Al Assad.
Al Qaradaoui, prsident de lUnion mondiale des oulmas mu*sulmans, a affirm quil nest pas illicite de consommer des boissons contenant un petit taux dalcool, obtenu naturellement par fermentation. Des affirmations tonnantes, qui avaient enclench des dbats trs houleux dans le monde musulman, obligeant Al Qaradaoui sexpliquer plusieurs fois sur ce sujet.

Ryma Benyakoub


LAlgrie : Pas dautorit pour se prononcer sur les fatwas

Plus de 2500 lettres. Cest le nombre de demandes de fatwa reues, chaque semaine, par le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs. Faute dautorit nationale, de conseil spcifique des fatwas le projet na pas abouti les prdicateurs, les oulmas et la population divergent parfois sur des questions importantes, comme le mariage, lhritage ou encore ladoption. Comment cela se passe-t-il chez nos voisins ? En Egypte, cette mission est dvolue Dar Al Ifta, de luniversit dAl Azhar considre comme la plus haute autorit gyptienne de lislam sunnite de jurisprudence islamique. En Tunisie, un mufti appel Mufti de la maison tunisienne, dsign par le prsident de la Rpublique, prend en charge les fatwas et toutes les affaires religieuses.
Ce mufti sige Dar Al Ifta, La Casbah. Par ailleurs, la mosque Zitouna de Tunis a, pendant plus dun millnaire, dispens un savoir religieux qui a form des oulmas parmi les plus illustres. Elle est considre comme une instance religieuse trs influente. Quant au Maroc, cest un conseil suprieur, considr comme une institution religieuse tatique et prsid par le roi, qui se charge de prononcer des fatwas.


(R. Benyakoub)


Contourner les tabous :

Dans les annes 1990, on appelait cela, un peu hautainement, du porno-intgriste : des dizaines dhebdomadaires (aux tirages importants), versant de ce qui se rapproche de la presse jaune, se spcialisaient dans les scandales et faits divers caractre sexuel, avec toujours en concomitance des sujets religieux et des chouyoukh la une qui, eux-mmes abondaient dans les sujets du nikah ou de zina al maharem. Le plus incroyable dans ces journaux, cest le courrier de lecteurs quon recevait, tmoigne un ancien journaliste dun hebdo succs au milieu des annes 1990. On sentait que a allait mal chez les jeunes qui demandaient des conseils religieux et pratiques la fois sur leur sexualit. On voyait la charge de culpabilit quils dgageaient en voquant ces sujets.
Dfouloir ou manire dtourne de parler des tabous, les forums, journaux ou missions religieuses qui traitent de toutes les questions sociales se retrouvent souvent comme le dernier refuge dune socit du non-dit et du tabou. Des jeunes nous sortaient des normits, des histoires de viols ou dinceste, de pdophilie, parfois il sagissait de femme marie infidle ou de gars qui refoulaient leur homosexualit puis il demandaient au journal, ses experts religieux comment la religion pouvait les aider, poursuit le journaliste. Les rponses taient aussi catastrophiques que les cas exposs, faits de culpabilisation et de rprimandes, de moralisation et de prche.



(Ad. M.)

On les voit la tl

-Cheikh Abou Abdessalam : Jaafar Olfaqi, plus connu sous le nom de cheikh Abou Abdessalam, imam, est un habitu des plateaux de lENTV et de la Radio algrienne o il rpond tous les jours aux questions des tlspectateurs/auditeurs. Il est aussi superviseur de la rubrique Fatwas dans le quotidien arabophone El Khabar. Cheikh Abou Abdessalam est n le 2 dcembre 1946 Bjaa o il a commenc tudier le Coran dans la mosque du village. Aujourdhui, il est docteur dEtat spcialis dans le Fiqh dans lcole Malikite. Il a occup plusieurs postes au ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, dont prsident de lassembl des fatawi, directeur dorientation religieuse et lenseignement coranique, directeur de formation et damlioration du niveau
-Docteur Kamal Bouzidi : Il est membre du Conseil algrien des fatwas au ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, professeur des sciences de charia luniversit dAlger, vice-prsident du conseil de lAcadmie internationale du fiqh musulman de Djeddah Kamel Bouzidi est docteur dEtat en charia et fiqh. Par ailleurs, il participe, depuis des annes, lmission Ftawa ala lhawa prsente par lanimateur Haroun Brik la tlvision algrienne. Via cette mission religieuse interactive, le docteur Bouzidi rpond aux interrogations des tlspectateurs concernant diverses discussions religieuses et idologiques.
-Cheikh Chemseddine El Djazari : Cheikh Chemseddine Bouroubi alias El Djazari, imam et animateur de lmission religieuse Insahouni, diffuse chaque jour par la tlvision prive Ennahar TV, a 49 ans. La star de la tl fatwa algrienne a appris lislam et le Coran la mosque du quartier, auprs de cheikh Mohamed Rahou, savant malkite et mufti pendant la Guerre de libration, selon lui. A lge de 17 ans, il anime sa premire confrence autour des significations religieuses et scientifiques des faits. Pendant des annes, Chemseddine Bouroubi a prsid lAssociation caritative -islamique. Il est lauteur de Taaniss El Awaniss, consacr au clibat des femmes en Algrie, et Etanfir min atafkir, sur le danger de tomber dans lextrmisme idologique.





(Ryma Benyakoub)

Faten Hayed




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Tl-fatwa : Ce que cache le succs de Chemssou & Co




06:21 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,