> >

[] [ ]

Touggourt : ce qui sest pass

(Tags)
 
Touggourt : retour sur un week-end tragique Emir Abdelkader 0 2014-11-30 03:59 PM
O est pass le Prsident ? Emir Abdelkader 0 2014-10-08 02:40 PM
Ce qui se passe Gaza est inadmissible Emir Abdelkader 0 2014-07-22 02:00 PM
Une famille algrienne originaire de Touggourt rapatrie de Rpublique Centrafricaine Emir Abdelkader 0 2014-02-24 11:14 PM
que se passe-t-il en Libye ? Emir Abdelkader 0 2014-02-14 10:38 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-12-14
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,948 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Touggourt : ce qui sest pass

Des habitants racontent les vnements sanglants qui ont secou la rgion, Touggourt : ce qui sest pass




Les citoyens voulaient rencontrer le wali loccasion du passage de son cortge officiel qui devait accompagner le ministre des Ressources en eau dont la visite tait programme pour le dimanche 30 novembre dernier. Tout est parti de l, racontent-ils. Mon fils a t poursuivi jusque devant lentre de limmeuble ; il tait quelques mtres de la cage descalier quand les policiers lui ont tir dessus, bout portant. La suite sest passe dans la confusion totale Je narrive toujours pas raliser comment cette scne, digne de films policiers, sest produite devant chez moi et avec, pour victime, mon propre fils.
Une semaine aprs les vnements sanglants du vendredi 28 novembre dans la commune de Nezla, Touggourt ( 160 km dOuargla), Djemou Malki, le pre du jeune Nordine, 20 ans, lune des trois victimes des balles tires par les policiers, a du mal se relever du cauchemar quil a vcu dans sa ville jusqualors connue, comme le reste des villes du Grand Sud algrien, pour tre des plus paisibles. M. Malki, petit ouvrier journalier, est dautant plus outr que son fils tait totalement tranger ce qui sest pass ce jour-l. Le seul tort de ce dernier, raconte-t-il abattu, cest davoir brav le risque de regagner le domicile familial, aprs une partie de foot dispute avec des copains au stade communal, au moment o les chauffoures ont commenc entre les policiers et des manifestants pacifistes. Ayant bnfici dun acte de concession, le dfunt Nordine nattendait plus que la finalisation des dmarches entames pour le lancement de son projet dagriculture. Mais ctait compter sans les balles assassines des policiers. Aux domiciles familiaux des autres victimes, (Meftah Toumi, 24 ans, et Mohamed Bensadi, 30 ans, nouveau mari), du mme quartier appel Dra El-Baroud dans la commune de Nizla, la consternation est son comble. Leurs pres, Ahmed Bensadi, 74 ans, et Larbi Toumi, tous les deux journaliers sans revenu stable, sont toujours terrasss par la douleur incommensurable qui les frappe.
Des balles dans le dos
Dsormais, ils nexigent quune seule chose : Que justice soit faite et que les auteurs de ces actes criminels soient fermement condamns. La douleur de ces pres directement touchs, est particulirement partage par lensemble des citoyens du quartier Dra El-Baroud, comptant 35 000 habitants, soit un tiers de la population de la dara de Touggourt, estime 52 000 habitants.
Le quartier est reprsent essentiellement (plus de 70%) par les Ouled Nal, arch important de la ville de Touggourt, cohabitant depuis des lustres avec les archs Ouled Sad et Ouled Sayeh ou encore celui des Lahchachna. Outre les trois morts, les blesss se comptent par dizaines dont certains portent encore des balles relles dans leurs corps. Cest le cas, notamment, dune jeune femme travaillant au tribunal dOuargla, qui, de passage le jour des meutes Touggourt, a reu une balle ; et dun jeune du quartier de Dra El-Bour, Malki Amer, 17 ans. La jeune femme a t transfre hpital de Batna et le jeune lhpital dOued Souf. Ce dernier a succomb ses blessures mardi dernier, (Lire encadr). Mohamed Derradji, 27 ans, lui, a encore une balle dans le dos. On lui a prescrit un traitement avant son extraction. Le certificat mdical dont nous dtenons une copie, tmoigne quil a t atteint dune balle quelque 2 km du commissariat. Messaoud Mehaha, 19 ans, est, quant lui, atteint par une balle relle plus bas que le thorax, et une autre en caoutchouc la jambe gauche. Il la chapp belle. Il venait de quitter lhpital Slimane-Amirat de Touggourt, aprs les premiers soins. Alit au domicile familial, le jeune Messaoud, en prsence de son pre, Tahar Mehaha, et de ses frres, raconte que son passage lhpital a concid avec la visite du ministre de lIntrieur, Tayeb Belaz, avant laquelle, se rappelle-t-il, la prise en charge mdicale tait la limite de la ngligence. Nanmoins, les habitants de Dra El-Baroud regrettent le fait que, hormis cette visite clair de M. Belaz, aucun officiel ne sest rendu Touggourt, ne serait-ce que pour prsenter ses condolances aux familles des victimes. En vue dapporter des preuves tangibles le jour du procs, des citoyens gardent jalousement quelques pices justificatives dont des vidos filmes ainsi que des balles ramasses le jour des affrontements.
En attendant, et pour exprimer leur solidarit avec les familles endeuilles, mais aussi pour maintenir la pression sur les autorits jusqu satisfaction de leurs revendications sociales, lorigine de la manifestation, les habitants de Dra El-Baroud ont dress, depuis lundi 1er dcembre, une immense tente au milieu de la placette du quartier. Recouverte de banderoles revendicatives et de drapeaux, elle est surveille de prs par des vigiles dsigns par le comit du quartier. Elle fait office, en quelque sorte, de QG des manifestants de Dra El-Baroud. Reprsentant un vritable symbole de dignit pour les Nali, la tente est rserve aux notables ceux reconnus par la majorit des habitants, mais jamais ceux hisss ce rang par les autorits lesquels accueillent les nombreux htes, entre reprsentants dassociations et des mdias nationaux. Mais aussi des gens qui viennent prsenter leurs condolances aux familles endeuilles. Aux abords de la tente, tout comme dans le reste des quartiers de la ville de Touggourt, la prsence des forces de scurit ne se fait gure sentir depuis les vnements sanglants de ce maudit vendredi 28 novembre. Le wali au banc des accuss Les membres du comit du quartier accusent, en premier lieu, le wali dOuargla, Ali Bouguerra, lequel, selon eux, aurait personnellement donn lordre aux forces de scurit dutiliser les mthodes extrmes aux fins de mater les manifestants pacifistes. Contrairement ce quil a dclar, lors de sa confrence de presse tenue le lendemain des vnements, nous avons eu linformation que ctait lui, en personne, qui avait ordonn la police dutiliser tous les moyens pour disperser la foule, insiste, convaincu, un membre du comit du quartier qui, par peur de reprsailles, a requis lanonymat.
Cette thse, estime-t-il, est dautant plus plausible que le chef de dara de Touggourt est en cong de maladie depuis plus de deux mois et prparerait mme son dpart dfinitif de son poste. Laccusation est aussi porte contre le maire et les membres de lAPC, lesquels, selon des citoyens, seraient lorigine de la situation de pourrissement Nezla depuis quelques annes dj, en raison de leur mauvaise gestion de notre commune. Tous les problmes que nous vivons aujourdhui sont le rsultat de la mauvaise gestion de notre commune, dnoncent, lunanimit, les habitants de Dra El-Baroud, non sans accuser certains responsables de corrompus. Selon le tmoignage des habitants de Dra El-Baroud, toujours sous le choc, tout a commenc lorsque les mcontents ont dcid, le lundi 24 novembre, de dresser une tente au bord de la RN03 pour faire part, pacifiquement, de leurs revendications sociales. Lobjectif des manifestants tait de rencontrer le wali loccasion du passage de son cortge officiel qui devait accompagner le ministre des Ressources en eau dont la visite tait programme pour le dimanche 30 novembre dernier. Notre but tait dinterpeller le wali et lui exposer nos dolances devant ce membre du gouvernement, et lui rappeler ses promesses non tenues concernant, entre autres, la question des logements sociaux et des lots de terrains quattendent les citoyens depuis des annes. Nous avons mme prvu une petite collation pour accueillir dans le respect et le wali et le ministre des Ressources en eau. Mais le wali ne lentendait pas de cette oreille. Il voulait, cote que cote, nous viter sur son passage.
Il sait pertinemment quil na pas tenu ses promesses, raconte Lakhdar Guesmi, reprsentant des jeunes de Dra El-Baroud. Dans sa tentative de dsaronner la situation, il nous a envoy des missaires pour nous convier une runion pour le samedi 29 novembre, soit la veille de sa visite annonce. Initiative laquelle nous ntions pas opposs, bien au contraire. Mais, dans la nuit de vendredi samedi, des policiers se sont prsents brusquement et nous ont dchir avec des couteaux la tente avant de la prendre carrment avec eux. Dans le mme temps, ils ont procd larrestation dune vingtaine de jeunes, ajoute-t-il, prcisant que el-bet (la tente), tant le symbole de la dignit pour les Nali. Voil qui, selon lui, avait attis davantage la colre des habitants lesquels ont attendu le petit matin pour aller se rassembler devant le commissariat de la ville pour revendiquer pacifiquement la libration des jeunes arrts. Il dment, au passage, les contrevrits des officiels qui voulaient faire croire que les manifestants auraient us de violence devant le commissariat.


F. A.
Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source



 

()


: 1 ( 0 1)
 

Touggourt : ce qui sest pass




09:02 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,