> >

[] [ ]

Bandar Ben Sultan : Nous voulons dtruire ce rgime...

(Tags)
 
Bandar ben Sultan recrutera tout terroriste mprisable pour renverser Assad ! Emir Abdelkader 0 2014-10-03 11:39 AM
Ghardaa : Nous sommes des rfugis chez nous Emir Abdelkader 0 2014-07-18 02:58 PM
Nous ne voulons pas que le sang coule Emir Abdelkader 0 2014-03-14 08:38 PM
Syrie : Clap de fin pour Robert Ford et Bandar Ben Sultan Emir Abdelkader 0 2014-03-08 01:39 PM
Bandar Ben Sultan, bientt devant la CPI pour crimes de guerre ? Emir Abdelkader 0 2013-09-13 07:41 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-12-17
 
:: ::

  Emir Abdelkader   
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,955 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Bandar Ben Sultan : Nous voulons dtruire ce rgime...

Bandar Ben Sultan : Nous voulons dtruire ce rgime alaouite, mme si la Syrie se rduisait en ruines






La tourne du ministre russe adjoint des Affaires trangres, Mikael Bogdanov en Syrie, Liban et Turquie, a confirm un fait: Le conflit russo-amricain jette toujours lombre sur le sang syrien.
Ministre russe adjoint des Affaires trangres, Mikael Bogdanov
Tout loptimisme grandiloquent suggr par les contacts de ce haut responsable russe autour de la possibilit dun dialogue entre lEtat syrien et lopposition, demeure sans vritable espoir. Rien, jusqu lheure actuelle, ne permet de dire que Washington soutiendra les efforts russes en vue dune solution politique ou quil acceptera cette dernire, ni lArabie a chang sa position lgard du rgime syrien. Pourquoi alors le tapage provoqu par Bogdanov si lhorizon du compromis politique tait toujoursLe ministre russe adjoint des Affaires trangres, Mikael Bogdanov. bloqu?
Ds le dbut de sa tourne dans la rgion, le vice-ministre russe, Mikael Bogdanov, a tenu adopter un ton plus ferme quant lappui du rgime du prsident Bachar Assad. Certains de ses interlocuteurs ont peru dans ses discours une hausse du ton en comparaison avec celui adopt lors de ses anciennes rencontres. Ceci est li lexacerbation du conflit entre la Russie et lOtan. Le prsident Vladimir Poutine ralise que la Syrie occupe une place prpondrante dans ce conflit. Il fallait donc se tenir fermement aux cts de Damas.
Poutine avait reu publiquement et cordialement, le ministre syrien des AE, Walid Mouallem. Il avait aussi hauss le niveau de lexportation des armes, du point de vue qualit et quantit lalli syrien. Il dit Mouallem quil a t surpris, mais aussi satisfait, du taux de vote en faveur dAssad dans la prsidentielle. Il a exprim son appui dune manire qui a pouss la dlgation syrienne dire, en voie de retour, que ce quelle a entendu a dpass ses attentes.
Ce tapis rouge install par Poutine, a pav la voie Bogdanov vers la rgion. Ce dernier comprend que sa mission essentielle consiste soutenir la Syrie pour quelle rsiste, puisque cest notamment cette rsistance qui renforcera les cartes russes dans le conflit avec loccident. Il faut donc inciter lopposition mener le dialogue avec le rgime ou au moins lui attribuer la responsabilit de lchec du dialogue. Selon la conviction de Moscou, lopposition, fragmente en raison des diffrends intestins et de la diminution du soutien occidental, pourrait accepter la mdiation russe. Peut-tre cette conviction est un peu exagre.
Il na pas t trange que certains opposants de lintrieur entendent des propos ironiques de Bogdanov lgard de la Coalition de lopposition syrienne. Il a dit littralement, avec son excellente langue arabe: Nous irons Istanbul pour voir si lopposition des htels de cinq toiles vivait bien dans le luxe. Toutes les personnes prsentes se sont esclaffes. Le message tait clair.


Le prince Bandar Ben Sultan et la destruction de la Syrie
Il na pas t surprenant que Bogdanov rapporte ses interlocuteurs durant ses entretiens, comment lancien chef des Renseignements saoudiens, lmir Bandar Ben Sultan (1) avait nettement dit Moscou: Nous voulons dtruire ce rgime alaouite en Syrie, mme si la Syrie se rduisait en ruines.
Et lorsque Bogdanov lui a demand comment tait votre relation avec le prsident dfunt Hafez Assad?, lmir saoudien sest empress de rpondre: Notre relation tait excellente. Ctait un homme sage. Bogdanov a rpondu: Donc, le problme ne rside pas dans le rgime alaouite, mais plutt avec le prsident Bachar Assad en soi.
La divulgation de cet change constitue un message russe clair lgard de Riyad aussi.
Il na pas t surprenant, sur un autre plan, que Bogdanov adresse des critiques acerbes aux responsables amricains, bien quil ait rvl leur approbation du rcent mouvement russe. Il a narr ses interlocuteurs comment John Kerry est venu dire aux Russes, aprs trois semaines du droulement des ngociations de Genve 2: Les pourparlers ont chou, nous retournons maintenant la guerre. Et les responsables russes de rpondre: Lorsque vous supervisez les ngociations entre les Palestiniens et les Israliens, vous leur donnez neuf mois et puis vous prolongez la priode de neuf nouveaux mois et ainsi de suite. Pourquoi ne faites-vous pas de mme pour sauver la Syrie?
Bogdanov est convaincu dun fait: nulle confiance lheure actuelle en ladministration amricaine. La possibilit quelle recoure la tromperie est pose. Les responsables amricains sont daccord avec Moscou autour de son effort pour rapprocher lopposition et lEtat, mais leur approbation signifie plutt quils laissent les Russes agir tout en tant surs quils choueront. Cest notamment ce qui a pouss les Russes mettre des rserves contre toute action des Etats-Unis ou de lOtan contre Daech, hors du Conseil de scurit. Au fond deux-mmes, ils ne seraient pas satisfaits de louverture de la Syrie la coopration avec la coalition internationale contre Daech. En effet, les Russes, tout comme les Iraniens, estiment que tout signe positif lgard de la coalition signifierait de permettre aux Etats-Unis et leurs allis de commettre les erreurs et les duperies sur le territoire syrien.
Lmissaire russe a rapport ses interlocuteurs, les propos adresss par Kerry aux responsables russes. Il aurait dit, cit par Bogdanov: Ne croyez pas que nous sommes venus frapper Daech en Syrie pour que le rgime en bnficie. Il est vident que ce fait tait au cur du diffrend russo-amricain. Dans le pass, les Amricains disaient aux Russes que tant Nouri el-Maliki tait au pouvoir, ils nagiraient pas contre le terrorisme en Irak. Ils disent la mme chose en Syrie, mais ils sont obligs de frapper cette organisation. Les Russes ont rpondu plusieurs reprises, selon Bogdanov, en disant: Par votre position, vous violez le droit international et humain, parce que vous facilitez laction du terrorisme pour des fins politiques. Ceci est une premire dans la politique internationale.
Comment alors expliquer le mouvement des responsables russes, au moment o ces derniers nont pas confiance en leurs homologues amricains? La rponse est simple. Moscou veut embarrasser Washington et provoquer une perce politique ou suggrer une telle perce. Assad comprend ce fait. Il veut faciliter la mission russe, malgr ses propos plusieurs reprises Bogdanov et dautres, selon lesquels lopposition syrienne na aucune influence sur la rue et quil est mieux de dialoguer avec les rebelles arms.
Bon. Assad, tout comme Moscou, ralisent que ce sont la Coalition de lopposition et ses allis qui sont embarrasss par laction russe. Sils acceptent daller Moscou, ceci signifiera quils ont admis dlargir le cadre de lopposition, ce qui annulera leur rle initial. Et sils refusent dy aller, ils assumeront le rsultat de lchec et le dialogue sera limit aux parties de lopposition, admises par le rgime.


Mikael Bogdanov critique les arrestations
Lorsque le ministre syrien des AE, Walid Mouallem, a propos la tenue des runions de lopposition et du gouvernement Damas, la rponse russe fut ngative. Non, pas Damas, mais Moscou. Cest mieux. Mouallem sest interrog sur les raisons, surtout que Damas est dsormais scurise. La rponse de Bogdanov fut la suivante: Si Damas tait sre, Abdul Aziz El-Kheir et Raja El-Nasser nauraient disparus et Louay Hussein naurait t arrt. En fait, Moscou est irrit en raison de la disparition ou de larrestation de ces trois opposants.
Les responsables russes ont tent plusieurs reprises dintervenir pour les librer ou rvler leur sort. La rponse syrienne tait la suivante: lEtat ignore le sort dEl-Kheir, alors que pour les autres, il existe une procdure judiciaire.
Citant lambassadeur russe Damas, certains disent que Bogdanov avait abord laffaire du prsident du courant de la Construction de lEtat, Louay Hussein, avec le prsident Assad, mais sans avoir reu de rponse claire. Damas est toujours arme des facteurs judiciaires, au moment o Moscou voit dans laffaire des indices politiques ncessaires ldification de la confiance.
Cest exactement ce quavait dit lopposant syrien, Haytham Manna, un missaire russe. Ce dernier lavait interrog sur les moyens de ractiver le Comit de la coordination et avait rappel que les autorits russes comptaient sur son rle dans le contexte de la solution politique en Syrie. Manna a demand: Accepterez-vous un gouvernement regroupant Abdel Aziz El-Kheir, comme ministre de Travail, Louay Hussein, comme ministre des Transports et Raja El-Nasser comme ministre de la Justice?. Lmissaire russe est parti. Il ne revint plus. Manna a choisi dobserver le mutisme se basant sur le hadith du prophte, selon lequel, celui qui croit en Dieu et au Jour dernier, quil dise quelque chose de bien ou quil se taise.
Et Manna dajouter: Dans cette priode, le mutisme est une position en soi. Mais ceux qui sont informs des mouvements de lopposition lextrieur, peroivent une extension de laction de Manna, reu par des responsables occidentaux et arabes, qui refusaient mme de communiquer avec lui dans les dernires annes.
Bogdanov avait rencontr Beyrouth, samedi dernier, deux dlgations de lopposition syrienne. Lune comprenant Mona Ghanem et Anas Jouda, responsables du courant de la Construction de lEtat, ainsi que Nidal Sabeh, mdiateur entre des opposants de la scne intrieure et lambassadeur russe Beyrouth.
Lentretien a dur une heure, de 16h 17h. Il tait cens durer une demi-heure, de manire ce que la seconde demi-heure soit rserve la dlgation du comit de Coordination, forme de Hassan Abdel Azim, de Safwan akkach et dAhmad Hasraoui.
La dlgation sest attarde en raison dun problme quelconque concernant les papiers de Akkash la frontire syrienne. On a contact les services de scurit syriens. La dlgation a franchi la frontire. Elle arriva en retard.
A larrive dAbdel Azim et de ses compagnons, ils se sont runis avec le directeur du dpartement du Moyen Orient du ministre russe des AE, au moment o Bogdanov stait rendu chez le secrtaire gnral du Hezbollah, sayed Hassan Nasrallah. Mais son retour, il a rencontr Abdel Azim et les membres de la dlgation, en prsence de Nidal Sabeh.
Durant les entretiens de Bogdanov avec les dlgations de lopposition syrienne, il sest enquis de Haythem Manna et insist sur limportance du rle du comit de Coordination. Mais il a aussi interrog ses htes sur leur avis lgard de Moazz El-Khatib, ancien chef de la Coalition de lopposition. Il a rendu hommage au rle de cet homme et voqu certains contacts russes avec lui. Hassan Abdel Azim a de mme fait lloge dEl-Khatib. Il a ajout que le comit de Coordination tait en perptuelle communication avec lui. Selon ses propos, El-Khatib dirige dsormais un groupe danciens membres de la Coalition de lopposition syrienne ; des hommes qui croient la solution politique et aux ngociations.
Mona Ghanem, qui prside le courant de ldification de lEtat lheure actuelle en Syrie, la suite de larrestation de son prsident, Louay Hussein, a voqu plusieurs points dont notamment: prserver lunit du territoire syrien, construire lEtat dmocratique juste, assurer les liberts et relaxer les dtenus politiques, prserver les institutions tatiques y compris larme, lutter contre le terrorisme par tous les moyens politiques, culturels et militaires.
Abdel Azim, a pour sa part avanc un projet de solution de plusieurs pages. Ces dernires contiennent les points rpts plusieurs reprises par le comit de Coordination. On y a aussi soulign la responsabilit de lEtat et la ncessit de la prise de de mesures pour btir la confiance.


Pas de plan dfinitif
Bref, Bogdanov est venu pour couter tous les points de vue, surtout quil avance sur un terrain min. En effet, la Coalition de lopposition napprouve pas un rle efficace de la Russie, par crainte de son soutien au rgime, ni ce dernier croit linfluence de lopposition extrieure sur la scne intrieure, ni les Etats-Unis veulent que la Russie russisse o ils ont eux-mmes chou. Pour ces raisons, on aspire au maximum, que le Russie parvienne rassembler lopposition Moscou, afin de convenir la formation dune dlgation opposante, qui se runira plus tard avec les autorits syriennes. Si la premire dmarche sera accomplie, la seconde sera quasi impossible raliser.
En fait, les Etats-Unis ne sont pas encore prts la solution, et lArabie na pas chang davis. Cest ce quon peut dduire des discussions de Bogdanov avec les autres parties, comme Damas, le Hezbollah, passant par les responsables libanais.
Lmissaire russe aurait en outre affirm au Hezbollah que Moscou ne reculera gure devant le soutien politique et militaire la Syrie, dans le contexte de la lutte contre le terrorisme.
Il est donc normal que le Hezbollah peroit une fermet russe inoue dans lappui de la Syrie et dans son apprciation du rle du Hezbollah dans la lutte contre le terrorisme. Le Hezbollah aurait mme peru un ton russe plus ferme que le discours entendu par la dlgation du parti Moscou. Lorsque la dlgation du conseil fdral du Parlement russe, prside par son vice-prsident Elias Omakhonov est venue au Liban et a rencontr le commandement du Hezbollah, beaucoup de choses ont t dites. Le commandement de la rsistance tait persuad que la position de Moscou est plus stratgique que le croient certains et que Moscou est plus dispose la confrontation que ne le croient les adversaires de Moscou.
Il sest avr que Bogdanov est venu avec les mmes ides. De surcrot, la protection de la Syrie est dsormais plus que ncessaire pour lavenir du conflit russo-occidental. Un fait qui suppose la vigilance contre tout acte perfide amricain et ncessite de convaincre toutes les parties syriennes de limportance du dialogue. Isral aurait t le premier saisir le message russe. Il a ripost, le jour suivant la rencontre de Bogdanov avec le Hezbollah et la visite de Mouallem en Iran, par des raids contre des postes prs de Damas.
Moscou russira-t-il? a sera difficile affirmer ; mais il aurait au moins, dans le contexte de la crise syrienne, agi dans ses intrts. Cest important en soi au comble du conflit entre la Russie et lOtan. Cest aussi ce qui pousse Assad faciliter la mission de Bogdanov, en dpit de sa propre conviction sur linanit de la confrence de Genve, et sur tout ce qui se droule ces jours-ci le jugeant comme un jet de poudre aux yeux.


Larme syrienne, une ligne rouge
Durant ses entretiens avec les responsables de lopposition en Turquie, au Liban et Damas, et avec les responsables libanais, le haut responsable russe sest demand: Dans lintrt de qui dtruire larme syrienne?. Il a expliqu ses interlocuteurs quIsral est le seul bnficiaire de cette destruction systmatique. Il a aussi pos une autre question lopposition: Ne croyez-vous pas que seul le dialogue pourrait pargner la Syrie la division du territoire?. Il a dans ce contexte soulign que lopposition devait agir immdiatement, pour viter le complot ourdi contre ce pays, et dans lequel elle jouera un rle dans son sauvetage et sa reconstruction. Les interlocuteurs de Bogdanov ont compris que larme syrienne tait une ligne rouge pour la Russie.
Mais Bogdanov na point voqu la possibilit du dpart du prsident Bachar Assad. Il a voqu le dialogue prvu, et le rapprochement des points de vue.
Lorsquun des responsables de la Coalition syrienne lui a pos une question sur Genve 1 et ce quon y avait dit propos de la mise en place dun comit transitoire jouissant de toutes les prrogatives, il a rpondu que Genve 1 tait la base du dialogue mais que des modifications y sont requises en ce moment, aprs la tenue de la prsidentielle et la priorit que reprsente dsormais le terrorisme.
Certains responsables de la Coalition de lopposition syrienne sont sortis de la runion en disant: Moscou na point chang davis. Elle soutient toujours le rgime dAssad. La tourne de Bogdanov sinscrit dans ce contexte. Mais durant les pourparlers, les responsables russes ont intentionnellement rappel que loccident na rien avanc lopposition. Il la seulement embourbe.



(1) Nombre de lecteurs vont stonner en lisant cet article que le prince Bandar ben Sultan est toujours vivant. Car, selon Thierry Meyssan, Bandar avait t victime dun attentat la bombe, le 26 juillet 2012, et aurait succomb plus tard ses blessures .Voir: La Syrie aurait limin Bandar ben Sultan en reprsailles de lattentat de Damas : La Syrie aurait limin Bandar ben Sultan en reprsailles de l'attentat de Damas et: Thierry Meyssan : lattentat contre le prince Bandar Ben Sultan: Thierry Meyssan : lattentat contre le prince Bandar Ben Sultan - Vido Dailymotion




Emir Abdelkader ; 2014-12-17 10:08 PM
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Bandar Ben Sultan : Nous voulons dtruire ce rgime...




09:06 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,