> >

[] [ ]

États-Unis : Bush contre Clinton, la revanche ?

(Tags)
 
Lambassadeur des États-Unis visite le centre anticancreux de Stif :... Emir Abdelkader 0 2014-12-07 02:34 PM
les États-Unis ne croient pas la mort de Abubakar Shekau Emir Abdelkader 0 2014-09-26 07:47 PM
Blocus contre Isral sur la cte ouest des États-Unis Emir Abdelkader 0 2014-08-19 05:20 PM
Sommet États-Unis - Afrique :... Emir Abdelkader 0 2014-08-04 11:45 AM
La France est la vassale des États-Unis... Emir Abdelkader 0 2014-02-15 05:45 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-12-18
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool États-Unis : Bush contre Clinton, la revanche ?

États-Unis : Bush contre Clinton, la revanche





Avant d'affronter Hillary Clinton, le fils et frre de deux anciens prsidents devra gagner une primaire rpublicaine qu'une pousse conservatrice pourrait plomber.

Il y a un signe qui n'avait pas tromp ses partisans, en Floride ou dans les milieux d'affaires. Cet automne, Jeb Bush (Jeb pour John Ellis Bush), 61 ans, s'tait fait aider d'un coach pour, coups d'exercices physiques et de dittique, se remodeler une silhouette plus svelte et plus jeune. Il a perdu sept kilos dans l'exercice. Puis la confirmation est arrive mardi 16 dcembre, par un texte adress ses partisans sur le compte Facebook de l'ancien gouverneur de Floride : "J'ai dcid d'explorer la possibilit de me prsenter l'lection prsidentielle."
Dans ce message, il raconte curieusement, avant d'en venir au coeur du propos, comment lui, sa femme Columba et leurs trois enfants avaient pass les ftes de Thanksgiving faire bonne chre et regarder des matches de football la tl... Certains puristes des arcanes de la politique amricaine en ont donc profit pour faire remarquer que ni dans la forme ni dans le fond il ne s'agissait d'une dclaration formelle de candidature. À un dtail prs toutefois. Dans son message qui ne se veut pas un communiqu, Jeb Bush annonce aussi la cration d'un PAC. Autrement dit une de ces structures de financement (political action committee) qui existent depuis 2012 et permettent aux donateurs de dpasser lgalement le seuil de 2 500 dollars d'aide aux candidats la prsidentielle ou aux mandats du Congrs.

Une structure de financement lance


Or, c'est le signal qu'attendaient beaucoup de financiers potentiels pour qui Jeb Bush a deux avantages : il est rpublicain, mais modr. Il fait partie, famille de patriciens du Texas oblige, de l'Establishment avec un grand E. "Voter pour un Bush, c'est aussi rassurant que de faire un achat dans un magasin franchis", dit ainsi drlement David Axelrod, qui est pourtant un proche d'Obama. Mais ces atouts d'appartenance et de notorit sont aussi ceux qui pourraient se retourner contre Jeb sur le plan politique.

Fils de George Herbert Walker Bush, 41e prsident des États-Unis et frre de George Walker Bush, 43e prsident, le possible candidat l'lection de 2016 donnera immanquablement l'lecteur amricain le sentiment que la plus grande dmocratie du monde, fire de son idal rpublicain, gagn sur les champs de bataille face au roi d'Angleterre, est entre dans un cycle de dynasties politiques qui alternent au gr des lections. Le Washington Post a ainsi calcul qu'un lecteur de moins de 38 ans n'a connu qu'une seule lection prsidentielle - celle de 2012 - dans laquelle ni un Bush ni un Clinton n'taient candidats.
Deux dynasties ?


La candidature, plus que probable elle aussi, d'Hillary Clinton pour le camp dmocrate n'vacuera pas les critiques sur la transmission de la fonction prsidentielle par hritage. Mais elle aura pour Jeb Bush l'avantage de mettre les deux camps sur le mme plan. En revanche, si Hillary, qui pour le moment se contente de faire la promotion de son livre en une sorte de prcampagne littraire, n'a pas trop de soucis se faire pour remporter la primaire dmocrate, c'est beaucoup plus compliqu pour Jeb chez les rpublicains.

L'ancien gouverneur est plutt le successeur de son pre que celui de son frre. Il est donc pragmatique et modr et passe presque pour un gauchiste aux yeux de ceux qui, dans son parti, sont des militants incorrigibles du "moins d'État fdral possible" dans les affaires locales. Et si quand il tait en fonction aux commandes de la Floride il a supprim des impts et des taxes et diminu le nombre de fonctionnaires locaux, il s'est aussi montr ouvert une des btes noires des adeptes du Tea Party : l'ouverture progressive une ducation commune pour tous les petits Amricains, qu'ils habitent dans le Kentucky ou New York (common core academic standard).

Sur l'immigration aussi, Jeb Bush, dont la femme Columba est d'une grande famille mexicaine, a des ides d'ouverture et de rgularisation pour les 11 millions de sans-papiers qui risquent d'tre violemment combattues dans son propre camp. Mais cette position courageuse a son avantage : elle vaudra ce candidat qui parle couramment espagnol d'avoir l'appui de la communaut des latinos, dont le nombre ne cesse de grandir. Quoi qu'il lui en cote, Jeb Bush ne semble pas prt faire des concessions sur ses ides. Dans un forum organis par le Wall Street Journal au dbut de ce mois il avait t clair : "Pour gagner la prsidentielle, il vaut mieux tre prt perdre les primaires qu' renoncer ses principes."



LePoint.fr






 

()


: 1 ( 0 1)
 

États-Unis : Bush contre Clinton, la revanche ?




11:54 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,