> >

[] [ ]

La drive autoritaire du prsident Erdogan en 5 actes

(Tags)
 
Erdogan, le prsident dictateur... Emir Abdelkader 0 2014-08-14 02:46 PM
RSF appelle un contrle de lexport des moyens de surveillance au rgime autoritaire de Rabat Emir Abdelkader 0 2014-06-20 09:26 PM
Hausse de 43% des actes islamophobes en France Emir Abdelkader 0 2014-06-19 07:34 PM
Drive et infantilisme Emir Abdelkader 0 2014-04-08 01:38 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-12-21
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,930 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
La drive autoritaire du prsident Erdogan en 5 actes

TURQUIE. La drive autoritaire du prsident Erdogan en 5 actes




Des journalistes arrts et inculps, des opposants dans le viseur de la justice, un appareil judiciaire sous contrle... Depuis son lection, plus rien n'arrte le prsident turc.

Rien ne semble pouvoir arrter l'offensive de Recep Tayyip Erdogan, le nouveau prsident de la Turquie depuis aot, contre ceux qu'il juge comme tant ses ennemis.
Dimanche dernier, la police turque a lanc une nouvelle opration coup de poing contre les partisans du rival de Recep Tayyip Erdogan, le prdicateur islamiste Fethullah Glen, visant notamment des mdias proches du religieux. Des arrestations qui sont "incompatibles avec la libert de la presse", estime l'Union europenne.
Ce nouveau coup de force n'est que le dernier en date. L'homme fort de la Turquie, accus d'autoritarisme et de drive islamiste par ses opposants, s'est fait construire un nouveau palais prsidentiel gigantesque et dmesur, selon l'opposition, et a dcid de mettre au pas et d'"pur" l'appareil judiciaire turque.
Les cinq actes du tour de vis autoritaire :
1. L'ex-alli du prsident Erdogan, Fethullah Glen, recherch

Un mandat d'arrt a t requis, vendredi 19 dcembre, contre Fethullah Glen, ex-alli du prsident Erdogan.
Cet imam de 73 ans exil depuis 1999 aux Etats-Unis est accus par le Parquet d'tre la tte d'un groupe criminel, selon l'agence officielle de presse Anatolie. Fethullah Glen est aussi accus d'tre la tte d'une organisation terroriste arme.
Mme si le mandat d'arrt est confirm, il n'aurait qu'une porte symbolique : les Etats-Unis ont toujours refus de livrer Fethullal Glen aux autorits turques.
Recep Tayyip Erdogan rpte sans cesse sa dtermination neutraliser les partisans de la confrrie Glen qu'il accuse d'avoir constitu un "Etat dans l'Etat" et d'avoir complot dans l'ombre pour provoquer sa chute en orchestrant et manipulant des enqutes de corruption.
"Nous allons les poursuivre jusque dans leur repaire", a-t-il lanc mercredi, accusant le mouvement Glen, d'tre une "structure parallle utilise par un pays du sud", savoir Isral.
Souponn d'tre l'origine des enqutes pour corruption visant personnellement Recep Tayyip Erdogan et son entourage politique, qui avaient provoqu une grave crise politique l'hiver 2013-2014, le mouvement nie toute implication.
L'homme fort de la Turquie tait parvenu mettre un coup d'arrt cette enqute en procdant au limogeage de milliers de policiers et d'un certain nombre de juges et en faisant adopter des lois renforant le contrle de l'Etat sur l'appareil judiciaire et sur internet.
2. La presse d'opposition dans le collimateur de la justice

Si Erdogan a peu de chances de faire arrter son ex-alli, 30 personnes (journalistes, policiers, scnaristes et ralisateurs de tlvision) souponnes de faire partie de son rseau ont t arrts ces dernires semaines.
Au terme de cinq jours d'interrogatoire, la justice turque a inculp vendredi 19 dcembre pour terrorisme le patron d'une chane de tlvision d'opposition, interpell dans le cadre de l'offensive du rgime contre Fethullah Glen.
Le directeur de la chane Samanyolu, Hidayet Karaca, a t inculp pour"appartenance et direction d'une organisation arme", et crou.
Ekrem Dumanli, directeur de publication du journal Zaman du mme groupe de presse, qui frle le million d'exemplaires, a lui t relch.
En tout quatre suspects, dont Hidayet Karaca et trois policiers, ont t inculps et 26 autres librs aprs cette vague d'arrestations controverse et dnonce en Turquie et l'tranger comme un nouveau tour de vis autoritaire du rgime d'Ankara et une atteinte la libert de la presse.
Crant au long des annes ses propres mdias, Recep Tayyip Erdogan Erdogan s'est est ouvertement pris la presse indpendante en Turquie.
En 2012, ce pays dtenait le triste record de 76 reporters sous les verrous.
3. Pour Erdogan, l'galit homme femme est "contre nature"

"Une place pour les femmes dans notre socit : la maternit". C'est en ces termes que le prsident islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan a dfini, le 24 novembre dernier, Istanbul, le rle des femmes dans son pays, lors d'un sommet sur la justice et les femmes.
Devant un parterre trs largement fminin, il a affirm sans dtour que les femmes ne pouvaient pas tre naturellement gales aux hommes, et a vertement critiqu les fministes, les accusant d'tre opposes la maternit :
Certaines personnes peuvent le comprendre, d'autres non. Vous ne pouvez pas expliquer a aux fministes parce qu'elles n'acceptent pas l'ide-mme de la maternit."

Sur sa lance, le chef de l'Etat a assur qu'hommes et femmes ne pouvaient pas tre traits de la mme faon "parce que c'est contre la nature humaine". Il a insist :
Leur caractre, leurs habitudes et leur physique sont diffrents. Vous ne pouvez pas mettre sur un mme pied une femme qui allaite son enfant et un homme."

"Vous ne pouvez pas demander une femme de faire tous les types de travaux qu'un homme fait, comme c'tait le cas dans les rgimes communistes", a galement estim le prsident Erdogan, "vous ne pouvez pas leur demander de sortir et de creuser le sol, c'est contraire leur nature dlicate".
4. Un palais d'"au moins 1.150 pices"

Une superficie de 200.000 mtres carr, un cot de 1,3 milliard de livres turques (environ 490 millions d'euros), "au moins 1.150 pices"... le nouveau palais prsidentiel est trs luxueux et aussi trs controvers.
Cela n'empche pas Recep Tayyip Erdogan de dfendre avec vhmence son palais prsidentiel construit Ankara et qui nourrit depuis des semaines la polmique. Enime provocation : le prsident turc a souhait prciser que l'imposant complexe disposait d'"au moins 1.150 pices" et non d'un millier contrairement ce qu'affirmait la presse.
"On ne fait pas d'conomies quant il s'agit du prestige" d'une nation, a martel Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours prononc devant un parterre d'hommes d'affaires Istanbul. Et d'ajouter que le palais ne lui appartenait pas : "Ce n'est pas mon palais, ce n'est pas une proprit prive, c'est celui du peuple, il lui appartient".
"Nous avons voulu construire une oeuvre pour que les gnrations futures disent 'C'est de l qu' t dirige la nouvelle Turquie'", l'expression qu'emploie Recep Tayyip Erdogan pour dfinir son quinquennat.
L'opposition turque, elle, y voit une nouvelle manifestation de la folie des grandeurs du chef d'Etat.
5. Une loi renforant l'emprise du rgime sur la justice

Le parlement turc a adopt, le 3 dcembre dernier, un projet de loi contest du gouvernement islamo-conservateur qui renforce l'emprise de l'excutif sur l'appareil judiciaire.
Critique par la socit civile et l'opposition, la nouvelle lgislation vise rorganiser les plus hautes instances juridiques comme le conseil d'Etat et la cour de cassation, afin d'y nommer de nouveaux juges.
De cette manire le parti de la justice et du dveloppement (AKP, issu de la mouvance islamiste) au pouvoir depuis 2002, pourra peser sur le judiciaire et rduira de fait l'indpendance de la justice, estiment les dtracteurs du rgime.
La nouvelle loi permet aussi aux magistrats d'ordonner des perquisitions sur un simple soupon.
Le pouvoir se dfend en mettant en avant sa volont d'"purer" l'appareil judiciaire des membres prsums d'une confrrie religieuse dirige par le prdicateur Fethullah Glen.
Cette nouvelle loi est la dernire d'une longue srie de rformes lgislatives controverses adoptes par le parlement depuis le dbut de l'anne.


Paul Laubacher avec AFP




 

()


: 1 ( 0 1)
 

La drive autoritaire du prsident Erdogan en 5 actes




08:18 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,