> >

[] [ ]

Le pouvoir a dcid de soumettre lAlgrie au gouvernement franais

(Tags)
 
Le gouvernement franais rpond Zemmour par les chiffres Emir Abdelkader 0 2014-12-22 03:04 PM
le gouvernement franais la rescousse du groupe algrien Cevital Emir Abdelkader 0 2014-03-26 03:09 PM
ALGERIE : Un pouvoir qui a prfr dpenser au lieu de penser Emir Abdelkader 0 2014-03-02 01:36 PM
Si lAlgrie dcide de rgler ce problme, en une journe cest rgl Emir Abdelkader 0 2013-02-25 03:36 PM
LAlgrie dcide de relever lallocation touristique,Une bouffe doxygne inespre pour la Tunisi Emir Abdelkader 0 2012-12-13 04:46 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-12-25
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,944 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Le pouvoir a dcid de soumettre lAlgrie au gouvernement franais

ENTRETIEN. Mohcine Belabbas, prsident du RCD : Le pouvoir a dcid de soumettre lAlgrie au gouvernement franais




Que pensez-vous de la rponse apporte par le prsident Bouteflika face la chute du prix du ptrole ?

Je ne vois pas de rponse dans les dclarations de M. Bouteflika. Il sest limit dire quils taient inquiets et a demand au gouvernement de faire en sorte de rduire le budget de fonctionnement. Mais nous ignorons ce que le gouvernement compte faire pour rduire limpact de la chute du prix du baril sur le pays.
Et il est trs difficile de connatre les dtails. Nous navons pas de donnes chiffres sur le fonctionnement de lEtat. Nous avons de vagues donnes rendues publiques loccasion de la prsentation des lois de finances ou des bribes dinformations qui nous parviennent travers les dclarations ou les contributions dun certain nombre dconomistes, mais pas plus.


Le Prsident a appel rationaliser les dpenses tout en maintenant les subventions. Ces mesures ne sont-elles pas suffisantes ?

Dabord, ce nest pas suffisant. Ensuite, ce nest pas clair. Ces dclarations suggrent seulement que, jusque-l, le gouvernement ne grait pas les deniers publics de manire rationnelle puisquon parle de rationalisation.
Concrtement, ce qui est attendu du gouvernement, cest de rorienter la politique conomique dans le sens de linvestissement productif. Pour linstant, on ne voit rien venir. Nous attendons des explications du gouvernement pour voir dans quel domaine on va investir en priorit. Ce qui est important aussi, et le chef de lEtat la suggr hier, est de rflchir, srieusement, aux nergies renouvelables.


Quelle serait la consquence de cette chute du ptrole sur la situation politique du pays ?

La consquence est dj l : le gouvernement sest runi dans lurgence et en retard pour dire quil faut rationaliser les dpenses publiques alors que nous avons attir son attention depuis plus dune anne. Nous sommes dj dans une priode o limpact de cette chute a commenc avoir des effets sur la gestion du pays en gnral. Il est craindre quon ne puisse plus, dans quelques annes voire dans quelques mois, assurer les salaires tels quils le sont actuellement. En 2011, il y a eu une importante augmentation de salaires pour acheter la paix sociale.


Quelle lecture faites-vous de la grande mobilisation de lArme algrienne en Kabylie aprs la mort dun touriste franais ?

Ce qui est malheureux dans laffaire dHerv Gourdel, cest que le citoyen algrien sest rendu compte que lEtat algrien ou le pouvoir met les moyens quand il sagit de la vie dun citoyen franais. Mais il ne fait pas la mme chose quand il sagit dun citoyen algrien, civil ou militaire.
Quelques mois avant la mort de Gourdel, douze militaires ont t assassins dans la mme localit. Durant des annes, plusieurs citoyens ont t kidnapps dans cette mme localit sans quil y ait la mobilisation de tant de forces sur le terrain. Cette soumission la France commence crer des problmes. Certains ambassadeurs ont mme relev, ces derniers temps, le fait que lAlgrie continue dpendre normment des dcisions de la France.
Cela dit et malgr tout, la population algrienne a bnfici de cette mobilisation. Il a fallu quun Franais soit kidnapp dans cette rgion pour que les militaires se mobilisent pour essayer de rduire la nuisance du phnomne terroriste.


Qui sont ces ambassadeurs ?

Nous avons eu des informations faisant tat dun certain nombre dambassadeurs notamment un Europen qui a quitt le pays, depuis quelques temps, et qui a dnonc cela en disant : je pensais que lAlgrie tait indpendante, je me rends compte quelle ne lest pas encore . Cest un ambassadeur qui a refus dtre reu par Bouteflika et Sellal.


Le gouvernement a-t-il subi des pressions aprs lassassinat dHerv Gourdel ?

Je ne dis pas que le gouvernement a subi des pressions. Le pouvoir algrien a dcid de se soumettre et de soumettre lAlgrie au gouvernement franais. On voit cette soumission, dans les dcisions et dans les actions, travers un certain nombre de dcisions conomiques qui favorisent normment les entreprises franaises, au dtriment dautres entreprises nationales et trangres.
Le fait davoir dcid denvoyer des militaires algriens en France pour participer au dfil du 14 juillet sans quil y ait un dbat en Algrie tait un signe de rorientation de la politique algrienne vis--vis de la France, sans contrepartie ! Lautorisation accorde laviation militaire franaise de survoler le territoire national est un autre signe. Le fait que le chef de lEtat se soigne rgulirement dans les hpitaux franais est aussi un signe de soumission.


La CNLTD revendique des lections anticipes, Hamrouche se prononce clairement contre cette proposition, le FFS prpare sa confrence nationale peut-on rellement parler dune opposition unie autour du projet de transition dmocratique ?

Dabord, lopposition algrienne revendique en priorit linstitutionnalisation dune instance indpendante pour la gestion des lections. Une fois cette revendication acquise, elle passera une autre tape qui est llection prsidentielle anticipe. Et dans tous les cas, il y aura une lection. La premire (rgulire) interviendra en 2017, savoir les lections lgislatives. Donc, cest pour bientt.
Par la suite, il faut aller une lection prsidentielle anticipe parce que nous avons un prsident malade, illgitime et qui nest pas reconnu par une bonne majorit dAlgriens. Cette situation profite aux puissances trangres dans leurs ngociations avec lAlgrie. Et lopposition crdible est daccord sur linstallation dune instance indpendante de gestion des lections. Plus de 45 partis revendiquent cette instance.


Hamrouche et le FFS ne font pas partie de cette opposition crdible, selon vous ?

Si on se limite dfinir lopposition comme tant ceux qui sont contre le pouvoir actuel, je pense que les membres de linstance sont reprsentatifs. Pour lessentiel, ses membres sont des partis qui ont boycott llection prsidentielle, qui demandent une transition dmocratique, une instance indpendante et qui ne sigent pas dans des institutions telles que lAPN.


O situez-vous M. Hamrouche ?

Il se dfinit lui-mme comme tant un enfant du systme qui veut plaire tout le monde. Depuis le dernier commentaire de la revue El Djeich, il est sur la dfensive. Dabord, il dit : Je ne suis pas concern par les propos dEl Djeich . Sil ne se sent pas concern, il na pas besoin de communiquer sur ce point. Ensuite, il dit je ne me suis jamais adress lArme.
Or, on sait trs bien quil avait adress un message, dans une dclaration publique faite la veille de la prsidentielle, Bouteflika, Toufik et Gad Salah. Il est aussi sur la dfensive quand il dit : je ne suis candidat rien . Il pensait jouer lhomme du consensus et il se rend compte que ce quil attendait ne marche finalement pas.


Comment interprtez-vous les dclarations du vice-ministre et chef dtat-major sur la dernire prsidentielle ?

Nous avons ragi temps par rapport aux dclarations de Gad Salah. Nous avons jug quil y avait un drapage, au minimum verbal, du chef de ltat-major. Ce dernier na pas simmiscer dans les affaires politiques. Cest--dire quil na pas dcider de lordre du jour du dbat de la classe politique.
M. Gad Salah est le reprsentant dune institution dont les missions sont clairement dfinies par la Constitution. Il peut et il a le droit de parler de la situation scuritaire aux frontires, de lancer des messages pour mobiliser les troupes, de sensibiliser le citoyen sur les dangers aux frontires et sur la question du terrorisme mais il na pas dcider si lopposition peut dire que les lections ont t illgitimes ou pas.


Est-ce que cest d au fait quil occupe ces deux postes : vice-ministre de la Dfense et chef dtat-major ?

Dabord il sest exprim en sa qualit de chef dtat-major dans une cole des cadets Bchar. Dans le mme temps, en tant que vice-ministre de la Dfense, il na pas dcider de lordre du jour des dbats publics. Cest un drapage. La preuve, ce jour, il na pas ragi linterpellation de la classe politique.


Avez-vous constat un changement concernant linfluence du DRS sur la vie politique prs dun an aprs les critiques formules par le Secrtaire gnral du FLN ?

Les dcisions prises par le chef de lEtat, en septembre (2013) ont prcd les dclarations de M. Saadani. Et dans ses dclarations, on sent quelquun qui tait dans les rglements de comptes, quelquun qui croyait, qui tait convaincu ou qui avait linformation que les acteurs qui bougeaient dans le cadre du redressement (au sein du FLN) taient manipuls par les services. Donc, il ne les a pas faites par conviction sinon il aurait fait dans dautres conjectures. Cela tant dit, bientt se tiendra le congrs du FLN. Mettra-t-il la dissolution de la police politique dans son programme ? Je ne suis pas sr. Sil ose le faire, on pourra reconnatre une volution importante.


Mais y a-t-il eu un changement dans la vie politique depuis les dcisions du Prsident ?

Il est sr quil y a une reconfiguration au niveau des services de scurit en gnral. Mais on ne peut pas dire, immdiatement, que le rle de la police politique a t normment rduit. On ne peut pas dire aussi quil y a une dcision officielle de dissoudre la police politique. Il y a rcupration dune partie des prrogatives de la police politique au profit de la prsidence. Quand on voit un ancien premier responsable au niveau DRS rappel au niveau de la prsidence, que le patron du DRS depuis 1990 na pas encore chang, on se pose des questions.


TSA-Algrie | Tout sur l'Algrie

 

()


: 1 ( 0 1)
 

Le pouvoir a dcid de soumettre lAlgrie au gouvernement franais




09:41 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,