> >

[] [ ]

En Algrie, Abdelmalek Sellal fait le job

(Tags)
 
Aprs Abdelmalek Sellal, Farida Sellal investit Facebook ! Emir Abdelkader 0 2014-08-20 04:55 PM
Abdelmalek Sellal lhomme du prsident Emir Abdelkader 0 2014-04-30 02:27 PM
Brve biographie de Abdelmalek Sellal Emir Abdelkader 0 2014-04-28 10:46 PM
Entretien avec Abdelmalek Sellal Emir Abdelkader 0 2014-03-22 07:23 PM
Biographie du nouveau 1er ministre Abdelmalek Sellal Emir Abdelkader 0 2012-09-04 06:44 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-12-30
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,966 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool En Algrie, Abdelmalek Sellal fait le job

En Algrie, Abdelmalek Sellal fait le job




Consensuel, loyal et drle, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a la confiance du prsident Bouteflika depuis plus de deux ans. On le dit malgr tout partant prochainement, l'occasion d'un remaniement gouvernemental. Portrait d'un grand commis de l'État qui semble n'avoir d'autre ambition que de mener bien sa mission.
La scne se droule dans la cabine de l'avion prsidentiel, 10 000 m d'altitude, en dcembre 2008. Abdelaziz Bouteflika fait venir dans son salon priv Abdelmalek Sellal, alors ministre des Ressources en eau. "J'ai beaucoup d'affection pour vous, lui dit-il en substance. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, faites-moi signe..." Badin, comme son habitude, le ministre rpond : "Envoyez-moi dans une ambassade..."
Bouteflika sourit, avant d'inviter Sellal, d'un ton tout aussi badin, disposer. Le 3 septembre 2012, c'est une tout autre scne qui se droule cette fois El-Mouradia, sige de la prsidence. Mohamed Rougab, secrtaire particulier du chef de l'État, tlphone au Premier ministre, Ahmed Ouyahia, pour lui signifier son limogeage. Aussitt aprs avoir raccroch, il informe Abdelmalek Sellal qu'il est lui aussi appel d'autres fonctions.
Pas dans une ambassade, comme il en avait formul le souhait dans l'avion du ras, mais la tte de l'excutif. Plusieurs annes auparavant, en mars 2003, alors qu'il prenait le th dans son bureau ministriel avec une journaliste, celle-ci avait prophtis : "On vous prpare tre chef du gouvernement." Sellal, dans un clat de rire : "Non, je n'accepterais pas. C'est trop de travail." Dix ans plus tard, il n'osera ou ne saura dire non au prsident.
C'est bien connu, il suffit d'un petit rien pour qu'Alger bruisse de rumeurs. En cette fin 2014, qui a vu la rlection de Bouteflika pour un quatrime mandat, ce sont les deux voyages successifs de Sellal Paris (4 et 5 dcembre) puis, une semaine plus tard, Londres qui ont aliment la rumeur, exercice national favori des Algriens. Un important remaniement de l'quipe gouvernementale serait en cours.
Sellal, 66 ans et pre de trois enfants, devrait tre dbarqu la fin du mois, une fois la loi de Finances signe par le prsident, et remplac par l'actuel ministre de l'Industrie, Abdeslam Bouchouareb. Autre rumeur : Ahmed Ouyahia, "l'homme des basses besognes", pourrait tre rappel la tte du gouvernement en raison de la chute des cours du ptrole. Bref, dans les rdactions ou les restaurants hupps de la capitale, on a d'ores et dj enterr Sellal. L'intress, lui, reste de marbre. "Je fais mon job et je dors bien", rpte-t-il l'envi ceux qui lui rendent visite. Deux ans et quatre mois aprs sa nomination, il est donc bien parti pour rester, quand bien mme Bouteflika, selon un ami de cinquante ans, "est rput pour mettre souvent son clignotant gauche pour tourner droite".
Au tlphone avec le prsident

Sellal arrive son bureau, situ au premier tage du palais du gouvernement, fortement secou par un attentat kamikaze en avril 2007, ds potron-minet. Revue de presse, lecture et annotation des rapports et fiches (pas plus de deux feuillets) prpars par ses chargs de mission, audiences, runions avec son staff, concertations ministrielles ou interministrielles, signatures des piles de parapheurs, coups de fil incessants...
Le marathon s'tire jusqu' 20 heures, voire parfois au-del dans les moments de crise, comme ce fut le cas lors de l'attaque terroriste contre le site gazier d'In Amenas, en janvier 2013. Peu port sur les brainstormings, Bouteflika communique avec Sellal par tlphone, dont il est un utilisateur patent. En cas d'urgence ou lorsqu'une question ne peut tre tranche par un coup de fil, il est convoqu la rsidence Zeralda, sur le littoral ouest d'Alger, vaste domaine de trois btiments transform en villa mdicalise et en annexe de la prsidence.
C'est l que rside le chef de l'État, qui a dsert El-Mouradia quelques semaines avant son AVC, survenu en avril 2013. Sellal coordonne ainsi les activits de ce dernier en concertation avec Sad Bouteflika, frre cadet et conseiller du prsident, Mohamed Rougab et, mme si les deux hommes ne s'apprcient gure, Ahmed Ouyahia, directeur de cabinet de la prsidence. "Contrairement Ahmed Ouyahia, qui est davantage un homme de dossiers, Sellal privilgie les contacts humains, commente un de ses anciens collgues. Il reoit normment, y compris des responsables en rupture de ban, coute et dialogue. Il est accommodant, pas du tout dogmatique ni psychorigide.
Mais sous ses airs dbonnaires, c'est un fin connaisseur des ralits locales, notamment le fonctionnement des collectivits, ainsi que les rapports de force l'intrieur du pays. Du coup, ses ministres ne lui racontent pas d'histoires et, l'inverse de son prdcesseur, qui tranait comme des boulets les superministres qu'taient Abdelhamid Temmar, Chakib Khelil ou Abdellatif Benachenhou, il a la confiance du prsident."
Sellal, narque au long CV

Quand on droule le CV de Sellal, on comprend mieux pourquoi le choix s'est port sur cet narque, promotion 1974 section diplomatie, pour diriger le gouvernement. Avec lui, l'expression "commis de l'État" n'est point galvaude. Natif de Guenzet (Petite Kabylie, rgion natale du gnral "Toufik", patron du Dpartement du renseignement et de la scurit, DRS), Sellal a grandi Constantine.
Successivement chef de dara (sous-prfet) Tamanrasset - l o s'est installe son pouse, Farida, ingnieur tlcoms et artiste photographe, qui y a cr une association (Sauver l'Imzad) -, prfet dans cinq dpartements (Adrar, Sidi Bel Abbs, Oran, Boumerds et Laghouat), conseiller ministriel, directeur de cabinet au ministre des Affaires trangres, ambassadeur Budapest, Sellal a roul sa bosse dans la grande administration.
Mais il ne mettra les pieds dans les arcanes du vrai pouvoir qu' l'automne 1998. Frachement dbarqu de Budapest, dont il apprciait les charmes des terrasses, il hrite du ministre de l'Intrieur, avec comme mission principale l'organisation de la prsidentielle de 1999. À partir de cette date, il dirigera plusieurs ministres (Jeunesse et Sports, Transports, Travaux publics) avant de piloter, trois reprises (2004, 2009 et 2014), la campagne lectorale d'Abdelaziz Bouteflika.
"À l'poque, le prsident Liamine Zroual l'avait choisi parce qu'il tait consensuel, conciliant, technocrate et n'appartenait aucune chapelle politique", avance un haut grad la retraite, membre du staff d'un candidat de l'opposition. "C'est ce qui explique que l'arme et Bouteflika ont fait appel lui en 2012 pour diriger le gouvernement avec une feuille de route claire : assurer la stabilit sociale au lendemain du Printemps arabe", dcrypte une vieille connaissance de Sellal. Et instiller un brin d'ouverture, notamment sur le plan conomique. Car en la matire galement, les positions de Sellal sont beaucoup plus souples que celles de ses prdcesseurs. "Peu importe, nous a-t-il confi un jour, les raisons qui nous ont ralentis.
L'essentiel est d'tre aujourd'hui dtermins acclrer les rformes, sortir du tout ptrole, notre plus grand problme depuis 1962, mais aussi arrter de considrer que secteur priv gale ennemi." Apprci ou moqu, le Premier ministre algrien ne laisse pas indiffrents ses interlocuteurs. Un chef d'État africain qui l'a crois lors du dernier Mondial au Brsil le trouve "naturel et dcontract".
Franois Hollande, avec lequel il s'est entretenu plusieurs reprises, dit qu'il est "fort sympathique", alors qu'un ex-ambassadeur avec lequel il prend souvent le th le juge d'un "commerce agrable, srieux dans le travail, bon cuisinier mais mauvais conducteur, car il dteste prendre le volant". "Il n'a pas d'araigne au plafond, souligne aussi un de ses visiteurs. Il a le contact facile, possde un certain pouvoir de sduction, mme s'il peut paratre borderline dans sa manire de s'exprimer."
Des sorties mdiatiques incontrles
Il ne laisse pas non plus indiffrents ses compatriotes. Ses bons mots, ses nologismes et les liberts qu'il prend parfois avec l'arabe ou le franais l'exposent rgulirement aux railleries et aux moqueries, notamment sur les rseaux sociaux. Hlas, ses sorties mdiatiques incontrles ne prtent pas toujours sourire, comme ce fut le cas lors de la dernire campagne lectorale avec sa mauvaise blague sur les Chaouis : "Tu sais ce qu'on dit chez nous, Constantine ? "Chaoui, hachek" ["Chaoui, sauf ton respect"]."
Pour les habitants fiers et ombrageux des Aurs, ces propos relvent de l'insulte. Rsultat : Sellal a t dclar persona non grata Batna, capitale des Chaouis. Si l'affaire est close, elle n'en a pas moins corn l'image du Premier ministre. Mais il en faut davantage pour dstabiliser ce grand blagueur devant l'ternel.
Comme ce fut le cas avec tous ses prdcesseurs, on souponne souvent, tort ou raison, Abdelmalek Sellal de viser la succession du ras. Alors que la candidature de Bouteflika pour un quatrime mandat faisait encore l'objet de dbats l'automne 2013, des mdias spculaient sur l'avenir de son Premier ministre. "Sellal candidat du pouvoir pour succder Bouteflika", juraient certains l'poque. "Je n'ai aucune ambition prsidentielle, nous confiait pour sa part l'intress au printemps 2013. Je suis fidle au prsident et je ne trahirai jamais sa confiance."
Fidle sans doute, gure dvor par l'ambition peut-tre, mais Sellal sait ce qu'il en cote lorsqu'un collaborateur de Bouteflika laisse un peu trop deviner sa volont de se forger un destin national. En mai 2003, Ali Benflis avait t brutalement dbarqu de la chefferie du gouvernement parce que le prsident le souponnait de prparer sa candidature la prsidentielle de 2004.
Ahmed Ouyahia subira le mme sort en 2006, car certains, dans l'entourage du chef de l'État, pensaient qu'il marchait dans les pas de Benflis, malgr ses tats de service et une fidlit jamais prise en dfaut. On dit mme que c'est une couverture de J.A. qui scella sa chute. À la fois serein et badin, Abdelmalek Sellal, lui, nourrit toujours la mme ambition : "Quand j'aurai termin ma mission au gouvernement, j'irais bien finir ma carrire dans une ambassade."
Premier ministre : attention fragile
"Le grand dfaut des Premiers ministres de Bouteflika, c'est Bouteflika", ironise un initi des arcanes du pouvoir algrien. Brouilles, bouderies et limogeages secs, les rapports entre le prsident et ses chefs de gouvernement n'ont pas toujours t empreints de srnit. D'abord parce que Bouteflika est un fervent partisan d'un systme qui concentre presque tous les pouvoirs entre les mains du prsident, relguant ainsi le patron de l'excutif au rang de "simple collaborateur".
Ensuite parce que les intrigues de palais, via l'entourage du ras (ministres, courtisans, conseillers ou membres de la famille), ont parfois eu une influence nfaste sur les relations entre les deux ttes de l'excutif. Enfin parce que, de 1999 2010, tous les chefs de gouvernement devaient composer avec un carr de superministres (Yazid Zerhouni, Abdelhamid Temmar, Abdellatif Benachenhou et Chakib Khelil) qui ne rendaient compte qu'au prsident de la Rpublique.





 

()


: 1 ( 0 1)
 

En Algrie, Abdelmalek Sellal fait le job




09:48 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,