> >

[] [ ]

Ce que lAlgrie doit faire pour viter la crise

(Tags)
 
10 mesures pour faire face la crise Emir Abdelkader 0 2014-12-29 03:49 PM
ce que l'Algrie doit faire pour en finir avec les "supportueurs Emir Abdelkader 0 2014-08-29 11:00 PM
LAlgrie doit faire face une menace relle qui remet en cause ses acquis scuritaires Emir Abdelkader 0 2014-07-18 03:24 PM
Ce que le nouveau musulman doit faire et ce quil doit abandonner 3 2014-03-25 07:27 PM
Sil doit postuler pour un 4e mandat, Ce que Bouteflika devra faire Emir Abdelkader 0 2014-01-23 11:09 AM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-12-30
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Ce que lAlgrie doit faire pour viter la crise

Pr Mebtoul RFI : Ce que lAlgrie doit faire pour viter la crise






Dans une interview accorde Radio France Internationale (RFI) qui sera diffuse ce mercredi, le professeur Abderrahmane Mebtoul sest longuement tal sur les soubresauts du march ptrolier international et leur impact sur une conomie algrienne structurellement arrime aux recettes des hydrocarbures. Linvit de RFI, en rponse une question du journaliste, a livr ce quil considre comme des recommandations ladresse du gouvernement algrien dans le but dviter de tomber dans les mmes travers que ceux ayant dcoul de la gestion de la crise ptrolire de 1986. Demble, lexpert conseille dviter la langue de bois et de dire la vrit la population algrienne. M. Mebtoul a, cette occasion, estim que le gouvernement algrien devrait aller vers une loi de finances complmentaire afin, explique-t-il, de diminuer les sorties de devises du pays, et plus de rigueur budgtaire. Daprs lui, lAlgrie ne peut pas continuer de dpenser sans compter en puisant ses rserves dhydrocarbures et a besoin de revoir sa politique afin dinstaurer une vritable conomie productive. Elle ne peut continuer dans cette voie suicidaire pour les gnrations futures, au risque dune aggravation du dficit budgtaire, de lpuisement du fonds de rgulation des recettes et des rserves de change lhorizon 2018/2020, et dune acclration du processus inflationniste, estime lexpert international. Il ajoute que pour lAlgrie est pos le problme de sa scurit nergtique et, dune manire gnrale, de la transition dune conomie de rente une conomie hors hydrocarbures sinsrant dans le cadre des valeurs internationales. M. Mebtoul prconise galement linstauration de co-partenariats gagnant-gagnant qui sont ncessaires avec lensemble des pays dvelopps, lAlgrie ayant besoin de transfert technologique et managrial pour russir sa transition. Dissquant les recettes tires par lAlgrie de la vente des hydrocarbures, lexpert a, notamment, mis en exergue la gravit de la situation, ne de la baisse continue, ces dernires annes, des revenus ptroliers. Les recettes de Sonatrach qui reprsentent 98% ont t de 73 milliards de dollars entre 2011 et 2012, 63 milliards de dollars fin 2013 (moyenne du cours de 104 dollars) et 57 milliards de dollars fin 2014, selon le FMI (moyenne du cours annuel entre le premier et le second semestre denviron de 80/82 dollars). Un cours du baril moyen de 70 dollars donnerait 45 milliards de dollars de recettes Sonatrach (hypothse du mme volume) et 60 dollars le baril environ, 40 milliards de dollars, donnant un rpit de trois et cinq annes au mme rythme de la dpense publique actuelle, explique-t-il, tout en mettant en garde contre la lenteur dans la prise de dcision. Le Vnzula, indique-t-il, fonctionne sur la base dun cours de 160 dollars, lIran sur celle de 140 dollars, et lAlgrie et la Russie sur un cours de 115 120 dollars ; une baisse de plus de trois quatre annes aurait une incidence sur les quilibres budgtaires et sociaux. Entre les subventions et les transferts sociaux, le gouvernement algrien consacre, daprs M. Mebtoul, 60 milliards de dollars par an, soit plus de 26% de son produit intrieur brut. Ici doit tre introduite la forte consommation intrieure o pour le gaz traditionnel, du fait du faible prix, qui pourrait dpasser les exportations actuelles qui peinent dpasser les 55 milliards de mtres cubes gazeux, souligne lexpert. Il relve que Sonatrach, selon les donnes de la Banque mondiale, a engrang 700 milliards de dollars entre 2000 et 2013 et import pour 550 milliards de dollars, la diffrence, indique-t-il, tant le niveau actuel des rserves de change. M. Mebtoul note aussi la corrlation de 70% entre la valeur de la monnaie algrienne, le dinar, et les cours des hydrocarbures. Toute baisse des recettes et donc des rserves de change entrane mcaniquement un drapage de la valeur du dinar par rapport aux monnaies fortes dont le dollar et leuro, explique-t-il ce sujet. Evoquant les dclarations rcentes du ministre charg des Relations avec le Parlement, qui a donn le montant de 5 000 milliards darrirs fiscaux, soit environ 47 milliards deuros ou plus de 57 milliards de dollars, M. Mebtoul sinterroge sur la mthode quutilisera le gouvernement pour ramener cette masse montaire de la sphre informelle. Comment ds lors transformer cette pargne virtuelle, en vitant le matraquage bureaucratique, mais au moyen de mcanismes conomiques, en richesse relle, le financement pour certains projets par le march bancaire tant souhaitable ? se demande lexpert. Interrog sur les divergences au sein de lOpep propos de la baisse de la production dhydrocarbures et lappel du ministre de lEnergie, Youcef Yousfi, aux membres de lorganisation, lexpert, citant les dernires dclarations du ministre de lEnergie saoudien, affirme que mme 20 dollars, lArabie Saoudite ne rduira pas sa production et quil ny aura pas de runion de lOpep avant juin 2015. Je ne pense pas que cet appel puisse avoir des chos, car sans laval de lArabie Saoudite plus de 10 millions de barils/jour et esprant aller vers 15 millions , il est impossible de tenir cette runion, estime lexpert qui relve que lAlgrie a une part relativement faible au niveau de lOpep, environ 1,4 million de barils/jour sur un total Opep de plus de 30 millions de barils, soit 4%, et moins de 1% des rserves mondiales. Ici ninterviennent pas seulement des raisons conomiques, mais des raisons gostratgiques, tranche lexpert qui explique que lArabie Saoudite, avec le ptrole de schiste, ne veut pas galement perdre des parts de march face aux Etats-Unis, car nous allons assister avec ces bas prix une nouvelle concentration des compagnies comme cela sest pass aprs la crise de 2008 pour le systme financier, mais dans le cadre de la gostratgie, le prix dquilibre sera fondamentalement dtermin lavenir partir dune entente entre les Etats-Unis et lArabie Saoudite.

Amine Sadek



 

()


: 1 ( 0 1)
 

Ce que lAlgrie doit faire pour viter la crise




03:25 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,