> >

[] [ ]

Tripoli, base arrire du conflit syrien

(Tags)
 
2014anne la plus meurtrire du conflit syrien Emir Abdelkader 0 2015-01-02 06:59 PM
Le combat darrire garde du Makhzen Emir Abdelkader 0 2014-07-26 03:00 PM
La Libye est devenue la base arrire dEl Quaida Emir Abdelkader 0 2014-05-20 03:58 PM
Le conflit syrien sinvite dans la wilaya dEl Tarf Emir Abdelkader 0 2014-02-09 03:12 PM
Ghannouchi fait marche arrire Emir Abdelkader 0 2013-08-04 04:53 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-01-03
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,962 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Tripoli, base arrire du conflit syrien

Tripoli, base arrire du conflit syrien






Au nord-Liban, Tripoli vit au rythme du conflit syrien. Groupes djihadistes sunnites et miliciens chiites saffrontent rgulirement dans des combats sporadiques mais violents.
Les habitants, premires victimes de cette guerre des autres, demandent ltat libanais de simpliquer, et de reprendre pied dans la ville. La semaine dernire, un dserteur de larme syrienne, et le fils du fondateur dun courant salafiste ont t arrts en pleine ville. Preuve une fois de plus, que Tripoli vit bien au rythme de la guerre syrienne. Une Syrie distante de 30 km peine, et dont les frontires poreuses laissent passer armes, trafiquants et combattants de tous poils.
Chaque jour, dans les quartiers priphriques et les villages proches de la grande ville du Nord, des affrontements ont lieu entre pro et anti-syriens. La guerre des autres, dplore Mahmoud, chirurgien dentiste tabli dans le quartier al-Mina. LIran chiite et les monarchies arabes du Golfe sunnites se battent par milices libanaises et syriennes interposes. Au milieu, les Tripolitains, sacrifis, ne demandent qu vivre en paix. Des propos illustrs par les combats qui opposent rgulirement les Alaouites, une secte chiite pro-Assad du quartier de Jabal al-Mohcin, soutenue par lIran aux sunnites de Bab al-Tebanneh, le secteur den face, financs par les mirs du Golfe. Une rue spare les belligrants, et depuis trois ans les deux confessions enterrent leurs morts. Dernire tragdie : en octobre 2014, un groupe islamiste, peut-tre ceux du Front Nosra, alli al-Qaida prennent dassaut les souks de la cit. Les combats avec larme font au moins 50 morts, dont six militaires et ravagent une partie de ce quartier historique. Directeur du Conseil culturel du Liban nord, et fin connaisseur de lhistoire de la rgion, le docteur Nazih Kabara voit dans ces combats la main de la Syrie: Damas na jamais admis le rattachement en 1920 de Tripoli au Liban par les Franais et les Anglais, qui staient partags le Proche-Orient lpoque. Les Syriens ont toujours considr que notre ville devait leur revenir. Aujourdhui, le pouvoir syrien, se sert de Tripoli pour porter le conflit au Liban, afin de sauver sa peau. Le docteur Kabara reconnat aussi quune forte majorit de Tripolitains taient alors partisans du rattachement avec la Syrie, et quau nom du nationalisme arabe, Tripoli se sentait politiquement plus proche de Damas que de Beyrouth, trop infod la France, et lEglise maronite. Cette fraternit avec le voisin syrien a laiss des traces dans les esprits, mme si aujourdhui, la majorit des Tripolitains se revendique libanaise et fire de ltre. Beyrouth na pas rompu avec le pass et ne nous considre pas comme des citoyens fidles, plaide le docteur Nazih Kabara. Les Tripolitains se plaignent dtre ignors, voire mpriss par le pouvoir central. Preuve de ce sentiment dabandon: un contraste saisissant entre Beyrouth qui vibre en cette priode de ftes de fin danne de mille lumires, et Tripoli sombre et morose. Rues dfonces, immeubles lpreux, visages anxieux. Autour de la place Karam, hros du nationalisme arabe et des indpendances, rebaptise dsormais Rond point dAllah, flottent les drapeaux noirs de lislam. A la priphrie le dcor est pire: trottoirs en terre battue, poubelles dbordantes, constructions abandonnes, voies dcoulements bouches. Aucun des projets de dveloppement programms durant ces dernires annes na t men son terme. Et chaque jour de nouveaux rfugis syriens arrivent en ville. Linvestissement est au point mort. LEtat doit reprendre pied Tripoli, sinon la misre et le terrorisme finiront par gagner lensemble de la ville.

L. B.



 

()


: 1 ( 0 1)
 

Tripoli, base arrire du conflit syrien




12:15 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,