> >

[] [ ]

Histoire : la polmique rebondit au tribunal

(Tags)
 
Polmique sur lexploitation du gaz de schiste Emir Abdelkader 0 2014-06-05 03:17 PM
A qui profite la polmique ? Emir Abdelkader 0 2014-03-18 06:59 PM
Polmique autour dun suppos appel... Emir Abdelkader 0 2014-03-05 10:42 PM
Ghardaa, Grogne aux portes du tribunal Emir Abdelkader 0 2014-01-29 11:31 AM
Le smartphone dun juge sonne au tribunal... Emir Abdelkader | french Forum 2 2013-05-19 05:11 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-01-06
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Histoire : la polmique rebondit au tribunal

Histoire : la polmique rebondit au tribunal




Mais la question aujourdhui est de savoir si la justice est en mesure daller jusquau bout avec ce risque douvrir la bote de Pandore dune histoire mouvemente, entoure de tabous et que lon sest vertu, plus de soixante ans aprs lIndpendance, occulter.
Circonscrite jusque-l dans certains journaux, la polmique sur certains faits dhistoire suscite par lex-prsident du RCD, Sad Sadi, notamment depuis la publication de son livre Amirouche, une vie, deux morts, un testament, vient de prendre de nouvelles proportions aprs la dcision du parquet dAlger douvrir une information judiciaire aprs ses dclarations sur les ex-prsidents, Ali Kafi et Ben Bella et sur Messali Hadj faites lors dune confrence Sidi-Ach, dans la wilaya de Bjaa. L'ouverture de l'information judiciaire intervient suite aux informations rapportes par certains mdias, relatives aux dclarations faites par M. Sad Sadi lors d'une confrence-dbat qu'il a anime Sidi-Ach (Bjaa) au cours de laquelle il a imput l'ex-chef de l'tat, feu Ahmed Ben Bella, et l'ex-chef d'tat, feu Ali Kafi ainsi qu' la personnalit nationale et historique Messali Hadj, des faits portant atteinte leur honneur et leur considration, a justifi le parquet dans un communiqu.
Daucuns sinterrogent, en effet, sur cette clrit avec laquelle la justice sest empare de laffaire. Linterrogation est dautant lgitime que la justice est reste muette lorsque dautres responsables, bien avant Sadi Sadi, se sont livrs des attaques en rgle contre des symboles de la Rvolution. De son vivant, le dfunt prsident, Ahmed Ben Bella ne ratait aucune occasion pour sattaquer, avec une rare virulence, Abane Ramdane. En 2011, cest le secrtaire gnral de lONM qui chargeait au vitriol Messali Hadj. Au-del de cet aspect, des scandales financiers sont rgulirement rapports par la presse sans que la justice sautosaisisse. Mme lorsque le sieur Hamadache a lanc sa fameuse fatwa contre le journaliste-crivain, Kamel Daoud, la justice na pas jug utile douvrir une enqute. Ds lors, lon se demande sur les motivations sous-jacentes sur ce procs intent Sad Sadi. Veut-on touffer une voix qui, par ses sorties discursives sur lhistoire, commencent faire dsordre auprs des gardiens du temple de lhistoire officielle ? Une histoire officielle qui, comme lcrivait Benjamin Stora dans son livre La guerre invisible : Algrie, anne 90, a toujours fait abstraction de ces conflits, prsentant une histoire linaire, presque paisible. Pendant longtemps, lhistoire a t massivement utilise en Algrie pour justifier lorientation politique du rgime. Une histoire officielle sest difie aprs 1962 mettant au secret des squences entires de la guerre dIndpendance (les affrontements tragiques entre le FLN et les messalistes, le rle dcisif de la Fdration de France du FLN, la mise lcart des berbristes et des communistes dans les maquis, lengagement des femmes dans la lutte nationaliste, etc.) et effaant les noms des principaux acteurs de cette guerre (page 105). Ou sagit-il, pour quelques cercles intresss, de brouiller le dbat dans une conjoncture politico-conomique qui charrie toutes les incertitudes ? Pour Sad Sadi, il sagit dune provocation prpare. Selon lui, et comme nombre dautres Algriens, lhistoire a t censure jusque-l et que sa rcriture reste faire. Il reste quil voit dans cette intrusion de la justice une aubaine pour dbattre enfin de lhistoire du pays. Mais il est peut-tre bon que le parquet relaie ouvertement une dmarche sournoise dlgue jusqu hier des seconds couteaux. Maintenant que les choses vont tres claires, on aura enfin le dbat sur tout ce qui na pu tre dit jusqu prsent () quelque chose malheur est bon. On va peut-tre pouvoir dbattre de notre histoire dans les tribunaux faute davoir pu le faire sur les plateaux de tlvision, avec les associations concernes par la guerre de Libration ou dans les universits, dit-il. Mais la question aujourdhui est de savoir si la justice est en mesure daller jusquau bout avec ce risque douvrir la bote de Pandore dune histoire mouvemente, entoure de tabous et que lon sest vertu, plus de soixante ans aprs lIndpendance, occulter. Et si les politiques sont habilits apporter leurs propres regards sur lhistoire et si un dbat serein peut avoir lieu sur lhistoire. Je suis de loin les politiques, mais je crois comprendre que lun des programmes dfendus par certains est la refondation de la rpublique et de lhistoire. Donc, pour faciliter les choses, il faut discrditer des faits et des personnages. Cest lhypothse. Mais quand on parle des trahisons, ce sont des terrains inappropris. On ne peut sriger en juge sur un dossier quon ne matrise pas dans le dtail. Si vous vous dplacez sur le terrain de lhistoire, chaque affirmation doit reposer sur des archives, des documents, mais ne jamais juger. Qui a le pouvoir lgitime de juger ? Cest dommageable pour lhomme qui les prononce et pour la conscience collective qui va sinterroger pourquoi se rfrer lhistoire alors ?, soutient un historien qui a requis lanonymat. Comment engager un dbat quand la partie adverse na pas droit la parole ? En tant quhistorien, je considre que le travail reste faire, mais sans sriger en tribunal. Que chacun fasse son travail et respecte le peuple. Les historiens, leur travail et les politiques, le leur. Lhistorien que je suis ne va pas se laisser entraner dans cette drive de dcrdibilisation de lhistoire et des figures historiques. Avant dengager le dbat, il faut quil y ait des publications, des archives sur ces choses-l. La polmique ne rehausse pas le dbat, conclut-il. Signe que le sujet demeure explosif : alors que les partis semblent gns ragir, une ptition a t lance par Me Ali Yahia Abdennour pour soutenir Sad Sadi. Lhistoire de lhistoire ne fait que commencer.


K.K



Emir Abdelkader ; 2015-01-06 02:12 PM
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Histoire : la polmique rebondit au tribunal




07:40 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,