> >

[] [ ]

La justice en renfort de lhistoire officielle

(Tags)
 
Confirmation officielle et lancement des recherches Emir Abdelkader 0 2014-09-23 01:53 PM
Le 11 Septembre, la Journe officielle des merdias ... Emir Abdelkader 0 2014-09-12 08:55 PM
L'agence officielle marocaine publie des analyses... Emir Abdelkader 0 2014-08-16 08:27 AM
Des soldats de lANP en renfort Ghardaa Emir Abdelkader 0 2014-01-19 10:01 PM
Un renfort impressionnant dpch aux frontires est GGF et forces spciales en alerte Emir Abdelkader 0 2013-08-01 07:57 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-01-09
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,937 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
La justice en renfort de lhistoire officielle

Polmique : La justice en renfort de lhistoire officielle






Les rcents propos de Sad Sadi sur lhistoire algrienne lui ont valu non seulement une vive polmique, mais aussi une affaire en justice venir. Droit et histoire vont cependant difficilement de pair. Analyse.


Je condamne le recours aux poursuites judiciaires contre Sad Sadi qui a le droit de sexprimer en tant quAlgrien et en tant que dirigeant politique, semporte Abdelmadjid Merdaci, historien et sociologue. Beaucoup de choses ont t dites tort et travers, ces questions ont dj t abordes par des historiens algriens, mais nont pas t relayes, a-t-il ajout.
Ces questions, ce sont celles souleves par Sad Sadi le week-end dernier ; depuis, la polmique nen finit pas. Lors dune confrence-dbat Sidi Ach, lancien chef du RCD a affirm que lancien prsident Ahmed Ben Bella tait un agent de Fethi Dib, le patron des services secrets gyptiens, Ali Kafi, un anti-Kabyle et Messali Hadj, le fondateur de lEtoile Nord-Africaine, de tratre.
La situation ne sarrte pas l puisque le procureur de la Rpublique prs le tribunal de Sidi Mhamed entame louverture dune information judiciaire contre Sad Sadi, suivie des plaintes des filles dAhmed Ben Bella et Messali Hadj Mahdia et Djanina qui se sont constitues partie civile. Je ne me suis jamais senti proche des ides de Sad Sadi, mais cette ide insense de lui coller sur le dos un rle de comploteur est un peu tire par les cheveux ! estime luniversitaire et crivain Sofiane Kadri, avant de poursuivre : Les discours de Sadi tournent autour de polmiques quil a cres depuis quelques annes, ce nest pas une rvlation quil vient de nous faire non plus.
Que cesse ce jeu o chacun devient justicier dans un systme qui ne fait pas face son histoire et nose pas revoir son hritage. Nous vivons sous le joug dun rgime qui nous impose une certaine vrit historique, alors le dbat na plus lieu dexister. Cette nime polmique a suscit de nombreuses ractions et des questionnements autour de lcriture et la rcriture de lhistoire.
Lgitimit
Lhistoire et le droit den parler sont des droits fondamentaux du citoyen. Il ny a pas, ou il ne devrait pas y avoir dautorit pour imposer telle version plutt que telle autre comme version officielle. Ne pouvant concevoir que le citoyen puisse disposer de la libert de se forger sa propre opinion sur lhistoire de son pays, le premier rflexe des gouvernants algriens est de dcider que la moindre tentative de scarter de la doxa officielle en la matire est une insulte leur pouvoir tout puissant et quasi divin de contrler le pass, le prsent et, videmment, le futur des ides dans ce pays ! affirme lcrivain Anouar Benmalek.
Certaines des ractions exprimes dans les mdias taient contre lide de punir les personnes qui remettraient en cause des mmoires traverses de rcits. Pour Sofiane Kadri, combattre des personnes coups de lois ou les traner en justice est une manire maladroite davouer que lhistoire nest pas claire, que certaines choses sont dissimules au peuple algrien.
Une position que rejoint Malika Rahal, historienne, charge de recherche lInstitut dhistoire du temps prsent (CNRS), qui trouve que la question des messalistes est lobjet dune violence verbale encore assez courante dans les dbats publics. Jy vois deux explications : la premire est la proximit dune guerre dans laquelle la violence entre Algriens a exist.
Parce que le pouvoir politique a ensuite largement utilis le pass pour asseoir sa lgitimit, il na pas t ais de surmonter ensuite le souvenir de ces divisions qui demeurent sous la forme de zones dombre ou de tabous.
Mais surtout, il me semble clair que certains acteurs instrumentalisent le pass et son rcit pour un intrt immdiat, pour remplir le vide du dbat politique, crer de lagitation, attirer lattention sur eux-mmes avec pour effet quon ne parle que de la guerre dindpendance. Et de conclure : Comme historienne, je trouve cela pnible ; comme citoyenne, je trouve cela insupportable.
Ben Bella
Si la question aujourdhui est de savoir si lon doit autoriser ou interdire lcriture de lhistoire, pour certains il est galement important de dmontrer et prouver si les faits sont avrs, comme lexplique Sofiane Kadri : quand on annonce une nouvelle information, nous devons galement apporter lessentiel, cest--dire des preuves. Et la vrit ! Malika Rahal sinsurge contre le monopole dans lcriture de lhistoire. Et dajouter : Cependant, en Algrie, o les historiens universitaires qui publient ne sont pas trs nombreux, le flou est prjudiciable au dbat.
Un acteur historique ou un politique qui crit un ouvrage peut tre trs srieux, mais il le fait avec un objectif diffrent de celui de lhistorien universitaire. Jai lu avec beaucoup dintrt le livre de Sad Sadi sur Amirouche, tout en le reliant trs clairement au parcours politique de son auteur.
Et aujourdhui avec ses jugements lemporte-pice sur dautres acteurs de lhistoire. Lide que lhistoire est passe et ne se rptera pas est lopinion qui fait consensus. En revanche, rcrire lhistoire, tablir des vrits, dfendre la mmoire relve dune problmatique tout autre. Anouar Benmalek fait part de son mpris pour ces tentatives outrageantes et ridicules de brandir larme de la prison pour brider la libert dopinion et dexpression. Tout le monde a le droit dcrire sur lhistoire, dit-il.
Cela ne veut pas dire que tous les crits se valent. Lhistoire labore par des historiens de mtier est soumise des critres acadmiques qui ne sont pas ceux des romanciers, par exemple, ou des hommes politiques. Seule la libert dexpression la plus totale, la critique, lchange dides peuvent faire progresser les choses.
Personne ne possde par je ne sais quel miracle la connaissance dfinitive en histoire ; on le voit bien dans ce pays, o le statut historique dun homme politique change selon lhumeur opportuniste de ceux qui sont aux commandes : Ben Bella, pour ne citer quun exemple parmi dautres, na-t-il pas connu lindignit nationale avant davoir droit des funrailles nationales de la part de ceux-l-mmes qui avaient contribu le destituer ? Il assne, pour finir : Nen dplaise aux censeurs, la libert dexpression nest pas le problme, la libert dexpression est la solution.


Faten Hayed




 

()


: 1 ( 0 1)
 

La justice en renfort de lhistoire officielle




09:29 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,