> >

[] [ ]

Attentat "Charlie Hebdo" : il s'appelait Ahmed

(Tags)
 
Selon le gnral Ivashov, l'attentat Charlie Hebdo... Emir Abdelkader 0 2015-01-10 10:53 AM
Mokri : Le Mossad est derrire l'attentat contre Charlie Hebdo Emir Abdelkader 0 2015-01-08 01:36 PM
Daesh revendique lattentat contre le journal Charlie Hebdo Emir Abdelkader 0 2015-01-08 01:22 PM
"Charlie Hebdo" victime d'une attaque l'arme automatique... Emir Abdelkader 0 2015-01-07 02:24 PM
EN DIRECT. "Charlie Hebdo" victime d'une attaque l'arme automatique Emir Abdelkader 0 2015-01-07 01:28 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-01-10
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Attentat "Charlie Hebdo" : il s'appelait Ahmed

Attentat "Charlie Hebdo" : il s'appelait Ahmed






#JesuisAhmed. Pour rendre hommage Ahmed Merabet, policier abattu de sang froid par les terroristes. Comme un bras d'honneur aux brleurs de mosques. Portrait.

#JesuisAhmed. Sur Twitter, le "hashtag" est devenu le plus populaire aprs #JesuisCharlie. "Je suis Ahmed" pour rendre hommage Ahmed Merabet, abattu de sang froid par les terroristes, dans l'exercice de ses fonctions, tout comme Franck Brinsolaro, le policier en charge de la protection de Charb.
#JesuisAhmed comme un bras d'honneur aux brleurs de mosque - tirs et jets de grenades au Mans, Villefranche-sur-Sane et dans l'Aude, hier - et aux marchands de haine. Les tueurs ont hurl qu'ils avaient "veng le prophte". Dans la djihadosphre, la vido insoutenable o Ahmed Merabet est excut circule, avec des commentaires ignobles, le traitant de "policier apostat". Le Franais Ahmed Merabet tait musulman. Il s'est fait tuer par ceux-l mmes qui osent invoquer sa religion pour justifier leur barbarie.
"Il tait prt se battre pour ses collgues"

Au commissariat du 11e, o Ahmed Merabet, 40 ans, travaillait depuis huit ans, les gerbes de fleurs s'accumulent. Il est 20 heures. Des collgiennes timides ont crit "Je suis Charlie" sur leurs joues, elles s'avancent comme on se jette l'eau, pour griffonner un mot dans le livre de condolances. Il y a aussi une bote en carton, bricole : "C'est pour la famille" murmure, la voix trangle, un policier. Un clochard titube : "C'est dgueulasse ce qu'ils ont fait !" Il s'avance prs du commissariat pour crire, lui aussi, quelque chose.
Ce matin, le commissariat tait ferm. En la mmoire du collgue assassin, qui travaillait dans la brigade J12, en charge des patrouilles sur la voie publique. "Je l'ai vu arriver au commissariat juste aprs l'cole de police", se souvient Sonia, militante syndicale comme lui.
Ahmed, c'tait le bon camarade, toujours prt nous donner un coup de main, pour nos enqutes, par exemple quand il fallait faire un peu d'interprtariat, en arabe. Il s'est tout de suite impliqu dans l'action syndicale, il tait prt se battre pour ses collgues."

"Quelqu'un de discret, professionnel, engag", rsume Rocco Contento, responsable de la section parisienne du syndicat Unit SGP Police. Ahmed Merabet avait travaill d'arrache-pied pour passer l'examen d'officier de police judiciaire. Sonia raconte :
Il n'tait pas sr de lui, pensait qu'il n'y parviendrait pas. Et il l'a russi il y a quelque mois. Il en tait si heureux."

"En mars, il devait quitter la voie publique et rejoindre le service des enqutes. Ahmed tait vraiment fier d'appartenir la police. Il s'est mme port volontaire cet t pour accompagner le Tour de France et reprsenter les couleurs de la police !"


LireChrif Kouachi, l'ex-livreur de pizzas devenu suspect n1 "Moi, juif, lui, arabe, musulman"

Clibataire sans enfant, Ahmed Merabet habitait Livry-Gargan en Seine-Saint-Denis, commune o il a grandi. Une marche y est organise dimanche 11 janvier 10h30, au dpart du parvis de la mairie, en hommage Ahmed et aux autres victimes de l'attentat.
Mikael, un de ses copains de lyce, se souvient d'un adolescent "marrant", "cool", qui "aimait faire la fte" :
A Livry-Gargan, ce n'tait pas comme dans le film 'La Haine', mais on se faisait souvent contrler, parce qu'on avait une tte d'arabe ou de noir. Les flics, ce n'tait donc pas notre tasse de th : a nous a fait sourire quand on a appris qu'Ahmed tait devenu policier !"

Par discrtion et certainement galement, obligation de rserve, due sa fonction Ahmed se prsente d'ailleurs comme "chef d'entreprise" sur son profil "copains d'avant". Dans la bande du lyce, personne ne faisait de distinction. "Moi, juif, lui arabe musulman. A l'poque, il n'y avait pas de tensions communautaires". "Dans la brigade aussi, c'tait trs mlang", renchrit Sonia.
"Un jour, Ahmed patrouillait avec un collgue antillais, et ils ont fait un contrle d'une voiture, une famille d'origine maghrbine. Ils se sont fait insulter et traiter de racistes. Ahmed n'a pas perdu son calme." Ahmed tait musulman, pratiquant, faisait le ramadan, ne buvait jamais une goutte d'alcool. "Mais franchement, ce n'tait mme pas un sujet", rsume Sonia.


LireAttentat contre "Charlie Hebdo" : qui sont les victimes ? "Tu veux nous tuer ?"

Mercredi 7 janvier, Ahmed Merabet a t appel en renfort au 10 rue Nicolas Appert, o se trouve la rdaction "Charlie Hebdo". Il pensait, comme tout le monde au commissariat, qu'il n'y avait eu que quelques coups de feu. Il est parti en patrouille, pied, avec sa collgue. Les deux avaient simplement leur arme de service. "Mais face eux, ils avaient des types avec des armes de guerre", dit Rocco Contento. "Avec les restrictions budgtaires, on n'a mme pas assez de munitions pour s'entraner au tir. Mme pas de gaz lacrymo....Ahmed n'avait aucune chance", s'trangle Sonia.


Aprs le carnage "Charlie Hebdo", les tueurs ont pris la fuite dans leur Citron noire. Ils ont d'abord rencontr une patrouille de policiers VTT, les ont percut, ont tir. Pas de blesss. Ils croisent plus loin une voiture de police qu'ils criblent de balles. Puis dboulent boulevard Richard Lenoir. Ahmed Merabet et sa collgue sont sur leur chemin. Ils les mitraillent. La suite a t capture par une vido amateur. Elle ressemble un extrait d'un film de guerre. On voit les deux hommes, avec leur fusil d'assaut, courir vers Ahmed, tomb au sol.


-"Tu veux nous tuer ?"


- "Non, c'est bon chef", dit Ahmed, en levant la main.
La dtonation rsonne. Ahmed Merabet est excut d'une balle dans la tte.


Corinne Bouchouchi et Doan Bui



 

()


: 1 ( 0 1)
 

Attentat "Charlie Hebdo" : il s'appelait Ahmed




03:20 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,