> >

[] [ ]

Il y a un risque que des actes ciblant les musulmans aient lieu

(Tags)
 
La drive autoritaire du prsident Erdogan en 5 actes Emir Abdelkader 0 2014-12-21 11:24 AM
France : les actes anti-musulmans en hausse sur internet Emir Abdelkader 0 2014-10-29 02:36 PM
Hausse de 43% des actes islamophobes en France Emir Abdelkader 0 2014-06-19 07:34 PM
49 blesss, 11 arrestations et des actes de saccage Emir Abdelkader 0 2014-03-24 02:18 PM
La guerre na pas (encore) eu lieu Emir Abdelkader 0 2013-09-13 07:29 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-01-12
 
:: ::

  Emir Abdelkader   
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,956 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Il y a un risque que des actes ciblant les musulmans aient lieu

Interview Franck Frgosi : Il y a un risque que des actes ciblant les musulmans aient lieu






Quelle lecture faites-vous de la sanglante attaque terroriste contre le sige du magazine Charlie Hebdo qui a fait 12 morts, dont dix journalistes ?

Il y a plusieurs niveaux de lecture. On peut ne pas apprcier ou ne pas tre un lecteur de Charlie Hebdo, mais rien ne peut justifier cet assassinat collectif qui a t perptr. Ce qui a t montr par la mobilisation qui sen est suivie, le jour mme et aujourdhui (le lendemain de la tuerie, ndlr), puisque moi-mme jai assist diffrents rassemblements, l, en ville, devant des universits ou devant des mairies, o des personnes sont runies, de toutes confessions. Le deuxime lment de cette analyse, cest quil y a une prise de conscience, me semble-t-il, dun risque de drapage. Il ne faut surtout pas commettre damalgame et jallais dire de faire preuve de la lchet la plus grande, qui serait lexemple de ce quont fait les auteurs de cet acte, que de vouloir prtendre que cet acte puisse se justifier dune manire religieuse. Il y a aussi le risque, aujourdhui, que certains actes et paroles ciblant les musulmans, de faon virulente, soient lordre du jour. Mais il y a une prise de conscience unanime de la classe politique visant ne pas sengager dans la voie de lamalgame. Le troisime lment, cest peut-tre cette difficult ou ce risque de vouloir imaginer que les musulmans pourraient avoir une autre attitude que celle de la rprobation. Je crois que si les musulmans ont ragi, ils lont fait en tant qutres humains. Point besoin dtre musulman pour ragir face ce genre de situation. Il y a parfois le sentiment ou la tendance vouloir demander aux musulmans davoir dnoncer, ce qui a priori aurait t fait en leur nom, alors que ce nest pas le cas. Il y a ce sentiment aussi trs partag qui montre que la rprobation de tout individu nest pas du tout lie une appartenance religieuse particulire. Que des responsables religieux dnoncent juste titre cet acte odieux au nom de la religion, cela parat lgitime. Mais il ne faut surtout pas crer un amalgame entre des criminels et une partie de la population franaise, au motif quils auraient en commun la religion.



Les attentats qui ont t perptrs Paris vont-ils donner lieu une exacerbation des discours racistes et antimusulmans, selon vous ?

Ce que je dis, cest quil y a des risques. Et cest pour cela que je dis quil ne faut pas tomber dans lamalgame. En tout cas, le discours officiel dans certaines situations politiques, de droite comme de gauche, appelle faire attention ne pas sombrer dans lamalgame. Maintenant, la faon dont a t commis cet acte et le type darguments qui ont t avancs par ses auteurs risquent de conforter le discours populiste ambiant de ceux qui nont jamais considr les musulmans comme faisant partie intgrante de la socit franaise. Ceux qui ont commis cet acte se sont rendus complices, dune certaine manire, des discours les plus populistes, les plus xnophobes et les plus islamophobes qui soient.



De jeunes Franais sont partis faire le djihad en Irak et en Syrie. Les actions qui viennent davoir lieu Paris sont-elles le signe que ces terroristes lis Daech et Al-Qada sont entrs en action en Europe ?


Cette question touche toutes les cits europennes et vous avez bien fait dinsister, car ce sont de jeunes Europens qui viennent de diffrents milieux. Ce que lon sait des deux jeunes qui seraient lorigine de lattaque de Charlie Hebdo, cest que lun deux aurait dj t impliqu dans une affaire visant faciliter le passage de djihadistes vers lIrak. Il na pas pu sy rendre. Il a t arrt la frontire. Il y a dans la socit une mobilisation pour viter que des jeunes partent (en Irak et en Syrie) et, quant ceux qui en reviennent, quil y ait un suivi. Il est trs difficile de se lancer dans ce type de considration, mais toujours est-il quil faut quil y ait un devoir de vigilance face aux rseaux dendoctrinement et de recrutement qui peuvent exister. Quand je parle de recrutement, je veux dire quil faut surtout sintresser aux racines sociales et conomiques, la fragilit, galement, dune certaine population qui peut se laisser sduire par ce type de mobilisation. Le reste appartient aux services de scurit qui sont suffisamment attentifs ce problme. Je pense quil faut savoir raison garder comme la rappel le chef de lEtat (Franois Hollande, ndlr). Il ne faut pas avoir peur et, surtout, que sinstalle dans nos esprits la suspicion lgard de nos voisins, ce qui serait dramatique, comme le cherchent certains individus.



Ces actions vont-elles pousser Paris revoir sa politique trangre, notamment en cessant dentretenir le terrorisme ?


Que voulez-vous dire par entretenir le terrorisme ?
La France a largement contribu au chaos qui svit en Libye et en Syrie

Jusqu preuve du contraire, la France ne soutient pas directement le terrorisme. Je ne vois pas trs bien sur quels faits vous vous basez. Est-ce que vous avez des faits prcis qui tendent le prouver ?
Le payement des ranons aux groupes terroristes pour la libration des otages franais nest-il pas un exemple flagrant du financement indirect du terrorisme par la France ?
Je ne suis pas en mesure de mexprimer sur cette question ; je dirai simplement que les officiels disent quil ny a pas eu de ranons, donc je maintiens cette version-l. Aprs, vous avez diffrents pays avec diffrentes politiques. Les Etats-Unis se refusent tout versement de ranon et la France, officiellement, est sur la mme longueur donde. Manifestement, il y a peut-tre des payements de ranons mais qui ne sont pas forcment des financements directs. Il y a des Etats qui interviennent. Je pense que le moyen le plus efficace pour viter ce type de situation est dempcher que de telles situations perdurent. Ce que je veux dire, cest quil faut lutter contre des groupes terroristes, quelle que soit leur idologie. Il y a une dimension scuritaire, invitable et indispensable, et un travail plus en amont, plus compliqu, et qui consiste viter que des mouvements de ce type puissent avoir des recrues. Or, ce travail nest pas facile. Il consiste mettre la main dans le cambouis, sinterroger sur les populations fragilises socialement et celles qui vont servir de chair canon ; finalement, ces organisations. Le problme ne se pose pas en termes de versement de ranons ou pas. Il appartient lEtat de se dfinir. Et je pense quaucune personne en France ne trouverait redire si des personnes qui ont t kidnappes revenaient. Je dirais quil est de mauvaise foi de porter ce jugement de valeur en se disant quon naurait pas d verser de ranon, surtout vis--vis des familles. Par contre, il est clair - et vous avez voqu le cas de la Libye - que ce qui se passe en ce moment avec la circulation des armes, est en grande partie li au dmantlement de lEtat libyen. Un certain nombre de nos responsables ont voulu, effectivement, rendre grce au colonel Kadhafi, mais qui, sa manire, lpoque, servait de verrou de la rgion. Or, la disparition de cet Etat, qui ntait pas un Etat dmocratique, a, dune certaine manire, contribu faciliter la circulation non seulement de mouvements insurrectionnels, mais surtout darmes. Si on veut tre efficace, il faut peut-tre aussi sinterroger sur notre part de responsabilit dans la circulation des armes et le fait que des groupes profitant du dmantlement de cet Etat peuvent intervenir sur diffrents terrains comme cest le cas aujourdhui. Pour moi, le problme nest pas le versement de ranons ou pas. Cest un sujet dlicat. Avec ce quon ressent aujourdhui comme motion, on oublie quil faut sintresser au terreau social de ces organisations. Il faut plutt apporter des rponses complexes par rapport aux individus qui ont t embrigads dans ces mouvements. Il faut pouvoir rflchir de manire globale ce problme et non pas sy intresser simplement parce quil y a eu un attentat.



50 000 citoyens se seraient convertis lislam en France. Sur quoi vous basez-vous pour avancer un tel chiffre, sachant que les autorits musulmanes en France ne recensent pas les convertis ?



Je nai aucune statistique, cest le chiffre qui est avanc depuis plusieurs annes, mais personne nest en mesure de le confirmer. Il y a plusieurs manires de se convertir lislam comme il y a plusieurs faons den sortir. La conversion lislam nobit pas un schma unique. Cest un processus plus en moins long qui concerne des personnes qui viennent de diffrents milieux socioprofessionnels, qui ont des histoires diffrentes. Cela se traduit galement par des comprhensions de lislam parfois diffrentes. Il ny a pas encore de statistique mais, de faon gnrale, les courants qui fascineraient le plus les jeunes non musulmans, aujourdhui, ce sont les courants rigoristes. En gros, parmi ceux qui ont fait le choix dentrer en islam aujourdhui, beaucoup choisiraient une voie plus intgrale que certains appelleraient des intgristes, alors que ce nest pas la tendance habituelle, puisque dans le panel des conversions lislam, vous avez des gens qui ont rejoint la religion musulmane au terme dune qute spirituelle tout fait respectable et qui vont davantage se reconnatre dans la pratique de lislam mystique lexemple du tassaouf (soufisme, ndlr), l o dautres se contentent dune pratique exigeante. Il y a galement une frange dindividus qui peut-tre parce quils sont en rupture avec la socit dans laquelle ils vivent croient trouver dans certaines formes dexpression de lislam une manire de se reconstruire. Mais les formes sur lesquelles ils dbouchent sont peut-tre plus radicales et les amnent parfois accrotre le sentiment de rupture par rapport au reste de la socit.



Comment expliquez-vous cette attirance pour la religion musulmane si on se rfre ce chiffre ?

Dans les parcours des conversions, du point de vue thorique en sociologie, il y a ce quon appelle les conversions relationnelles o des individus qui ont des voisins de palier, des copains de facult ou de collge qui sont musulmans, embrassent la religion musulmane. Ils sont fascins par la dimension communautaire. Il y a aussi ce quon appelle des conversions rationnelles o, souvent, ce sont des individus qui ont un fort capital culturel, qui sont insatisfaits de leur religion dorigine, ou qui nen ont aucune et, petit petit, dcouvrent lislam par les textes. Mais, dans la ralit, tout ceci est un peu mlang. C'est--dire que vous pouvez trs bien avoir des voisins de palier musulmans sans pour autant le devenir, comme vous pouvez le devenir, parce qu travers leur exemple, vous avez dcouvert des croyants authentiques et, pour certains, cela va - notamment dans certains milieux qui nont pas, forcment de religion au dpart - jusqu avoir une trs grande fascination par rapport la dimension communautaire de lislam. Je mets laccent sur la solidarit qui rgne entre les croyants qui est un facteur qui peut intervenir, je dirais, amener lindividu faire le choix de la conversion. Bien entendu, aprs cela, vous avez affaire des parcours extrmement diffrents. Vous avez des individus qui sont devenus musulmans, qui ont continu approfondir leur connaissance de la religion et qui, parfois, sont devenus de vritables rudits. Il y en a qui se sont convertis pour des raisons matrimoniales et je ne mets pas en doute la sincrit de leur conversion, car elle est tout aussi lgitime vu quelle a un intrt matrimonial. Tous ceux qui sont devenus musulmans ne sont pas rests forcment des pratiquants rguliers, lexemple de ceux qui sont ns musulmans, ce qui ne les empche pas dtre considrs comme tels.



Il y a un retour vers la religion, mais pas seulement chez la communaut musulmane. Est-ce exact ?

Je ne dirai pas un retour. Je pense que cest peut-tre une perspective, parce que nous sommes, notamment en Europe occidentale, profondment sculariss. Il ne faut pas confondre : si on parle de plus en plus de la religion, cest parce quil y a une visibilit accrue de certains symboles religieux et cela ne veut pas dire pour autant quil y a un retour du religieux ; cela ne veut pas dire quil y a une explosion de croyants ou de pratiquants. Cest souvent des identifications ponctuelles. Par exemple, on observe dans le monde chrtien une permanente frquentation du plerinage et le plerinage ne dure quun temps, cest un moment didentification fort. Cela ne veut pas dire que ceux qui font du plerinage Lourdes ou Compostelle vont pour autant frquenter les glises le restant de lanne. Par contre, llment important quon observe, cest lexpression publique du religieux dans lespace de la cit. Mais cela ne veut pas dire pour autant une intensification de la religiosit. Il y a diffrentes manires dtre croyant et religieux de nos jours. Ce qui est intressant, cest de voir cette diversit et nous avons vu cela quand on a parl des diffrents profils des convertis.



Interview ralise par Mohamed El-Ghazi




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Il y a un risque que des actes ciblant les musulmans aient lieu




09:14 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,