> >

[] [ ]

Tout a commenc par une trahison, selon J.-F. Kahn

(Tags)
 
la troisime Intifada a-t-elle commenc ? Emir Abdelkader 0 2014-11-06 02:44 PM
Repre : Trahison Emir Abdelkader 0 2014-06-26 02:51 PM
Benflis joue le tout pour le tout contre Bouteflika Emir Abdelkader 0 2014-03-06 04:53 PM
Tunisie : tout feu, tout femmes Emir Abdelkader 0 2013-07-23 01:38 PM
Tout commence par un bonbon de tic-tac Emir Abdelkader 0 2012-12-24 04:04 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-01-19
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,971 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Tout a commenc par une trahison, selon J.-F. Kahn

Tout a commenc par une trahison, selon


J.-F. Kahn




Cest lune des rares voix et plumes mdiatiques franaises rappeler lerreur, voire la trahison dune grande partie de la presse franaise devant la tragique dcennie noire de lAlgrie. Jean-Franois Kahn, ancien directeur de Marianne, le rappelle dans le dernier numro du magazine (du 16 au 22 janvier 2015).


Dans une analyse intitule Et si on reconnaissait enfin toutes les erreurs que nous payons aujourdhui, Jean-Franois Kahn rappelle quon a voulu loublier, mais les premiers rsistants qui versrent leur sang en affrontant la barbarie furent des musulmans. Tout a commenc par une trahison. Car on a presque fini par loublier ou, plus exactement, on a voulu loublier, ceux qui, depuis plus de vingt ans, sont tombs par centaines de milliers sous les coups des tueurs fanatiss dun islam perverti sont des musulmans ; ceux qui, les premiers, leurs risques et prils, leur ont oppos (je pense aux femmes algriennes) leur hroque dtermination sont des musulmans.
Ceux qui, les premiers galement, ont lutt les armes la main, comme aujourdhui les Kurdes de Syrie, sont des musulmans. Et, plus clairement, or, on les a poignards dans le dos. Faut-il rappeler cette priode terrible o lAlgrie tant en butte aux atrocits commises par ceux dont les auteurs du carnage de Charlie Hebdo sont les hritiers, toute une fraction des mdias franais se dchana non contre les barbares, mais contre ceux qui tentaient de leur tenir tte ? Et : Souvenons-nous donc : ce ntaient pas les fanatiques allums du GIA qui tuaient, massacraient, exterminaient femmes, enfants, vieillards, non, non, ctaient leurs adversaires Des tmoins de leurs pouvantables agissements, scandaliss par ce dni, envoyaient des dlgations Paris pour dire le vrai.
On refusait de les recevoir. Des civils pouvants dont on avait gorg les proches, des dmocrates, des lacs, des patriotes, souvent issus de mouvances de gauche, la suite de tueries, se regroupaient et constituaient des milices dautodfense, ce sont eux et non les islamistes quune journaliste de Libration fustigeait et dsignait comme les fauteurs de guerre. Les tueurs taient des rebelles, ce qui est noble, ceux qui appelaient les combattre taient des radicateurs.
Donc des mchants. On sortait de temps autre du chapeau des officiers dserteurs qui affirmaient quen effet, ce ntaient pas des islamistes qui tuaient. Gros titre la une assur. Or, on dcouvrit, loccasion des attentats de Londres, que ctaient tous des faux tmoins, des militants islamistes radicaux qui lorganisation avait demand de jouer ce rle. Les lecteurs (ou auditeurs) franais nen furent pas avertis.
Les Algriens, les dmocrates algriens, eux, nont pas oubli. Ils ne sont pas pour autant rancuniers, voire vindicatifs, eux envers lesquels la communaut internationale a t en faillite de solidarit, pis, a isol le pays pendant la tragique dcennie noire, considr alors comme non sr et non frquentable.
Lorsque Charlie Hebdo a t la cible de lattentat terroriste du 7 janvier, la presse algrienne a unanimement dnonc le crime et apport la solidarit dont elle a elle-mme cruellement manqu ses confrres franais. Au niveau diplomatique, la prsence du ministre algrien des Affaires trangres la marche de Paris a signifi la solidarit nationale la France endeuille, son soutien lutte, aujourdhui ou plus exactement depuis le 11 septembre 2001 internationale, contre le terrorisme que lAlgrie na eu de cesse de combattre, seule, pendant une dcennie. 

Nadjia Bouzeghrane




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Tout a commenc par une trahison, selon J.-F. Kahn




05:01 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,