> >

[] [ ]

Comment les terroristes ont prpar lattaque de Tiguentourine

(Tags)
 
TERRORISME : Le borgne prpare une attaque contre lAlgrie Emir Abdelkader 0 2014-04-02 04:30 PM
Nouvelles rvlations sur lattaque de Tiguentourine Emir Abdelkader 0 2014-01-10 06:18 PM
Tiguentourine : Xristos Katsiroubas tait le ngociateur des terroristes Emir Abdelkader 0 2013-06-28 11:39 PM
Attaque terroriste de Tiguentourine Emir Abdelkader 0 2013-01-17 05:15 PM
Un fondateur du FIS raconte comment il a fabriqu des terroristes Emir Abdelkader 0 2013-01-10 03:11 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-01-20
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Comment les terroristes ont prpar lattaque de Tiguentourine

Comment les terroristes ont prpar lattaque de Tiguentourine




Dans la matine du mercredi 16 janvier 2013, une colonne de quatre vhicules tout-terrain, transportant une trentaine de terroristes puissamment arms, traverse la frontire algro-libyenne, sempare du complexe gazier de Tiguentourine, situ 40 km dIn Amenas, et prend en otages les 800 travailleurs, dont 130 Occidentaux, qui sy trouvent.


Mise au pied du mur, lAlgrie subit dnormes pressions pour empcher toute intervention militaire de ses troupes et privilgier louverture des ngociations avec le groupe El Moulathamoune (les enturbanns) que dirige Mokhtar Belmokhtar. Quarante-huit heures plus tard, les forces spciales de lANP donnent lassaut qui se solde par llimination de 27 membres du commando, larrestation de trois autres et la mort de 37 otages. Lattaque provoque une vritable onde de choc et suscite de nombreuses questions, notamment sur lorigine des moyens militaires utiliss par les terroristes, que certains imputent non pas un groupe terroriste, mais plutt des Etats.
Deux ans aprs, lenqute nest toujours pas clture. Mais au-del des enjeux gopolitiques que cache cette opration terroriste, en attendant le retour des commissions rogatoires dlivres lEgypte, les premiers lments fournis par les trois individus arrts lors de lassaut et un quatrime il y a quelques semaines permettent aujourdhui de comprendre, plus ou moins, ce qui sest pass.
Sanctuaire libyen et malien
Ainsi selon des sources scuritaires, lopration a t organise et excute par le groupe El Moulathamoune dirige par Mokhtar Belmokhtar. Sa prparation a dur prs de cinq mois et a t bien tudie et mrie avant dtre excute. Elle a fait lobjet de discussions avec de nombreux chefs terroristes activant aussi bien au nord du Mali quen Libye.
Parmi eux, le Nigrien Abderrahmane Ettoudji, Mohamed Salah Othmane, membre dAnar Charia (libyen), Tahar Bencheneb (du mouvement arm algrien des enfants du Sud, dont les membres se sont pour la majorit rendus aux services de scurit), lEgyptien Abou Bakr Al Masri ou Abou Loubaba.
Belmokhtar est aussi en bons termes avec les dirigeants dAnar Charia. Lors de la prparation de lopration de Tiguentourine, son retour du nord du Mali, il est hberg avec ses deux adjoints au domicile de Mohamed Salah Othmane (un des responsables du groupe) El Hadhaba, dans la banlieue de Tripoli.
Il y sjourne plusieurs semaines durant lesquelles il se procure larmement ncessaire auprs dun Libyen connu sous le pseudonyme de Aouf, mort quelques jours avant le 16 janvier 2013 avec un autre Libyen, dans un accident. Et cest durant ce sjour que Belmokhtar rencontre Abdelhakim Belhadj, membre du Conseil militaire libyen, quil connat de longue date, et auquel il fait part de son projet.
Luniversitaire devenu adjoint de Belmokhtar
Arrt lors de lattaque, Derouiche Abdelkader faisait partie du commando. Il a t choisi pour son profil de combattant, mais aussi pour ses connaissances en langue anglaise. Un universitaire oranais de 33 ans, connu sous le pseudonyme dAbou Al Barra, rvle les dtails de cette attaque.
En 2010, il abandonne son commerce Bordj Badji Mokhtar pour rejoindre Belmokhtar, dans les monts de Tigharghar, au nord du Mali. Aprs des mois dentranement militaire, Belmokhtar lenvoie Oran pour constituer une cellule charge denlever des employs trangers travaillant pour une socit de transport.
Avec son frre Lahcne, le groupe est vite cr, il est compos de sept lments, mais na pas fait long feu. Les services de scurit le dmantlent et arrtent ses membres, y compris Lahcne, mais Abdelkader chappe au coup de filet et retourne au nord du Mali. En tant que cadre du groupe de Belmokhtar, Abdelkader assiste la plupart des runions quorganise son mir. Lide dattaquer une usine de gaz nest pas venue fortuitement. Elle a t souffle loreille de Belmokhtar, alors quil se trouvait en Libye, par un de ses proches lments, un certain Bouamama.
Ce dernier tait en contact permanent avec un chauffeur dun complexe gazier, qui lui fournissait toutes les informations sur la base de vie et les travailleurs trangers qui y exeraient. Durant trois mois, Belmokhtar, avec des terroristes de diverses nationalits, notamment tunisienne et gyptienne, tudient lopration dont lobjectif principal est denlever les travailleurs europens et den faire une monnaie dchange.
Pour mrir cette ide, Belmokhtar se rend au nord du Mali. La situation nest plus ce quelle tait depuis son dpart en Libye. Tigharghar, Gao et Tombouctou sont contrles par le Mouvement pour lunicit et le djihad en Afrique de lOuest (Mujao). Ce mouvement terroriste est connu par les plus avertis comme une cration des services marocains ; ses actions sont diriges uniquement contre lAlgrie. Belmokhtar sentend trs bien avec les chefs du Mujao ; il leur fait tat de son projet et lide les emballe. Ils proposent de laider en lui fournissant les armes et les hommes.
Emball par lide de lattaque, le Mujao apporte aide et assistance
Une slection de 15 lments des plus aguerris lui est affecte avant quil ne retourne en Libye pour terminer lorganisation de lattaque. Dans son campement non loin de Tripoli, Belmokhtar ne va pas tarder clturer la liste du commando. Le Nigrien, Abderrahmane Toudji, et lEgyptien Abou Loubaba dit aussi Abou Bakr Al Misri, quelques-uns de ses proches collaborateurs, lui proposent une liste de 45 membres de diffrentes nationalits, dont des Egyptiens, des Tunisiens, des Libyens appartenant au groupe Anar Chari, et deux Canadiens, bien entrans et prts laction. Il nen retient que 14 pour complter le groupe, constitu dsormais de 30 lments (9 Tunisiens, 8 Egyptiens, 5 Algriens, 2 Canadiens, 2 Nigriens, 2 Libyens, 1 Malien et 1 Mauritanien), bien arms, auxquels sest joint le guide, un certain Zeidf, fils du terroriste Bouamama.
Le commandement de lopration est confi Abderrahmane Toudji, Abdellah Al Canadi (le Canadien), Abdelkader Ettounsi (Tunisien), et Tahar Bencheneb (Algrien), tous tus lors de lassaut. A bord de 4 vhicules de type 4x4, le commando prend la route de Tiguentourine, le 14 janvier 2013, pour arriver au complexe gazier laube du 16 janvier. Au cours du voyage de trois jours, le contact avec Belmokhtar na pas cess grce aux tlphones satellitaires dont disposent de nombreux membres du groupe.
Cette version des faits est confirme par Kerroumi Bouziane dit Redouane, arrt lors de lopration, alors g peine de 22 ans. Natif dAdrar, il a ralli Belmokhtar sur insistance dun de ses amis, un certain Moussa, avant de se retrouver dans les camps dentranement, dans la rgion de Gao puis en Libye. Il avait t dsign pour faire partie du commando alors quil tait au nord du Mali, sans pour autant tre au courant de la cible ni de la date de lexcution de lopration.
Le troisime terroriste arrt est un ressortissant tunisien, g de 32 ans, du nom de Laaroussi Edarbali. Natif de Seliana (Tunisie) il a sjourn plusieurs fois en Libye avant de tenter de rejoindre ses compatriotes en Syrie, enrls dans les rangs des djihadistes. Les rseaux devant concrtiser son projet lont abandonn en cours de route. Il dcide alors de retourner en Libye et de rejoindre le groupe de Belmokhtar. Dans le camp, il sentrane durant deux mois la gurilla avec un certain Abou Bakr Al Masri, un Egyptien, avant dtre dsign pour faire partie du commando.
Ce sont l les premiers lments de lenqute sur lattaque de Tiguentourine, qui pourrait connatre des rebondissements avec les rponses des commissions rogatoires dlivres par la justice algrienne lEgypte, la Tunisie, la Mauritanie, le Mali, la Libye et le Niger. Deux ans aprs, seule la Tunisie a rpondu quelques questions, alors que lAlgrie a dj rpondu aux commissions rogatoires dlivres par le Japon, la Grande-Bretagne et la France.





La fermet de lANP a fait chouer les trois plans de Belmokhtar

Lorsque Belmokhtar a organis lopration, il tait, selon nos sources, convaincu que celle-ci allait tre un remake, si ce nest plus, de la prise en otages de 32 touristes trangers dans le sud du pays, mene par Abderrazak Al Para son frre ennemi il y a plus de 10 ans.
La plus importante des consignes tait daller ramasser tous les trangers occidentaux, en insistant sur les Franais et les Britanniques.
Cest du moins ce qui ressort de lenqute scuritaire. Il tait bien inform des nationalits prsentes, de leur localisation dans la base de vie et du systme de scurit.
Au dbut de lattaque, les terroristes ne sintressaient pas aux autres nationalits et avaient avec eux un lment matrisant langlais, Derouiche Abdelkader, arrt lors de lassaut les armes la main.
Mais lorsque le groupe sest rendu compte quil ne pouvait plus quitter les lieux en raison du dploiement rapide des forces de lANP autour de la base de vie, il est pass au plan B : compter sur le temps pour assurer une large mdiatisation, faire pression ainsi sur les forces de scurit afin quelles ninterviennent pas et les obliger entamer des ngociations pour monnayer la libration des otages.
Un plan vite abandonn lorsque les units de lANP ont dtruit le premier vhicule qui a tent de forcer le cordon de scurit avec quelques otages. Les terroristes se retrouvent face lintransigeance de lANP. Ils passent alors au plan C : utiliser les captifs comme bombes humaines pour faire exploser le site gazier. Le temps nest plus en faveur des forces de scurit ; il faut agir rapidement.
Les units spciales de lANP donnent lassaut le troisime jour de la prise dotages. Retranchs dans lusine avec une vingtaine dotages, les membres du commando sont limins et le site totalement rcupr. LAlgrie vieny de subir son 11 septembre.
Sa politique scuritaire a totalement chang, notamment en matire de protection des frontires ; depuis cette date, le dispositif de protection des sites sensibles a t revu.


Salima Tlemani




.





Emir Abdelkader ; 2015-01-20 01:45 PM
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Comment les terroristes ont prpar lattaque de Tiguentourine




01:04 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,