> >

[] [ ]

Il rpond ses dtracteurs, Sadi : ...

(Tags)
 
La fille de Messali Hadj rpond Sad Sadi : ... Emir Abdelkader 0 2015-01-04 03:51 PM
Le P-DG de KAIR BV rpond Air Algrie Emir Abdelkader 0 2014-12-14 04:47 PM
LANP rpond Hamrouche Emir Abdelkader 0 2014-07-21 02:07 PM
Bounouari rpond Hanoune Emir Abdelkader 0 2014-04-09 03:16 PM
Ouyahia dfend le bilan de Bouteflika et attaque ses dtracteurs Emir Abdelkader 0 2014-03-14 08:59 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-01-26
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Il rpond ses dtracteurs, Sadi : ...

Il rpond ses dtracteurs, Sadi : Ils veulent occulter le rle de la Wilaya III






Suite la question relative la polmique autour de Messali Hadj et de lautosaisine du parquet dAlger qui sy est invite, Sad Sadi ne sest pas laiss prendre au jeu.
Cest travers un livre qui sortira avant avril prochain que Sad Sadi compte rpondre ceux nombreux, historiens, universitaires et autres, qui se sont acharns, notamment depuis dbut janvier, lui reprocher davoir crit un livre et davoir, au cours de ses confrences publiques, revisit et critiqu, suite des questions poses, les parcours de certains hommes politiques.
Quoique particulirement attendues, aprs la valse de ractions volontairement polmistes propos de certains avis mis sur trois personnalits historiques, mais que Sad Sadi affirme navoir pas prononc dans les termes rapports par certains mdias, les deux confrences animes, hier, Souk El-Tenine et au TRB, dans la wilaya de Bjaa, par lauteur du livre Amirouche : une vie, deux morts et un testament, ne se sont pas cartes de leur objet.
Quand bien mme la question relative la polmique autour de Messali Hadj et de lautosaisine du parquet dAlger sy est invite. Sad Sadi ne sest pas laiss prendre au jeu de la polmique. Il a dplor, dailleurs, que le contenu de son livre soit occult et que les attaques ciblent sa personne. Cest une affaire qui est en justice. Je nai pas de commentaires faire, a-t-il coup court, prcisant, toutefois, quil y a ce que jai dit, et je lassume. Ce que jai dit est sur ma page facebook. Jai littralement transcrit ce que jai dit partir de lenregistrement. Ce qui sest crit relve du dlit de presse. Cest depuis Souk El-Tenine o, rpondant linvitation de lassociation socioculturelle de Sahel-Lotha, il a anim le matin une confrence sous le thme Culture du refuge la culture de combat, que Sad Sadi avertissait, devant une salle pleine craquer, quil ne se laissera pas entraner sur le terrain dune telle polmique.
Nanmoins, il aura tout le loisir dpingler ses dtracteurs durant sa confrence intitule Culture et histoire : les dfis daujourdhui anime au TRB, dans une salle archicomble. Sad Sadi commence par noter que : Le climat cr par les attaques des affids du pouvoir, ou de ce quon peut finalement considrer comme des intellectuels organiques du systme, et linsurrection citoyenne rvle par ladhsion enregistre lors des rencontres organises contre la confiscation du champs mmoriel, reprsentent une matire de premire main pour la comprhension des enjeux qui se jouent dans le pouvoir et la socit.
Lauteur de Amirouche : une vie, deux morts et un testament note galement que cinq ans aprs la premire dition du livre, personne parmi laropage des universitaires et des critiques na pris la peine de contester le contenu factuel du livre. Mieux, je ne crois pas savoir quun critique ou un universitaire ait pris la peine de prendre langue avec les tmoins que jai interviews pour faire prciser un propos ou un vnement ; ce qui eut t sain et utile car ces acteurs, qui sont aussi des hommes gs, peuvent avoir t pris en dfaut sur tel ou tel aspect de leur narration. On aurait pu aussi dcider de vrifier lauthenticit des documents produits, et cela aurait enrichi le dbat et, peut-tre mme, permis de trouver dautres sources qui pourraient contribuer mieux lire une pope qui nous concerne dautant plus que le systme politique qui rgit le pays fonde sa lgitimit sur le monopole de lhistoire.

Le pourquoi des attaques
Sad Sadi saisit les aboutissants des polmiques instruites autour de sa personne et de son livre. Cela, il le dcle travers les profils de ceux qui sont sortis des bois. Il y a les hritiers du Malg, les premiers sonner la charge. En substance, tous les crits taient sous-tendus par la mise en accusation de la contestation dun dogme scrupuleusement observ dans le pays depuis 1962. Nous avons tabli, une fois pour toutes, toutes les rgles, et dfini les lments qui doivent figer lhistoire de la guerre de Libration, tout ce qui y droge doit tre assimil une trahison nationale.
Cest le message de mes dtracteurs, soutient Sadi. Il y a eu par la suite dautres politiques dont les sorties sont dictes, explique encore Sadi, dambitions actuelles. Ceux-l, il les qualifie de suppltifs de la censure. Dans la foule de lescouade des hussards qui sont monts au front, il y a dautres politiques, dont certains cultivent des ambitions trs actuelles. Les remarques ou les invectives portent sur deux registres : certains arguent que compte tenu de mon ge, je navais pas traiter dvnements dont je ntais pas acteur ; dautres, rejoints par divers observateurs, insistent pour dire quun mdecin ou un politique na pas interfrer dans le tmoignage historique, domaine qui, selon eux, serait rserv aux seuls spcialistes de la discipline. Pour battre en brche cet argumentaire avanc par ses dtracteurs, Sadi cite des exemples concrets de Tunisiens, de Marocains et de Franais, des politiques, syndicalistes et journalistes et mme des profanes, qui ont crit sur lhistoire. Le plus cocasse est que certains de ces responsables qui surjouent la partition de la condamnation de mon garement hrtique ont, eux mmes, crit sur la mme matire.
La raison de ces charges sonnes contre lui procdent, accuse Sadi, dune volont sournoise rduire de lapport de la wilaya III la Rvolution. La Wilaya III ne devait en aucune faon se voir reconnue dans le rle qui fut le sien dans le combat librateur. Sad Sadi parle carrment de fracture intellectuelle, tant est que ce sont parfois des enseignants universitaires, qui encadrent donc les futurs chercheurs, qui se rendent aux raccourcis quil dnonce. Sil salue la prise de position de certains intellectuels qui ont dnonc le procs qui lui est intent comme tant une atteinte la libert dexpression, Sad Sadi ne manque pas de relever chez des universitaires une hostilit subjective. En effet, et sans hurler avec les loups, un second groupe duniversitaires, bien plus consistant que le prcdent, se distingue par des commentaires o les prcautions prises avant dexprimer leurs rserves cachent mal leurs tentations de vrifier des prjugs connots par une hostilit subjective qui, loccasion, vire lattaque personnelle. Dans ce lot, Sadi cite notamment Malika Rahal, Addi Lahouari.
Pour Sad Sadi, tous les accusateurs partagent une mme attitude : viter de parler des faits rapports dans le livre. Tous les accusateurs ont vacu la seule chose qui mritait dtre tranche ; les faits relats et les documents produits sont-ils vridiques ou non ? Ils ont, sans exception aucune, fait limpasse sur lune des violences les plus traumatisantes de notre histoire de la guerre et laprs-guerre : la confiscation des restes de deux colonels de lALN au lendemain de lIndpendance.



Intimidations contre la direction du TRB
Le Caf littraire de Bjaa, qui a invit Sad Sadi pour une confrence Bjaa, a dnonc, dans un communiqu public, les pressions et intimidations que les services de scurit ont exerces sur la direction du TRB pour annuler ladite confrence. Les mmes intimidations, ajoute le communiqu, ont vis le Caf littraire dont laffiche a t arrache. Le Caf littraire a dnonc des pratiques quil a qualifies doppressives.


S. A. I.
Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source



 

()


: 1 ( 0 1)
 

Il rpond ses dtracteurs, Sadi : ...




03:19 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,