> >

[] [ ]

des survivants du massacre de Baga racontent

(Tags)
 
Boko Haram : la chute de Baga... Emir Abdelkader 0 2015-01-07 01:12 PM
Massacre du 17 Octobre 1961 Emir Abdelkader 0 2014-10-18 01:22 PM
Sissi et le massacre de Rabaa al-Adawiya Emir Abdelkader 0 2014-08-14 10:55 AM
Le monde spectateur dun massacre denfants Emir Abdelkader 0 2014-07-24 12:37 PM
Boko Haram commet un nouveau massacre Emir Abdelkader 0 2014-05-08 02:04 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-01-28
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,971 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool des survivants du massacre de Baga racontent

Boko Haram : des survivants du massacre de Baga racontent




Boko Haram poursuit son avance dans le nord-est du Nigeria. Une perce qui n'est pas sans consquence sur les populations civiles, principales victimes des exactions du groupe islamiste. Tmoignages des rescaps de Baga.
Se faire passer pour mort pour survivre
La plaie est toujours profonde. Allong sur le ct, Moussa Zira montre l'impact de balle qu'il a reue dans la cuisse la nuit o les islamistes de Boko Haram ont massacr 12 personnes dans son village du nord-est du Nigeria, dbut janvier.
Grivement bless, il s'est fait passer pour mort avant de s'enfuir en pirogue au Tchad voisin, jusqu'au camp de rfugis de Baga Sola, sur l'autre rive du lac. La douleur est encore vive, Moussa Zira bote, mais il se sait "miracul".
>> Lire aussi : Les victimes de Boko Haram tmoignent dans un rapport de Human Rights Watch
Aprs avoir tir en l'air une fois, ils se sont mis nous tirer dessus.
"Les Boko Haram sont arrivs quatre heures du matin et sont entrs dans chaque case, ils cherchaient les hommes. Ils nous ont salus puis nous ont dit de les suivre en brousse, qu'ils nous expliqueraient ensuite", raconte-il en haoussa.
Les islamistes ont pris 14 personnes en tout, "un homme par maison", dans les envions de la ville nigriane de Baga. "Il y avait un vieux parmi nous et ils lui ont dit de partir. Nous avons march jusqu'au champ et ils ont dit tout le monde de se coucher, face contre terre". "Aprs avoir tir en l'air une fois, ils se sont mis nous tirer dessus" bout portant, poursuit-il.
L, Moussa Zira a cru que tout tait fini. "Peu aprs, j'ai compris que la balle n'avait pas touch ma tte, mais le bras et l'arrire de la cuisse. Autour de moi, ils taient tous morts". Pour viter d'tre "achev", il est rest tapi au milieu des cadavres en attendant que les hommes de Boko Haram partent, puis a ramp dans les hautes herbes pendant des heures avant de croiser une moto qui l'a aid fuir vers du lac.
>> Lire aussi l'interview d'Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"
Le pasteur chrtien rescapt
Le pasteur Yacubu Moussa, 43 ans, est l'un des rares chrtiens rescaps de l'attaque de Baga. La nuit du 3 janvier, lorsque Boko Haram est arriv par surprise, la ville dormait. "Ils se sont mis tirer sur tout le monde sans distinction, hommes, femmes, petits enfants, et mme vieillards", raconte-il.
Ils avaient tout brl, nos maisons, nos magasins, les motos aussi.
Interrog sur le nombre d'assaillants, il hsite, parle "de milliers d'hommes". Chiffre invrifiable. Mais le pasteur est sr d'une chose : "Il y avait des cadavres partout dans les rues" lorsqu'il s'est enfui.
>> Lire aussi : Jusqu'o ira Boko Haram ?
Deux jours plus tard, Yacubu Moussa a tent de revenir chez lui rcuprer quelques affaires. Cach dans la brousse, il a vu "des corps flotter sur l'eau". "L'odeur tait tellement forte qu'on la sentait de trs loin". De la ville, affirme-t-il, ne restait que des cendres : "Ils avaient tout brl, nos maisons, nos magasins, les motos aussi".
Au camp de rfugis, le pasteur dit se sentir bien seul, l'heure de la prire, o les musulmans s'agenouillent tout autour de lui par dizaines. "Ici je n'ai rien faire, je n'ai pas de fidles, pas de lieu de culte, je n'ai mme pas de bible".
Un bb nomm Idriss Dby
Depuis dbut janvier, plus de 14.000 personnes ont travers la frontire pour fuir les attaques sanglantes autour de Baga, selon Mamadou Dian Balde, reprsentant adjoint du Haut commissariat aux rfugis de l'ONU (HCR) au Tchad.
C'est grce aux soldats tchadiens si mon bb est en vie.
"Ils arrivent avec des histoires trop dures entendre. L'autre jour, un homme est arriv pour se faire enregistrer, il n'coutait rien de ce que je lui disais, il ne faisait que pleurer : les Boko Haram ont jet une grenade dans sa maison, sa femme et ses trois enfants sont morts sur le coup", raconte Idriss Dezeh, de la Commission nationale d'accueil, de rinsertion des rfugis et des rapatris.
Certains ont eu la chance d'arriver au camp avec toute leur famille... Assise devant une tente blanche, Aisha Aladji Garb, la poitrine opulente, allaite un minuscule nourrisson. Il y a deux semaines, elle lui a donn naissance dans la pirogue bord de laquelle elle fuyait, raconte-elle.
En dbarquant au Tchad, elle est tombe sur une patrouille de soldats tchadiens. "Ils ont pris soin de moi, ils m'ont fait monter dans leur camion et m'ont directement emmene au camp o j'ai reu de l'aide". "C'est grce eux si mon bb est en vie", dit-elle avec un large sourire. "Alors je l'ai appel Idriss Dby", le nom du prsident tchadien...


>> Lire aussi : L'arme tchadienne poursuit son dploiement au Cameroun pour lutter contre Boko Haram


(AFP)






 

()


: 1 ( 0 1)
 

des survivants du massacre de Baga racontent




08:44 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,