> >

[] [ ]

On n'est pas la capitale mondiale du djihad !

(Tags)
 
Manifestations dans la capitale contre les caricatures... Emir Abdelkader 0 2015-01-18 02:48 PM
LOTAN, un danger pour la paix mondiale Emir Abdelkader 0 2014-11-21 09:14 PM
Alger, capitale de la rsistance franaise Emir Abdelkader 0 2014-08-13 11:02 AM
La victoire de lAllemagne vue par la presse mondiale Emir Abdelkader 0 2014-07-14 08:05 AM
Premire guerre mondiale (1914-1918) : 28 000 morts Algriens oublis de lhistoire Emir Abdelkader 0 2014-07-13 02:03 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-01-30
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,930 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool On n'est pas la capitale mondiale du djihad !

"On n'est pas la capitale mondiale du djihad ! Faut arrter !"






Aprs l'opration anti-djihadistes mene mardi matin Lunel, ses habitants livrent leur incomprhension. Et leur exaspration d'tre nouveau points du doigt.

Au lendemain de l'opration anti-djhadistes qui s'est solde matin 27 janvier par cinq interpellations, Lunel accuse le coup. Dans la petite cit d' peine 26.000 habitants situe entre Nmes et Montpellier, selon le quotidien local "Midi Libre", il y a eu trois arrestations. Les autres ont eu lieu Caussiniojouls, au nord de Bziers, et Aimargues, dans le Gard, moins d'une dizaine de kilomtres de l. Âgs de 26 44 ans, tous sont suspects de "participation active une filire djihadiste."
Deux se seraient dj rendus en Syrie. Trois auraient projet de partir. Deux d'entre eux, par ailleurs, auraient perdu un proche dans les combats en Syrie. Leurs frres font-ils partie des six jeunes Lunellois dont la ville a brutalement appris la mort en Syrie ces derniers mois ? Le "premier vrai choc", souffle un habitant. Avant le sisme des attentats perptrs dbut janvier Paris. Puis cette impressionnante opration du Raid mardi l'aube, qui a nouveau braqu les projecteurs sur la petite ville de l'Hrault. Laquelle s'en serait volontiers pass. Tout comme de l'incessante effervescence mdiatique dont elle fait depuis l'objet.
"Drle d'ambiance" depuis les attentats

"Les Danois, les Italiens, et mme le 'New York Times' ! On n'est pas la capitale mondiale du djihad ! Faut arrter ! On n'est pas en guerre quand mme !", s'emporte mercredi matin, journal la main, un Lunellois passablement irrit. "Ca fait mal au commerce et a ternit l'image d'une petite ville pourtant super sympa", commente une commerante l'heure du caf, au Bar des Sports. Une ville "extraordinaire", renchrit une voisine de table. S'il redoute un "coup d'pe dans l'eau", Fred, un ami, espre qu'au moins "a fera bouger les choses". Cours Gabriel Pri, les nombreuses terrasses commencent se remplir quand un franc soleil perce la vitrine d'un commerant dont la boutique est cette heure peu frquente. Il reoit sans sourire. "Les mdias en font trop. Ca fait peur aux clients. Ces gens-l, il ne faut pas du tout en parler. C'est exactement ce qu'ils recherchent". En ajustant son tablier, il confie ressentir depuis les attentats une "drle d'ambiance" qu'il peine dfinir. "Et puis ce n'est pas qu' Lunel. Ce qu'il se passe ici se passe partout ailleurs en France."
Pourquoi ? C'est la question que tout le monde se pose. Qui sont les responsables ?", lche un quinquagnaire, habitant Lunel depuis 20 ans.

A l'instar de nombreux Lunellois, il prfre garder l'anonymat. "Si l'implication des personnes souponnes est confirme (...), ce sera une filire particulirement dangereuse et organise qui aura t dmantele", a dclar mardi le ministre de l'Intrieur Bernard Cazeneuve. Aprs avoir rappel que depuis un an "plus de dix" jeunes de Lunel avaient quitt la France pour la Syrie et les rangs de l'organisation terroriste Daech. Selon les lus locaux, ils seraient plutt une vingtaine. "Pourquoi partent-ils ? Que se passe-t-il dans leur tte ?", questionne le mme habitant aux cheveux gris et au regard inquiet, avouant avoir "peur" pour ses enfants.

Dans le centre-ville de Lunel, mardi 27 janvier (SYLVAIN THOMAS / AFP)
Une mosque "proccupante" pour le prfet

"On dsigne la mosque, mais la religion", assure-t-il, n'a "rien voir l-dedans". Les jeunes Lunellois partis en Syrie frquentaient tous la mosque Al-Baraka, installe depuis six ans dans une zone commerciale excentre, entre deux magasins. Dbut janvier, le prfet de l'Hrault Pierre de Bousquet l'a juge "proccupante" en raison d'"un risque d'emprise fondamentaliste". Aprs l'annonce de deux dcs de jeunes Lunellois en dcembre, l'ancien prsident de l'Union des musulmans de Lunel, Lahoucine Goumri, avait d'abord refus de condamner leurs dparts, avant de revenir sur ses propos.
Pourquoi c'est inquitant ? C'est une mosque avec une salle de prire", a rcemment affirm son successeur, Rachid Belhaj.

Les fidles rencontrs mercredi devant la mosque prfrent ne pas parler. Ils renvoient aux propos du porte-parole de l'association, Jamel Abdelkader qui a assur la veille au soir que la mosque n'avait "jamais t en quoi que ce soit la source" de cette prsume filire de djihadistes.
"Les gens se regardent en chiens de faence"

Chacun cherche comprendre. Le mme habitant au regard inquiet pointe plutt un "malaise social. "On parle peu du communautarisme", selon lui, des gens qui se regardent en chiens de faence". Du "rejet de l'tranger" qu'il assure avoir ressenti, 20 ans plus tt, en arrivant ici. D'autres invoquent le manque de structures et de lieux d'activits pour les jeunes. Le chmage qui atteint dans la ville classe en ZSP (Zone de scurit prioritaire) les 20% en moyenne pour les 18-25 ans, pour grimper jusqu' 35% dans certains quartiers. Et le mme homme de dplorer : "A Lunel, il y a beaucoup d'immigrs, on n'a pas su s'en charger". Mais tous les jeunes partis ne prsentent pas le mme profil, lui rappelle un autre. Et de citer notamment le jeune Raphal, 23 ans, brillant tudiant en cole d'informatique Montpellier. Converti et mort en octobre en Syrie.
Aprs les attentats parisiens, Pascal Gomez, militant associatif de 39 ans dont 30 passs Lunel, a dcid d'agir. Samedi dernier, il a organis un nouveau rassemblement "pour viter les amalgames dont certains souffrent, montrer qu'on est solidaires, qu'on vit tous ensemble et qu'on est tous Franais". Casquette noire et sweat clair, il concde entre deux poignes de mains qu'on lui a souffl l'ide. "Un jeune, de ceux qu'on montre du doigt, m'a demand de l'aider." Celui qui a "grandi dans la mixit" semble aujourd'hui touch dans sa chair.
Lunel est comme ma mre. Je l'aime beaucoup. Mais j'ai l'impression qu'elle pleure de l'intrieur, qu'elle ne comprend pas vraiment ce qui lui arrive."

Le coup de filet de mardi ? "C'tait comme dans un film". Intervenu trois jours aprs le dernier rassemblement, auquel une cinquantaine de personnes a particip.
"Marre de l'image : un barbu=une bombe"

"On en a marre de l'image : un barbu = une bombe", dnonce un peu plus loin un Lunellois "depuis toujours", encore tourdi par le chemin pris par certains que beaucoup, dont lui, ont vu grandir.
Aux Halles, derrire son tal, une commerante redoute surtout une "monte du FN, dj haut". A deux pas, la boucherie l'Encas, Kader et Mohammed estiment, eux, que les mdias "agrandissent le problme" avec de "gros titres choquants". Alors qu'on "vit bien Lunel". "Trs bien mme", confirme une cliente qui a choisi d'y passer sa retraite. Surtout, rptent les deux frres, les faits relvent d'une "petite minorit."
Le maire divers droite, Claude Arnaud, avait dnonc en dcembre le "profond sentiment d'injustice" de ses administrs de voir leur ville ainsi stigmatise. "Il est impratif de savoir si un rseau organis existe ou non sur la commune", a-t-il seulement indiqu mardi dans un communiqu. "On fait le maximum pour arrter les gens qui pourrissent notre ville", a quant lui dclar la radio le dput socialiste de Lunel Patrick Vignal.
On fait avec tout a, mais a nous traumatise. C'est d'autant plus compliqu car c'est en total dcalage avec la ralit de la ville", confie aussi dans un soupir le conseiller municipal PS Philippe Moissonnier. "On n'est ni la couronne parisienne ni les quartiers nord de Marseille".

Quartier de l'Abrivado, d'o sont originaires plusieurs jeunes partis en Syrie, un habitant s'interroge, soucieux : "Reste savoir prsent si l'opration de mardi a mis ou non un point final tout ce qui a mri ces derniers mois."
Cline Rastello, envoye spciale de "l'Obs" Lunel






 

()


: 1 ( 0 1)
 

On n'est pas la capitale mondiale du djihad !




08:22 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,