> >

[] [ ]

Il y a de grands professionnels au sein des services algriens

(Tags)
 
Les services secrets algriens derrire les coups de filet djihadistes en Europe Emir Abdelkader 0 2015-01-17 11:42 AM
Les services secrets algriens auraient drogu des terroristes ... Emir Abdelkader 0 2014-12-06 12:57 PM
Ces grands Algriens de Syrie Emir Abdelkader 0 2013-06-27 03:07 PM
Des lettres secrtes dcouvertes par les services de scurit algriens... Emir Abdelkader 0 2013-06-05 04:20 PM
Un Marocain se plaint des services secrets algriens Obama Emir Abdelkader 0 2012-11-19 03:48 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-01-30
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Il y a de grands professionnels au sein des services algriens

Exclusif Lex-chef de la DGSE : Il y a de grands professionnels au sein des services algriens






Algeriepatriotique : La coopration entre les services franais et algriens na jamais cess depuis lirruption de la violence islamiste en Algrie puis en France en 1995 Cette coopration sest-elle renforce ces dernires annes, selon vous ?

Alain Chouet : La coopration entre les services algriens et franais fonctionne en fait depuis le milieu des annes 80 et a t initie par des collaborations sur des sujets dintrt commun au Moyen-Orient, en particulier au Liban. Elle na jamais cess depuis, mme si elle a connu des hauts et des bas en fonction des alas des relations politiques entre les deux pays qui nont jamais t simples tant lhistoire pse sur elles. Les services franais ont actuellement la chance davoir comme interlocuteurs au sein des services algriens des grands professionnels qui se sont dbarrasss de tout prjug au profit de leur mission et des missions communes de nos services respectifs qui sont de lutter contre la barbarie salafiste dont les musulmans sont partout les premires victimes.

LAlgrie a combattu le terrorisme dans les annes 90 pendant que l'Occident qualifiait cette lutte antiterroriste de guerre civile. Pourquoi cet amalgame perdure-t-il ? On continue dentendre, en effet, les mdias utiliser cette expression au lendemain des attentats de Paris...

Cette querelle smantique na pas beaucoup dintrt ni de sens et certains de nos mdias en France ont tendance privilgier les formules-chocs et le spectaculaire au dtriment de lobjectivit. On parle de guerre civile quand une fraction significative de la population dun pays entre en confrontation arme avec une autre. Cest tout de mme la situation au bord de laquelle lAlgrie sest trouve au tournant des annes 90 et dont les activistes des GIA ont profit pour tenter de saffirmer par des moyens terroristes. Je laisse la responsabilit de leurs propos ceux qui qualifient de guerre civile la violence exerce par les GIA en Algrie, par Aqmi au Sahel, par Boko Haram au Nigeria, par les shebab en Somalie, par lEtat Islamique en Irak, par Jabhat Al-Nosra en Syrie. Ce sont mes yeux autant de factions minoritaires qui veulent imposer leur ordre totalitaire par le terrorisme.


Les mesures annonces par Valls sont-elles suffisantes pour endiguer ce flau ?

Elles sont indiscutablement ncessaires, mais doivent sappuyer sur une volont politique sans faille de reconqurir les territoires perdus de la Rpublique o spanouissent le fondamentalisme ractionnaire et la violence criminelle et sociale. Il sagit bien sr des zones gographiques o les services fondamentaux de lEtat (police, pompiers, services sociaux et mdicaux, etc.) ne vont plus par crainte daffrontements directs, mais aussi des institutions o on a cru possible au nom du politiquement correct dassurer la tranquillit en renonant nos valeurs et en faisant des concessions au fondamentalisme activiste : lcole, lhpital, les piscines, les gymnases, les prisons, etc. Il nous faudra sans doute aussi reconsidrer en concertation avec tous les Franais musulmans la faon dont nous avons laiss en France depuis la fin des annes 80 une minorit de no-hanbalites, wahhabites ou Frres musulmans, si minoritaires en islam, sautoproclamer interprtes exclusifs des textes sacrs et seuls prescripteurs de la pratique religieuse. Cest une imposture. Nous avons en France quelque 5 millions de musulmans. 1% dentre eux environ 50 000 a vers dans la transgression sociale ou criminelle. Et parmi ceux-l, peu prs 5 000 ont ralli les rangs de la provocation fondamentaliste et de la violence plus ou moins djihadiste. Cest au nom des 99% qui ne demandent qu vivre parmi nous en paix et selon nos lois que nous devons mener ensemble un combat sans concession contre la poigne de sociopathes qui veulent faire leur bonheur malgr eux comme les terroristes dAction directe, des Brigades rouges ou de la Rote Armee Fraktion voulaient faire le ntre dans les annes 70.


On voque dsormais en France le possible recours lEtat durgence, aux centres de dtention, aux cellules disolement Ces mesures appliques en Algrie dans les annes 90 taient critiques par la France. Est-ce quelque part laveu dun manque de clairvoyance ?

A ma connaissance, aucun leader politique responsable na suggr ce jour le recours lEtat durgence en France mme si, suite lmotion suscite par les attentats, certains mdias en mal daudience en ont voqu la possibilit voire la ncessit. Lide de crer des centres de dtention spcialiss pour les militants politiques violents et de mettre les plus dangereux dentre eux lisolement na rien de critiquable en soi, bien que ce soit difficilement envisageable sur le plan matriel dans lEtat actuel du systme carcral franais. Ce ne sont pas ces mmes mesures disolement mises en uvre en Algrie qui avaient suscit des critiques en France et ailleurs en Europe dans les annes 90, mais plutt les violations des droits de lHomme et les tortures auxquelles les autorits algriennes taient souponnes par certains de se livrer sur les dtenus dans ces centres spcialiss. A titre personnel, je comprends le rflexe de fiert nationale qui a conduit les responsables politiques et scuritaires algriens refuser de se justifier de telles accusations, mais cela na pas contribu dissiper les soupons des bien-pensants occidentaux.


Vous dites que lEurope nest pas prte faire face au risque terroriste sur son sol. Pourquoi ? Manque dexprience ? De volont ? De moyens adquats ?

Parce que dans ce domaine comme dans bien dautres, lEurope va au combat en ordre dispers, sans volont collective et sans structures mutualises. Un certain nombre de pays qui nont pas de pass historique sur la rive sud de la Mditerrane, ou qui ne sont pas impliqus dans des oprations extrieures contre le djihadisme, ou dont la population de confession musulmane est quasi inexistante, ne souhaitent pas tre mls cette affaire. Dautres qui, au contraire, ont une population musulmane importante craignent que leur ventuel engagement suscite des ractions violentes parmi cette population. Enfin, il y a ceux qui pensent toujours quen faisant des concessions rptes au fondamentalisme, on calmera lardeur des fondamentalistes. Cest l mconnatre gravement la stratgie sculaire des Frres musulmans qui consiste toujours et partout mettre un pied dans la porte puis exploiter toutes les failles, les contradictions, les faiblesses des socits daccueil pour sy frayer un chemin et asservir les musulmans. Au total, tout cela fait que, jusqu maintenant, les diffrents services de renseignement, de police et de justice europens cooprent mal entre eux sur ce problme. Les cas de terrorisme avrs font videmment lobjet de collaborations correctes. En revanche tout ce qui touche aux personnes et aux structures qui sans tre vraiment illgales prparent et conduisent inluctablement la violence fondamentaliste ne fait pas objet de consensus.


Vous estimez que le groupe terroriste Daech est une vritable arme de professionnels de la violence avec un chef, une mission, des moyens, des uniformes et un agenda et des objectifs prcis. Qui a permis la cration dune telle nbuleuse ?

LEtat Islamique est la filiation directe dAl-Qada en Irak de feu Abou Moussaab Al-Zerqawi dont lobjectif principal tait, dans les annes 2004-2008, de sopposer la prsence amricaine en Irak et la consquence inluctable de cette prsence qui sanalysait en un contrle politique du pays par sa majorit chiite et la connivence de celle-ci avec lIran. Outre ses partisans sunnites locaux, la majorit des volontaires trangers dAbou Moussaab taient alors saoudiens ou ralliaient ses rangs via la frontire saoudienne. Et les services saoudiens ne se sont jamais cachs dapporter ce groupe diverses formes dassistance. Ce soutien sest prolong au profit de lEtat Islamique, en concurrence avec des soutiens qataris, jusqu lt 2013 o, pour des raisons diffrentes, ces deux pays ont arrt leurs aides publiques au mouvement, le contraignant dailleurs sortir du bois et tendre son contrle territorial pour se trouver dautres sources de financement par le pillage, le racket et le contrle de certaines infrastructures ptrolires.


Comment expliquez-vous les frappes timides et hsitantes de la coalition des pays de lOtan contre les positions de Daech en Irak ?

En fait, seuls les Etats-Unis sont rellement la manuvre dans cette affaire. La France, le Royaume-Uni et la Jordanie apportent un soutien limit. La participation de lArabie et des Emirats, galement limite, semble surtout destine ce que lopration napparaisse pas comme une croisade de lOccident contre lislam. La Turquie, pourtant membre de lOtan, conserve une attitude trs ambigu, voire suspecte, et interdit lutilisation de ses aroports aux appareils de lalliance tandis quelle laisse sa frontire complaisamment ouverte dans les deux sens aux volontaires internationaux du djihadisme. Aprs leurs fiascos en Somalie, en Afghanistan et en Irak, les Amricains ne souhaitent pas sengager trop visiblement dans des oprations dtermines qui ne pourraient que se conclure par un engagement au sol que lopinion publique amricaine refuse absolument. Washington joue donc la montre en esprant sans trop y croire que larme irakienne reformate au sud et les Kurdes au nord pourront un jour prendre la relve. La France et la Grande-Bretagne qui ont jur la perte de Bachar Al-Assad limitent leurs oprations au territoire irakien sous prtexte de ne pas affaiblir le front anti-rgime en Syrie et, en consquence, les militants de lEtat Islamique y trouvent refuge. Et comme, en dfinitive et en pratique, les seules victimes de lEtat Islamique sont pour linstant (jinsiste sur pour linstant) des habitants des rgions occupes par les djihadistes, cela nmeut malheureusement pas beaucoup plus les opinions occidentales que les innombrables victimes de Boko Haram au Nigeria ou que, par le pass, les victimes algriennes des GIA.


Dans une dclaration au journal franais Le Point, vous avez expliqu que pour venir bout de la violence islamiste, il faut sattaquer aux parrains idologiques et financiers. Qui sont-ils ?

Que lon sattaque Al-Qada en pninsule arabique, lEtat Islamique en Irak et au Levant, Mokhtar Ben Mokhtar au Sahel ou aux frres Kouachi en banlieue parisienne, on sattaque aux effets violents du fondamentalisme politique islamiste et non leurs causes. Et ces causes rsident principalement dans la volont de contrle de lislam mondial par les thocraties wahhabites en mal de lgitimit face lIran chiite et aux aspirations dmocratiques des masses arabes. Comme lUnion sovitique des annes 30 qui ne pouvait tolrer ni surenchres gauche ni dviances sociales dmocrates, les thocraties sunnites ne peuvent tolrer ni dpassement en islam ni contestation dmocratique ou au moins consensuelle. Ce qui les conduit favoriser partout o elles peuvent, coups de ptrodollars dont elles ne manquent pas, une lecture et une pratique la plus extrmiste possible dune religion dont leur interprtation no-hanbalite ractionnaire et fige ne concernait il y a trente ans quenviron 2% du monde musulman. Tant quon ne voudra pas considrer ces causes et tenter dy remdier, on spuisera sans fin essayer den combattre les effets.


Interview ralise par Mohamed El-Ghazi





 

()


: 1 ( 0 1)
 

Il y a de grands professionnels au sein des services algriens




10:48 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,