> >

[] [ ]

Assia Djebar dcde : Perte dune intellectuelle majeure

(Tags)
 
Djihad : le pre de la petite Assia interpell Roissy Emir Abdelkader 0 2014-10-29 11:58 AM
Lactrice amricaine qui voulait la mort des Gazaouis, est dcde Emir Abdelkader 0 2014-09-05 09:23 PM
La chanteuse Noura est dcde lge de 72 ans Emir Abdelkader 0 2014-06-01 03:29 PM
Erdogan confront une crise majeure aprs la dmission de trois ministres Emir Abdelkader 0 2013-12-26 02:40 PM
La Rvolution algrienne une source dinspiration majeure pour Mandela Emir Abdelkader 0 2013-12-07 02:41 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-02-07
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,966 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Assia Djebar dcde : Perte dune intellectuelle majeure

Assia Djebar dcde : Perte dune intellectuelle majeure








Lcrivaine et historienne, membre de lAcadmie franaise est dcde vendredi soir dans un hpital parisien des suites dune longue maladie, a appris El Watan de source familiale.


La famille est en contact avec lambassade dAlgrie en France et le Ministre de la Culture pour le rapatriement du corps de la dfunte en Algrie conformment ses vux, a indiqu El Watan, sa fille Jalila. Elle sera enterre au cimetire de Cherchell aux cts de son pre et de son frre Mohamed, dcd nourrisson.
Elle retournera aux siens comme elle le voulait nous a affirm Jalila, elle y reposera dfinitivement dans son pays natal auprs de ses proches .
Assia Djebar, ne Fatma-Zohra Imalayne Cherchell le 30 juin 1936, auteure majeure au Maghreb est une crivaine de notorit mondiale. Elle est lauteure de romans, posies et essais traduits dans 23 langues. Elle a galement crit pour le thtre, et a ralis plusieurs films. Assia Djebar est considre comme l'une des auteurs les plus clbres et influentes du Maghreb. Elle est lue l'Acadmie franaise le 16 juin 2005.
Fatma-Zohra Imalayne est la premire algrienne et la premire femme musulmane intgrer l'École normale suprieure de jeunes filles de Svres en 1955, o elle choisit l'tude de l'Histoire en 1956. À partir de 1956, elle suit le mot d'ordre de grve de l'UGEMA, lUnion gnrale des Étudiants musulmans algriens, et ne passe pas ses examens. C'est cette occasion qu'elle crira son premier roman, La Soif. Elle adopte depuis le nom de plume, Assia Djebar.
Pendant une dizaine d'annes (les annes soixante dix), elle dlaisse l'criture pour le cinma. Elle ralise deux films, La Noubades Femmes du Mont Chenoua en 1978, long-mtrage qui lui vaudra le Prix de la Critique internationale la Biennale de Venise de 1979 et un court-mtrage La Zerdaou les chants de l'oubli en 1982.
En 1999 elle soutient sa thse l'universit Paul-Valry Montpellier 3, une thse sur sa propre oeuvre : Le roman maghrbin francophone, entre les langues et les cultures : quarante ans d'un parcours : Assia Djebar, 1957-1997 . La mme anne, elle est lue membre de l'Acadmie royale de langue et de littrature franaises de Belgique.
Depuis 2001, elle enseigne au dpartement d'tudes franaises de l'universit de New York. Le 16 juin 2005, elle est lue au fauteuil 5 de l'Acadmie franaise, succdant Georges Vedel, et y est reue le 22 juin 2006. Elle est docteur honoris causa des universits de Vienne (Autriche), de Concordia (Montral), dOsnabrck (Allemagne).
L uvre de Assia Djebar a pour thmes l'mancipation des femmes, l'histoire, l'Algrie considre travers sa violence et ses langues.
A la demande de Franoise Giroud qui dirige lExpress elle retourne en Algrie le 1er juillet 1962, aprs huit annes dabsence pour raliser une enqute sur les Algriennes peine sorties de cent-trente-deux ans de colonisation et de sept annes de guerre. L enqute sera publie le 26 juillet 1962 sous le titre L'Algrie des femmes. Assia Djebar conclut son enqute avec les phrases suivantes : Je les ai vues, la plupart, les premiers jours de lindpendance. Elles rendaient grce Dieu de ces jours arrivs ; et maintenant, elles attendent.
Elle dira quelques annes plus tard : Jcris, comme tant dautres femmes crivains algriennes avec un sentiment durgence, contre la rgression et la misogynie.
Son franc parler bouscule les conventions tablies, car elle ne se limite pas la place habituellement assigne un crivain femme et de surcrot un crivain femme reprsentant elle seule les cultures berbre, arabe, musulmane et franaise , relve Amel Chaouati, prsidente du Cercle es Amis de Assia Djebar fond en 2009 linitiative du livre collectif Lire Assia Djebar aux ditions La Cheminade . (El Watan du 30/07/06, sous le titre: Assia Djebar l'Acadmie franaise: l'criture , une dmarche mystique).
Assia Djebar dmontre combien elle reste fidle ses engagements, ses ides et ses principes sans concession aucune , souligne aussi Amel Chaouati.
Ses convictions, son engagement, Assia Djebar les raffirmera dans son discours du 22 juin 2006 - dont nous reprenons quelques extraits ci-dessous - devant lAcadmie franaise laquelle elle avait t lue le 16 juin 2005. Elle sera une des huit femmes membres de cette illustre institution occupant le sige no 5.
Nadjia BOUZEGHRANE

Extraits du discours quAssia Djebar pronona le jeudi 22 juin 2006 devant lAcadmie franaise avant de prendre le sige laiss vacant par le dcs de Georges Vedel auquel elle venait dtre lue.

LAfrique du Nord, du temps de lEmpire franais, comme le reste de lAfrique de la part de ses coloniaux anglais, portugais ou belges a subi, un sicle et demi durant, dpossession de ses richesses naturelles, dstructuration de ses assises sociales, et, pour lAlgrie, exclusion dans lenseignement de ses deux langues identitaires, le berbre sculaire, et la langue arabe dont la qualit potique ne pouvait alors, pour moi, tre perue que dans les versets coraniques qui me restent chers.
Mesdames et Messieurs, le colonialisme vcu au jour le jour par nos anctres, sur quatre gnrations au moins, a t une immense plaie ! Une plaie dont certains ont rouvert rcemment la mmoire, trop lgrement et par drisoire calcul lectoraliste. En 1950 dj, dans son Discours sur le Colonialisme le grand pote Aim Csaire avait montr, avec le souffle puissant de sa parole, comment les guerres coloniales en Afrique et en Asie ont, en fait, dcivilis et ensauvag , dit-il, lEurope .
Je voudrais ajouter, en songeant aux si nombreuses Algriennes qui se battent aujourdhui pour leurs droits de citoyennes, ma reconnaissance pour Germaine Tillon, devancire de nous toutes, par ses travaux dans les Aurs, dj dans les annes trente, par son action de dialogue en pleine bataille dAlger en 1957, galement pour son livre Le harem et les Cousins qui, ds les annes soixante, nous devint livre-phare , uvre de lucidit plus que de polmique .
La langue franaise, la vtre, Mesdames et Messieurs, devenue la mienne, tout au moins en criture, le franais donc est lieu de creusement de mon travail, espace de ma mditation ou de ma rverie, cible de mon utopie peut-tre, je dirai mme ; tempo de ma respiration, au jour le jour : ce que je voudrais esquisser, en cet instant o je demeure silhouette dresse sur votre seuil.
Je me souviens, lan dernier, en Juin 2005, le jour o vous mavez lue votre Acadmie, aux journalistes qui qutaient ma raction, javais rpondu que Jtais contente pour la francophonie du Maghreb . La sobrit simposait, car mavait saisie la sensation presque physique que vos portes ne souvraient pas pour moi seule, ni pour mes seuls livres, mais pour les ombres encore vives de mes confrres crivains, journalistes, intellectuels, femmes et hommes dAlgrie qui, dans la dcennie quatre-vingt-dix ont pay de leur vie le fait dcrire, dexposer leurs ides ou tout simplement denseigner... en langue franaise.
Depuis, grce Dieu, mon pays cautrise peu peu ses blessures.
Il serait utile peut tre de rappeler que, dans mon enfance en Algrie coloniale (on me disait alors franaise musulmane ) alors que lon nous enseignait nos anctres les Gaulois , cette poque justement des Gaulois, lAfrique du Nord, (on lappelait aussi la Numidie), ma terre ancestrale avait dj une littrature crite de haute qualit, de langue latine...
Jvoquerai trois grands noms : Apule, n en 125 ap. J.C. Madaure, dans lest algrien, tudiant Carthage puis Athnes, crivant en latin, confrencier brillant en grec, auteur dune uvre littraire abondante, dont le chef duvre LÂne dor ou les Mtamorphoses, est un roman picaresque dont la verve, la libert et le rire iconoclaste conserve une modernit tonnante.... Quelle rvolution, ce serait, de le traduire en arabe populaire ou littraire, quimporte, certainement comme vaccin salutaire inoculer contre les intgrismes de tous bords d aujourdhui.
Quant Tertullien, n paen Carthage en 155 ap. J.C, qui se convertit ensuite au christianisme, il est lauteur dune trentaine douvrages, dont son Apologtique, toute de rigueur puritaine Il suffit de citer deux ou trois de ses phrases qui, surgies de ce Il e sicle chrtien et latin, sembleraient soudain parole de quelque tribun misogyne et intolrant dAfrique. Par exemple, extraite de son opus Du voile des vierges , cette affirmation : Toute vierge qui se montre, crit Tertullien, subit une sorte de prostitution ! , et plus loin, Depuis que vous avez dcouvert la tte de cette fille, elle nest plus vierge tout entire ses propres yeux .
Oui, traduisons le vite en langue arabe, pour nous prouver nous-mme, au moins, que lobsession misogyne qui choisit toujours le corps fminin comme enjeu nest pas spcialit seulement islamiste !
En plein iv e sicle, de nouveau dans lEst algrien, nat le plus grand Africain de cette Antiquit, sans doute, de toute notre littrature : Augustin, n de parents berbres latiniss... Inutile de dtailler le trajet si connu de ce Pre de lÉglise : linfluence de sa mre Monique qui le suit de Carthage jusqu Milan, ses succs intellectuels et mondains, puis la scne du jardin qui entrane sa conversion, son retour la maison paternelle de Thagaste, ses dbuts dvque Hippone, enfin son long combat dau moins deux dcennies, contre les Donatistes, ces Berbres christianiss, mais prement raidis dans leur dissidence.
Aprs vingt ans de luttes contre ces derniers, eux qui seraient les intgristes chrtiens de son temps, tant plus en contact certes avec leurs ouailles parlant berbre, Augustin croit les vaincre : Justement, il simagine triompher deux en 418, Csare de Maurtanie (la ville de ma famille et dune partie de mon enfance). Il se trompe. Treize ans plus tard, il meurt, en 431 dans Hippone, assige par les Vandales arrivs dEspagne et qui, sur ces rivages, viennent, en une seule anne, de presque tout dtruire.
Ainsi, ces grands auteurs font partie de notre patrimoine. Ils devraient tre tudis dans les lyces du Maghreb : en langue originale, ou en traduction franaise et arabe.
Rappelons que, pendant des sicles, la langue arabe a accompagn la circulation du latin et du grec, en Occident ; jusqu la fin du Moyen Âge.
Aprs 711 et jusqu la chute de Grenade en 1492, larabe des Andalous produisit des chefs duvre dont les auteurs, Ibn Battouta le voyageur, n Tanger ; Ibn Rochd le philosophe commentant Aristote pour rfuter El Ghazzali, enfin le plus grand mystique de loccident musulman, Ibn Arabi, voyageant de Bougie Tunis et de l, retournant Cordoue puis Fez-La langue arabe tait alors vhicule galement du savoir scientifique (mdecine, astronomie, mathmatiques etc.) Ainsi, cest de nouveau, dans la langue de lAutre (les Bdouins dArabie islamisant les Berbres pour conqurir avec eux lEspagne) que mes anctres africains vont crire, inventer. Le dernier dentre eux, figure de modernit marquant la rupture, Ibn Khaldoun, n Tunis, crit son Histoire des Berbres en Algrie ; au milieu du xiv e sicle. Il finira sa vie en 1406 en Orient ; comme presque deux sicles auparavant, Ibn Arabi.
Pour ces deux gnies, le mystique andalou, et le sceptique inventeur de la sociologie, la langue dcriture semble les mouvoir, eux, en citoyens du monde qui. prfrrent sexiler de leur terre, plutt que de leur criture .
.Mon franais sest ainsi illumin depuis vingt ans dj, de la nuit des femmes du Mont Chenoua. Il me semble que celles-ci dansent encore pour moi dans des grottes secrtes, tandis que la Mditerrane tincelle leurs pieds. Elles me saluent, me protgent. Jemporte outre Atlantique leurs sourires, images de shefa , cest--dire de gurison. Car mon franais, doubl par le velours, mais aussi les pines des langues autrefois occultes, cicatrisera peut-tre mes blessures mmorielles.
Mesdames et Messieurs, cest mon vu final de shefa pour nous tous, ouvrons grand ce Kitab el Shefa ou Livre de la gurison (de lme) dAvicenne/Ibn Sina, ce musulman dIspahan dont la prcocit et la varit prodigieuse du savoir, quatre sicles avant Pic de la Mirandole, tonna lettrs et savants qui suivirent...



Nadjia Bouzeghrane




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Assia Djebar dcde : Perte dune intellectuelle majeure




01:45 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,