> >

[] [ ]

quand Clinton parle d'Obama ses amies

(Tags)
 
Obama autorise bombarder nimporte qui, nimporte quand Emir Abdelkader 0 2014-09-18 07:04 PM
A linverse dObama, Hillary Clinton voulait armer les rebelles en Syrie Emir Abdelkader 0 2014-06-06 11:16 AM
Quand Mandela parle de sa formation au sein de LALN Emir Abdelkader 0 2013-12-29 05:26 PM
Repre : quand Obama se dgonfle Emir Abdelkader 0 2013-10-02 03:48 PM
Ultime hommage de Clinton lAlgrie Emir Abdelkader 0 2013-02-02 07:41 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-02-16
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,947 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
quand Clinton parle d'Obama ses amies

"On ne peut pas faire confiance cet enfoir": quand Clinton parle d'Obama ses amies




Rien ne va plus entre les deux clans les plus puissants du parti dmocrate, alors que les Clinton rvent de reprendre la Maison Blanche en 2016. Par Edward Klein.

Ce texte est extrait de Obama Vs Clinton. La Guerre des clans, du journaliste amricain Edward Klein, qui parat aux ditions Hugo et Cie. Les intertitres et notes sont de la rdaction.
Je ne sais pas au juste ce que Bill et moi attendions des Obama, mais depuis le dbut, nos relations sont tendues.
Par un aprs-midi ensoleill de mai 2013, Hillary djeunait dans un box dangle au Jardin du Roi, un bistro franais Chappaqua dans lÉtat de New York, o les Clinton possdent une rsidence. Elle y partageait des ragots avec une demi-douzaine de femmes, toutes diplmes de Wellesley College en 1969.
À lpoque, elles avaient confi Hillary Diane Rodham lhonneur dtre la premire tudiante dans lhistoire de Wellesley prononcer un discours lors de la crmonie de remise des diplmes discours qui lui valut un article dans le magazine Life et son premier contact avec la clbrit. Quarante-quatre ans plus tard, ces femmes continuaient de rver du jour o elle accomplirait sa destine en devenant la premire prsidente des États-Unis.
Entoure de ces personnes de confiance, et dlivre des contraintes lies au fait dappartenir ladministration Obama, Hillary se sentait laise, libre dexprimer le fond de sa pense. Sous couvert danonymat, lune des femmes a rapport ses propos :
Je me demande encore si jai bien fait de travailler pour Obama en tant que secrtaire dÉtat. Cest lhistoire qui jugera. Bien aprs ma mort, des historiens qui ne sont pas encore ns ou viennent de natre en dbattront dans ma bibliothque prsidentielle.

Ce nest quaprs les lections de mi-mandat en 2014 que dbuterait srieusement la prochaine course la prsidence, cest--dire pas avant un an et demi une ternit en politique. Hillary a publiquement insist sur le fait quelle navait pas encore pris de dcision quant son ventuelle candidature. Cependant, son allusion sa bibliothque prsidentielle est apparue comme un lapsus rvlateur, auquel ses anciennes camarades duniversit ont rpondu en applaudissant puis en trinquant.

Colre et ressentiment

Les vins Chteau Hyot castillon-ctes de bordeaux et croix de basson ros avaient t soigneusement choisis par Joe, le propritaire du restaurant, pour accompagner le menu: pole de Saint-Jacques lorange, plateau de charcuterie, moules et linguine la carbonara. Les amies dHillary se partageaient les plats pendant que Joe, aux petits soins pour lancienne premire dame, lui prparait un mets vgtalien spcial aprs quelle lui et confi essayer de perdre du poids. Un serveur se tenait tout prs pour remplir leurs verres. Bientt, la salle a rsonn des rires de femmes lgrement ivres.
Cela faisait un certain temps quelles prvoyaient ces retrouvailles, sans toutefois russir fixer une date en raison des incessants dplacements professionnels dHillary. Dhumeur festive, pares pour loccasion de leurs plus beaux bijoux et sacs main, elles tiraient gloire de la russite de leur plus clbre camarade de classe.
Pour une femme qui avait rcemment subi une thrombose conscutive une commotion crbrale, Hillary avait tonnamment bonne mine. Disparues, les deuximes poches sous les yeux ainsi quune partie des kilos pris lors de son interminable course en tant que secrtaire dÉtat. Elle faisait du sport, notamment du jogging, et surveillait son alimentation: voil pourquoi son tailleur semblait trop grand. Disparue, la femme extnue au visage bouffi, qui avait dmissionn peine quatre mois plus tt.
Hillary Clinton et Barack Obama, en janvier 2012 (Sipa)
Sa mtamorphose tait si saisissante que lune de ses amies y a fait allusion dans une interview pour ce livre. Hillary lui avait donn limpression davoir fait du bon travail.
Mais ce ntait pas l la seule chose qui avait dconcert cette femme. Naturellement, elle a cherch dpeindre Hillary sous son meilleur jour possible: celle-ci se souvenait de leurs dates danniversaire et du nom de leurs proches ; elle tait dune compagnie amusante ; la premire saisir une plaisanterie, elle riait avant tous les autres.
Pourtant, de faon involontaire, cette source dcrivait en mme temps une femme parfois difficile apprcier, aussi grossire que Lyndon Johnson et aussi paranoaque que Richard Nixon ; qui paraissait souvent fourbe ; une femme irascible pour qui il tait quasi impossible de contenir son ressentiment et sa colre.
Lorsque ses amies lui ont demand ce quelle pensait rellement du prsident quelle avait servi pendant ces quatre annes puisantes, Hillary la attaqu avec une vhmence qui les a toutes surprises:
Obama est devenu la rise du pays avec tous ces scandales : lIRS [Internal Revenue Service, le fisc amricain, NDLR] qui prend pour cible le Tea Party, le dpartement de la Justice qui saisit les relevs tlphoniques de lAP [Associated Press] et les e-mails de James Rosen [correspondant de Fox News]

Comme Nixon, il sest laiss bouffer par sa haine envers ses ennemis. À lpoque o jai travaill sur le scandale du Watergate, je suis rentre dans la tte de Nixon, alors jai compris pourquoi il tait si paranoaque et furieux contre ses ennemis. Bill et moi en avons tir la leon, nous navons pas cd la tentation de taper sur ces fous danti-Clinton, en nous sabotant par la mme occasion.


Sest ensuivi un silence gn autour de la table. Aucune des femmes na os contester cette dernire affirmation, selon laquelle Hillary navait jamais laiss ses ennemis la rendre folle. Ctait pourtant le cas depuis quelles la connaissaient.
Elle tenait mme une liste des ennemis des Clinton. Parmi ces ingrats et ces tratres se trouvaient ceux qui lavaient renie pour soutenir Barack Obama en 2008: Bill Richardson, gouverneur du Nouveau-Mexique ; Claire McCaskill, snatrice du Missouri ; James Clyburn, dput de Caroline du Sud ; David Axelrod ; et, le pire de tous, le dfunt Ted Kennedy, que les Clinton avaient autrefois trait comme une idole jusqu ce quil se retourne contre eux. Todd S. Purdum, journaliste au magazine Vanity Fair, figurait sur cette liste pour avoir dress un portrait caustique de Bill Clinton, tout comme moi aprs la publication de mon livre intitul The Truth about Hillary [La vrit sur Hillary].
Quand nous tions la Maison Blanche, Bill grait chaque dpartement. Il sest peut-tre montr trop interventionniste et oui, cest vrai, je lai aid en ce sens, mais jen reste fire.

Hillary a ensuite dcrit son mari comme un leader-n et un grand dirigeant, contrairement Obama, selon elle incomptent et inefficace. Bill, lui, ne respectait jamais la voie hirarchique. Sil se passait quelque chose de louche lInternal Revenue Service ou au dpartement de la Justice, il appelait un subalterne pour en savoir plus, peu importe qui cela froissait.
Le problme avec Obama, cest quil ne veut pas se mouiller, alors la moiti du temps il ny a personne la barre. Voil qui rsume sa prsidence : personne pour gouverner ce foutu bateau.

Elle a bu une petite gorge de vin et rflchi un instant, avant de poursuivre :
On ne peut pas faire confiance cet enfoir. La faon incroyablement mesquine dont Obama nous a traits, Bill et moi, nous a rendus furieux. Nous avons essay de conclure un march avec lui : notre promesse de soutenir sa rlection contre son soutien ma candidature en 2016. Il a accept, mais ensuite il est revenu sur son engagement. Sa parole ne vaut pas un clou. Ces tensions entre nous sont tout simplement trop difficiles surmonter.

Hollywood

Pendant le dessert plateau de fromages et fruits , quelquun a abord la question du rle que jouerait Bill Clinton dans la campagne prsidentielle dHillary.
Bill a pris du poids sur les conseils de son mdecin et cela fait des annes quil na pas t aussi en forme. Il est bien dcid ravir les stars dHollywood Obama. Il regrette de ne pas lavoir fait pendant les primaires dmocrates de 2008. Mais, aujourdhui, il est de retour dans la bataille, avec toutes ses forces.

Les yeux au ciel, la tte rejete en arrire, Hillary a clat de son fameux rire avant de raconter les dernires facties de son mari. À bientt soixante-sept ans, il traversait une nouvelle crise de la soixantaine. En visite Los Angeles, il a lou des voitures de luxe Corvette et Ferrari pour se promener dans Hollywood, coiff dun Borsalino qui, daprs sa femme, lui allait trs bien.
La semaine prcdente, Bill tait parti pour lune de ses mystrieuses tournes: Hollywood avec Charlize Theron, une soire organise par GLAAD, association de dfense des droits des gays et lesbiennes ; le Prou avec Scarlett Johansson ; Madrid, pour passer quelques jours avec le roi dEspagne Juan Carlos, ancien play-boy ; Londres, pour rencontrer Elton John et son poux David Furnish ; Vienne avec ses nouvelles meilleures amies Eva Longoria et Carmen Electra, pour un gala de bienfaisance au profit de la lutte contre le sida.
Rien ne peut larrter. Il est encore sacrment vert. Quand je lai prvenu quune fois de retour la Maison Blanche il devrait bien se tenir, il a t pris dun fou rire. Nous en sommes arrivs au point o nous pouvons en rire. Il est adorable. Moi, je ladore.

Soudain lair sombre, comme si une pense lui avait travers lesprit, elle a repris son srieux.
Ces quatre dernires annes, Bill est quasiment sorti de ma vie. Il tait Little Rock, New York, ou en voyage, pendant que moi jtais Washington ou en tourne ltranger. Nous nous appelions tous les jours, mais nous passions peu de temps ensemble. Et nous nous entendions trs bien.

Ce sera plus compliqu pendant la campagne car nous serons ensemble. En plus, en tant que candidate la prsidence, cest moi qui tiendrai les commandes, et je ne sais pas si Bill le supportera. Il prtend quil se conduira en conseiller et mari aimant, mais ce dont jai peur si je suis lue, cest quil se croie de nouveau prsident et moi la premire dame. Sil joue a, je le ferai virer de la Maison Blanche.


Lire"L'Amrique post-raciale n'est encore qu'un rve"
Entretien avec Russell Banks
"La marque Clinton"

Aprs le caf, une fois la table dbarrasse, Hillary a dclar vouloir prendre lair. Elles ont alors quitt le restaurant pour remonter King Street en direction de sa maison, suivies par deux SUV noirs du Secret Service et dune voiture de la police dÉtat, gyrophare allum. Avec Hillary, une simple promenade dans la banlieue en fin daprs-midi se transformait aussitt en cortge royal.
Tandis quelles entreprenaient lascension de la colline sinueuse, lune des femmes a avou avoir une question quelle hsitait poser :
Et Benghazi, alors ?

Je naurais pas d me dfendre devant cette commission snatoriale en disant Quelle diffrence cela peut-il faire. (1) Bill a t trs du par ma prestation. Boulevers, mme. Mais nous ne nous disputons plus. Nous avons dpass ce stade il y a des annes. Nous acceptons lautre tel quil est et poursuivons notre rve commun. Elle est rvolue, lpoque o je lui jetais des choses la figure et lui criais dessus.


Quant lincident de Benghazi, a-t-elle affirm, il tomberait dans loubli et naurait aucune incidence sur ses chances dtre lue. La marque Clinton, selon ses propres termes, pouvait surmonter Benghazi, tout comme lenlisement de ladministration Obama et limpopularit croissante des dmocrates. La marque Clinton tait totalement indpendante.
Pendant nos huit annes la Maison Blanche, nous avons apport la paix et la prosprit. Quand je serai candidate, Bill prononcera de grands discours pour moi, et en comparaison, ceux quil a faits pour Obama ressembleront une intervention dans un dbat de collgiens. Cest sur notre bilan que je mappuierai, pas sur celui dObama. Et alors nous reprendrons la Maison Blanche. Vous verrez.

Hugo et Cie



 

()


: 1 ( 0 1)
 

quand Clinton parle d'Obama ses amies




03:19 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,