> >

[] [ ]

Le sommet dObama sur le terrorisme ...

(Tags)
 
Nouveau sommet de lopposition fin fvrier Emir Abdelkader 0 2015-02-10 03:16 PM
LAlgrie salue par le sommet des G7 Emir Abdelkader 0 2014-06-08 11:39 PM
Le prsident Obama prvoit un rseau de partenariat anti-terrorisme de lAsie du Sud jusquau Sahel Emir Abdelkader 0 2014-05-29 03:49 PM
Obama invite bouteflika au sommet des chefs dtat africains Washington Emir Abdelkader 0 2014-05-04 02:09 PM
Sommet USA-Afrique, Obama invite lAlgrie Emir Abdelkader 0 2014-01-24 06:16 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-02-22
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,937 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Le sommet dObama sur le terrorisme ...

Le sommet dObama sur le terrorisme marqu par lhypocrisie, la falsification et laveuglement




Le prsident Barack Obama a pris la parole plusieurs reprises au sommet qui sest tenu mercredi et jeudi Washington sur le thme contrer lextrmisme violent et auquel assistaient les reprsentants de 65 pays.
Si le prsident amricain a insist de faon rpte sur le besoin de parler honntement et sans dtours des causes premires du terrorisme, ses remarques ne furent en fin de compte quune suite de banalits peine cohrentes, entre autres une citation tire de la carte de Saint-Valentin dun jeune de 12 ans. Toutes visaient masquer les liens de causalit irrfutables qui existent entre le terrorisme et les catastrophes en chane dclenches par les guerres dagression menes par les Etats-Unis au cours de la dernire dcennie.
Dans ce forum de dbats, il ne sagissait ni de dcisions, ni dengagements ni de changement de politique. Aux discours rebattus sur linclusion religieuse sassocirent des conseils ridicules sur la faon de reconnatre un adolescent qui sest tourn vers l extrmisme radical et qui semblaient sortis tout droit dun fascicule de lAdministration amricaine des stupfiants dcrivant les signes que votre enfant consomme peut-tre de la marijuana.
Lobjectif perceptible de cette runion dans la mesure o il y en avait un, tait celui de soutenir une propagande servant justifier la poursuite de la guerre ltranger et les mesures dEtat policier lintrieur.
Obama a promis que les Etats-Unis demeureraient immuables dans [leur] lutte contre les organisations terroristes, et a prsent des plans pour la continuation et lexpansion des oprations amricaines en Afghanistan, en Irak, en Syrie, au Ymen, en Somalie, au Nigeria et ailleurs.
Il a expliqu que la croisade contre l extrmisme violent ne devait pas seulement tre mene contre des terroristes qui tuent des gens innocents, mais aussi contre les idologies, linfrastructure des extrmistes les propagandistes, les recruteurs, les bailleurs de fonds qui radicalisent et recrutent ou incitent les gens la violence une catgorie si vaste et si mal dfinie quelle avait le potentiel dinclure quasiment tous ceux qui condamnent la politique prtendument modre de limprialisme amricain.
Les contradictions qui sous-tendaient toute cette propagande taient plus que flagrantes. Dans son discours Obama a proclam que la lutte contre le terrorisme ncessitait davantage de dmocratie , de forces de scurit et de police respectant les droits humains et traitant les gens avec dignit. Et pourtant Washington compte parmi ses allis les plus proches dans cette lutte la monarchie tyrannique dArabie saoudite et le rgime gyptien contrl par larme, tristement clbres pour leur rpression, leurs dcapitations et leurs meurtres de masse.
Obama a tent, de faon absurde, de prsenter le terrorisme comme le produit des idologies tordues de groupes tels qual Qaida et lEI (Etat islamique) ou d ides et de notions errones, de courants de pense prsent dans des secteurs tendus du monde musulman.
La notion que lOccident est en guerre avec lislam est un vilain mensonge, a dit Obama dans ses remarques. En effet, Washington est un agresseur qui tient compte de lgalit des chances. Il se prpare des guerres, plus importantes encore, contre des non musulmans cette fois-ci, dans des pays allant de lEurope de lEst lExtrme-Orient.
Il est possible que cette notion vienne de ce que les populations vivant dans les pays o se trouvent les plus grandes rserves nergtiques du monde et linfrastructure indispensable leur extraction, se trouvent tre majoritairement musulmans et quils fasse donc tragiquement les frais de la campagne mene par Washington pour imposer militairement son hgmonie sur ces territoires.
La lutte contre le terrorisme, a dclar Obama, requiert que lon se confronte au fait que trop de gens croient que le monde musulman a subi des injustices historiques cest quelquefois exact croient en la conviction quune grande partie des maux au Moyen-Orient dcoulent dun pass de colonialisme ou de complot
Des injustices historiques? De qui Obama pense-t-il se moquer? En fait dinjustices, gure nest besoin pour des millions de gens dans le monde arabe de remonter aux colonisateurs franais o britanniques portant casque colonial. Limprialisme amricain a saccag ces dernires dcennies un pays majoritairement musulman aprs lautre.
Il a prcipit lAfghanistan dans un carnage sans fin qui a cot la vie des millions de personnes depuis le dbut de la guerre parraine par les Etats-Unis et mene par des moudjahiddines dans les annes 1980. En Irak, il a lanc une guerre illgale dagression qui a cot la vie plus dun million de personnes. En Libye, il a appuy une guerre de changement de rgime qui a laiss derrire elle une socit en ruine, ravage par un conflit arm opposant des milices rivales. Et en Syrie, il a foment une guerre civile qui a tu prs de 200.000 personnes et transform des millions dautres en rfugis.
En Irak, en Libye et en Syrie, Washington a effectu des interventions dans le but de renverser des rgimes arabes sculaires et a servi de catalyseur la croissance de forces islamistes telles al Qada et lEI. Dans ces deux derniers pays, il a effectivement arm et soutenu ces lments et les a utiliss comme forces intermdiaires.
Si les hauts responsables des gouvernements Bush et Obama avaient t des agents la solde dOussama ben Laden, ils nauraient pu sy prendre mieux pour promouvoir ceux qui taient censs tre viss par le sommet organis par les Etats-Unis contre l extrmisme violent.
Toute lhypocrisie, la tromperie et laveuglement tals au sommet de cette semaine nont pu masquer le fait que la politique poursuivie par Washington depuis plus dune dcennie a abouti un dsastre.
Aprs la dissolution de lUnion sovitique, limprialisme amricain sest lanc dans une suite dinterventions de plus en plus nombreuses et bases sur la conception quil pouvait se servir de sa supriorit militaire pour compenser son dclin conomique. Le rsultat final sest sold par les ravages et la destruction.
Ceci stend maintenant lUkraine qui sombre dans la guerre civile. Celle-ci dchire un pays dont lconomie seffondre et dont larme se dsintgre. Elle risque dentraner les Etats-Unis et la Russie, dote de larme nuclaire, dans une confrontation militaire. Le coup dEtat foment par Washington, men par des fascistes en vue dun changement de rgime Kiev et prsent comme un coup de matre il y a un an, na fait que produire une catastrophe de plus.
Dans toute dmocratie qui fonctionnerait, il y aurait des consquences pour les catastrophes mondiales de lordre de celles produites par les deux derniers gouvernements amricains. Elles ne feraient pas seulement lobjet dun dbat public et daudiences du Congrs, mais causerait des dmissions forces et des poursuites pnales.
Aux Etats-Unis, rien de tout cela. Il nexiste pas de mcanisme pour critiquer un gouvernement qui continue de mentir lopinion publique et soi-mme. Personne nassume une quelconque responsabilit et personne ne doit rpondre de quoi que ce soit.
Lallure de la campagne prsidentielle de lan prochain se prcise, les candidats tte de liste sont le rpublicain Jeb Bush, dont le frre a organis la guerre criminelle en Irak et la dmocrate Hillary Clinton, qui a salu en sa qualit de secrtaire dEtat le lynchage de Mouammar Kadhafi par une milice islamiste en Libye. Elle stait exclame dans un clat de rire, Nous sommes venus, nous avons combattu, il est mort ! Il ne pouvait y avoir dillustration plus parlante du caractre sclros du systme politique amricain.
Les responsabilits sont partages, au-del de la Maison Blanche, du Congrs et des deux grands partis, par les mdias dont les experts en terrorisme produisent la chane mensonges et imbcillits pour justifier le militarisme amricain, et les universitaires qui sont soit directement complices soit restent silencieux.
Le fait que chaque secteur de lestablishment dirigeant amricain est profondment impliqu dans ces crimes et catastrophes est symptomatique des crises conomiques, sociales et politiques profondes qui affectent le systme capitaliste. Un systme totalement subordonn lenrichissement, aux dpens de la population laborieuse et de la grande majorit de la population en gnral, dune infime minorit de parasites financiers.
Sans solution progressiste ces crises, la classe dirigeante amricaine est pousse dans des aventures militaires toujours plus sanglantes qui posent le danger de plus en plus aigu de lultime acte d extrmisme violent : une Troisime guerre mondiale.


Par Bill Van Auken,


 

()


: 1 ( 0 1)
 

Le sommet dObama sur le terrorisme ...




05:47 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,