> >

[] [ ]

Malcolm X : retour sur la vie d'un leader de gnie

(Tags)
 
L thique politique de Malcolm X [Assassin il y a 50 ans Emir Abdelkader 0 2015-02-22 12:15 AM
Malcolm X avait raison sur les États-Unis Emir Abdelkader 0 2015-02-22 12:11 AM
Egypte : le leader dun groupe jihadiste tu par les forces de scurit Emir Abdelkader 0 2014-05-23 05:23 PM
Le roi du Maroc dcore un leader d'une organisation sioniste Emir Abdelkader 0 2014-02-20 10:54 PM
Un genie !! Emir Abdelkader | french Forum 0 2012-11-25 04:56 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-02-23
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Malcolm X : retour sur la vie d'un leader de gnie

Malcolm X : retour sur la vie d'un leader de gnie






50ans aprs son mystrieux assassinat, le 21 fvrier 1965, "Jeune Afrique" revient sur le parcours hors du commun du leader charismatique des Blacks Muslims (Musulmans noirs). .
"Le prix pour faire que les autres respectent vos droits humains est la mort". Cette clbre dclaration de Malcolm X raisonne, a posteriori, comme la lettre posthume dun homme qui avait admis que le combat qu'il menait impliquait ncessairement une mort prmature.
Le 21 avril 1965, celui qui porta haut les couleurs de la cause noire amricaine est brutalement abattu devant une centaine dauditeurs runis pour sa dernire confrence publique au cur du ghetto noir dHarlem. Le corps cribl de balles, Malcom X scroule : un homme seffondre, mais un mythe prend vie.
Tout au long de son parcours politique, Malcolm Little,- nom attribu ses anctres par leur matre esclavagiste et quil abandonna au profit dun X - naura eu de cesse de combattre lAmrique sgrgationniste.
Dangereux concurrent
Fondateur de la Mosque dHarlem aux cts de son mentor Elijah Mohamed, crateur du mouvement Organisation of Afro-American Unity (OAAU), son sens de la communication et sa capacit mobiliser les foules font rapidement de lui lun des leaders incontests de la communaut noire.
Mais ses engagements lui valent galement des inimitis : lappareil d'Etat amricain est ulcr par ses appels la "rsistance" et "lauto-dfense" et ses prises distances avec Elijah Mohamed et la Nation of Islam, dont il devient progressivement un dangereux concurrent, le fragilisent au sein de sa propre communaut.
Marque par plusieurs rebondissements, lenqute sur son assassinat aboutira larrestation de Thomas Hagan, un militant de Nation of Islam. Mais des zones dombres continueront planer sur les multiples ramifications qui auront conduit sa mise mort. À l'occasion de la commmoration du cinquantime anniversaire de sa disparition, Jeune Afrique revient sur les grandes tapes de sa vie et de son combat.
________
Samir Hamma


Qui a tu Malcolm X ?
Jeune Afrique - Fvrier 1965
Il tait difficile, en cette nuit du dimanche 21 fvrier ou Malcolm X fut abattu, de trouver un seul noir dans les rues de Harlem pour qui l'assassinat du leader de "l'Organisation de l'Unit Afro-amricaine" n'apparut pas comme le rsultat d'une grande conspiration laquelle ni la police de New York, ni le FBI n'taient trangers.
Pendant plus de cinq heures, dans le ghetto noir de New York, j'ai Interrog plus de 50 noirs, vieux et jeunes, femmes et hommes. Tous affirmaient que, compte tenu de la responsabilit directe de l'organisation noire rivale "Black Musilms" (les Musulmans Noirs) d'Elijah Muhammad, le meurtre de Malcolm X avait eu lieu dans des circonstances suffisamment tranges pour susciter de graves soupons l'gard des responsables "blancs" du maintien de l'ordre et de la scurit dans le pays.
"J'tais l avec mon mari, m'a dit une jeune femme, Mme Patricia Robinson, parce que nous connaissions bien Malcolm. Nous avions un singulier pressentiment en nous rendant sa confrence, d'o notre dcision de ne pas emmener nos enfants. Ce qui nous a le plus frapp en arrivant l'AudIbon Ball, ce fut l'absence de policiers. Gnralement, on en trouve des dizaines lorsque de telles runions ont lieu Harlem. Comment expliquer leur absence ce jour-l, alors que tout le monde savait que la vie de Malcolm tait en danger, surtout aprs l'explosion qui avait dtruit sa maison une semaine plus tt ? Malcolm avait averti les policiers du danger qui le menaait. Il leur avait communiqu les noms de ceux qu'il souponnait de conspirer contre sa vie. Lorsque les assassins ont commenc tirer sur Malcolm, Il n'y avait qu'un seul policier la porte I".

26 mars 1964, date de la premire et de l'unique rencontre entre Malcolm X et Martin Luther King, Washington.
Wikipedia cc.
Au quartier gnral de l'organisation de Malcolm X, l'Htel Theresa, j'ai longuement parl son ami et confident James Shabbazz.
"Vous me demandez pourquoi on en voulait tellement Malcolm X. Il est vrai que notre organisation ne date que d'un an et que nos partisans manquent de discipline. Notre force est dans notre programme dynamique et notre action directe auprs des masses noires. La diffrence qui nous spare essentiellement des Black Musilms d'Elijah Muhammad est notre manire d'envisager et d'aborder le problme de la lutte des noirs. Nous sommes des musulmans, mais nous ne croyons pas que la lutte pour raliser les objectifs de la rvolution des Noirs aux USA doit tre strictement religieuse. Notre mouvement est d'abord politique. Ce n'est pas par le sparatisme, comme le prche Elijah Muhammad, que nous accomplirons notre mission. Pour vaincre, il nous faut l'action, l'action directe et dynamique partout o elle sera ncessaire. Comme l'a si bien dit Malcolm X il y a deux mois, nous avons besoin d'un mouvement Mau-Mau aux USA, au Mississippi comme au cur mme de New York, en Alabama comme Washington. N'est-il pas trange que les blancs ne parlent de violence que lorsqu'il s'agit des noirs qui luttent pour leurs droits et manifestent pour leur galit ? La violence des Blancs, elle, est toujours ignore, malgr les matraques, les chiens, la torture".
C'est parce qu'en ralit, Malcolm X tait un symbole en face des oppresseurs et de leurs faux prophtes qu'il a t abattu. L'ancien commissaire de la police de New York, Steve Kennedy, na-t-il pas dit en 1957 : "Malcolm X a trop de pouvoir pour un seul homme" ?
Qui est Malcolm X ?
Tout ce qui a t crit sur le pass de Malcolm X est vrai. C'est un pass de violence, de haine et de prison. Il a t, en fait, le produit d'une socit o le noir vivait dans des conditions atroces d'exploitation, d'oppression et de discriminations de toutes sortes. N il y a 38 ans d'une pauvre famille d'Omaha (Etat du Nebraska), il a t tmoin ds les premires annes de son enfance de la terreur rpandue par le Ku-Klux-Klan.
Je vis comme si jtais dj mort
"En fait, devait-il un jour me raconter, j'ai connu ces "diables blancs" lorsque jtais encore dans le ventre de ma mre. Mon pre tait noir, mais ma mre, dont la propre mre avait t viole par un blanc, avait la peau si claire qu'elle aurait pu passer pour une blanche. Je hais chaque goutte du sang blanc que je possde ; c'est le sang d'un homme qui a viol... ".
Lorsque la famille s'enfuit Lansing, dans l'Etat du Michigan, sa maison fut brle et son pre lynch. Le jeune Malcolm Little quitta sa maison et se rfugia Harlem. Pendant plus de six ans, sous le nom de BIg Red (Il avait des cheveux roux), il vcut de la traite des blanches, de trafic de stupfiant, d'escroquerie ; puis ce fut l'attaque d'une banque de Boston. Arrt lge de 22 ans, il fut envoy en prison, do il sortit en 1952. C'est en prison qu'il se convertit la doctrine du "Messager". Cinq ans plus tard, il devenait son porte-parole New York, et graduellement le numro 2 de l'organisation. Mais dans la mesure o sa puissance saccroissait New York, o il avait russi convertir des milliers de noirs la doctrine du "Messager", des rivalits clatrent d'abord entre lui et certains de ses "frres". Puis avec Elijah Muhammad lui-mme.
Lorsque le prsident Kennedy fut assassin, une dclaration malencontreuse de Malcolm X laissant entendre que l'ancien prsident amricain "mritait " ce qui lui tait arriv ("les poulets se rtissent entre eux"), lui valut une violente admonestation. Malcolm dmentit son propos : "Tout ce que j'ai voulu dire, rectifia-t-il, c'est que le climat de haine qui existait dans le pays, devait invitablement aboutir un tel acte... ". Le dmenti venait trop tard.
Une action limite
Elijah Mohammed suspendit Malcolm X, lui interdisant formellement toute dclaration et toute activit. Mais ceux qui connaissaient bien Malcolm savaient qu'il ne resterait pas longtemps inactif : quatre-vingt-dix jours, exactement.
En mars 1964, Il annona qu'il se rendait la Mecque pour tudier l'Islam, le "vritable Islam". A son retour, il lana un nouveau mouvement, cette fois essentiellement politique : "L'organisation de l'unit afro-amricaine". Il entreprit aussi une grande tourne en Afrique et assista la confrence africaine au sommet du Caire, en juillet dernier. L, il consolida ses rapports avec plusieurs chefs d'Etats africains qui le reurent longuement et discutrent avec lui de l'avenir de la lutte des Noirs amricains : "J'ai compris alors, m'a-t-il a confi un jour au Caire, que notre mouvement aux USA est une partie Intgrante de la lutte que tous les peuples coloniss ou rcemment indpendants d'Afrique et d'Asie mnent contre l'Imprialisme et le no-colonialisme. J'ai compris que l'issue de notre lutte serait largement Influence par l'volution de la situation Internationale et qu'en tablissant une coopration troite entre les noirs amricains et ces pays, nos progrs seraient communs... Je dois beaucoup Elijah Muhammad, car il m'a aid m'arracher la vie que je menais alors. Mais son mouvement ne va pas suffisamment loin et son action est limite. Au lieu d'organiser les masses noires, de les encadrer et de les lancer dans la rvolution noire. Il contribue les atrophier par les rituels d'une prtendue religion qu'il appelle Islam mais qui n'a rien voir avec le vritable islam". Ds lors, la cassure tait totale et la lutte ouverte entre les deux organisations.
La dernire interview
Trois Jours avant son assassinat, Malcolm X m'avait invit djeuner. Cet homme aux yeux intelligents derrire des lunettes de myope, mest apparu ce jour-l particulirement nerveux. D'habitude calme et agrable dans les conversations prives, avec une pointe d'humour qui ne l'abandonnait jamais, Malcolm X semblait trs agit.
Excellent orateur, Il semblait chercher ses mots : "Non. je n'ai pas peur de toutes ces menaces que je reois des Frres d'Elijah Muhammad. Mais, je sais qu'ils sont dcids. Aprs tout, je suis celui qui leur a enseign la dtermination. Je vis dsormais comme un homme marqu, comme si j'tais dj mort. Car tous ceux qui ont quitt le mouvement, ont t battus jusqu' l'infirmit ou limins. Nous en savons trop sur l'activit du prophte (Elijah) et de ses collaborateurs. Cette crise finira invitablement par la violence... Pourquoi ils m'en veulent tellement ? Tout simplement parce que j'tais dvou corps et me Elijah et que j'ai entran derrire mol des milliers d'adeptes. En quittant le mouvement, j'ai sem le doute dans les esprits et cela, l'homme de Chicago (Elijah), ne le pardonne pas.
"Je connais les noms des frres qui ont reu pour mission de m'abattre. J'ai donn moi-mme leurs noms la Police. Mais qu'a-t-elle fait pour prvenir la violence ? Je me le demande... ".

Le 21 fvrier 1965, Malcolm X est assassin par balles alors qu'il tenait un meeting dans le ghetto d'Harlem New-York. Wikipedia cc.
Malcolm X se tut, puis comme s'il se parlait lui-mme, il poursuivit : "Et pourtant, Allah sait combien II reste faire pour que les noirs russissent leur rvolution. Ce que l'Afrique m'a appris durant ma dernire tourne de 5 mois, c'est l'tendue de nos intrts communs. Notre victoire devra passer ncessairement par les pripties qu'ont connues tant de pays africains. Si nous voulons que notre victoire soit relle, il faudra qu'elle suive le processus qu'elle a suivi dans les pays qui ont obtenu une indpendance relle. L'indpendance arrache par une lutte nationale organise et discipline est beaucoup plus sre que celle qui a t accorde avec tant de rserves d'autres.
"Et c'est ainsi que je conois la rvolution des noirs amricain. Ils doivent dcider eux-mmes, s'ils veulent une victoire limite et alatoire ou une victoire relle et complte." Je suis musulman. Mais je sais aussi que ce n'est pas dans les mosques que nous remporterons notre victoire: c'est dans les rues et les villes, cte cte avec ceux. blancs compris, qui veulent dbarrasser le pays de ce racisme qui le ronge. Mol aussi, j'tais un raciste, mais j'ai appris et j'ai compris... ".
"Si le priple africain que je viens d'entreprendre m'a appris quelque chose, c'est combien notre lutte s'identifie avec celle que mnent les Africains, au Nord comme au Sud du Sahara, qu'il s'agisse de l'Angola, de l'Afrique du Sud, de la Rhodsie ou du Congo. Tout comme d'ailleurs elle s'identifie celle des hommes et femmes de couleur en Asie. Si j'ai prouv un sentiment de fiert au lendemain de l'explosion de la bombe atomique chinoise, c'est parce quil s'agissait dun pays qu'on na cess de qualifier de "sous-dvelopp" et contre lequel se dressent aujourd'hui tant de "puissances blanches"..."
Dans un article qu'il publia il y a quelques mois, dans le journal amricain "Saturday Evening Post", Malcolm X crivait: "Je rve qu'un jour histoire me considre comme l'un de ceux qui auront sauv l'Amrique d'une catastrophe grave, peut-tre fatale... ".
En tombant sous les balles des assassins. Malcolm X n'a eu ni l'occasion.ni le temps de mener bien l'action qu'il lui semblait urgent et indispensable d'entreprendre pour prvenir la catastrophe.

Simon MALLEY



>> Lire l'article paru dans Jeune Afrique en fvrier 1965 :




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Malcolm X : retour sur la vie d'un leader de gnie




08:26 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,