> >

[] [ ]

Ali Benflis. Prsident de Talaou El Houriyet : ...

(Tags)
 
Condolances du Prsident Bouteflika au Prsident Mohamed Moncef Marzouki Emir Abdelkader 0 2014-07-19 02:00 PM
Ali Benflis Al-Jazeera :... Emir Abdelkader 0 2014-04-11 08:25 PM
Les partisans de Benflis veulent limposer comme prsident Emir Abdelkader 0 2014-04-10 11:54 AM
Les promesses dAli Benflis Emir Abdelkader 0 2014-03-09 08:04 AM
le prsident Bouteflika flicite le prsident Mohamed Abdelaziz Emir Abdelkader 0 2014-02-26 05:44 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-02-23
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,962 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Ali Benflis. Prsident de Talaou El Houriyet : ...

Ali Benflis. Prsident de Talaou El Houriyet : LEtat est menac, la cohsion nationale fragilise, la socit dvitalise...






Ladministration vient de vous donner lautorisation de tenir le congrs constitutif de votre parti aprs plusieurs mois de tergiversations. Est-ce pour vous synonyme de dgel ? Comment considrez-vous une telle dcision ?

Vous faites bien de rappeler le temps particulirement long qui sest coul avant que nous soit accorde lautorisation de tenir le congrs constitutif de notre parti. Il sagit de huit mois pendant lesquels nous avons t indment privs dun droit politique fondamental, celui de crer une formation politique et dy dfendre nos ides et nos convictions ainsi que le projet politique en lequel nous croyons. Crer un parti politique nest ni une faveur que lon fait ni un privilge que lon concde de manire subjective et discrtionnaire. Cest un droit absolu qui doit tre absolument respect. Vous comprendrez donc que je ne donne aucune autre signification la dcision prise dautoriser Talaou El Houriyet tenir son congrs constitutif.


Est-ce le signe dun dgel, comme vous le dites ?


Personnellement je ne le crois pas et je pense quune telle lecture de cette dcision serait excessive et rductrice. Ce nest pas parce que le droit de crer un parti politique a t tardivement respect quil faut ncessairement y voir un ressaisissement du rgime politique en place. Le dgel, si dgel il doit y avoir, interviendra le jour o ce rgime politique se rsoudra enfin admettre que notre pays est dans une impasse politique, conomique et sociale, que sa part de responsabilit dans cette impasse est lourde et que la prennit de lEtat national, la cohsion de la nation et lharmonie de notre socit lui commandent de sarmer de lucidit et de courage et de sengager sur la voie du changement.


Vous annoncez aussi que les premires assises de votre parti auront lieu la premire semaine de juin. Pensez-vous tre prt dans ces dlais ?

Pour moi, les dlais sont fixs pour tre tenus et nous nous y tiendrons. Si lchancier que nous avons prvu nest contrari par aucun autre dveloppement ne dpendant pas de notre volont, le congrs constitutif de notre parti se tiendra la date annonce et, je vais vous surprendre, peut-tre mme un peu avant.
Durant ces huit longs mois, nous ne sommes pas rests les bras croiss compter les jours qui passaient. Non, nous avons investi le terrain dans les limites que nous permettait la loi. Nous nous sommes astreints un strict respect de la lgislation en vigueur, mais cela ne nous a pas empchs dagir et de nous prparer pour toutes les ventualits. Sachez que nos dossiers taient ficels pour les trois scnarios envisageables : celui du refus, celui du silence et celui de laccord donn la tenue du congrs constitutif de notre parti. Nous tions donc fins prts, quil sagisse de laction politique ou des moyens de droit.
Aujourdhui que lautorisation nous a t accorde, le dispositif prvu est entr dans sa phase de mise en uvre. Nos bureaux provisoires dans les 48 wilayas du pays, qui sont dj constitus, seront installs formellement dici la premire semaine du mois de mars au plus tard. La constitution des reprsentations du parti au niveau de nos communes a t, elle aussi, entame depuis un certain temps et elle est en bonne voie. Je compte entreprendre ds cette semaine des consultations sur la composition de linstance nationale de prparation du congrs constitutif du parti et de ses huit commissions ; je compte installer officiellement cette instance avant la fin de la premire semaine du mois de mars.
Nous envisageons de runir les quatre congrs rgionaux du parti courant avril.Et nous aurons le mois de mai pour mettre les dernires touches la tenue du congrs constitutif de Talaou El Houriyet. Voil notre feuille de route. Elle est raliste et mesure, elle est calcule et praticable. Prions pour que rien ne vienne la contrarier.

Talaou El Houriyet ne serait-il pas une copie conforme du parti dans lequel vous avez fait votre parcours politique ?

Permettez-moi de vous dire ce que Talaou El Houriyet ne sera pas et ne sera jamais. Il ne sera pas un parti-alibi dont le seul mrite serait de servir de parure un multipartisme de faade ; il ne sera pas un parti distributeur de soutien et dallgeance ni un parti clientliste ; il ne sera pas un parti constamment aux aguets pour sassurer du sens des vents, des faveurs, des privilges et des largesses rentires ; il ne sera pas un parti qui bradera son projet politique ou y renoncera pour faire sien celui des autres par des calculs troits et intresss, la recherche du confort immdiat et pour tre dans les bonnes grces des gouvernants du moment. Nous avancerons vers nos concitoyennes et nos concitoyens visage dcouvert et la main tendue, avec un projet politique quils jugeront eux-mmes. Sils nous accordent une majorit de gouvernement, nous gouvernerons avec dvouement, honntet et sincrit ; sils nous renvoient lopposition, nous nous opposerons avec rigueur, vigueur et responsabilit. Nous serons donc un parti lgitimiste, lgaliste et citoyen.
Et nous sommes un parti n de la seule volont de ses militants. Nous avons une vision de lAlgrie de demain et nous disposons dun projet global de la traduire en nouvelles ralits politiques, conomiques et sociales. Notre filiation, cest la Rpublique dmocratique et sociale, dans le cadre des principes islamiques dont ont rv nos pres et qui na pas vu le jour.
Nous sommes un parti national dmocrate. Je sais que certains se rclament aussi de cette filiation historique et de cette identit politique. La diffrence entre eux et nous, telle que je la conois, stablira et se vrifiera travers les choix et le contenu des programmes politiques, travers les pratiques et les mthodes de fonctionnement de nos partis et, par dessus tout, travers notre capacit persuader de la justesse des ides que nous portons et de leur aptitude puiser la confiance de la seule source qui vaille, celle du peuple souverain.
Nos militants, nos sympathisants, nos soutiens et les membres fondateurs ne se seraient sans doute jamais donn toute cette peine pour produire un ersatz de parti. Seul un vritable parti moderne et performant mrite leur abngation et leur sacrifice. Nous devons bien cela notre peuple et nous-mmes qui entendons le servir.

LAlgrie est en crise. Estimez-vous que crer un parti sur une scne qui connat dj une overdose de formations politiques sans ancrage est un moyen de len sortir ?

Jai toujours trouv profondment injuste que lon parle de formations politiques majoritaires et de formations politiques sans ancrage dans notre socit. Y a-t-il eu des lections rgulires pour conforter ce constat de manire indubitable et irrcusable ? Vous le savez, je le sais et tout notre peuple sait que toutes les lections, de la base au sommet, ont t rduites dindignes allocations de quotas lectoraux par un appareil politico-administratif que ne guide que le souci de punir ou de rcompenser en fonction des soumissions ou de ce quil considre tre des insubordinations. Qui pse quoi sur la scne politique nationale ? Qui reprsente qui et quoi dans nos institutions nationales et locales ? Qui a t vritablement port au pouvoir et qui a t rellement renvoy lopposition par un verdict populaire authentique ? Nul ne le sait ou, tout le moins, moi je ne le sais pas et je ne crois pas tre le seul. Aussi longtemps que cette question de la sincrit de lurne et du scrutin et donc de la lgitimit nauront pas t tranches, tout jugement sur le poids et linfluence des partis ne saurait tre autre chose quun jugement de valeur, donc un jugement susceptible dtre arbitraire et, partant, non fond. Oui, la grave crise politique actuelle a jou un grand rle dans la cration de Talaou El Houriyet. Cela na pas t le seul facteur, mais il a t lun des facteurs les plus dterminants.
Je lai dj dit et je tiens le ritrer ici : si en Novembre 1954, le devoir national avait pour objectif la libration du pays, ce mme devoir national nous dicte lobligation de participer la construction dune Algrie dmocratique. Nul ne peut se drober, aujourdhui, cet appel du devoir national et certainement pas nous. Nous ne pouvions nous rsigner rester des tmoins passifs alors que notre pays sabme dans une crise politique, conomique et sociale dune gravit exceptionnelle, sans prcdent. LEtat national est menac, la cohsion nationale est fragilise, la socit toute entire est dvitalise. Crer un parti politique dans ces conditions nest ni une lubie ni un hobby, cela sappelle un acte patriotique.
Cest dans vos colonnes que jai dvelopp pour la premire fois, il y a de cela plusieurs mois, ce que jai dnomm un processus global de sortie de la crise de rgime. Je lai dvelopp depuis plusieurs reprises. Cest l notre acte patriotique et cest l notre contribution, quel que soit son mrite, lavnement de lalternative dmocratique en laquelle nous croyons et laquelle tout notre peuple aspire. Ce nest que notre contribution, mais nous la croyons ncessaire et utile. Le peuple en jugera.

Le pays connat aussi des problmes de gouvernance conomique, dvasion fiscale, de corruption En un mot, la dsorganisation que vit lconomie est ahurissante. Quelles solutions prconisez-vous ?

Plus dun demi-sicle aprs lindpendance du pays, lconomie nationale reste purement rentire. Que de temps perdu, quel chec affligeant ! Notre conomie entretient aussi une relation dabsolue dpendance avec ltranger pour presque tous les besoins nationaux, y compris les plus essentiels. Toutes ces contreperformances que nous navons cess daccumuler ont leurs raisons. Elles ne sont pas dues un manque de moyens car nous en avons dispos et nous en disposons toujours et de beaucoup. Elles ne sont pas dues non plus la raret ou la qualit de la ressource humaine, celle-ci existe et se rvle performante ds quune chance lui est donne.

Elles ne sont pas dues aux exemples de russite dont nous aurions pu nous inspirer si limagination tait venue nous manquer. Ces exemples de russite abondent autour de nous et ont t le fait de pays disposant de bien moins de moyens que le ntre. Non, la raison de nos contreperformances conomiques est rechercher ailleurs et cette raison se dcline en quatre mots : les mauvais choix politiques.
Et les ravages occasionns par ces mauvais choix politiques ont t amplifis ces dernires annes par la vritable entreprise de prdation laquelle a t soumise lconomie nationale par la corruption, la fraude gnralise au commerce extrieur, la fuite de capitaux, lvasion fiscale et les rentes de situation indues que le rgime politique lui-mme a cres au profit exclusif de ses clientles diverses et varies.
Voil tous les maux dont souffre lconomie nationale et dont elle continuera souffrir aussi longtemps quune uvre de redressement national naura pas t mise en marche. Avec tous les moyens financiers dont la seule vocation donne le vertige, le rgime politique en place naura pas t lauteur du miracle conomique algrien.

Loin de l, hlas. Pourtant, il a eu pour lui le temps 16 annes , largent plus de 600 milliards de dollars et la discipline de fer que peut imposer toute autocratie. Tout cela a t vain et le pays en est toujours la case dpart. Ne nous trompons pas, ltat de notre conomie est limage de tout le reste et en particulier limage dun rgime politique dpass, sans prise sur les vnements, sans vision et sans projet. Le redressement de notre conomie ne pourra pas saccomplir isolment de lentreprise globale de renouveau national. Lavenir de notre conomie est aussi dans lalternative dmocratique.


Vous organiserez demain, avec la CNLTD, des sit-in pour soutenir la contestation contre le gaz de schiste, mais vous ne sortirez pas avec des slogans politiques. Pourquoi ?

Pour trois raisons bien simples. La premire est que lobjet de ces rassemblements rside dans la solidarit et le soutien apporter nos concitoyens dIn Salah. Il est donc naturel que les slogans qui seront arbors ou scands portent sur lobjet mme de ces rassemblements. La seconde raison est que des slogans autres que ceux-l auraient dilu ou obscurci le sens de notre message de solidarit et de soutien. Et en toute franchise, la troisime raison est que des slogans politiques nous auraient certainement valu des griefs de rcupration politicienne de la pnible preuve que vivent In Salah et tous nos concitoyens de la rgion.
Ce dont nous sommes les tmoins In Salah est un veil de la citoyennet. Ils sont les acteurs de cet veil, tout lhonneur et le mrite leur en reviennent. Nul nentend sapproprier ou confisquer ce qui leur revient de droit.

Comment voyez-vous lavenir nergtique du pays, au moment o les hydrocarbures conventionnels commencent samenuiser ?

Nul nest cens rinventer la roue aujourdhui. Faisons simplement ce quont fait avant nous des Etats responsables et srieux. Et commenons par le commencement. Dbattons et adoptons une stratgie nationale de lnergie. Dans le cadre de celle-ci, entendons-nous sur la part de chaque source dnergie conventionnelle, non conventionnelle et renouvelable dans notre futur mix nergtique.
Fixons, une bonne fois pour toutes, des objectifs chiffrs et un chancier dat dici 2050 en passant par 2030 et 2040. Evaluons rigoureusement le cot de ces programmes et planifions lallocation des ressources, au besoin par des lois-programmes. Voil la manire avec laquelle tout le monde procde, pourquoi pas nous ? Noublions pas simplement que lorsquil sagit de lnergie, ce sont des besoins de cette gnration et des gnrations venir.

Said Rabia




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Ali Benflis. Prsident de Talaou El Houriyet : ...




02:22 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,