> >

[] [ ]

Messali Hadj, lhonneur national

(Tags)
 
Les filles de Ben Bella et Messali Hadj se constituent partie civile Emir Abdelkader 0 2015-01-07 06:09 PM
Ce que Said Sadi a dit de Hadj Messali et Ali Kafi Bjaia Emir Abdelkader 0 2015-01-06 12:19 PM
La fille de Messali Hadj rpond Sad Sadi : ... Emir Abdelkader 0 2015-01-04 03:51 PM
Messali Hadj et Ferhat Abbas Emir Abdelkader 0 2014-02-20 11:10 AM
le FLN a rinstaur lesprit dhonneur du moussebel Emir Abdelkader 0 2012-07-07 02:40 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-03-01
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,971 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Messali Hadj, lhonneur national

Messali Hadj, lhonneur national






Que vaut la parole de Sad Sadi, dAli Haroun ou de Sad Abadou face celle dAhmed Ben Bella ou de Hocine At Ahmed, anciens chefs nationaux de lOS et dirigeants historiques du FLN ?
Ben Bella sest recueilli sur la tombe de Messali Hadj, juste aprs sa libration de prison en 1981. At Ahmed a fait de mme aprs son retour dexil en 1990. Sadi veut nous faire avaler la couleuvre de comparer Messali Ptain : peut-il nous produire un geste ou une seule phrase de De Gaulle rendant hommage Ptain. Non, par consquent, Messali nest pas Ptain, ce que nous allons dmontrer plus loin pour confirmer le tmoignage de ces chefs historiques.
Ajoutons quun autre chef historique du FLN, Mohamed Boudiaf, le plus hostile Messali pendant la guerre, a estim que lAlgrie tait en train de subir la maldiction de Messali (tmoignage de son ami Hocine El Mili). De mme, le grand militant de la cause nationale, Hocine Lahouel, ex-SG du PPA/MTLD, et chef de file des ex-centralistes opposs Messali, tait au premier rang lors de ses funrailles Tlemcen en 1974, malgr lhostilit du rgime de lpoque. Enfin, il y a lieu de signaler pour les amnsiques que le prestigieux chef des Aurs et lun des principaux animateurs du 1er Novembre, Mostefa Ben Boulad, tait dfendu lorsquil a t arrt en 1955, par un avocat de Messali et non par un avocat du FLN. Sil avait eu un doute sur Messali, il naurait pas accept son avocat. En consquence, les tmoignages de Ben Bella, dAt Ahmed, de Boudiaf, de Ben Boulad et de Lahouel devraient dfinitivement clore le dbat sur la fidlit de Messali Hadj son long combat pour lindpendance et lhonneur de lAlgrie. Comme dit le proverbe : "quand les grands parlent, les petits se taisent".
Venons-en maintenant au parcours du grand combattant de lindpendance nationale Messali Hadj. Dans les annes 1930, aprs cent annes doccupation, la pression colonialiste sur le peuple algrien tait terrible : dnuement extrme, dculturation, droits politiques et sociaux bafous, lAlgrien tant considr comme un citoyen de seconde zone (loi du double collge). Lide mme dindpendance tait devenue une chimre irralisable, de telle sorte que les lites faisaient ouvertement lapologie de la prsence franaise, comme on peut le constater dans lchantillon de ces louanges la France gnocidaire, ci-aprs : Dr Bendjelloul, Prsident des Elus de Constantine (toute la Rgion Est) dclare : "Tous les crits, tous les actes de cette jeune Algrie ne sont-ils pas l pour crier bien haut quelle est avant tout franaise ? Et si nous avons un nationalisme, nest-il pas compltement franais ?" (lEntente 27 fvrier 1936). Ferhat Abbas, alors ladjoint du Dr Bendjelloul enchane : "Si javais dcouvert la "Nation algrienne", je serais nationaliste.cette patrie nexiste pas.Nous avons donc cart une fois pour toutes les nues et les chimres pour lier dfinitivement notre avenir celui de luvre franaise dans ce pays." (La Dfense 28 fvrier 1936). La messe est dite, pourtant ce nest pas fini. Dclaration du Cheikh Ben Badis : Croyez-vous que la nation algrienne qui a une histoire algrienne passe un sicle entier dans le giron de la France civilise sans renatre aux cts de la France, sous sa bienveillante protection, la main dans la main, telle une fille charmante et pleine de vitalit, possdant tout ce que peut avoir une fille de race leve par une mre pareille." (Al Bassar du 27/12/1935). Il ajoute plus loin : "Ceci afin que le Musulman algrien soit aux cts de ses autres frres, les fils de la France, sur le mme et vrai pied dgalit. Celle-ci aura pour consquence la vritable union que nous recherchons."
Toutes ces dclarations de fidlit la France vont se matrialiser par une Charte revendicative du Congrs musulman, coalition regroupant la Fdration des Elus de Constantine, lAssociation des Oulmas, le Parti communiste algrien (PCA) et dautres associations de la socit civile, une Charte qui va revendiquer le rattachement pur et simple la France (article 2) et qui sera prsente le 24/07/1936 au gouvernement franais.
Comment qualifier de tels actes de soumission, aprs 70 annes de rsistance arme continue et deffroyables massacres gnocidaires ? Devant tant de dfaitisme de ses lites, le peuple algrien, qui vit dans sa chair loppression coloniale et le mpris des colons, ne pouvait que se sentir encore plus abandonn. Heureusement, dans ce naufrage, une voix sortie des entrailles du peuple, une voix dun homme humble sans fortune et sans bagage intellectuel, va lui apporter une lueur despoir auquel il va saccrocher jusqu la victoire finale : en effet, aprs la prsentation de la Charte dfaitiste au gouvernement franais, Messali Hadj le Prsident de lENA, viendra de Paris Alger pour clamer le 2 aot 1936 dans un meeting du Congrs musulman, face aux lites et face au colonat qui faisait si peur lAlgrie nest pas vendre en lillustrant par la dmonstration suivante : il y a une diffrence fondamentale entre le rattachement de notre pays, acquis contre notre volont, et le rattachement volontaire accept de plein gr au Congrs qui sest tenu le 7 juin Alger. Nous sommes, nous aussi, les enfants du peuple algrien et nous naccepterons jamais que notre pays soit rattach un autre pays contre sa volont. Nous ne voulons, sous aucun prtexte, hypothquer lavenir et lespoir de libert nationale du peuple algrien. Il souligna par ailleurs : Nous avons t accuss, plus dune fois, de communistes, de wahabistes, dagents de lAllemagne, de Moscou et dautres pays ; nous vous disons que nous navons t ni les agents des uns, ni les agents des autres, mais que nous avons t, et que nous sommes et serons toujours, les agents et les serviteurs du peuple algrien. Nous sommes dcids tous les sacrifices pour que lAlgrie soit libre, prospre et instruite. O se trouve, Messieurs les dtracteurs de Messali Hadj, le camp de la trahison et celui de lhonneur ?
Le fait est que, durant les annes 1930 1950, la France tait tranquillise du ct des lites et semblait indtrnable. Son seul souci tait de neutraliser le parti de Messali qui apparaissait comme un nuage annonant la tempte dans le ciel serein de la colonisation. Pour cela, elle employa deux moyens : la rpression et la division du parti. Quand en 1936, voir plus haut, Messali dclarait tre dcid tous les sacrifices, ce ntait pas un vain mot. Car, une anne aprs, en 1937 il fut condamn 2 annes de prison dans un premier procs et 16 annes dans un deuxime procs en 1941. Il connut Lambze, puis le sinistre bagne du Congo. Aucun dirigeant politique algrien na cumul pour la cause nationale autant dannes de prison et de privation de libert que Messali. Libr aprs la fin de la Seconde Guerre mondiale, aprs avoir cr lOS lors du congrs de 1947, il se trouva confront de 1951 1954, une opposition de la direction du parti devenu PPA/MTLD (Bureau Politique et Comit Central). Cette direction sest renouvele loccasion du Congrs de 1947, o la vieille garde ouvrire de lENA sest vue remplace par une jeune lite issue de la petite bourgeoisie ouverte aux compromis. Cette nouvelle direction, inspire par des gorges profondes colonialistes (Jacques Chevallier, maire dAlger), va multiplier les initiatives de rapprochement avec les organisations intgrationnistes de 1936.
Pour faciliter cette entreprise de dviation de la ligne politique radicale du parti, Messali est arrt en 1952 et mis en rsidence surveille en France. A partir de l, Messali naura plus que les correspondances pour diriger le parti. Malgr ses nombreux conseils et mises en garde, lenlisement de la direction dans le marcage rformiste devient irrversible. Ainsi, une directive demandant la direction denvoyer des militants en Egypte pour une formation militaire est mise sous le boisseau. Seuls, quelques tudiants duniversits arabes furent informs de manire informelle et enrls. La direction ne fait mme pas preuve de solidarit avec les rsistances tunisienne et marocaine pour ne pas dplaire ses conseillers de la Mairie dAlger, tel point que Messali eut recours une Fatwa dAl Azhar pour les pousser agir, extrait de sa lettre ci-aprs : si, sur le plan politique, nous avions fait fausse route, sur le plan islamique nous sommes de mauvais musulmans, tant donn que la Fatwa dEl-Azhar au sujet du Maroc, intime lordre tout musulman de se dresser et de lutter contre limprialisme franais par tous les moyens. Le rapprochement de Messali et de la direction devenant impossible, les vnements vont se prcipiter pour aboutir la scission du parti, le but vis par lennemi, scission qui va intervenir au mois de juillet et aot 1954 avec la tenue de deux congrs du parti.
Accapare par Messali, la France na pas vu venir, volont divine (Coran 8/30), la troisime tendance du parti qui va mettre le feu aux poudres le 1er Novembre 1954. En rsidence surveille, Messali apprit tardivement cet vnement capital. Malgr quil ft dans lignorance la plus totale et que la lutte arme ait t engage sans son accord, il ne la condamne pas, et la bnit plutt dans un communiqu diffus le 8 novembre 1954. La guerre enclenche, la France va dcouvrir travers la lecture de la Proclamation du 1er Novembre la radio du Caire, deux autres adversaires stratgiques en plus de Messali, savoir lEgypte et Ben Bella. A partir de l, elle mettra tous les moyens pour les combattre. Casser le cordon ombilical qui rattachait la Rvolution algrienne lEgypte devient laxe stratgique des services secrets franais tout en menant en parallle une lutte implacable contre le messalisme lintrieur. Cest ainsi que, pour mettre en uvre leur politique, ils trouvrent en Abane Ramdane lhomme idal, car dot de deux qualits essentielles : un, il tait lantithse idologique de Messali et de Ben Bella, cest--dire foncirement oppos au monde arabo-musulman et donc lEgypte ; deux, ses capacits dorganisateur taient utiles pour rassembler au sein du FLN tous les ex-intgrationnistes (UDMA, PCA, Oulmas) en plus des centralistes, tous foncirement anti-messalistes. Cest ainsi quen janvier 1955, Abane Ramdane bnficie miraculeusement dune remise de peine en pleine guerre. Selon Mohamed Harbi, dans son livre Mirages et Ralit, page 129, je le cite : le directeur de la prison, qui connat Abane de rputation, ne tient pas fournir aux dtenus politiques un organisateur. Il lui accorde une remise de peine et le libre en janvier 1955. Il aurait d ajouter : il a prfr le fournir au FLN lextrieur qui en avait bien besoin. Gnreuse envers Abane, la France fit preuve de sa haine mortelle quand il sest agi dun militant aux valeurs arabo-islamiques tranches.
Le 1er novembre 1954, bien avant la libration anticipe dAbane, Zeddour Brahim Belkacem, un ami de Ben Bella et membre du Comit de libration nord-africain, bas au Caire, est arrt Oran, sa ville natale o il est venu quelques mois auparavant avec des directives de la Dlgation Extrieure remises des responsables Alger par o il a transit. Libr le mme jour, il est repris quelques heures aprs et transfr Alger pour des interrogatoires pousss. Pendant sa courte libert, il a confi ses parents que la police voulait des informations sur la Dlgation Extrieure et a jur de ne pas lcher un mot (tmoignage de ses proches). Effectivement, sa volont a t pousse lextrme et depuis son transfert Alger, on ne la plus revu. Ce fut le premier disparu de la Rvolution. Revenons la libration dAbane et la suite des vnements. En avril 1955, Messali envoie une dlgation la Confrence de Bandoeng pour dfendre la question algrienne, le FLN ayant sa propre dlgation. Cest le mmorandum de Messali qui est lu la tribune. En juin 1955, Abane dclare la guerre aux messalistes travers une circulaire interne du FLN. Dans la mme circulaire, il invite les ex-intgrationnistes rejoindre le FLN. A travers cette circulaire, Abane dvoile sa stratgie : alliance avec les ex-intgrationnistes et guerre contre les messalistes. Cest de cette nouvelle composante du FLN regroupant les ennemis idologiques de Messali et de Ben Bella (Abane et ses hritiers politiques) et les ex-intgrationnistes, do sortiront aprs lindpendance les futurs dtracteurs de Messali.
A contrario, on ne trouvera jamais un ancien militant indpendantiste PPA/MTLD traiter Messali de tratre. En septembre 1955, la 10e session de lAG de lONU, Messali est encore une fois prsent travers sa dlgation, en mme temps que celle du FLN. A cette date o Messali dfendait la question algrienne lONU, les ex-intgrationnistes (UDMA, PCA, Oulmas) dont les noms orneront plus tard les difices publics de lEtat algrien, ntaient toujours pas acquis lide dindpendance et navaient pas encore rejoint le FLN. A la fin de lanne 1955, Abane fait part de son intention dorganiser une runion des cadres de la Rvolution, initialement prvue dans le Nord-Constantinois (W.2). A la mme priode (novembre), Ben Boulad svade de la prison de Constantine. Arrt en fvrier, il a t dfendu par un avocat de Messali. En mars 1956, il est victime dun attentat attribu aux Franais : thse invraisemblable selon lex-colonel Zbiri, car selon lui, Ben Boulad a toujours mis en garde les militants contre les objets quelconques, y compris la nourriture, laisse par lennemi. Par consquent, Ben Boulad a manipul en toute confiance une radio de lALN, alors que celle-ci avait t pige. Explication : pendant sa dtention, Ben Boulad na, aucun moment, critiqu Messali et de surcrot, il a accept son avocat pour le dfendre. A partir de l, Ben Boulad est devenu un problme dune gravit extrme pour la direction du FLN et surtout pour Abane qui prparait le Congrs de la guerre aux messalistes et lEgypte. Concidences troublantes : juste un mois aprs la mort de Ben Boulad, Ben Bella, fait lobjet dun attentat en Libye auquel il chappe miraculeusement.
Dun autre ct, lArme franaise dclenche en Kabylie lopration Oiseau bleu destine officiellement infiltrer le FLN, mais en ralit destine armer ses maquis pour renverser le rapport de forces FLN/MNA en faveur du FLN. En aot 1956, arrive lnigmatique Congrs de la Soummam avec la participation des seuls chefs de zone. Nonobstant labsence de la wilaya des Aurs, de la Fdration de France et de la Dlgation Extrieure qui peuvent sexpliquer par les conditions de la clandestinit, il est en effet nigmatique davoir empch la participation des officiers de lALN prsents sur les lieux du Congrs comme Mohammedi Sad et Amirouche pour la W3, Mhamed Bougara et Dehils pour la W4, Benaouda et Ali Kafi pour la W2. Car, en principe, un congrs est une structure largie au deuxime degr. Le Congrs de la Soummam tait plus un Bureau Excutif quun congrs. Ce sont peut-tre les amendements idologiques oprs sur la Proclamation du 1er Novembre qui semblent tre une explication de labsence des cadres prsents. Car, leur prsence au Congrs aurait sans doute empch leur adoption. Cest ainsi que la Plateforme issue du Congrs a russi abroger les principes islamiques et na retenu que la mention rpublique dmocratique et sociale.
Dans la mme foule lunit nord-africaine dans son cadre naturel arabo-musulman est remplace par "la Fdration des Etats Nord-Africains". Ainsi, lintention de se dmarquer de la communaut arabo-islamique est nettement affirme. Cette intention sest aussi vrifie par la disposition suivante de la Plate-forme : la Rvolution nest infode ni Washington, ni Moscou, ni au Caire, disposition qui visait surtout le Caire et lalliance stratgique avec lEgypte. Par ailleurs, vu les oppositions vigoureuses quelle allait susciter, les consquences du Congrs de la Soummam vont tre dramatiques, telle enseigne quAt Ahmed a rvl aprs lindpendance que larrestation des 5 le 22 octobre 1956 a sauv la Rvolution, car Ben Bella tait farouchement oppos la Plate-forme de la Soummam : la guerre civile tait aux portes du FLN. Son arrestation fut favorable Abane, car elle lui a permis dliminer tous ses partisans en Tunisie, en particulier leur chef de file Mahsas et les officiers de la W1 et de la Base de Souk Ahras, dont 17 sont condamns mort et excuts, le tout avec laide et le soutien dun bataillon de lALN de la W1 dirig par un agent du SDECE, le Commandant Ali Hamdi, second par son chauffeur un autre agent du SDECE Mokhnache Abdelhamid qui, en ralit, au sein du SDECE, tait le chef de Hamdi (source : Les vrits qui nont pas t dites de Basta Arezki). Ces deux agents du SDECE taient prpars pour attendre larrive du dlgu du CCE Amar Ouamrane, aprs la clture du Congrs de la Soummam, pour laider asseoir son autorit en Tunisie.
Par la suite, Ouamrane a impos un nouveau chef la W1, Mahmoud Chrif, un officier de lArme franaise, ex-UDMA, condamn mort par lALN et repch suite une louche opration commando dans la ville de Tbessa. Ainsi, le plan trac par Abane relatif lradication des messalistes et des benbellistes au sein du FLN tait en passe de russir. Il ne restait plus qu se dtacher de lEgypte et se rapprocher de Bourguiba. Mais, encore une fois, le complot humain va se trouver impuissant en face de la volont divine (Coran 8/30). De sa prison, et donc malgr sa privation de libert, Ben Bella russira par sa dtermination et ses convictions rallier la majorit des cadres de la Rvolution ses thses (Les Archives de la Rvolution de M. Harbi page 179, 6, lettre de Krim), ce qui se concrtisera par les dcisions du CNRA daot 1957 rejetant les principes idologiques de la Soummam et lexclusion des centralistes du nouveau CCE : Abane fut isol et seul Dehils a vot avec lui sur un total de 23 prsents. Ouamrane, Krim et Bentobal, ex-membres du Congrs de la Soummam, ont vot contre lui : ainsi, ils ont soit rvis leur position de 1956, soit ils ont t induits en erreur, soit ils nont pas lu la dite Plate-forme de la Soummam, les documents du congrs ayant atterri dans une caserne de lArme franaise, la mule qui les transportait ayant t gare (encore une nigme de ce fameux congrs). Aprs le CNRA de 1957, linfluence de Ben Bella restera toujours aussi vivace, tel point quil a t le seul parmi ses compagnons de dtention tre dsign Vice-Prsident, lors de la constitution du GPRA en septembre 1958.
Sil y avait eu un seul doute au sujet de de sa fidlit la cause nationale, ni le CNRA qui nomme le gouvernement, ni les 3B, ni ses compagnons de dtention nauraient admis son poste de Vice-Prsident du GPRA. Ce sont les seuls qui peuvent le juger la majorit dentre eux, majorit qui tait statutairement de deux tiers et personne dautre,. En ce qui concerne Abbane, son seul succs a t la funeste guerre fratricide contre le messalisme, guerre qui na cess quau cessez-l e-feu, une guerre algro-algrienne bnfique pour la France et ce, grce deux hommes quil a placs au sommet de la Fdration de France du FLN, Omar Boudaoud et Rabah Bouaziz. Car, durant cette guerre fratricide dvastatrice au plan national, la France aura encore susciter des divisions et des vraies trahisons, aussi bien dans les rangs de Messali que dans ceux du FLN. Heureusement, ces trahisons dune extrme gravit (Bellounis, Si Salah, le FAAD, Adjoul Adjoul, Cdt Hamdi, etc) nont pu en aucune faon, faire changer de cap, ni Messali, ni au FLN jusqu la rcupration de la souverainet nationale.
Pour sa part, Messali ne cessera jamais de condamner la rpression colonialiste jusquau cessez-le-feu du 19 mars 1962, refusera avec ddain une invitation de la France aux ngociations dEvian pour la laisser face au FLN et lui viter de jouer la division, et la veille du rfrendum du 3 juillet 1962, il appellera le peuple algrien voter oui pour lindpendance, son objectif stratgique de 1927 lanc lors du Congrs anti-imprialiste de Bruxelles. Alors, devant un tel bilan, la baptisation de laroport de Tlemcen, nest pas du tout la hauteur dun tel gant de lhistoire nationale, surtout quand on sait quune grande partie des difices publics portent le nom de personnalits nayant jamais revendiqu lindpendance de lAlgrie. La Nation algrienne doit Messali Hadj plus que laroport de Tlemcen, cest un devoir imprieux et urgent (je pense la remarque qua faite Boudiaf son ami Hocine El Mili).
P/ Les Amis du PPA
Afif Haouli
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Messali Hadj, lhonneur national




03:21 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,