ãäÊÏíÇÊ ÔÈÇÈ ÇáÌÒÇÆÑ

ÇáÚæÏÉ   ãäÊÏì ÔÈÇÈ ÇáÌÒÇÆÑ áßá ÇáÚÑÈ > ÇáÃÞÓÇã ÇáÚÇãÜÜÉ > ÞÓã ÇÎÈÇÑ ÇáÕÍÝ

ÞÓã ÇÎÈÇÑ ÇáÕÍÝ [ÎÇÕ] ÈãÇ ÊäÔÑå ÇáÕÍÝ ÇáÌÒÇÆÑíÉ æÇáÚÑÈíÉ[ßá ãÇ íäÔÑ åäÇ ãäÞæá ãä ÇáÕÍÝ æÇáÌÑÇÆÏ]

Motion de remerciements de la médiation...

ÇáßáãÇÊ ÇáÏáÇáíÉ (Tags)
áÇ íæÌÏ
 
ÇáãæÇÖíÚ ÇáãÊÔÇÈåå
ÇáãæÖæÚ ßÇÊÈ ÇáãæÖæÚ ÇáãäÊÏì ãÔÇÑßÇÊ ÂÎÑ ãÔÇÑßÉ
médiation en cours, pas encore d’accord sur une trêve Emir Abdelkader ÞÓã ÇÎÈÇÑ ÇáÕÍÝ 0 2014-07-15 12:26 PM
La «médiation» de Louisa Hanoune Emir Abdelkader ÞÓã ÇÎÈÇÑ ÇáÕÍÝ 0 2014-02-16 02:27 PM
La médiation d'Alger s'impose Emir Abdelkader ÞÓã ÇÎÈÇÑ ÇáÕÍÝ 0 2014-01-20 01:35 PM
Ghardaïa refuse la médiation d'Alger Emir Abdelkader ÞÓã ÇÎÈÇÑ ÇáÕÍÝ 0 2014-01-03 05:28 PM

 
LinkBack ÃÏæÇÊ ÇáãæÖæÚ ÇäæÇÚ ÚÑÖ ÇáãæÖæÚ
  ÑÞã ÇáãÔÇÑßÉ : ( 1 )  
ÞÏíã 2015-03-02
 
:: ÇáÇÏÇÑÉ ÇáÚÇãÉ ::

 ÇáÃæÓãÉ æ ÌæÇÆÒ
 ÈíäÇÊ ÇáÇÊÕÇá ÈÇáÚÖæ
 ÇÎÑ ãæÇÖíÚ ÇáÚÖæ

  Emir Abdelkader ÛíÑ ãÊæÇÌÏ ÍÇáíÇð  
ÑÞã ÇáÚÖæíÉ : 11609
ÊÇÑíÎ ÇáÊÓÌíá : Aug 2011
ÇáÏæáÉ :
ÇáÚãÑ :
ÇáÌäÓ :  male
ãßÇä ÇáÅÞÇãÉ : ÈÇÊäÉ
ÚÏÏ ÇáãÔÇÑßÇÊ : 45,944 [+]
ÚÏÏ ÇáäÞÇØ : 3119
ÞæÉ ÇáÊÑÔíÍ : Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Motion de remerciements de la médiation...

Motion de remerciements de la médiation internationale au Président Bouteflika






Les parties maliennes engagées dans la recherche d’un accord de paix global et définitif à la crise qui sévit dans le pays depuis plusieurs mois ont réitéré, hier, leur engagement et disponibilité à poursuivre les négociations en vue d’aboutir à un accord de paix global et définitif qui permet au Mali de retrouver sécurité, stabilité et développement.
Dans son intervention, le ministre malien des Affaires étrangères, de la coopération internationale et de l’intégration, Abdoulaye Diop a salué le rôle de l’Algérie et a fait part de la gratitude de son pays pour le président Bouteflika qui a accepté, à la demande du président malien, Ibrahim Boubacar Keita, d’abriter le processus du dialogue intermalien. Le chef de la diplomatie a également souligné l’importance d’ accord paraphé hier. «C’est le couronnement de plusieurs mois de négociations, laborieuses» a-t-il affirmé. Pour lui «le temps est venu de nous assumer pleinement». ainsi pour Diop, «le temps des négociations est terminé mais le dialogue doit se poursuivre», et si a-t-il souligné l’Accord de la paix et de la réconciliation paraphé hier «n’est pas parfait, puisque chaque partie aimé gagné plus», il n’en demeure pas moins, de son point de vue, que cet accord «a le mérite de la clarté et de l’équilibre» . c’est dira-t-il un accord à l’issue duquel «il n’y a ni vainqueur, ni vaincu». pour Diop, c’est également «un cadre consensuel, et une nouvelle chance donnée au Mali de se relever et de se reconstruire en mettant, le pays et son unité au dessus de tout». Il estimera que le plus difficile reste à venir «avec la mise en œuvre de cet accord». il réitérera la disponibilité du gouvernement à travailler avec toutes les parties pour «bâtir un Etat fort et prospère».
Pour M. Harouna Tourey, représentant des signataires de la Plate-forme d’Alger «ce moment était attendu et espéré», par les dirigeants qui ont engagé leurs responsabilités en paraphant ce document essentiel pour le retour à la paix. Il dira que les signataires de la Plate-forme feront «tout pour que cet accord vit et permet à toutes les populations du Mali de se retrouver». il dira engager avec la Coordination dans les prochains jours un dialogue de fond et direct pour faire de cet accord une réalité définitive. «on ne peut pas indéfiniment continuer à créer des misères au Nord du Mali» a-t-il avancé avant de conclure en affirmant que «le dialogue est le meilleur moyen de construire la maison»
Pour Brahim Ag Salah qui a pris la parole au nom de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), le fait de ne pas paraphé l’accord, n’est pas une remise en cause de leur engagement à poursuivre le processus d’Alger. C’est juste dira-t-il que «nous demandons de nous accorder le temps de partager cet Accord avec les populations avant tout paraphe» dans le souci de lui donner «toutes ses chances». il renouvellera la disponibilité de la CMA pour le dialogue.
N. K.
------------------------------------
Fabius rend hommage à l’Algérie pour « sa médiation efficace »
L'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, paraphé hier à Alger «est une excellente nouvelle», a déclaré le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, saluant «un texte équilibré et bénéfique pour le pays et la région» et en rendant hommage à l'Algérie pour «sa médiation efficace».
«L'accord finalisé ce matin ( hier) à Alger est une excellente nouvelle», a déclaré M. Fabius dans un communiqué, en saluant «un texte équilibré et bénéfique pour le pays et la région» et en rendant hommage à l'Algérie pour «sa médiation efficace».
«Je salue la décision du président et du gouvernement malien de le parapher et appelle tous les groupes du Nord à le faire sans délai», a ajouté M. Fabius après la signature, hier matin, à Alger, de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali. Les parties maliennes au dialogue pour le règlement de la crise dans la région nord du Mali ont signé l'accord de paix et de réconciliation sous la supervision de la médiation internationale, présidée par l'Algérie, en tant que chef de file. Le document a été paraphé par le représentant du gouvernement malien, les mouvements politico-militaires du nord du Mali engagés dans la plate-forme d'Alger et par l'équipe de la médiation conduite par l'Algérie.
Six mouvements politico-militaires du nord ont pris part aux pourparlers de paix au Mali, à savoir, le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), la Coordination pour le peuple de l'Azawad (CPA), la Coordination des Mouvements et Fronts patriotiques de résistance (CM-FPR), le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l'Azawad (dissident). L'équipe de médiation dont l'Algérie est le chef de file comprenait la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CÉDÉAO), l'Union africaine (UA), les Nations unies, l'Union européenne (UE) et l'Organisation de la Coopération islamique (OCI), le Burkina Faso, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.
Les négociations entre Bamako et les mouvements maliens sous l'égide de la médiation internationale conduite par l'Algérie ont été lancés en juillet, à Alger.

------------------------------------
L’Accord de paix au Mali paraphé après cinq rounds de dialogue
L’Accord de paix et de réconciliation au Mali paraphé, hier à Alger, a été obtenu après cinq rounds de dialogue, engagé en juillet 2014, sous la conduite de la médiation internationale, dont l’Algérie est le chef de file. En vertu du texte de l’accord les parties maliennes, gouvernement et groupes politico-militaires du nord, sont «déterminés» à éliminer définitivement les causes profondes de la situation actuelle (instabilité et insécurité) et à promouvoir «une véritable» réconciliation nationale fondée sur une réappropriation de l’histoire à travers une unité nationale respectueuse de la diversité humaine caractéristique de la nation malienne.
L’Accord qui sera également signé prochainement lors d’une cérémonie prévue à Bamako se situe en sept chapitres et trois annexes, traitant de toutes les questions discutées et dispositions de mise en œuvre. Ainsi, dans le chapitre ‘’principes et engagements», il est, notamment fait état du respect de l’unité nationale, de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de l’Etat du Mali, ainsi que de sa forme républicaine et son caractère laïc. Dans le document, les parties s’engagent à mettre en ouvre, «intégralement et de bonne foi», les dispositions de l’accord en reconnaissant leur responsabilité première à cet égard. Le chapitre II consacré aux «fondements pour un règlement durable du conflit», explique que l’accord vise à créer les conditions d’«une paix juste et durable au Mali», contribuant à la stabilité régionale, ainsi qu’à la sécurité internationale. On évoque dans ce contexte, l’«appelation de l’Azawad», «les mesures destinées à instaurer la paix et la réconciliation nationale», «Les mesures destinées à assurer une meilleure gouvernance». Pour les questions politiques, située dans le troisième chapitre, elles concernent le «cadre institutionnel et réorganisation territoriale» au niveau local et national, alors que le 4e chapitre, développe «la répartition des pouvoirs et compétences». Pour ce qui est des questions liées à «la représentation de l’Etat et au contrôle de la légalité» et du «financement et moyens», ils sont expliqués, respectivement, dans les chapitres 5 et 6.
Le document comporte une partie réservée aux questions de défense et de sécurité, qui sont expliqué dans le chapitre 8, mettant l’accent sur les principes régissant cet aspect. Il est mentionné dans ce cadre, l’inclusivité et représentation «significative» de toutes les populations du Mali au sein des forces armées et de sécurité, l’unicité des forces armées et de sécurité du Mali, relevant organiquement et hiérarchiquement de l’Etat central, ainsi que la «progressivité» du redéploiement des forces armées et de sécurité reconstituées du Mali. Quant au chapitre 8, il parle du «cantonnement, intégration et désarmement, démobilisation, et réinsertion (DDR)».
«Le processus de cantonnement des combattants vise à recenser les combattants éligibles à l’intégration ou au programme DDR. Ce processus est mené suivant des normes et pratiques professionnelles établies avec le soutien de la Mission intégrée de l’ONU pour la stabilisation au Mali (Minusma)». «Le redéploiement des forces armée et de sécurité», «la réorganisation des forces armée et de sécurité» et «la lutte contre le terrorisme», se situent dans les chapitre 9, 10 et 11. Il est, notamment indiqué que les forces armées et de sécurité se déploieront, de manière progressive à compter de la signature de l’Accord, sur l’ensemble des régions du nord, sous la conduite du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC), avec l’appui de la Minusma. Aussi, les parties au dialogue conviennent de la nécessité d’entreprendre, en profondeur, une réforme du secteur de la sécurité (RSS), en tirant les leçons des expériences passées. Dans le même contexte, les parties réitèrent leur engagement à combattre le terrorisme et ses multiples connexions et mécanismes existants.Le même document traite des questions relatives au «développement socio-économique et culturel», de la «réconciliation, justice et questions humanitaires», des «garanties et accompagnement d’ordre international» et des «dispositions finales».
Il définit également dans trois annexes, «la période intérimaire», le volet relatif à la «défense et sécurité» et «les actions et projets de développement économique, social et culturel à réaliser dans les régions Nord Mali à court, moyen et long terme». Le document a été paraphé par le représentant du gouvernement malien, les Mouvements politico-militaires du nord du mali engagés dans la plateforme d’Alger (Le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA, dissident), la Coordination pour le peuple de l’Azawad (CPA) et la Coordination des Mouvements et Fronts patriotiques de résistance (CM-FPR) et par l’équipe de la médiation conduite par l’Algérie.Cependant, la coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) regroupant le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA) a demandé «une pause» pour consulter leur base militante avant de parapher

------------------------------------
M. Moncef Mongi, chef de la Minusma : « L’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, une bonne base pour une paix durable »
M. Moncef Mongi, chef de la Minusma, une des organisations internationales engagées dans le dialogue intermalien inclusif, a indiqué que le paraphe, hier à Alger, de l'accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger, constituait une base solide pour une paix durable et la réconciliation nationale.
«L'accord (....), bien qu'il ne réponde pas à toutes les demandes et ne satisfasse pas toutes les parties, est basé sur un équilibre et constitue une bonne base pour une paix durable et la réconciliation", a précisé M. Mongi, lors de la cérémonie de paraphe de l'accord pour la paix et la réconciliation au Mali. Il a ajouté que la réussite de cet accord dépendrait donc de la capacité des parties à transcender les barrières idéologiques, culturelles et politiques, et à servir une cause commune, celle de la paix, facteur de stabilité, de progrès et de développement. De son côté, le haut représentant de l'Union européenne pour le Sahel et le Mali, Michel Riverend a qualifié l'accord de réaliste, pragmatique pour le rétablissement de la paix et la stabilité au Mali et dans la région. "La communauté internationale, notamment l'UE, a accompagné le Mali et continuera à l'accompagner jusqu'au retour à la paix et à la stabilité", a-t-il souligné. Pour sa part, le représentant de l'OCI, Mohamed Comparoré, a appelé les parties maliennes pour prendre des mesures nécessaires pour l'application effective de l'accord sur le terrain.
"J'appelle les parties maliennes à faire preuve de bonne foi, de sincérité pour le rétablissement de la paix et la stabilité au Mali", a-t-il dit. De son côté, le représentant de l'UA pour le Sahel et le Mali, Pierre Buyoya, a salué cette phase cruciale du processus d'Alger, en dépit des négociations difficiles et délicates. "L'UA mettra toute son expertise pour accompagner les Maliens pour faciliter la mise en œuvre de cet accord en vue du rétablissement de la paix et de la stabilité au Mali", a-t-il souligné. Pour sa part, le représentant de la CÉDÉAO, Chiaka Abdoutouli, a salué l'engagement du gouvernement et du peuple algérien pour leur engagement en vue du rétablissement de la paix au Mali, soulignant la gratitude de cette organisation continental en faveur du président dans tous ses efforts pour la paix en Afrique. "C'est accord qui est venu suite à un accouchement douloureux, mais il permettra de rétablir la paix, la stabilité et le développement au Mali", a-t-il dit.

------------------------------
Pays voisins membres de la médiation
L’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, une « victoire » pour la nation malienne
L'accord de paix et de réconciliation au Mali, paraphé hier à Alger, est une "victoire" pour la nation malienne, ont souligné les pays voisins et membres de la médiation qui ont appelé la communauté internationale à soutenir les Maliens dans la mise en œuvre de cet accord.
"Cet accord sera porteur d'espoir prometteur, et c'est une victoire pour la nation malienne toute entière", a déclaré l'ambassadeur de Mauritanie, Ould Mogeya Abdallah.
Le document paraphé par les parties maliennes "invite au retour de la paix et la stabilité au Mali et dans l'ensemble de la région", a ajouté M. Ould Mogeya. Il a réitéré l'engagement de la Mauritanie à apporter son soutien à la mise en œuvre de cet accord, appelant la communauté internationale et les pays voisins à accorder leur appui. Pour le représentant du Burkina Faso, Domminique Djandjan, cet accord est "une œuvre commune conçue de manière inclusive" avec l'objectif de "parvenir à un compromis qui ouvre une nouvelle ère de gouvernance avec l'implication de la population". Réaffirmant l'engagement de son pays à accompagner les Maliens dans le chemin vers la paix, M. Djandjan a invité les parties maliennes et la communauté internationale à faire en sorte que l'accord soit traduit sur le terrain.
De son côté, le représentant du Niger, Mohamadou Adbdoullah, a soutenu que l'accord paraphé à Alger est "le fruit d'un effort collectif sous le leadership de l'Algérie (chef de la médiation)".
"Il constitue une étape importante sur le chemin de la paix et de la réconciliation" au Mali, et "ouvre une nouvelle ère d'espérance pour le peuple malien", a-t-il dit, en mettant en exergue la nécessité de la mise en œuvre effective de cet accord.
Le représentant du Tchad, qui a exprimé sa satisfaction suite à la signature de l'accord, a encouragé "toutes les parties à poursuive et ne ménager aucun effort pour aboutir à une solution globale est définitive du problème malien". Il a demandé à ceux qui n'ont pas encore paraphé l'accord de le faire le plus tôt possible "dans l'intérêt du peuple malien".
Le représentant du Nigeria, qui ne fait pas partie de la médiation, a quant à lui souhaité que les Maliens travailleraient la main dans la main pour parvenir à la prospérité.
L'accord de paix et de réconciliation a été paraphé par le représentant du gouvernement malien, les mouvements politico-militaires du nord du mali engagés dans la plateforme d'Alger et par l'équipe de la médiation conduite par l'Algérie. Outre les représentants du gouvernement du Mali, six mouvements politico-militaires du Nord ont pris part aux pourparlers de paix au Mali, à savoir, le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), la Coordination pour le peuple de l'Azawad (CPA), la Coordination des Mouvements et Fronts patriotiques de résistance (CM-FPR), le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l'Azawad (dissident).
L'équipe de médiation dont l'Algérie est le chef de file comprenait la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest(CÉDÉAO), l'Union africaine (UA), les Nations unies, l'Union européenne (UE) et l'Organisation de la Coopération islamique (OCI), le Burkina Faso, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

Abdoulaye Diop, ministre malien des AE : Le couronnement du « courage politique » des parties maliennes µ
L’Accord de paix et de réconciliation au Mali paraphé, hier à Alger, est le couronnement du «courage politique» des parties maliennes engagées dans le processus d’Alger, a affirmé le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop.
«L’Accord de paix que nous venons de parapher est le couronnement de plusieurs mois de travail minutieux, d’engagement et de courage politique des parties maliennes aux pourparlers d’Alger», a déclaré M. Diop.
Le document paraphé par les parties maliennes «valide les conditions de la réalisation de nos ambitions pour le Mali (...) et constitue un socle de paix, de sécurité de stabilité et de démocratie», a-t-il soutenu.
Il a salué un accord qui «préserve la souveraineté nationale du Mali, son intégrité territoriale, le caractère unitaire, républicain et laïc afin que le pays demeure un et indivisible».
Selon le chef de la diplomatie malienne, il s’agit d’un accord, certes «pas parfait», mais, a-t-il estimé, il a «le mérite de la clarté et de l’équilibre», ne faisant «ni vainqueur ni vaincu».
Il a réitéré l’engagement du gouvernement du Mali à aller dans le chemin de la paix, précisant que «le gouvernement malien a fait le choix de la paix et du compromis politique pour une solution durable» pour le pays, a-t-il souligné.
Le gouvernement est «déterminé à honorer tous ses engagements et de bonne foi», a ajouté le ministre malien qui a invité «les autres parties à faire de même», appelant également la communauté internationale à «intensifier ses efforts pour atteindre tous les objectifs de l’accord».

Les États-Unis se félicitent de l’accord paraphé à Alger
L'ambassadrice des États-Unis en Algérie, Mme Joan A. Polaschik, s'est félicitée, hier, du paraphe à Alger de l'accord de paix et de réconciliation au Mali, et a exprimé le soutien du gouvernement américain au processus d'Alger. L'accord paraphé par les parties maliennes est une «forme cruciale pour restaurer la sécurité, promouvoir la paix durable, soutenir le développement économique et améliorer la gouvernance et la justice», a souligné Mme Polaschik.
Elle a appelé toutes les parties à «rester engagées dans un dialogue pacifique et inclusif alors que l'accord commence à être mis en place». «Les parties doivent continuer à résoudre pacifiquement les différends et travailler ensemble pour continuer à construire des structures de gouvernance et de sécurité au service de tous les Maliens», a-t-elle ajouté. L'ambassadrice américaine a tenu à remercier et à féliciter le gouvernement algérien pour ses efforts de médiation pour régler le conflit au Mali.

L’ambassadeur français qualifie l’accord d’« historique »
L’ambassadeur français en Algérie, Bernard Emié, a qualifié d’«historique» l’accord de paix et de réconciliation au Mali paraphé hier à Alger, et a appelé à sa mise en œuvre.
«L’accord trouvé sur le texte que les parties ont paraphé est un accord historique et marque de manière immédiate l’aboutissement heureux de négociations qui ont commencé il y a sept mois à Alger», a déclaré M. Emié, présent à la cérémonie de signature. Ce document «marque l’identification commune (...) des solutions qui doivent permettre à la population malienne de retrouver pleinement la paix, la stabilité, et de se consacrer à son développement», a-t-il soutenu, estimant que c’est «la meilleure réponse collective qu’adressent tous ceux qui rejettent le terrorisme».
Il a salué «l’engagement, la ténacité et l’efficacité de la médiation algérienne, qui n’a pas ménagé ses efforts et qui a su, dès le début, gagner la confiance de tous les Maliens et fédérer les amis du Mali pour nous conduire là où nous sommes aujourd’hui».
L’ambassadeur français, qui a souligné la nécessité de la mise en œuvre du texte pour atteindre les ambitions fixées, a invité les parties ayant paraphé le document à faire preuve de «patience» et d’«un engagement constant», pour que «les promesses que cet accord ambitieux contient deviennent réalité».

L’Espagne salue le rôle de l’Algérie
L’ambassadeur du royaume d’Espagne en Algérie, Alejandro Polanco, a salué, hier à Oran, le rôle de l’Algérie dans l’aboutissement du dialogue inter-malien à un accord de paix et de réconciliation, paraphé à Alger. «Nous saluons le rôle qu’a joué l’Algérie dans le dialogue inter-malien, qui a abouti aujourd’hui à Alger par un accord de paix et de réconciliation», a déclaré à la presse l’ambassadeur espagnol, en marge d’un forum d’affaires entre les opérateurs économiques algériens et espagnols, initié par le Cercle de commerce et d’industrie algéro-espagnol. «Les efforts menés par l’Algérie en direction de la paix et la réconciliation au Mali sont extrêmement importants, notamment pour la stabilité de la région qui est en situation difficile», a souligné le diplomate espagnol, notant le rapprochement des positions politiques des deux pays, dans le but de parvenir à une solution capable de mettre terme à la crise libyenne.



ÑÏ ãÚ ÇÞÊÈÇÓ
ÇÚáÇäÇÊ
 

ãæÇÞÚ ÇáäÔÑ (ÇáãÝÖáÉ)


ÇáÐíä íÔÇåÏæä ãÍÊæì ÇáãæÖæÚ ÇáÂä : 1 ( ÇáÃÚÖÇÁ 0 æÇáÒæÇÑ 1)
 
ÃÏæÇÊ ÇáãæÖæÚ
ÇäæÇÚ ÚÑÖ ÇáãæÖæÚ

ÊÚáíãÇÊ ÇáãÔÇÑßÉ
áÇ ÊÓÊØíÚ ÅÖÇÝÉ ãæÇÖíÚ ÌÏíÏÉ
áÇ ÊÓÊØíÚ ÇáÑÏ Úáì ÇáãæÇÖíÚ
áÇ ÊÓÊØíÚ ÅÑÝÇÞ ãáÝÇÊ
áÇ ÊÓÊØíÚ ÊÚÏíá ãÔÇÑßÇÊß

BB code is ãÊÇÍÉ
ßæÏ [IMG] ãÊÇÍÉ
ßæÏ HTML ãÚØáÉ
Trackbacks are ãÊÇÍÉ
Pingbacks are ãÊÇÍÉ
Refbacks are ãÊÇÍÉ

Motion de remerciements de la médiation...



ÇáÊÚáíÞÇÊ ÇáãäÔæÑÉ áÇ ÊÚÈÑ Úä ÑÃí ãäÊÏì ÔÈÇÈ ÇáÌÒÇÆÑ æáÇ äÊÍãá Ãí ãÓÄæáíÉ ÞÇäæäíÉ ÍíÇá Ðáß æíÊÍãá ßÇÊÈåÇ ãÓÄæáíÉ ÇáäÔÑ

ÇáÓÇÚÉ ÇáÂä 07:37 AM

Powered by vBulletin® Version 3.8.7 .Copyright ©2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
Designed & Developed by shababdz.com
ÌãíÚ ÇáÍÞæÞ ãÍÝæÙÉ ©2014, ãäÊÏì ÔÈÇÈ ÇáÌÒÇÆÑ áßá ÇáÚÑÈ