> >

[] [ ]

Lislam traditionnel mis mal par les chouyoukh 2.0

(Tags)
 
Islam, fantasmes et statistiques Emir Abdelkader 0 2015-02-05 11:36 AM
Nul na le droit dinstrumentaliser lislam Emir Abdelkader 0 2015-01-19 02:18 PM
Soufisme : islam du coeur, coeur de l'islam Emir Abdelkader 0 2014-11-18 11:39 AM
lislam politique est une imposture Emir Abdelkader 0 2014-10-30 06:17 PM
La barbe en islam 0 2011-04-19 04:26 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-03-12
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,944 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Lislam traditionnel mis mal par les chouyoukh 2.0

Lislam traditionnel mis mal par les


chouyoukh 2.0




Comment crer un islam national, respectueux de lhistoire et des traditions du pays, lorsque des questions du monde intime sont rgles, non pas par limam du quartier, mais par un cheikh se trouvant lautre bout du monde ? Cest la problmatique laquelle est confront le ministre des Affaires religieuses.


Quils semblent loin les temps o les imams avaient valeur dautorit inconteste ! Si certains tendent croire que seul lislam traditionnel pourrait tre un rempart contre le dveloppement de la doctrine wahhabite, les constats oprs sur le terrain dmontrent quel point lislam de nos anctres est disqualifi aux yeux des fidles de la gnration 2.0.
Le fait est que lessentiel de la formation des vieux sages reposait sur la mmorisation, et les rfrences traditionnelles sont rduites (essentiellement Ibn Achir et El Kawani. Aujourdhui, le fidle lui-mme apporte des questions et des rfrences que limam ne connat pas. Nous avons dsormais affaire des gens qui en savent long sur la religion, car ils se documentent ().
Quand on revient aux annes 80, nous avions quelques annes dindpendance et de dmocratisation de lcrit, nous avions cr une esthtique de la rception diffrente. Cest ce qui va disqualifier les vieux chouyoukh, explique Abderrahmane Moussaoui, anthropologue, lors dune confrence sur le salafisme au Maghreb organise par lInseg. Il ajoute : Les nouveaux fidles se sont ouverts un champ plus large qui va provoquer des rfrents quils ne comprennent pas. Il y a des gens qui vont faire des tudes, qui connaissent le Coran et plusieurs rfrences, des citations dauteurs anglais ou allemands.
Trs connecte, la nouvelle gnration de fidles surfe sur le Net pour muscler sa foi. Les chouyoukh du Net y gagnent ainsi en notorit, concurrenant limam du quartier. Les fatwas du monde intime et ce qui est de lordre du priv, ce nest pas limam d ct qui les prononce, mais un autre tabli des milliers de kilomtres, fait remarquer Abderrahmane Moussaoui.
Le fait est, par ailleurs, que les critres qui dfinissent limam aujourdhui ne sont pas ceux traditionnellement connus. La gnration y a dautres potentialits, comme la matrise des langues et celle des outils de communication. Le charme des imams tient aussi dans leur voix, dcortique Moussaoui. Leur matrise de la langue fait quils ne supportent pas les fautes de Coran ou les erreurs grammaticales. Il y a une dmocratisation de lenseignement religieux qui a cr lesthtique de rception. Ils sont devenus exigeants.

Absence dautorit
Les quelques imams salafistes qui dtiennent des blogs en Algrie, pour tre reconnus, mettent en ligne des changes avec les stars de la salafya comme autant de labels. Abderrahmane Moussaoui souligne que les pouvoirs publics algriens y voient de srieux concurrents et les principaux obstacles crer un islam national respectueux de lhistoire et des traditions du pays en harmonie avec des intrts et les ambitions politiques. Labsence dautorit de lEtat sur ses imams est problmatique, mettant en pril la souverainet du pays. Les khotbate (prches) qui sont faites en Algrie sont parfois corrobores de lextrieur, l a pose problme, met en garde Abderrahmane Moussaoui.
Et de poursuivre : Pour ces gens-l, ce pouvoir-l est obsolte. Ils ne le reconnaissent pas. Dans certains cas, des imams, employs du ministre des Affaires religieuses, appellent des salafistes trangers pour savoir sils ont le droit de faire telle khotba dicte par le ministre. A cela sajoutent des facteurs lis au marasme gopolitique actuel et un sentiment dhumiliation quune partie de la population impute au monde occidental. Il y a un sentiment de dpossession, diagnostique Abderrahmane Moussaoui. Il ne lui reste que cette identit.
Si les confrries ont t un creuset du terroir, elles ont perdu du terrain au lendemain de lindpendance. Tout ce qui faisait rfrence la tradition tait archaque, il a t dvaloris, explique encore Abderrahmane Moussaoui. Il y a aussi des politiques qui ont failli. Lhistoire qui avance, la gnration 2.0 ne peut pas revenir la zaoua. Il y a des ralits qui changent.


Amel Blidi




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Lislam traditionnel mis mal par les chouyoukh 2.0




12:06 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,