> >

[] [ ]

Repre : Le cauchemar syrien

(Tags)
 
Marokleaks, Swissleaks, le cauchemar marocain continue Emir Abdelkader 0 2015-02-13 06:15 PM
Djihadistes : quand un coup de com vire au cauchemar... Emir Abdelkader 0 2014-09-25 12:23 PM
Le cauchemar des printemps arabes Emir Abdelkader 0 2014-06-07 06:36 AM
Maghreb: Le cauchemar libyen Emir Abdelkader 0 2014-05-18 07:25 PM
4e mandat, La campagne vire au cauchemar ! Emir Abdelkader 0 2014-04-06 04:30 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-03-16
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,947 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Repre : Le cauchemar syrien

Repre : Le cauchemar syrien



Cest bien la premire fois que les Etats-Unis dclarent envisager des ngociations avec le rgime syrien. Cest le secrtaire dEtat, John Kerry, qui en fait tat, mais sans aller au fond de sa pense. Cest--dire quelle sera la vritable nature de ce rapprochement : dialogue, discussion, ou plus simplement ngociation, chaque expression tant dans ce cas bien diffrente des autres.
Et si cela devait tre une ngociation, quoi bon se parler quand tous les ponts ont t rompus et que les portes se sont refermes ? Toutes les portes ? L est une autre question. Mais hier, John Kerry a fait une dclaration qui tranche avec ses dclarations prcdentes, ou encore les engagements des Etats-Unis avec lopposition syrienne. Les Etats-Unis devront ngocier avec le prsident syrien Bachar Al Assad pour mettre fin au conflit, entr dimanche 15 mars dans sa cinquime anne, a reconnu le secrtaire dEtat amricain. Au final, il faudra ngocier.
Nous avons toujours t pour les ngociations dans le cadre du processus (de paix) de Genve I, a dclar M. Kerry. Washington travaille darrache-pied pour relancer les efforts visant trouver une solution politique au conflit, a dit le chef de la diplomatie amricaine. Les Etats-Unis avaient particip lorganisation de pourparlers entre lopposition syrienne et des missaires de Damas Genve, au dbut de lanne dernire.
Mais les deux cycles de ngociations navaient produit aucun rsultat et la guerre sest poursuivie. Al Assad ne voulait pas ngocier, a assn John Kerry. Sil est prt engager des ngociations srieuses sur la faon dappliquer Genve I, bien sr, a rpondu M. Kerry lorsque la journaliste lui a demand sil tait dispos parler au prsident syrien. Nous lencourageons le faire. Sauf que pour que la ngociation soit srieuse et peut-tre concluante, il faut tre au moins deux le vouloir et surtout ne pas venir avec des conditions pralables. Le rgime syrien tait le premier poser cette rgle en dclarant quil nallait pas Genve pour remettre le pouvoir. Ce qui constituait une rponse lopposition, laquelle dclarait de son ct quAl Assad devait remettre le pouvoir.
Un vritable cercle ferm, chacun comptant sur la seule force pour semparer du pouvoir ou le conserver, avant que lopposition dite modre soit submerge par des tendances plus radicales ne laissant pas la moindre place la ngociation, mais surtout donnant de la consistance aux mises en garde de lancien secrtaire gnral de lONU, Kofi Annan, contre une militarisation de ce conflit et des risques pour lensemble de la rgion. Et pas seulement elle, a-t-on fini par constater. Les propos de M. Kerry interviennent aprs ceux plutt rares il faut bien en convenir du directeur gnral de la CIA.
John Brennan a en effet affirm, vendredi dernier, que les Etats-Unis ne veulent pas dun effondrement du gouvernement et des institutions en Syrie qui laisserait le champ libre aux extrmistes islamistes, dont le groupe Etat islamique (EI). Aucun dentre nous, Russie, Etats-Unis, coalition (contre lEI), Etats de la rgion, ne veut un effondrement du gouvernement et des institutions politiques Damas, a dclar John Brennan Cest pourquoi, a-t-il ajout, il est important de soutenir les forces de lopposition syrienne qui ne sont pas extrmistes. Quelle base donc pour toute ngociation ventuelle ?
On se rappelle que Bachar Al Assad avait accept le principe dune transition, ce qui avait t considr alors comme un pas en avant conforme au communiqu de Genve 1 qui nappelle pas au dpart dAl Assad. Etablies en 2012 par Kofi Annan, ces dispositions appelaient un organe transitoire par consentement mutuel au dialogue national, des lections libres et un examen complet de la Constitution. Mais depuis cette date, les ponts ont t rompus, Kofi Annan a dmissionn de son poste et la transition perdue de vue. La Syrie nest plus ce quelle tait et le danger est bien plus grand.

Mohammed Larbi




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Repre : Le cauchemar syrien




01:38 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,