> >

[] [ ]

Le Pentagone perd la trace dun stock darmes ...

(Tags)
 
Charlie Hebdo" en rupture de stock : ... Emir Abdelkader 0 2015-01-14 03:05 PM
Khomri trace la feuille de route Emir Abdelkader 0 2014-06-12 02:50 PM
Lutte antiterroriste lanp sur la trace des rsidus du gspc Emir Abdelkader 0 2014-04-24 02:38 PM
Le Pentagone dment linformation dAl-Quds al-Arabi sur la situation politique en Algrie Emir Abdelkader 0 2013-04-30 06:29 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-03-19
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,948 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Le Pentagone perd la trace dun stock darmes ...

Le Pentagone perd la trace dun stock darmes de 500 millions de dollars destin au Ymen

Le Pentagone est incapable de retrouver la trace de matriel militaire donn au Ymen, dune valeur de plus de 500 millions de dollars. Les officiels U.S craignent que larmement, les quipements militaires et aronautiques aient t saisis par des rebelles soutenus par lIran ou par Al-Qada.

Le Ymen traversant une priode dagitation politique et son gouvernement ayant vol en clats, le dpartement amricain de la dfense nest plus en mesure de surveiller le bon droulement des oprations de livraison darmes lgres, de munitions, de lunettes de vision de nuit, de vedettes de patrouille, et autres stocks de guerre. La situation a empir depuis que les États-Unis ont ferm leur ambassade Sanaa, la capitale, le mois dernier, et rapatri la plupart de leurs conseillers militaires.
Ces dernires semaines, les membres du Congrs amricain ont tenu des runions huis-clos avec des hauts reprsentants militaires U.S. afin dobtenir un compte-rendu des oprations de livraison et des pertes de matriel. Les officiels du Pentagone ont affirm avoir peu dinformation ce sujet et quils ne peuvent peu ou prou empcher que les armes et lquipement soient livrs entre de mauvaises mains, ce stade de lopration.
Nous devons assumer que lopration est compltement compromise et que lquipement a disparu , dit un assistant au Congrs, qui a prfr conserver lanonymat en raison de la sensibilit du sujet.
Les officiers militaires U.S. ont refus de commenter la situation. Un responsable de la dfense, sexprimant sous condition danonymat en raison des rgles de scurit dictes par le Pentagone, considre quil ny a jusquici aucune preuve dun vol ou dune confiscation des quipements, mais reconnat quils ont t perdus.

Mme dans le meilleur scnario imaginable dans un pays instable, nous navons jamais une comptabilit exacte de nos quipements lissue de leur livraison dit un officiel de la dfense.
Le gouvernement ymnite a t renvers en janvier par les rebelles chiites Houthis, qui reoivent un soutien dIran et sont extrmement critiques des frappes amricaines par drones au Ymen.
Les Houthis se sont empars de nombreuses bases militaires ymnites dans le Nord du Pays, dont quelques unes Sanaa, qui abritaient des units contre-terroristes entranes par les États-Unis. Dautres bases ont t prises dassaut par des combattants dAl-Qada dans la Pninsule Arabique.
Suite cette disparition dquipement militaire, le dpartement de la dfense a dcid de mettre un terme aux livraisons vers le Ymen. Une cargaison de matriel militaire dune valeur de 125 millions de dollars, incluant des drones de reconnaissance ScanEagle, des quipements de vol et des jeeps, ne sera donc pas livre. Cet quipement sera finalement donn dautres pays du Moyen-Orient et dAfrique, daprs des officiels de la dfense.
Bien que la perte darmes et dquipement dlivrs au Ymen est embarrassante, les officiels U.S. estiment quil est trs improbable que leur utilisation altrera lquilibre militaire des pouvoirs en place. Il est estim que le Ymen est le deuxime pays dans le monde (derrire les États-Unis) o le taux de possession darmes est le plus lev, et ses bazars sont bien fournis en armes lourdes. Par ailleurs, le gouvernement amricain a restreint son aide ltale en armes feu lgres et en munitions et a refus une demande ymnite de livraison davions de combat et de tanks.
Au Ymen et ailleurs, ladministration Obama poursuit une stratgie dentranement militaire et de fourniture dquipements dans le but de rprimer les insurrections et de dfaire les rseaux affilis Al-Qada. Cette stratgie a permis dviter jusquici le dploiement de nombreuses forces amricaines sur place, mais a aussi entran lapparition de nouveaux dfis relever.
Washington a dpens 25 milliards de dollars pour recrer puis armer les forces de scurit irakiennes aprs linvasion de 2003 mene par les États-Unis. Cela naura pas empch larme irakienne dtre facilement dfaite lanne dernire par une multitude de groupes de combattants de lÉtat Islamique qui ont pris le contrle de larges parties du territoire, alors mme que le prsident Obama prsentait lanne dernire le Ymen comme un exemple de russite de son approche pour combattre le terrorisme.

Ladministration souhaitait vraiment dvelopper cette narration laissant croire que le Ymen tait diffrent de lIrak, quon sen chargerait avec moins de personnels, avec moins de frais , dit le Rpublicain texan Mac Thornberry (R-Tex.), prsident du comit des services arms au Congrs. Ils tentaient une approche minimaliste car elle devait coller leur narration quon naurait pas une rptition de lIrak .
Washington a dpens plus de 500 millions de dollars en aide militaire pour le Ymen depuis 2007, sous lgide de programmes des dpartements dÉtat et de la Dfense. Le Pentagone et la CIA ont galement fourni une assistance supplmentaire par le biais de programmes secrets, ce qui rend difficile la comptabilisation globale des dpenses pour le pays.
Les officiels du gouvernement amricain disent que la branche dAl-Qada au Ymen constitue une menace plus directe envers les États-Unis quaucun autre groupe terroriste. Pour la contrer, ladministration Obama se fie une combinaison de forces de proximit et de frappes de drones pilotes depuis des bases en dehors du pays.
Dans le cadre de cette stratgie, les militaires tats-uniens ont avant tout cherch faonner et former au sein de la garde rpublicaine une force militaire ymnite dlite pour les oprations spciales, entraner les units contre-terroristes du ministre de lintrieur, et amliorer les forces ariennes rudimentaires du Ymen.
Les progrs ont t difficiles. En 2011, ladministration Obama a suspendu son aide contre-terroriste et rapatri ses conseillers militaires lorsque le prsident dalors, Ali Abdullah Saleh, a rprim les manifestants du printemps arabe. Le programme a repris lanne suivante lorsque Saleh fut remplac par son vice-prsident, Abed Rabbo Mansour Hadi, suite une ngociation mene par Washington.
Dans un rapport datant de 2013, le bureau de comptabilit du gouvernement amricain trouvait que le programme contre-terroriste dclassifi men au Ymen tait insuffisamment contrl et que le Pentagone avait t incapable dvaluer son impact positif.
Parmi dautres problmes, les auditeurs du bureau ont dcouvert que les Humvees donns au ministre de lintrieur ymnite taient inactifs ou endommags car le ministre de la dfense ymnite avait refus de partager des pices dtaches de ces vhicules avec celui-ci. Les deux ministres luttent aussi fermement pour lutilisation des hlicoptres Huey II fournis par Washington, daprs le mme rapport.
Un cadre suprieur de larme amricaine qui a longtemps servi au Ymen dit que les forces locales taient investies dans leur entranement et comptents pour utiliser les armes feu et lquipement amricain, mais que leurs commandants rechignaient mener des offensives contre Al-Qada, pour des raisons politiques.
Ils pouvaient combattre et taient assez comptents, mais nous navons pu les engager dans le combat, constate ce mme cadre, qui sexprime sous lanonymat car il nest pas autoris changer avec des journalistes.
Toutes les units ymnites entranes par les amricains ont t commandes ou supervises par des proches de Saleh, lancien prsident du pays. La plupart ont t progressivement destitus ou muts suite au dpart forc de Saleh en 2012. Mais les officiels U.S. reconnaissent que quelques units ont maintenu leur allgeance Saleh et sa famille.
Daprs un rapport dinvestigation publi par un groupe de travail des Nations Unies le mois dernier, le fils de lancien prsident Saleh sest empar dun arsenal darmes de la garde rpublicaine aprs avoir t dmis de ses fonctions de commandant dune unit dlite il y a deux ans. Les armes ont t transfres dans une base militaire prive en dehors de Sanaa. Daprs le rapport, la base serait contrle par la famille Saleh.
Les enquteurs des Nations Unies prsument, partir de documents ymnites quils ont rcupr, que des milliers de fusils dassaut M-16 manufacturs aux États-Unis faisaient partie du stock vol.
La liste de lquipement drob inclut aussi une douzaine de Humvees, de vhicules Ford et de pistolets Glock, tous fournis dans le pass par le gouvernement U.S. au Ymen. Ahmed Saleh a ni les accusations de vol en aot 2014 lors dune rencontre avec le groupe des Nations Unies, daprs le mme rapport.
De nombreux officiels amricains et ymnites ont accus les Saleh de conspirer contre les Houthis afin de faire tomber le gouvernement Sanaa. Suite aux pressions de Washington, les Nations Unies ont impos en novembre dernier des sanctions financires et des interdictions de dplacement lancien prsident, ainsi qu deux leaders Houthis, comme punition pour avoir dstabilis le Ymen.
Ali Abdullah Saleh a rejet les accusations; le mois dernier, il disait au Washington Post dpenser la plupart de son temps lire et rcuprer des blessures dont il souffre suite lattaque du palais prsidentiel en 2011.
Des signaux clairs montrent que Saleh et sa famille ont en tte un retour formel au pouvoir. Vendredi dernier, des centaines de personnes se sont rassembles Sanaa pour demander des lections prsidentielles et une candidature dAhmed Saleh.
Bien que lambassade amricaine dans la capitale reste ferme depuis le mois dernier, une poigne de conseillers militaires U.S. est reste dans les rgions Sud du pays, dans des bases contrles par des commandants amis des États-Unis.


Craig Whitlock, 17 mars 2015
Source : Washington Post





 

()


: 1 ( 0 1)
 

Le Pentagone perd la trace dun stock darmes ...




08:46 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,