> >

[] [ ]

Affaire du journaliste Abdelha Abdessami :...

(Tags)
 
Le journaliste Abdelhai Abdessamiaa reste en prison Emir Abdelkader 0 2014-11-06 02:14 PM
Lavocat journaliste Emir Abdelkader 0 2014-10-22 01:45 PM
Le journaliste Sotloff tait un Isralien ... Emir Abdelkader 0 2014-09-16 11:33 AM
Maroc : le journaliste Anouzla condamn dans une seconde affaire Emir Abdelkader 0 2014-05-30 12:50 AM
Abdelha Beliardouh a vcu le calvaire Emir Abdelkader 0 2012-12-16 04:57 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-03-20
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,948 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Affaire du journaliste Abdelha Abdessami :...

Affaire du journaliste Abdelha Abdessami : A quand le procs ?






Le procs de Abdelha Abdessami, journaliste de Jaridati et de Mon Journal, dtenu depuis 19 mois, tarde voir le jour. El Watan Week-end a enqut sur le contenu et les non-dits de cette affaire.


En dtention provisoire depuis 19 mois, Abdelha Abdessami, 46 ans et pre de trois enfants, journaliste la radio locale de Tbessa et correspondant de deux journaux, Jaridati et Mon Journal, interdits dimpression depuis juin 2013, est toujours en prison, sans procs. Accus davoir particip lexfiltration, vers la Tunisie, de Hichem Aboud, Abdessami lance un cri du fin fond de sa cellule la prison de Bir El Ater (87 km au sud de Tbessa) et appelle la justice se pencher sur son cas afin de mettre fin son attente infernale.
Hichem Aboud, directeur de Jaridati et de Mon Journal, qui a vu ses deux publications interdites dimpression suite ses dclarations sur ltat de sant du prsident de la Rpublique, joint par tlphone depuis sa terre dexil Lille (France), affirme quil est entr lgalement en territoire tunisien. La preuve : son passeport a bel et bien t tamponn par la police des deux frontires, algrienne et tunisienne.
La famille du dtenu, rencontre dans la ville des vestiges romains abandonns, Tbessa, ne trouve pas les mots pour dcrire la situation morale du journaliste. Dmoralis, dprim sont les qualificatifs qui reviennent en boucle. Sa mre est malade depuis son incarcration et sa petite famille ne cesse de subir les pressions des pouvoirs publics depuis le jour de son interpellation par la police. Lavocat du dtenu, Me Mohamed Gouasmia, et sa famille ont dcid, cette fois-ci, de mettre au jour le dossier de Abdessami. Ils livrent leurs tmoignages El Watan Week-end sur les non-dits de lhistoire de lincarcration du journaliste.
Services secrets
Les faits remontent au 7 aot 2013, jour o Hichem Aboud dbarque Tbessa. Il sjourne, sans tre inquit, pendant trois nuites lhtel du centre-ville El Emir, durant lesquelles il a rencontr son journaliste, Abdelha Abdessami. Le 10 aot, Hichem Aboud quitte lAlgrie pour la Tunisie en passant par les deux postes-frontires algrien et tunisien (Bouchebka Tbessa, et Hydra Kasserine en Tunisie), comme le montre la copie de son passeport. La DGSN qualifie sa sortie dexfiltration, sur la base de laquelle un ordre a t donn la direction de la sret de wilaya de Tbessa dinterpeller le journaliste Abdessami, le souponnant de lavoir aid.
Aprs son interpellation par la police prs de chez lui, le 18 aot 2013, Abdessami a t auditionn dabord par les lments de la centrale de la Sret nationale, avant que ces derniers ne le livrent, deux jours plus tard, au groupement de la gendarmerie et aux services secrets. Deux rapports, sous forme denqute, quEl Watan Week-end a pu consulter, ont t tablis. Sa famille tmoigne. La femme de Abdessami qui lui a rendu visite deux reprises au niveau de la centrale de la police na rien compris quand les mmes policiers qui ont dtenu son mari ont ni toute connaissance son sujet.
Ils lont rendue schizophrne, fulmine un membre de sa famille. Ces faits rappellent, pour bon nombre, les films hollywoodiens. Daprs le rapport tabli par la gendarmerie, il a t mentionn que selon leurs investigations, Abdelha Abdessami a accompagn Hichem Aboud jusquau poste-frontire de Bouchebka avant de rebrousser chemin. Son avocat, Me Gouasmia, explique que le rapport en question nimplique en rien son client.
Auditions
Les gendarmes ont mme procd linterception des appels tlphoniques de plusieurs personnes afin dtablir un quelconque lien avec Hichem Aboud. Ils ont avanc la thse dun complot visant laider quitter lAlgrie. Selon eux, les personnes souponnes seraient Abdelha Abdessami, un habitant de Tbessa et un officier de police travaillant au poste-frontire en question, selon le mme rapport. Me Gouasmia donne plus de dtails sur laffaire. Il faut savoir que le procureur de la Rpublique na pas t avis de larrestation de Abdessami. Ctait le procureur militaire de la Rpublique qui tait en charge du dossier, sindigne lavocat.
Me Gouasmia qualifie la procdure de hors la loi et de gravissime. Ce nest que cinq jours plus tard que le journaliste a t plac lgalement en garde vue, suite la dcision du procureur militaire qui a considr laffaire du ressort de la justice civile. Sa garde vue a t renouvele une seule fois avant quil ne soit mis en dtention provisoire pour une dure de 19 mois.
Dans le rapport tabli par la police, lavocat soulve des faits qui choquent. Le journaliste Abdessami a t auditionn plusieurs reprises durant sa garde vue, parfois des heures avances de la nuit. Me Gouasmia explique que lobjectif tait de lempcher de dormir. Au final, Abdessami na t prsent devant le procureur de la Rpublique prs la cour de Tbessa que le 26 aot, neuf jours aprs son arrestation.
Etrangl
Sa famille revient sur ce qua subi lpouse du journaliste. Cest elle, mdecin lhpital de Tbessa, qui subvient actuellement aux besoins de sa famille. Mme sa femme na pas chapp aux mthodes autoritaires, rvle le mme proche du dtenu. Et dajouter : Quand Abdessami a t remis aux mains des gendarmes, ces derniers ont permis enfin sa femme de le voir. La rencontre a eu lieu dans un bureau en prsence dun gendarme.
Le but tait finalement de linterroger. Quand Abdessami a refus la mthode, le gendarme sest lev et la trangl devant sa femme et ses trois enfants, sindigne-t-il. Ils ont mme persuad les responsables de lhpital la surveiller sur son lieu de travail. Les autorits lui ont rendu la vie difficile. Elle a souffert et continue souffrir la pauvre ! Laffaire de Abdessami a t transfre la Cour suprme afin de revoir la nature de laccusation dont il fait lobjet.
Me Gouasmia craint le pire. Laffaire a t classe comme dlit. Ainsi, Abdessami sera jug par un tribunal normal. Je crains que si laffaire est parvenue la Cour suprme, cest dans le but de la classer dans le criminel, sindigne lavocat. Dans le criminel, on juge la personne base de conviction et non base de preuves. Dcidment, les 19 mois nont pas suffi pour programmer le procs de Abdessami qui clame son innocence. Sa famille, son avocat et tous ceux qui le connaissent attendent cette date avec impatience.

Meziane Abane




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Affaire du journaliste Abdelha Abdessami :...




11:04 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,