> >

[] [ ]

La Fusillade de la Rue dIsly

(Tags)
 
Une vido compromettante lorigine de la fusillade ... Emir Abdelkader 0 2015-03-02 12:15 PM
Fusillade meurtrire Azazga (Tizi Ouzou) :... Emir Abdelkader 0 2015-02-25 02:38 PM
Deux blesss dont une policire dans une fusillade prs de Paris... Emir Abdelkader 0 2015-01-08 12:11 PM
Fusillade Montrouge : deux blesss graves, un suspect en fuite Emir Abdelkader 0 2015-01-08 11:52 AM
Une fusillade clate dans le Parlement, Ottawa Emir Abdelkader 0 2014-10-22 06:11 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-03-27
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,944 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool La Fusillade de la Rue dIsly

Ce qui sest vraiment pass un certain 26 Mars 1962 Alger: La Fusillade de la Rue dIsly






Les victimes europennes de la fusillade de la rue dIsly du 26 mars 1962 Alger sont tombes sous les balles de larme franaise et aussi de lOAS; lOrganisation de lArme Secrte, connue travers le sigle OAS, est une organisation politico-militaire clandestine franaise, cre le 11 fvrier 1961 Madrid pour la dfense de la prsence franaise en Algrie par tous les moyens, y compris le terrorisme grande chelle.
La foule rassemble pour soutenir laction criminelle de cette organisation, contre lindpendance de lAlgrie et contre la France de la mtropole, a t mitraille de toutes parts. Le 18 mars 1962, des accords sont signs Evian par le gouvernement franais et le gouvernement provisoire de la Rpublique Algrienne (GPRA). Ces accords qui allaient pouvoir mettre fin la guerre dAlgrie stipulaient, dans leur article 1, que le cessez-le-feu serait proclam le 19 mars 1962 midi sur le terrain par les Etats-majors de lArme franaise et de lArme de Libration Nationale Algrienne (ALN). Le mme 18 mars, lOAS commente publiquement, et sa faon, les accords dEvian quelle prsente de faon tronque. Le 19 mars, les supplments hebdomadaires des journaux algrois La Dpche quotidienne et Le Journal dAlger se font largement lcho de lOAS et annoncent labandon complet de la minorit europenne livre aux tueurs du FLN.
Le 19 mars, alors que le cessez-le-feu est proclam, une mission pirate de lOAS diffuse une dclaration du gnral Raoul Salan, chef de lOAS, qui condamne le cessez-le-feu et donne lordre de commencer immdiatement les oprations de harclement dans les villes, contre les forces ennemies, cest--dire les Algriens, lALN, larme franaise, les CRS, les gendarmes, les policiers. Cette organisation a mme menac de mort les europens qui tentaient de quitter lAlgrie.
Le 20 mars Alger, un commando Delta de lOAS assassine, dans la cellule du commissariat de police dHussein-Dey o ils sont dtenus, quatre algriens arrts, tandis que dautres ultras lchs en ville ratonnent dans les quartiers europens quils veulent interdire compltement aux Algriens. Un dtachement OAS tire au mortier sur lun des endroits des plus populaires dAlger, la place du gouvernement (actuelle place des Martyrs) au bas de la Casbah. Bilan : 24 morts et 59 blesss, tous algriens.
Nuit du 22 au 23 mars, les commandos Z de lOAS sinstallent Bab-el-Oued. Au matin, une patrouille dappels du contingent franais tombe dans leur embuscade : bilan, 3 morts et 3 blesss graves. Les gendarmes mobiles bouclent le quartier. LOAS tire des balcons, des terrasses, transformant les rues en terrain de gurilla.
Malgr lappui de laviation, lOAS tire la mitrailleuse sur les gendarmes. Bilan : 15 morts, 70 blesss. Bab-el-Oued est alors boucle, coupe dAlger et fouille durement de fond en comble.
Lobjectif de lOAS est de briser le blocus de Bab-el-Oued et de dsarmer larme en lui opposant une masse de civils dsarms, et recrer au centre dAlger une zone insurrectionnelle, et faire oublier aux Pieds noirs lchec de la bataille de Bab-el-Oued et larrestation de Jouhaud Oran par le gnral Katz.
Le Prfet de police dAlger, Vitalis Cros, interdit la manifestation, fait diffuser toutes les demi-heures un communiqu, tandis que des voitures haut-parleurs militaires sillonnent la ville pendant toute la matine, rptant inlassablement, tout au long des rues, la mise en garde officielle qui avertit que les forces du maintien de lordre les dispenseront (les manifestations), le cas chant , avec la fermet ncessaire.
Le 26 mars Alger, un cortge de 3000 4000 Europens partisans dune Algrie franaise, descendus du plateau des hauts dAlger, se dirige vers Bab-el-Oued pour affirmer leur solidarit avec le quartier martyre. Parmi les forces militaires prvues pour maintenir lordre, figurent la 6e compagnie, la 5e compagnie et une compagnie mixte du 4e RTA (Rgiment de Tirailleurs Algriens). Ds leur arrive Alger, quelques jours plutt, ces 3 compagnies ont t engages Bab-el-Oued o elles ont essuy le feu des commandos OAS les mitraillant du haut des balcons et des terrasses. Les soldats franais sont tendus ; quelques instants auparavant, une vingtaine de jeunes gens, brandissant un drapeau OAS, les ont insults, injuris. Un homme et le porte-drapeau qui laccompagne, peine franchi le barrage, appelle la foule : Tous Bab-el-Oued ! Trois cents personnes se prcipitent, bousculent les militaires qui se trouvent pris revers. Cest lhystrie, lchauffoure clate.
Une rafale de FM claque, deux fusils-mitrailleurs OAS se mettent tirer en feux croiss partir des tages suprieurs de limmeuble du 64 de la rue dIsly (actuelle rue Larbi Ben Mhidi), de celui de la Warner Bros (actuel Anep) au coin de la rue dIsly et de lAvenue Pasteur. Quatorze emplacements de tirs de lOAS seront dnombrs avec prcision aprs la manifestation. Des grenades explosent galement au milieu de la foule. Or, aucun militaire du rgiment nen est muni. De nouvelles fusillades clatent au Forum et au carrefour de lAgha o des tireurs de lOAS prennent les gendarmes pour cibles. Aprs la fusillade, lOAS proclame que ce sont les fellaghas de la Willaya 4 qui ont ouvert le feu sur une foule dsarme et pacifique, et quils ont mme achev les blesss. Des Europens, revenus de leur stupeur, rendent les musulmans responsables de la tuerie. Pour eux, ce sont des agents provocateurs FLN qui lont organise. La fusillade acheve, ils se font justice au quartier de Belcourt o 10 Algriens sont assassins sur le champ.
Le bilan des actions menes par lOAS, Alger, entre le 19 et le 26 mars : 56 morts et 149 blesss (Algriens, militaires franais), auxquels il faudrait ajouter toutes les autres victimes dattentats OAS et de ratonnades de cette mme priode.
Certes, la fusillade de la rue dIsly eut, elle aussi, un lourd bilan : 41 morts et 130 200 blesss europens, selon certaines sources. Mais combien, parmi ces victimes, sont tombes sous les balles criminelles de lOAS ? Certaines ont bien t tues par les militaires franais en tat de lgitime dfense.
Quoiquil en soit, cette fusillade tragique rsulte bien de la volont criminelle de lOAS de tout mettre en uvre pour empcher la mise en place du cessez-le-feu et prcipiter la population europenne dans un cycle de meurtres, de ratonnades et de terre brule.
Le cessez-le-feu du 19 mars 1962 est bien lvnement dterminant, marquant, fondamental qui ouvrit la porte et permit daboutir enfin la paix. Et les victimes de la fusillade de la rue dIsly sont tombes pour soutenir lOAS qui les a manipules et utilises, de faon mortelle, pour ses agissements criminels contre la paix et lindpendance de lAlgrie.



l Rachid Moussaoui
Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source


algerieconfluences.com
 

()


: 1 ( 0 1)
 

La Fusillade de la Rue dIsly




05:57 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,