> >

[] [ ]

Le New York Times publie un appel bombarder l'Iran

(Tags)
 
Le New York Times se paye la tte de M6 Emir Abdelkader 0 2014-06-17 02:01 PM
Le New York Times critique les rformes cosmtiques du roi Mohamed VI Emir Abdelkader 0 2014-06-12 11:55 PM
International New York Times March 01 2014 fooka19 0 2014-03-01 09:08 PM
International New York Times February 25 2014 fooka19 0 2014-02-25 01:52 PM
International New York Times February 24 2014 fooka19 0 2014-02-24 10:02 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-03-31
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,948 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Le New York Times publie un appel bombarder l'Iran

Le New York Times publie un appel bombarder l'Iran



Aprs avoir imit le Washington Post en publiant un ditorial prconisant le bombardement sans provocation de l'Iran, le New York Times poursuit sa drive pour devenir gure plus qu'une feuille de propagande nocon.

Si deux grands journaux, par exemple en Russie, avaient publi des ditoriaux prnant ouvertement le bombardement sans provocation d'un pays, par exemple, Isral, les mdias et le gouvernement amricains se seraient embrass pour dnoncer l'agression , la criminalit , la folie , et un comportement indigne du XXIe sicle.




Mais quand les journaux sont amricains - le New York Times et le Washington Post - et que le pays cible est l'Iran, personne dans le gouvernement et les mdias amricains ne sourcille. Ces articles incendiaires - des incitations au meurtre et la violation du droit international - sont considres comme de simples discussions normales au pays de l' exceptionnalisme .

Ce jeudi, le New York Times a publi un ditorial qui a exhort le bombardement de l'Iran comme une alternative un accord diplomatique qui ralentirait fortement le programme nuclaire iranien et garantirait son usage des fins pacifiques. Il y a deux semaines, le Washington Post a publi un article similaire, genre il-faut-bombarder-l'Iran .

L'article du Times de John Bolton, un rudit no-conservateur de l'American Enterprise Institute (AEI), tait intitul Pour arrter la bombe de l'Iran, bombardez l'Iran. Il suivait l'ditorial du Washington Post par Joshua Muravchik, ancien de l'AEI et maintenant membre du School of Advanced International Studies l'Universit Johns Hopkins, domin par les nocons.

Les deux articles appelaient les Etats-Unis monter une campagne de bombardement soutenue contre l'Iran pour dtruire ses installations nuclaires et promouvoir un changement de rgime Thran. Ironiquement, ces savants rationalisrent leurs appels une agression non provoque contre l'Iran en vertu de la thorie selon laquelle l'Iran est un Etat agressif, bien que l'Iran n'a pas envahi un autre pays depuis des sicles.

Bolton, qui a servi comme ambassadeur du prsident George W. Bush l'ONU, a fond son appel la guerre sur la possibilit que si l'Iran cherche dvelopper une bombe nuclaire - ce que l'Iran nie et ce que les services de renseignement amricains confirment - un tel vnement hypothtique pourrait dclencher une course aux armements au Moyen-Orient.

Curieusement, Bolton a reconnu qu'Isral a dj dvelopp un arsenal d'armes nuclaires non dclares en dehors des contrles internationaux, mais il n'a pas appel bombarder Isral. Il a crit allgrement que Ironiquement peut-tre, les armes nuclaires d'Isral n'ont pas dclench une course aux armements. D'autres États de la rgion ont compris - mme s'ils ne peuvent pas l'admettre publiquement - que les armes nuclaires d'Isral ont t conues comme un moyen de dissuasion, et non comme une mesure offensive .

Bolton n'explique pas comment il parvient lire dans les penses des voisins d'Isral qui ont t les victimes des invasions israliennes et autres attaques transfrontalires. Il n'envisage pas non plus la possibilit que la possession par Isral de quelque 200 bombes nuclaires pourrait tre prsents l'esprit des dirigeants iraniens s'ils dcident de dvelopper l'arme nuclaire.

Bolton n'explique pas non plus son hypothse que si l'Iran fabriquait une ou deux bombes, il les utiliserait de manire agressive, plutt que s'en servir comme un moyen de dissuasion. Il affirme simplement : L'Iran est une autre histoire. Les grands progrs accomplis dans l'enrichissement de l'uranium et du retraitement du plutonium rvlent leurs ambitions.

Limiter l'enrichissement.

Mais est-ce exact ? Dans son enrichissement de l'uranium, l'Iran n'a pas progress vers le niveau requis pour se doter d'une arme nuclaire depuis l'accord intrimaire avec les puissances mondiales connues comme le p5 + 1 - les membres permanents du Conseil de scurit de l'ONU plus l'Allemagne. Au lieu, l'Iran a fait marche arrire pour revenir une niveau d'enrichissement de moins de 5% (niveau requis pour produire de l'lectricit) de son niveau antrieur de 20 % (ncessaire pour la recherche mdicale) - comparer aux 90 % requis pour construire une arme nuclaire.

En d'autres termes, plutt que de dfier la ligne rouge d'enrichissement que le Premier ministre isralien Benjamin Netanyahu a trac lors d'un discours aux Nations Unies en 2012, les Iraniens sont alls dans la direction oppose - et ils ont convenu de respecter ces contraintes si un accord dfinitif est conclu avec le p5+1.

Cependant, au lieu de soutenir un tel accord, les noconservateurs amricains - en cho aux extrmistes israliens - exigent la guerre, suivie par la subversion de l'Iran par les Etats-Unis travers le financement d'une opposition interne pour un coup d'Etat ou une rvolution colore .

Bolton a crit : Il n'est pas ncessaire de dtruire toutes les infrastructures nuclaires de l'Iran, mais la destruction de certains sites cls de son industrie nuclaire pourrait retarder son programme de trois cinq ans. Les États-Unis pourraient accomplir un travail mticuleux de destruction, mais Isral seul pourrait accomplir le travail ncessaire. Cette action devrait tre combine avec un soutien vigoureux des Eatst-Unis l'opposition iranienne, visant un changement de rgime Thran .

Mais il faut se rappeler que les plans de nocons - labors dans leurs think tanks et ditoriaux - ne se droulent pas toujours comme prvu. Depuis les annes 1990, les no-conservateurs ont dress une liste de pays considrs comme gnants pour Isral et qui sont donc cibls pour un changement de rgime , dont l'Irak, la Syrie et l'Iran. En 2003, les no-conservateurs ont saisi leur chance d'envahir l'Irak, mais la victoire facile qu'ils avaient prdit ne s'est pas vraiment ralise.

Pourtant, les nocons ne revoient jamais leur copie. Ils recommencent simplement avec de nouveaux plans qui, au final, ont jet une grande partie du Moyen-Orient, de l'Afrique du Nord et maintenant de l'Ukraine dans une effusion de sang et le chaos. En effet, les no-conservateurs ont rejoint Isral dans son alliance de fait avec l'Arabie saoudite dans un conflit sectaire des sunnites contre les chiites et leurs allis. Tout comme les Saoudiens, les responsables israliens radotent contre le soi-disant croissant chiite de Thran Bagdad et de Damas Beyrouth.

Puisque l'Iran est considr comme la nation chiite la plus puissante et qu'il est alli avec la Syrie, qui est dirig par des alaouites, une manation de l'islam chiite, les deux pays sont toujours dans la ligne de mire des noconservateurs. Mais les noconservateurs ne tirent jamais eux-mmes sur la gchette. Leur rle principal est de fournir les arguments motionnels et politiques pour obtenir que le peuple amricain confie ses impts et ses enfants pour aller combattre dans ces guerres.

Les no-conservateurs sont tellement confiants dans leurs comptences manipuler le processus de dcision des États-Unis que certains sont alls jusqu' suggrer que les Amricains devraient se ranger aux ctes du Front Al Nosra d'al-Qada en Syrie ou de l'Etat islamique, encore plus brutal, parce que ces groupes aiment tuer les chiites et sont donc considrs comme les combattants les plus efficaces contre les allis de l'Iran.

La folie de Friedman

Le chroniqueur nocon vedette du New York Times, Thomas Friedman, a frl la folie lorsqu'il lanc l'ide que les États-Unis pourraient armer les dcapiteurs de l'Etat islamique, en crivant ce mois-ci : Il faut dire que je mprise ISIS autant que n'importe qui, mais permettez-moi juste une autre question : Devrions-nous armer ISIS ?

Je sais que le New York Times et le Washington Post sont protgs par le Premier amendement et peuvent thoriquement publier ce qu'ils veulent. Mais la vrit est que ces journaux sont extrmement restrictifs quant ce qu'ils impriment. Leurs pages ditoriales ne sont pas simplement une zone de libre expression.

Par exemple, aucun de ces journaux ne publierait un article qui exhorterait les Etats-Unis lancer une campagne de bombardements pour dtruire l'arsenal nuclaire d'Isral comme prlude la cration d'une zone libre d'armes nuclaires au Moyen-Orient. Ce serait considr comme une ide irresponsable et hors du dbat raisonnable.

Cependant, lorsqu'il s'agit de dfendre une campagne de bombardement contre le programme nuclaire pacifique de l'Iran, les deux journaux sont trs heureux de publier ce genre de plaidoyer. The Times ne rougit pas, mme lorsque l'un de ses plus clbres chroniqueurs rumine l'ide d'envoyer des armes aux terroristes de l'EI - sans doute parce qu'Isral a identifi le croissant chiite comme son principal ennemi actuel et que l'État islamique se trouve dans le camp adverse.

Mais au-del de l'hypocrisie et, sans doute, de la criminalit de ces articles de propagande, il y a aussi l'habitude des nocons se tromper. Vous rappelez-vous comment l'invasion de l'Irak devait se terminer avec les Irakiens lanant des ptales de rose sur les soldats amricains au lieu de poser des engins explosifs improviss - et comment le nouvel Irak allait devenir une dmocratie pluraliste modle ?

Eh bien, pourquoi supposer que ces mmes gnies qui se sont tellement tromps sur l'Irak auraient raison sur l'Iran ? Que faire si le bombardement et la subversion ne conduisent pas au nirvana en Iran ? N'est-il pas tout aussi possible, sinon plus, que l'Iran ragirait cette agression en dcidant qu'il lui fallait des bombes nuclaires pour dissuader toute nouvelle agression et pour protger sa souverainet et son peuple ?

En d'autres termes, se pourrait-il que les intrigues de Bolton et Muravchik - telles que publies par le New York Times et le Washington Post - produisent exactement le rsultat qu'ils disent vouloir viter ? Mais ne vous inquitez pas. Si ces derniers plans des nocons tournent mal, ils en concocteront tout simplement de nouveaux.


Robert Parry
Consortium News




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Le New York Times publie un appel bombarder l'Iran




11:10 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,