> >

[] [ ]

Depuis quand Charles Martel est-il un hros de l'histoire de France ?

(Tags)
 
la France passa par la guillotine le hros Larbi Ben Mhidi Emir Abdelkader 0 2015-03-04 03:30 PM
Quand la France sauve son ami le roi Emir Abdelkader 0 2015-02-17 01:03 PM
Principaux actes terroristes en France depuis 1995 Emir Abdelkader 0 2015-01-08 01:39 PM
La France a tu 4 millions dAlgriens depuis 1830 Emir Abdelkader 0 2014-02-20 11:27 AM
Quand un ambassadeur de France joue au boulanger... Emir Abdelkader 0 2014-02-18 11:49 AM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-04-19
 
:: ::

  Emir Abdelkader   
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,940 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Depuis quand Charles Martel est-il un hros de l'histoire de France ?

Depuis quand Charles Martel est-il un hros de l'histoire de France ?






La droite identitaire affirme que la bataille de Poitiers est "une page fondatrice de notre roman national." Deux historiens montrent au contraire que la place rserve lvnement na cesse de fluctuer en fonction des intrts politiques. Extraits.

Je suis Charlie Martel , proclame Jean-Marie Le Pen au lendemain des attentats contre Charlie-Hebdo. Le fondateur du Front national sest toujours dlect dorganiser des clivages dans la mmoire nationale. A en croire sa boutade, il y aurait deux France comme il y aurait deux Charlie: la France qui zigouille les Musulmans en 732 et celle qui se fait zigouiller par eux en 2015.
Jadis, renchrissent les thoriciens de la droite identitaire, des gnrations dcoliers apprenaient sidentifier au vainqueur de la bataille de Poitiers. La gauche au pouvoir aurait commis le crime dexpurger de force le hros des manuels scolaires. Encore un effet du politiquement correct, en somme.
Cette nostalgie dune poque qui savait honorer Charles Martel ne repose pourtant sur aucun fondement: voil ce que dmontrent deux historiens, William Blanc et Christophe Naudin, dans un essai publi par les ditions Libertalia.
Les auteurs reviennent dabord sur ce que lon sait de la bataille de Poitiers. Ou, plus exactement, ce que lon ne sait pas. Le lieu ? Il est si flou que les historiens anglo-saxons parlent de The Battle of Tours. La date exacte? Selon les sources, elle varie de 731 734. Le but de lexpdition monte par les Arabes ? Le pillage plutt que la conqute, semble-t-il. Quant au droulement de la bataille, un chroniqueur de l'poque donne le chiffre fantaisiste de 365.000 Sarrasins tus...
Dans la deuxime partie, les deux historiens analysent les fluctuations de la place rserve Charles Martel par la postrit. Un sujet trs politique: car s'il ntait quun maire du Palais (un usurpateur en somme), ctait aussi le grand-pre de Charlemagne. Comment se revendiquer de lui sans cautionner une atteinte la lgitimit royale ? Louis IX trouva la parade: faisant ramnager la basilique de Saint-Denis, il fit sculpter sur le tombeau de Charles Martel une couronne que celui-ci navait jamais porte dans la ralit.
Au XIXe sicle, cest dans lcole que la bataille de mmoire se dplace. Avec, l aussi, des carts spectaculaires. Hros de Chateaubriand et des manuels catholiques, Charles Martel sefface progressivement sous la IIIe Rpublique. Dans le Petit Lavisse, best-seller de lcole laque (137.000 units par an jusquen 1939), pas une ligne, pas un mot sur la bataille de Poitiers et le grand-pre de Charlemagne. Bref, ce hros national a tous les airs dun intermittent du spectacle. A de longues priodes doubli succdent des retours trs politiques.
Mais une chose est sre: cette figure guerrire a une grande capacit frapper les esprits. Tmoin sa prsence rcurrente dans le rap ou dans la chanson militante. En 2006 Magyd Cherfi, musicien du groupe Zebda, racontait comment il en tait venu voquer le personnage dans une chanson:
Dans les livres dhistoire de lpoque, il y avait cette fameuse bataille, Poitiers, entre Charles Martel et les Arabes. Dans le bouquin, on voit les Arabes dpenaills, la bouche grande ouverte, braillant, avec des chevaux, tordus dans tous les sens et, en face, les soldats de larme de Charles Martel, blonds, aligns, droits, nickel Et nous, on regardait cette image : Merde, cest nous, et on glissait sous la table.

Ces dernires annes, le voici devenu sauveur de la chrtient pour Bruno Mgret, Oriana Fallaci, Anders Breivik, Renaud Camus, Lornt Deutsch ou encore les leaders du mouvement xnophobe allemand Pediga La manipulation de lhistoire est une tactique politique de plus en plus rpandue et cest une mission vitale de lhistorien que de rtablir les faits.
Les deux auteurs sy taient attels lanne dernire avec les Historiens de garde. De Lornt Deutsch Patrick Buisson, la rsurgence du roman national (crit avec l'historienne Aurore Chry). Leur ouvrage sur Charles Martel confirme la ncessit de ce travail de fact checking: une uvre de salubrit publique. En exclusivit pour BibliObs, en voici deux extraits.
Eric Aeschimann
Extrait 1
Dans les manuels scolaires de la IIIme Rpublique


''La une de Valeurs actuelles de dcembre 2013 la proclam haut et fort: parmi les hros franais pitins par la gauche se trouve, en bonne place, Charles Martel. Une pareille assertion ne peut se comprendre sans le dbat suscit par les nouveaux programmes du collge mis en place partir de 2008, qui, grande nouveaut, prvoient que les lves, sur les 10% du temps consacr lhistoire en classe de cinquime, sinitient lhistoire de lAfrique mdivale.
Cette volont de dcentrer le regard des lves connat ses dtracteurs, notamment Dimitri Casali, auteur de livres de vulgarisation historique, pour qui lhistoire ne doit pas servir comprendre, dans leur complexit, les socits passes, mais avant tout servir crer du sentiment patriotique. Cela passe par la glorification sans distance des grands hommes monarques, gnraux notamment Charles Martel, quil estime tre lun des oublis des nouveaux programmes, comme il laffirme en 2014 dans lHistoire de France, de lombre la lumire:
La victoire de Poitiers est devenue, au cours des sicles, une des pages fondatrices de notre roman national []. À Poitiers, Charles apparat comme le champion de la chrtient et le matre de la Gaule. Face un tel adversaire, lIslam ne parviendra pas senraciner en France, tandis quil faudra plus de sept sicles LEspagne pour reconqurir sa libert. Charles Martel est donc un personnage fondamental de notre histoire []. Il a pourtant disparu du programme du collge. Hros national dont le prestige rsonnait dans les coles des IIIe et IVe Rpubliques, il tait une faon dexalter des valeurs de courage, de rsolution et dhabilet politique.

[] Cest durant la Restauration, et surtout la monarchie de Juillet, que lhistoire devient, pour reprendre lexpression de Philippe Joutard, une passion franaise. Certes, les lves sont encore peu nombreux, et il serait faux de parler de manuels tant les livres, trs denses, restent peu abordables. Nanmoins, certains dentre eux sont largement diffuss, comme lHistoire de France de Laure-Boen de Saint-Ouen, rdig en 1822 vendu prs de deux millions dexemplaires durant lensemble du XIXe sicle.
"Eglises dpouilles"

La bataille de Poitiers y est cite comme un affrontement historique, mais avec une certaine prudence: Sans cette victoire clatante, la France et lEurope peut-tre eussent t soumises un joug tranger, une religion trangre. Mais tous les livres scolaires ne prsentent pas de manire aussi positive le maire du palais.
Certes, Franois Ragon, professeur au collge royal de Bourbon actuel lyce Condorcet , affirme dans son Histoire de France publie en 1835 qui connatra par la suite quatorze ditions jusquen 1852 que le Pippinide [descendant de Ppin le Bref, NDLR] vole au-del de la Loire la rencontre des Sarrasins, et dans les plaines de Poitiers il arrte le torrent de ces infidles qui menaaient dinonder la France et la chrtient (732). Mais dans la suite du texte, il se montre beaucoup plus critique:
Cependant Charles, toujours en guerre, avait rcompenser [sic] les compagnons de ses victoires ; ayant sauv lÉglise chrtienne Poitiers et Narbonne, il lui demanda le salaire de ses services, et le prit sur limmense temporel du clerg. Il distribua des abbayes, des vchs mme ses officiers, et des terres ecclsiastiques ses soldats. Ces bnfices, dune espce nouvelle, furent dabord concds vie. Les laques qui en furent investis, devinrent les avous ou dfenseurs temporels des abbayes et des glises dpouilles. Charles exigea deux le serment de fidlit, et introduisit loccasion la crmonie de lhommage fodal.

Ce bref texte rsonne encore des dbats qui ont oppos entre eux les philosophes du XVIIIe sicle le maire du palais y apparat toujours comme le fondateur de la fodalit et, plus largement, montre que les agissements de Charles Martel lencontre de lÉglise quil a dpouille, le terme est trs fort frappent encore les esprits en cette premire moiti du XIXe sicle, autant, si ce nest plus, que les victoires de Poitiers et de Narbonne. Il est mme prsent comme un vulgaire mercenaire, se servant de sa lutte contre les Sarrasins comme une simple source de revenu et de pouvoir.
Rien dans le Lavisse

Quarante annes plus tard, cet aspect de la vie de Charles Martel est de moins en moins voqu alors que lenseignement de lhistoire nationale jusqualors fortement concurrenc par lhistoire sainte devient obligatoire dans les coles lmentaires. On peroit dj les chos de ce changement de regard dans lun des premiers manuels scolaires crits par Ernest Lavisse, conu pour les classes primaires et lmentaires, dans lequel la bataille de Poitiers devient lvnement majeur le principal exploit de la carrire de Charles Martel :
Son principal exploit fut la grande victoire quil remporta sur les Arabes. Ce peuple dAsie, ayant entrepris de soumettre tout lunivers la religion que Mahomet venait de lui donner, conquit le nord de lAfrique et lEspagne ; une nombreuse arme arabe passa les Pyrnes, sempara de la Gaule mridionale. Charles Martel sauva la chrtient en infligeant prs de Poitiers (732) une sanglante dfaite aux envahisseurs commands par lmir Abdrame.

Nanmoins, les programmes et les manuels changent vite en cette fin du XIXe sicle o le rgime rpublicain simpose peu peu et o sinvente lenseignement de masse de lhistoire, surtout aprs la loi du 28 mars 1882 qui rend lcole obligatoire. Ernest Lavisse reste sans doute la personnalit la plus marquante de ce processus dans lequel il occupe une position centrale, passant une partie de sa vie produire puis modifier des ouvrages pour les lves.
Il ne livre ainsi la version dfinitive de son manuel de cours lmentaire, le fameux Petit Lavisse, quen 1913. Louvrage marque de nombreuses gnrations dcoliers. Il est diffus sous la IIIe Rpublique raison denviron 137.000 units par an jusquen 1939, puis encore dit dans les annes 1960. Or, dans ces pages, Ernest Lavisse ne consacre pas une ligne, pas un mot la bataille de Poitiers ou au grand-pre de Charlemagne.
Comment expliquer une telle diffrence entre la version de 1876 et celle de 1913? Tout dabord par la volont de son auteur, qui sera rapidement imit par dautres, dallger sensiblement le contenu des manuels et de privilgier liconographie et les questions, afin de permettre aux jeunes lecteurs de bien assimiler les notions abordes.
Ce souci de simplification oblige ngliger des faits considrs comme mineurs, et, parmi eux, la bataille de Poitiers. Il faut aussi prendre en compte lvolution du contexte. Le chapitre III de ldition de 1913 intitul les rois carolingiens insiste surtout sur Charlemagne et sur les pillages des Normands scandinaves: Les Normands firent beaucoup de mal dans le royaume de France.
Les Normands, plus barbares que les Sarrasins

Le manuel de cours moyen dErnest Lavisse publi un an plus tt insistait de la mme manire sur les conflits opposant lempire franc et les peuples germaniques ou nordiques. Ainsi, une image montre, page 21, Charlemagne en train de brler les huttes des Saxons, et une autre, page 24, reprsente une attaque de monastre par les Normands.
Lauteur consacre certes quelques lignes sobres et brves, sans iconographie, la bataille de Poitiers : Les Arabes voulurent rpandre [leur] religion dans le monde mais Charles Martel a empch les Arabes de conqurir notre pays. Pour Lavisse, la cause est entendue: lennemi contre lequel il faut mettre en garde les jeunes lves et futurs soldats nest pas lArabe, mais lAllemand, toujours menaant depuis les Saxons et les Vikings.
Cette relative minoration de laffrontement de 732 transparat dans plusieurs manuels, tel le cours lmentaire de Gauthier-Deschamps, dit par la maison Hachette et diffus entre 1904 et 1926 plus dun million dexemplaires. Il y est bien question de Charles Martel, mais seulement sur trois lignes lapidaires sans illustration :
Il gagna, sur les Arabes, dj matres de lEspagne et qui voulaient faire la conqute de lEurope entire, une grande bataille Poitiers en 732, et les fora quitter le royaume.

Les auteurs sont bien plus diserts dans les pages suivantes lorsquil sagit de parler des exploits de Roland Roncevaux, ou de mettre en avant, avec une trs grande image, la soumission des Saxons germaniques, paens et tout fait barbares que Charlemagne civilisa. À nouveau, la leon dhistoire appuie lide que le pril, pour la France, vient de lautre ct du Rhin.
"Regardez le vaillant Charles Martel, il terrasse lennemi, il frappe dur"

Lauteure Gauthier-Deschamps fera nanmoins une place plus importante Charles Martel dans un autre de leur ouvrage, bien moins diffus, environ 100.000 exemplaires entre 1907 et 1920 : les Petits tableaux dhistoire de France par limage:
Les Arabes ont pntr dans la Gaule. Vont-ils faire la conqute de notre beau pays comme autrefois les Romains ? Non, non ! Regardez le vaillant Charles Martel, la tte de guerriers francs. Il terrasse lennemi Poitiers ; il frappe dur, se servant de sa bonne hache comme un forgeron de son marteau. Les Arabes ny peuvent tenir, ils senfuient.

Le parallle dress entre les Arabes et les Romains est intressant et amne penser que, pour les concepteurs des manuels, les premiers ne font que rpter le geste des seconds, tout comme Charles Martel imite celui de Vercingtorix. Dailleurs, sur liconographie accompagnant le texte, le maire du palais, cheveux longs blonds et portant la moustache, ressemble nettement au chef gaulois dont les portraits sont gravs dans les pages prcdentes.
Entre le manuel crit par Lavisse en 1876 et celui de 1907, le changement de propos et dchelle est radical. Alors que le premier analysait la bataille de Poitiers comme une victoire porte universelle face des ennemis menaant tout lunivers, le second ne donne lvnement quune dimension nationale. Le Pippinide empche certes la conqute de notre beau pays, mais selon Gauthier-Deschamps, il nest pas le premier le faire et ne sera pas le dernier.
Laffrontement de 732 perd ainsi lexceptionnalit quon a pu lui prter au dbut du XIXe sicle. En fait, seuls les manuels confessionnels semblent maintenir cette ide vaille que vaille, comme l'Histoire de France depuis les origines jusqu nos jours de Jean Guiraud publie en 1919 destination des cours moyens et suprieurs. Lvocation de la victoire de Charles Martel sans image permet surtout lauteur un long dveloppement que naurait pas reni Chateaubriand :
Les Arabes ntaient pas des barbares [], ils construisirent des palais et des temples dune architecture intressante. Mais partout o ils ont pass et impos leur religion musulmane, le progrs des peuples sest bientt arrt, parce quils pratiquaient la polygamie et lesclavage, tandis que la civilisation sest toujours de plus en plus dveloppe chez les peuples qui ont adopt le christianisme. La victoire de Charles Martel eut donc des consquences incalculables pour lavenir de la chrtient ; et les peuples du Nord le regardrent comme un sauveur.

Alors que la guerre des manuels fait rage entre rpublicains et catholiques, notamment depuis la sparation de lÉglise et de lÉtat, la glorification de Charles Martel par un auteur de manuel confessionnel semble inversement proportionnelle sa mise en retrait dans les manuels lacs."
LireHistoire de France : le vice du Lavisse
Extrait 2
Dans la culture populaire


"La fortune mmorielle dun personnage se mesure aussi dans sa prsence dans les mdias de masse, notamment au XXe sicle o ces derniers se sont multiplis et ont permis de crer des mythes contemporains. Le cinma a ainsi, ds ses dbuts, fait du Moyen Âge lun de ses thmes historiques favoris, mme si ralisateurs, producteurs et scnaristes ont vite prfr mettre en avant des personnages imaginaires comme Arthur ou Robin des Bois la notable exception de Jeanne dArc.
Roland lui-mme connat, dans les annes 1910, une brve clbrit cinmatographique en France. Charles Martel et la bataille de Poitiers sont en revanche bouds par le septime art, lexception de certaines adaptations anciennes de la lgende de Genevive de Brabant. []
Arrive plus tardivement, la tlvision franaise parle peu de Charles Martel. Outre une mission historique de 1974 consacre laffrontement de 732, le dessin anim de vulgarisation historique Il tait une fois lHomme (1978), voque la bataille de Poitiers tant du point de vue des Arabes que de celui des Francs (les diffrentes incarnations des hros, Pierre et Gros, se trouvent en effet dans les deux camps).
Il ny a gure que la musique pour voquer rgulirement la bataille de Poitiers, notamment des chanteurs issus de limmigration qui refusent, travers leurs chansons, dtre assimils aux guerriers dAbd al-Rahmn et, par extension, des envahisseurs. Ainsi, dans son album Le Bruit et lodeur (1995), le groupe Zebda affirme sa volont dintgration en expliquant dans sa chanson France 2 : Mais qui dit franais dit pas qu Poitiers on ait tout paum. Magyd Cherfi, lun des chanteurs du groupe, explicite plus clairement cette ide dans une interview donne en 2006 :
Je suis dune gnration o on rvait dtre blond, davoir les cheveux lisses, de sappeler Franois, Paul, Didier. On avait honte de sappeler Mohamed, honte de la langue arabe, honte de nos prnoms arabes, honte de nos parents, vieux et fourbus. [] On grandit avec toute cette honte Par exemple, ce grand mythe de la bataille de Poitiers. Dans les livres dhistoire de lpoque, il y avait cette fameuse bataille, Poitiers, entre Charles Martel et les Arabes. Dans le bouquin, on voit les Arabes dpenaills, la bouche grande ouverte, braillant, avec des chevaux, tordus dans tous les sens et, en face, les soldats de larme de Charles Martel, blonds, aligns, droits, nickel Et nous, on regardait cette image : Merde, cest nous, et on glissait sous la table. Tout correspondait : ce que les bouquins disaient, ce que la France disait de nous et ce que nous pensions.

"Poitiers brle et cette fois-ci, pas de Charles Martel"

Cette citation montre bien que ce qui drange le chanteur qui hlas, ne donne pas le titre des manuels qui lont tant marqu nest pas tant lvocation de la bataille de Poitiers lcole que la reprsentation grossire des Sarrasins quelle occasionne parfois et quil peroit comme la sienne propre.
Plus que la religion, ce sont ici les corps qui sont valoriss pour les Francs et dprcis pour les guerriers dAbd al-Rahmn, figurs comme dpenaills, la bouche grande ouverte, braillant renvoyant au physique des parents vieux et fourbus du chanteur.
Il est aussi probable que Magyd Cherfi ait projet le racisme quotidien dont il a t victime sur une iconographie qui, dans les manuels produits pour lcole publique, est loin dtre aussi pjorative sans tre pour autant positive que dans ses souvenirs.
Charles Martel va galement servir dallgorie la figure du Franais xnophobe dans plusieurs textes de rap, et ce dautant plus facilement que, comme nous lavons vu dans le chapitre prcdent, partir de la fin des annes 1990, lextrme droite se revendique de plus en plus ouvertement du maire du palais.
Ds 2001, le rappeur Salif, dans la chanson Tous ensemble, imagine la jeunesse des quartiers sunir, toutes origines confondues, y compris les babtous (les Blancs), pour organiser une gigantesque meute contre les forces de lordre et lÉtat quil accuse de racisme : Poitiers brle et cette fois-ci, pas de Charles Martel, affirme-t-il.
Dix ans plus tard, cest le tour de Mister You, dans son album disque dor de 2011 Dans ma Grotte, de faire un parallle explicite entre Jean-Marie Le Pen et le vainqueur de Poitiers :
Cest Jean-Marie lborgne sprend pour Charles Martel il dpasse les bornes et quand on nous provoque beh nous on fout lbordel.

En 2013, cest au clbre groupe marseillais IAM dassimiler dans la chanson Pain au chocolat la droite parlementaire Charles Martel, et notamment son leader Jean-Franois Cop, accus duser dune recette de matre Machiavel recalibre en mode Charles Martel pour sattirer les sympathies de llectorat frontiste."
Libertalia
Charles Martel et la bataille de Poitiers.
De lHistoire au mythe identitaire
,
par William Blanc et Christophe Naudin,
Libertalia, 322 p., 17 euros.
LireLornt Deutsch, Patrick Buisson et le roman national
Les intertitres sont de la rdaction.

 

()


: 1 ( 0 1)
 

Depuis quand Charles Martel est-il un hros de l'histoire de France ?




10:59 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,