> >

[] [ ]

Louisa Hanoune ou lhistoire ambige du langage politique

(Tags)
 
Jusquo ira Louisa Hanoune ? Emir Abdelkader 0 2015-05-10 12:36 PM
Louisa Hanoune ou lhistoire ambige du langage politique Emir Abdelkader 0 2015-05-08 06:38 PM
Louisa Hanoune rpond Sadani... Emir Abdelkader 0 2015-02-28 01:05 PM
Louisa Hanoune paule Yousfi Emir Abdelkader 0 2015-01-21 01:31 PM
La mdiation de Louisa Hanoune Emir Abdelkader 0 2014-02-16 02:27 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-05-10
 
:: ::

  Emir Abdelkader   
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,938 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Louisa Hanoune ou lhistoire ambige du langage politique

Louisa Hanoune ou lhistoire ambige du langage politique



Les dernires sorties de Louisa Hanoune contre les ministres de la culture et de la sant permettent peut-tre danalyser le discours et de cerner la posture de certains partis politiques en Algrie et leur positionnement sur la scne politique. Ainsi, celle qui a toujours t prsente comme une trotskiste semble troquer les oripeaux du marxisme pour porter ceux, ambigus, dune gestion marque par les jeux dun manichisme parfois outrancier fonctionnant par oppositions artificielles.
La qute de lennemi, du traitre semble articuler son discours recourant deux champs lexico-smantiques opposs et radicalement diffrents. Elle convoque, certes, depuis trs longtemps un vocabulaire nationaliste tactique, faisant tantt appel la critique et au dnigrement de personnes, en dehors du cercle prsidentiel affubl de jugements trs favorables et tantt la logique du complot imprialiste . La peur, souvent personnalise, caractrise et ponctue le langage.
Aujourdhui, la cheftaine du PT semble avoir cherch avoir les faveurs du clan prsidentiel, en vitant de porter la moindre critique tout en sattaquant des ministres qui fonctionneraient pour elle comme de simples souffre-douleurs, pour donner lillusion de lopposition. Sattaquer des ministres tout en mnageant le prsident est le sport-favori de cette indboulonnable prsidente de parti double du statut informel de chef de clan htroclite. Le parti fonctionne comme un ensemble dissmin quon a peine imaginer dirig par une autre personne. Le prsident de la rpublique est un lment intouchable, un espace dadoration et une manire de dire quelle a les oreilles du chef de lEtat. Mme quand elle joue le rle de dauphin oblig, sachant que les ds taient pips, elle exhibe sa satisfaction du rsultat quelle clbre comme si ctait son propre triomphe.
Ainsi, pourrait-elle concurrencer les autres adversaires qui, paradoxalement, partagent cet amour intress du prsident qui serait lunique dtenteur dun programme politique, Saidani, Bensalah, Ghoul, Benyouns et bien dautres. Opportunisme ? Le nom du prsident investit fortement son discours, se prsentant comme son grand dfenseur, cherchant ainsi neutraliser le concurrent. Cette propension adorer le prsident est une tradition du discours politique algrien. Mme Said Sadi a eu, une certaine priode, sa traverse damour prsidentiel.
Les clichs et les strotypes peuplent un discours caractris par la prsence dentits antagoniques corroborant une logique plutt morale, vacuant toute relle dimension politique. Cette moralisation du discours est peut-tre lexpression dune absence de matrise du langage et des catgories politiques. Certes, des termes et des syntagmes comme nationalisation , rejet de la privatisation , menaces sur le secteur public , imprialisme reviennent comme des leitmotive, mais vite dpouills de leur substance et de leur contenu, suite des alliances peu cohrentes et trop peu rationnelles.
Le choix des mots ne correspond nullement aux pratiques sur le terrain, souvent rduites des harangues continues o les attaques personnelles alternent avec des slogans politiques qui ne semblent pas faire bon mnage avec un discours idologique cohrent, socialiste ou social-dmocrate, mais fournissant des bribes et des onomatopes diverses. Louisa Hanoune narrte pas de convoquer Chavez, Cyriza et bien dautres espaces antilibraux, mais sallie paradoxalement avec des structures dfendant souvent un discours nolibral, mme si elle sattaquait des ministres de Bouteflika, comme Temmar ou Benachenhou, quelle considrait comme responsables de tous les maux du pays, sans une analyse approfondie des propositions de ces ministres qualifis ngativement.
La posture politique du parti des travailleurs identifi exclusivement au seul nom de Louisa Hanoune, les autres cadres semblent intervenir comme de simples faire-valoir, est difficilement lisible, compte tenu des divers changements qui caractrisent son discours politique et ses diffrentes alliances. Cest un parti que beaucoup dAlgriens ne russissent pas classer, considr, certes, comme une structure appartenant lalliance prsidentielle, Hanoune joue dailleurs normment sur ce terrain pour pouvoir bnficier de quelques dividendes. Elle doit avoir un rle et une fonction jouer dans une certaine partition.
Ses positions et ses sorties virulentes, la limite de la dcence, commencent irriter srieusement les gens, aprs avoir, un moment donn, sduit une certaine clientle. La raction des usagers des rseaux sociaux la suite de ses attaques continues contre la ministre de la culture est foncirement ngative, considrant le discours de ce parti comme passiste, peu clair et rduisant la pratique politique des attaques personnelles, manquant tragiquement darguments. Le fait den faire un abcs de fixation accrdite lide dun rglement de compte, certains journaux nont pas manqu de faire le rapprochement avec son amiti- vraie ou suppose- avec lancienne ministre de la culture, Khalida Toumi.
Ainsi, certains sont alls jusqu reprocher au parti de Louisa Hanoune de ne parler de la culture quen termes extra-culturels privilgiant la chamaillerie la mise ne uvre dun projet culturel et dun dbat apais et calme o il serait possible de lire la ralit culturelle, pas uniquement du temps de la courte priode de Nadia Labidi, mais galement du rgne de Mme Khalida Toumi ponctu par des contestations et lorganisation de manifestations (Anne de lAlgrie en France, Alger, capitale de la culture arabe, Tlemcen, PANAF) controverses qui ont consomm normment dargent.
Les attaques virulentes, les retours obsessionnels sur lincident, lusage dun vocabulaire peu poli (dlinquante), cette tendance quelque peu inconfortable appeler la bagarre devant un tribunal et le refus de la confrontation verbale, par mdias interposs, desservent Louisa Hanoune qui semblerait avoir volu sur un terrain, celui de lunivers culturel, dont elle ne parait pas avoir la matrise. Ainsi, elle attaque lambassade des Etats-Unis, mais quand celle-ci publie un dmenti, celle-ci est vite accuse dingrence dans les affaires intrieures de lAlgrie.
Quand Labidi ou Boudiaf se dfendent, elle leur dnie le droit de le faire tout en avanant une vrit, quelle seule dtiendrait, que le Premier ministre et le prsident nauraient pas t consults. Quand elle parle de la programmation du concert El Gusto au TNA le 16 avril 2015, elle omet de dire que cest une pratique conventionnelle qui existe depuis lindpendance, faisant obligation aux chancelleries trangres de demander lautorisation pralable du ministre de la culture.
Dailleurs, le mme concert a lieu en 2006, du temps de Khalida Toumi. Cest grce ce procd que les Algriens ont pu profiter de spectacles aussi clbres que le Bolcho, le MoÏseiv russes, lOpra de Pkin et celui de Piong Yang, le Cheo Vietnamien, des spectacles des CCFLa position des dputs par rapport la loi sur le livre prte sourire : le PT aurait, selon un dput dont les propos ont t rapports par la presse, vot en faveur de la loi parce quelle aurait t labore par lancienne ministre de la culture.
Dans cette situation, les mots et les attitudes employs par Louisa Hanoune et son parti, dans un contexte marqu par les procs et les affaires, ne sert nullement la patronne du parti des travailleurs qui, ainsi, donne limpression den faire une affaire personnelle, fonant sans de rels arguments, en mlangeant propos puiss dans le vocabulaire du patriotisme et volont den dcoudre en usant dun lexique de la confrontation tout en recourant la diabolisation de ladversaire pour un vnement qui nen vaut pas la chandelle.
Lapparence austre, le ton et le timbre de la voix atypiques, une gestuelle dsquilibre, menaante et labsence de sourire accentuent fortement le discours de la confrontation permanente tout en cultivant lambigit. Ainsi, stait-elle attaque aux opposants au gaz de schiste et lopposition. La main de ltranger est un syntagme qui revient souvent.
Elle a une autre conception de la politique lui donnant lillusion parfois de se substituer au premier ministre et lappareil judiciaire en mettant en garde , menaant et en cherchant viter la prison des ministres qui, comme Nadia Labidi, devaient suivre ses conseils. Cest ce qui lui a t reproch par les dputs FLN. Ce qui pose peut-tre la question de la place et de la posture quelle occupe dans les espaces informels de gouvernement et du fonctionnement des structures politiques algriennes marques par la prsence de plusieurs cercles diffus. Cette manire de faire et labsence de ractions gouvernementales incitent penser quil y aurait crise de dcision et de gouvernement.
Cet pisode donne une ide quelque peu tragique de la pauvret de la pratique et du langage politique algrien.


Ahmed CHENIKI



 

()


: 1 ( 0 1)
 

Louisa Hanoune ou lhistoire ambige du langage politique




10:34 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,