> >

[] [ ]

Procs EL Khalifa Bank : Largent perdu des travailleurs...................................... ......

(Tags)
 
Procs EL Khalifa Bank : Crdits et prts... Emir Abdelkader 0 2015-05-14 02:03 PM
Procs EL Khalifa Bank : 40 voitures de KRC disparues Emir Abdelkader 0 2015-05-14 02:00 PM
Aux origines de la cration dEl Khalifa Bank Emir Abdelkader 0 2015-05-11 05:26 PM
Procs Khalifa: fin de laudition de lex milliardaire Emir Abdelkader 0 2015-05-11 11:13 AM
Procs Khalifa en France :... Emir Abdelkader 0 2014-06-10 10:01 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-05-17
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Procs EL Khalifa Bank : Largent perdu des travailleurs...................................... ......

Procs EL Khalifa Bank : Largent perdu des travailleurs, des chmeurs et des retraits



Le procs El Khalifa Bank entame sa 3e semaine avec laudition des responsables des socits ayant effectu de gros placements, perdus jamais. Hier, tour tour, les dirigeants des fonds sociaux, comme la Caisse des retraites et la Caisse de chmage ainsi que des filiales de Sonatrach ont eu du mal expliquer, devant le tribunal criminel de Blida, la facilit avec laquelle leur trsorerie a t confie cette banque.


Poursuivi pour les faits de corruption, de trafic dinfluence et de perception dindus cadeaux, Abdelali Meziani, secrtaire national de lUGTA, charg de ladministration gnrale, puis prsident du conseil dadministration de la Caisse nationale des retraites (CNR), qui compte 29 membres, et de son bureau, compos de 7 membres, affirme quau mois de mai 2001, sest tenue la runion du bureau, en labsence dun seul membre.
A lordre du jour, trois points lis la finance et un autre dnomm Divers. Le financier Kerrar avait propos de placer largent de la caisse chez El Khalifa Bank, arguant du fait quelle accordait des taux dintrt attractifs. Sagissant dune banque prive, nous avions exig des garanties. Mais cinq jours aprs, la convention de placement tait dj signe par le directeur gnral de la CNR, qui tait Salah Arifi.
Le juge : Aviez-vous inform la tutelle ? Laccus : Je pense que cela avait t fait. Ce ntait pas lpoque de Bouguerra Soltani, mais de Abdelmoumne... Je ne me rappelle plus de son nom. Concernant le montant total dpos, laccus dit navoir aucune ide, parce que linformation lui chappait lpoque. Je sais quil restait 4 milliards de dinars. Mais il faut savoir que 6 mois aprs la convention, nous avions dcid de retirer largent. Le financier Kerrar a encaiss 8 milliards de dinars.
Et nous ne savons pas pourquoi il navait pas retir les 12 millions de dinars perdus. Le juge : Vous aviez dclar que la runion devait se tenir en prsence de tous les membres et que les garanties devaient tre runies... Laccus : Cest vrai, mais la convention a t signe 5 jours aprs. Le juge semble ne pas comprendre pourquoi la Caisse avait plac son argent chez El Khalifa Bank, pour que quelque temps aprs, elle dcide de le retirer. Cest le conseil dadministration qui lavait exig, dautant plus que le dpt venait chance, vers la fin de dcembre 2002. En ce qui concerne les avantages, laccus affirme avoir bnfici de billets pour voyager qui ntaient pas gratuits, dans la mesure o il devait dbourser une partie de la somme.
Cependant, il indique avoir utilis ces billets pour lui et des membres de sa famille, et il les a totalement rembourss au liquidateur. Interrog sur la formation de pilote dont son fils a bnfici. Il a russi dans son cursus, en Espagne et en Grande-Bretagne, puis il est parti en Jordanie, dit-il avant dtre interrompu par le juge : Cest le ministre des Transports qui a pris en charge la fin de ses tudes. Nest-ce pas parce que vous tiez la CNR que votre fils a t retenu ? Laccus : Jamais ! Il est parti seul.
Le juge : Est-ce que lUGTA a plac des fonds ? Elle a dpos 80 millions de dinars et toutes les unions de wilaya ont chacune dpos leur argent, part, explique-t-il. Le juge linterroge sur les garanties, et laccus rpond : Cest au directeur gnral et au directeur financier que vous devez le demander, pas moi. Il explique que le bureau du CA na fait qumettre un avis, sans pour autant donner une rponse quant au fait que les 40 millions de dinars sont rests la banque Khalifa, en dpit de la fin de lchance.
Le procureur gnral rappelle laccus quil tait charg des finances au niveau de lUGTA, lorsque les 8,5 milliards de dinars ont t dposs chez El Khalifa Bank et laccus prcise : Oui, jai sign et aprs je suis parti la CNR. Pour le procureur gnral, il y a ncessairement un lien entre laccus et Jedidi de lagence CNR dOum El Bouaghi, qui avait dpos largent de cette agence la banque Khalifa, mais laccus conteste : Le fait que cette agence est Oum El Bouaghi, ma rgion natale est une concidence. Le procureur gnral prcise laccus, quun des membres du CA, dcd en 2012, M Kadiri, avait affirm que le procs-verbal ayant valid ces dpts, avait t falsifi, puisque la question des dpts avait t ajoute aprs. Laccus : Qui la empch de faire opposition ?
Le juge : Pourquoi avoir tenu une runion avec clrit ? Laccus cite ceux qui ont plac largent 5 jours aprs sans attendre les garanties et affirme ne pas tre au courant du contenu de la convention avec El Khalifa Bank, ajoutant avoir, cependant, entendu parler dun taux dintrt de 10%. Pour lui, cest au financier dexpliquer pourquoi ce taux na pas chang au cours des placements. Il dclare quau mois de mai 2003, le CA avait pris acte, dans une rsolution, du fait que la CNR navait pas pu rcuprer le montant de 4 milliards de dinars, qui arrivait terme le 15 dcembre 2002.
Les 2 milliards de dinars volatiliss
Le juge appelle Mehrez At Belkacem, directeur gnral de la Caisse nationale de chmage et du fonds de garantie des microcrdits. Il revient sur les circonstances de la cration de ces organismes, dont il avait la charge durant la priode de restructuration, vers 1997, avant que le juge ne le ramne aux faits. Il affirme que la CNR avait dans les banques publiques un placement de 64 milliards de dinars, qui lui permettait davoir une rmunration assez consquente au moment o les mmes banques manquaient de liquidits. Mais la situation, prcise-t-il, avait chang au dbut de lan 2000. Les taux dintrt des banques publiques ont chut de 24% 6 et 5%. En ma qualit de directeur gnral, jai propos dinvestir nos fonds dans limmobilier et le foncier, mais le CA, prsid par le secrtaire gnral de lUGTA, a refus tout comme de nombreux membres.
Ils mont dit quil y a des banques prives sur le terrain avec lesquelles nous pouvons ngocier. Ils mont demand de voir avec elles. A Khalifa Bank, nous avions plac une somme de 1,30 milliard de dinars, sur les 63 milliards de dinars, que nous avions, avec un taux de 11,25%. Le dpt sest fait en quatre tapes. Jai saisi le ministre du Travail et de la Scurit sociale sur loffre de Khalifa mais il ny a pas eu de rponse. Ce qui veut dire quil tait daccord. Pour ce qui est de la caisse de garantie des microcrdits, le montant placer a t partag entre la BNA et El Khalifa Bank.
Le juge : Vous naviez pas exig des garanties... Laccus : Les garanties sont consacres par la Banque dAlgrie et la commission bancaire. Le juge : Pourquoi il ny a pas eu cela chez les banques publiques ? Laccus : Nos placements chez les banques prives, toutes, nont pas connu de problme. Nous recevions nos intrts. Le placement tait une obligation dans la mesure, o il empche linflation. Le juge lui demande quel est le montant plac par la CNR et laccus rpond : 1,5 milliard de dinars. Expliquant que les microcrdit faisaient partie des risques encourus par les banques, qui toutes refusaient de les financer. Le gouvernement avait ordonn laffectation dun milliard de dinars ce fonds et la dcision de les placer chez El Khalifa Bank a t prise condition que cette banque participe au financement de ces microcrdits.
Le juge linterroge sur le montant dpos par le fonds de garantie des microcrdits, et laccus rpond : 500 600 millions de dinars. A propos de la formation de pilote, dont son fils aurait bnfici auprs de Khalifa Airways, laccus lance : Je suis poursuivi pour corruption mais ne me prenez pas pour un idiot, parce quavec autant dargent plac, jaurais demand autre chose. Mon fils a t retenu pour ses comptences, il a fait ses tudes en Espagne, puis en Grande-Bretagne et en Jordanie. Il est rest deux ans sans emploi avant de rejoindre Tassili Airlines. Le juge : Et la carte de thalasso ? Laccus : Je lai jete.
Le juge : Et comment votre photo est-elle colle dessus ? Laccus : Mes photos sont nombreuses dans mon dossier. Je nai jamais demand cette carte. Et je ne lai pas utilise pour la simple raison que lendroit est rpulsif pour son manque dhygine. Le procureur gnral : Pourquoi avoir choisi lagence dEl Harrach ? Laccus : Le premier a t fait lagence du St Georges et les autres l-bas. Le PG : Jai ici onze conventions avec lagence dEl Harrach, dirig par Azziz Djamel. Laccus : Moi jai sign avec la banque, lagence importe peu, cela regarde les responsables de Khalifa Bank.
Cest une dcision interne. Le procureur gnral lui demande pourquoi pour les 11 conventions que laccus a signes, le taux dintrt a t fixe, et que la dernire convention de renouvellement de placement dun montant de 1,8 milliard de dinars de la Cnac a t signe au mois de fvrier 2003, alors que la banque tait en pleine dconfiture. Laccus semble un peu tonn. Il nie et le procureur gnral prcise que la convention est entre ses mains. Laccus : Nous ignorions cela
12 millions de dollars que lEnageo na pu rcuprer
Boulefrad Bouabdellah, directeur gnral de la socit de boisson gazeuse et alcoolise dOran, explique que la socit avait pour habitude de placer ses fonds dans les banques publiques, qui offraient des taux dintrt assez attractifs jusqu la fin des annes 1990. Mais, ajoute-t-il, la baisse de ces taux a pouss lentreprise aller chercher dautres banques et le choix dEl Khalifa Bank a t retenu pour dposer, de 2000 jusqu 2002, un montant global de 310 millions de dinars
Durant cette priode, tout se passait bien. Nous avions rcupr nos intrts. Le magistrat demande laccus comment la socit est-elle partie chez El Khalifa Bank. Au niveau du groupe GBA, dont nous dpendions, nous avions un problme descompte avec les banques publiques. En discutant avec les collgues, ils mont expliqu quils avaient rgl le problme en ouvrant des comptes la banque Khalifa.
Jtais le dernier responsable lavoir fait. Durant la mme priode, les taux dintrt que nous accordait la Badr taient de 7,5%, alors que Khalifa Bank, nous a propos un taux plus attractif. Nous avions saisi M. Benrabah, directeur dEl Khalifa Bank Oran pour discuter de la procdure. Le montant de 310 millions de dinars a t plac en deux tapes, avec un taux dintrt de 10,5 puis de 11%. Le juge interroge laccus sur les avantages qui lui dclare : Rien du tout. Mais le juge insiste : Il y a une commission que le directeur de lagence El Khalifa Bank affirme vous avoir donne. Laccus nie catgoriquement.
Le juge : Vous aviez dclar que le dfunt Thabet avait de bonnes relations avec Guers Hakim et quil se pourrait que ces commissions aient t prises par lui. Laccus : Que Dieu me pardonne. Lorsque le juge men a parl cette poque, jai pens que peut tre M. Thabet, qui connaissait Guers, les a prises. Mais aprs, jai vu les dates. Comment peut-on prendre des commissions en fvrier 2003, alors que la banque tait dj en pleine dconfiture ? Pour ce qui est des billets davion gratuits, laccus explique que cela entrait dans le cadre des cartes de fidlit.
La socit a eu deux billets gratuits, dit-il, utiliss par deux cadres de lentreprise, dans un cadre professionnel.
Juste aprs lui, Noreddine Boucenna, directeur des finances de lOpgi dOran passe la barre. Il affirme que lOffice a de tout temps plac son argent dans les banques publiques avec un taux dintrt de 6,5%. En 2001, El Khalifa Bank lui a propos un taux de 12%, et le directeur de lOPGi a accept. Il a ngoci avec Guers Hakim et une convention a t signe. Les placements dune dure de 3 mois renouvelables se sont faits, en quatre parties et ont atteint le milliard de dinars.

Nous avions encaiss juste les intrts, de 100,8 millions de dinars. Le reste na pas t restitu. Laccus nie avoir peru des commissions en contrepartie de ces dpts, et affirme que lOffice avait exig un retrait par anticipation, malgr cela, largent na pu tre rcupr. Le procureur gnral lui demande : Qui vous a fait loffre de 12% dintrt ? Laccus : Hakim Guers, Belad Kechad et Ighil Meziane Ali. Ils ont t reus par le directeur gnral de lOffice, lequel a sign la convention. Rda Rahal, directeur gnral de lEnageo, filiale de Sonatrach, explique que les placements de lentreprise seffectuaient la Bna, la Bea, et Cytibank et chacune avait un taux dintrt.
Avec El Khalifa Bank, 300 millions de dinars et 10 millions de dollars. Les dinars sont rentrs, arrivs terme, mais les autres non. Nous sommes une socit publique de gophysique et depuis longtemps nous fructifions nos rentres Le juge : Qui a dcid du placement Khalifa Bank ? Laccus : Cela rentre dans mes prrogatives. Je navais pas besoin de laccord du CA. Il y avait de la publicit autour de cette banque, nous nous sommes dits pourquoi ne pas voir ce quelle propose ? Une dlgation de Khalifa Bank (compose du vice-prsident Amalou et Chikharou le chef dagence de Hassi Messaoud) est venue nous voir Hassi Messaoud. Ces cadres nous ont convaincus. La premire somme place tait de 300 millions de dinars.
Notre condition est qu chaque fois quun placement arrive terme, le capital et les intrts sont retirs. En juin 2002, nous avions dpos 10 millions de dollars, qui taient Citybank, pour un taux dintrt de 4,55%. Concernant les billets davion, laccus dclare : Je les ai utiliss une vingtaine de fois pour lintrieur du pays et une fois pour ltranger avec mon pouse. Le juge : Vous naviez pas tent de retirer les 10 millions de dollars ? Laccus : Le dpt venait terme au mois de dcembre 2002. Nous avions tenu une runion avec les responsables dEl Khalifa Bank Alger parce que le directeur de Hassi Messaoud ne pouvait pas le faire. Nous avions constat un climat de tension.
Ils nous ont parl de la suspension des oprations en devises. Ctait juste aprs le communiqu dEl Khalifa Bank paru dans la presse, disant que la situation allait se rgler. Nous avions crit ladministrateur, mais il ne nous a pas rpondu. Le procureur gnral : Comment le groupe Sonatrach, qui est la socit mre, navait pas dpos et vous, vous lavez fait ? Laccus : Cest trs grave. Comment se fait-il que les responsables ne nous aient pas inform ?


Salima Tlemani




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Procs EL Khalifa Bank : Largent perdu des travailleurs...................................... ......




02:25 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,