> >

[] [ ]

Des voyages gratuits pour des dirigeants dentreprises publiques

(Tags)
 
Mohamed Djellab annonce la fin des soins gratuits ... Emir Abdelkader 0 2015-01-21 12:22 PM
LAlgrie, le nouvel eldorado pour les entreprises turques Emir Abdelkader 0 2014-03-24 02:10 PM
Interdiction des manifestations publiques Alger : ... Emir Abdelkader 0 2014-03-11 02:58 PM
Consommer du made in Algeria Pour permettre le dveloppement des entreprises Emir Abdelkader 0 2014-01-21 08:16 AM
Voyages organiss fin danne 2013 DUBAI eldjaziratourisme 0 2013-11-27 04:49 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-05-18
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,937 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Des voyages gratuits pour des dirigeants dentreprises publiques

Troisime semaine du procs EL Khalifa Bank : Des voyages gratuits pour des dirigeants dentreprises publiques






Lors des auditions des dirigeants des entreprises publiques ayant plac leur trsorerie El Khalifa Bank, pour la perdre quelques temps plus tard, tous affirment avoir bnfici de titres de voyage gratuits, rfutant tout lien entre ces avantages et le placement. Le reprsentant de la mutuelle de la Sret nationale, par exemple, a eu du mal expliquer comment, aprs la signature dune convention de rduction de 30% sur les prix des billets davion au profit des agents de la Sret nationale, il a obtenu la gratuit pour 25 cadres de la Sret nationale et les membres de leurs familles pendant une priode indtermine, aussi bien sur les lignes nationales quinternationales.


Le tribunal criminel a entendu hier huit accuss, tous des cadres dirigeant des entreprises publiques, ayant perdu les fonds quils avaient dposs la banque Khalifa. Parmi eux, Belarbi Salah Hamdane, ancien responsable de la mutuelle de la police, mis la retraite, il y a deux ans, en tant que contrleur de la Sret nationale. Il commence par expliquer le contexte dans lequel largent des travailleurs de la Sret nationale a t plac El Khalifa Bank. Il y a eu une runion du conseil dadministration de la mutuelle qui a adopt une rsolution relative au placement des fonds, qui taient dans des banques publiques, des taux de 6%, jusqu 9% dans des banques prives.
Une commission a fait le tour des banques et elle a retenu El Khalifa Bank, pour ses taux trs attractifs de 12 %, souligne-t-il. Il prcise quen 2001, deux conventions ont t signes avec lagence de Chraga, dirige par Omar Mir, pour le placement de 207 millions de dinars. Quelque temps aprs, ajoute-t-il, Adda Foudad, alors prsident du comit de contrle de la mutuelle, a parl aux membres de la mutuelle, de lagence de Hussein Dey qui accordait des taux compris entre 13% et 14%. Aprs ngociations, deux autres conventions ont t signes entre Abdelmoumen Khalifa et Mokrani Mhand.
Le montant total des quatre conventions a atteint 257 millions de dinars. Nous avons rcupr 57 millions de dinars dintrt, mais pas le capital. Jentends ici des responsables dire quen 1999, 2000 et 2001, il y avait dj des irrgularits. Il fallait alerter, parce quil y avait notre argent qui tait en jeu. Lgalement nos conventions ont bien t rdiges. Le juge linterroge sur la convention signe entre le dfunt Ali Tounsi et Abdelmoumen Khalifa, en tant que PDG de Khalifa Airways, en disant que celle-ci portait sur une rduction de 50% sur les billets davion sur les lignes du sud du pays, et 30% pour les vols intrieurs et internationaux.
Avec Air Algrie, nous avions une rduction de 25% mais pas pour le Sud. Le prsident : Et la gratuit au profit de cette liste de 22 ou 25 cadres de la police ? Laccus : En ma qualit de directeur central, jai appel M. Nanouche, directeur gnral de Khalifa Airways, pour lui demander une gratuit au profit des cadres. Il ma dit de faire la demande par crit. Je lai faite avec laccord du DGSN et par courrier portant len-tte de linstitution. Le juge : Ce sont des cartes de voyage pour les cadres et les membres de leurs familles pendant une priode indtermine. Est-ce normal ? Laccus : Oui, mais cela sest fait de la manire la plus transparente.
Au mois de mars 2001, la liste a t tablie par moi-mme et transmise Khalifa Airways. Le juge : Vous tes parti de 30% de rduction pour les policiers, pour arriver la gratuit pour les cadres. Pourquoi ne pas avoir introduit la gratuit dans la convention signe entre Abdemoumen Khalifa et le DGSN ? Laccus : Nous ne lavions pas prvu. Cette gratuit, cest moi qui lai demande. Nous avions entendu parler de billets gratuits. Le prsident du tribunal a du mal comprendre cette gratuit, alors que le DGSN na pu obtenir quune rduction de 30% et laccus rpond : Cela entre dans le cadre du partenariat entre la DGSN et la compagnie arienne.
Le prsident appelle Abdelmoumen Khalifa, qui sursaute du fond du box, et se met chercher sa veste. Vous aviez dclar la dernire fois quil n y avait pas de gratuit. Avez-vous entendu parler de cette gratuit dont parle laccus ? demande le juge. Abdelmoumen Khalifa : Nous avions une convention pour des rductions, je ne pense pas quil y avait des billets gratuits. Nous devions payer les taxes. Me Ali Meziane, avocat dEl Khalifa Bank, insiste pour savoir si laccus a pay le billet quil a obtenu en tant que cadre de la DGSN. Je crois que jai pay les taxes, dit-il.
Le procureur gnral linterroge sur le choix des agences de Chraga et de Hussein Dey, l o il y a eu des malversations alors que le sige de la mutuelle se trouve au centre-ville, ct de lagence de Didouche Mourad, et laccus dclare : Cest le taux dintrt quelles accordaient qui nous a attirs. Il affirme que lassemble gnrale de la mutuelle avait valid le retrait des fonds de la mutuelle de la BDL et leur placement El Khalifa Bank Chraga, puis celle de Hussein Dey. Le procureur gnral revient sur Adda Foudad et demande laccus si cest lui qui a propos lagence de Hussein Dey. Bien sr que cest lui, qui nous a conseills, en nous disant quelle accordait un taux dintrt de 14% , dit-il.
Laccus Smati Bahidj Farid, PDG de lEntreprise nationale de lagroalimentaire (ENAL), a t entendu sur le dpt de 100,2 millions de dinars El Khalifa Bank de Hussein Dey et dEl Harrach, quil na pas pu rcuprer Laccus commence par affirmer que les placements de la socit taient diversifis : Nous avions comme directives dopter pour la banque qui offrait le meilleur taux. Plus de 50% de nos clients avaient un compte la banque Khalifa.
De ce fait, nous avions des problmes normes pour faire passer la compensation. Nous avions besoin de notre trsorerie et de la dcision douvrir un compte courant lagence El Khalifa Bank de Hussein Dey a t prise. Cela nous a permis dencaisser nos chques dans un dlai de 24 heures. Quelque temps aprs, les responsables de cette agence sont venus voir le directeur financier de lentreprise. Il explique qu lpoque, il ny a eu aucun incident avec la banque, puisque notre capital et les intrts avaient t rcuprs, dj en 2003. Le dernier dpt a t effectu en fvrier 2003.
En ce qui concerne les garanties de la banque, laccus explique : La fiabilit dune entreprise ne peut tre vrifie que par lobtention de ses 3 derniers bilans, certifis par un commissaire aux comptes. Mais pour nous, la banque tait sous le contrle de la commission bancaire et de la Banque dAlgrie. Le juge : Mais ce ntait pas le cas. Il linterroge sur la carte du Centre de thalassothrapie de Sidi Fredj, dont il aurait bnfici. Laccus confirme et prcise quelle lui a t remise par un employ du centre. Selon lui, il ny avait aucun lien entre les placements et cette carte. Il affirme que lhtel en question fait partie du mme holding, service duquel la socit dpend. De ce fait, ajoute-t-il, les PDG du groupe avaient droit la gratuit des soins dans le centre.
Le procureur gnral lui fait remarquer que la socit en question a t liquide, mais laccus tente dexpliquer les raisons qui sont, selon lui, lies aux gestionnaires qui lui avaient succd, mais aussi aux vnements qui ont secou la Kabylie en 2001, etc.
Bourahla Hamid lui succde la barre. Il tait directeur de lexploitation de lunit de boissons El Harrach, faisant partie du Groupe boissons dAlgrie (GBA), de 1998 jusquen 2003, o il a t promu directeur gnral. Il est le seul cadre dirigeant poursuivi dans cette affaire, dont la socit na pas perdu dargent. Il explique que le placement El Khalifa Bank a eu lieu en trois tapes, de septembre 1999 jusquen 2002, avec un taux dintrt de 11,5%. Un premier montant de 50 millions de dinars, puis un autre de 20 millions de dinars et ensuite 150 millions de dinars.

Lorsque jai pris la direction gnrale, jai trouv 100 millions de dinars en dpt avec 11,5% et un crdit de 100 millions de dinars, octroy par El Khalifa Bank avec un taux dintrt de 5,5%, et 34 millions de dinars, revenus des intrts. En ralit nous navions rien perdu. Bien au contraire, nous avions une bonne trsorerie. Le juge linterroge sur la carte de thalassothrapie et laccus lance : Je suis un grand amateur de sport. Toutes les salles de sport dAlger, je les ai frquentes et de ma vie je nai jamais bu, fum ou pris de la chique. Je viens de boucler mes 68 ans, et le centre thalasso, je le connaissais avant El Khalifa Bank.
Le prsident cite une longue liste de Bourahla comportant des noms de personnes qui auraient bnfici de billets de voyage auprs de Khalifa Airways. Laccus jure quil na aucun lien de parent avec ces personnes. Le procureur gnral linterroge sur la diffrence entre les taux dintrt accords dans le cadre de crdit et dans le cadre des placements. Moi-mme je me suis pos cette question et jai trouv ces taux bizarres. Mais je me suis dit que cette banque est agre par lEtat et quelle ne peut pas chapper au contrle.
La Banque dAlgrie aurait d nous alerter
Laccus cde sa place Sad Ammour, ancien PDG de lEndimed, une socit publique de distribution de mdicaments. Il affirme avoir reu une dlgation dEl Khalifa Bank, son vice-prsident et le directeur de lagence dEl Harrach, Aziz Djamel, qui lui a propos des produits banquiers, comme les placements. La socit a commenc par ouvrir des comptes dexploitation pour faciliter nos relations avec les clients, qui taient tous domicilis El Khalifa Bank, prcisant que lentreprise navait pas procd au retrait de nos placements terme au CPA.
Nos pertes concernaient les chques impays, parce quEl Khalifa Bank avait arrt ses activits. Nous avons dpos une plainte parce que pour nous ctait grave, souligne laccus. Le juge linterroge sur la carte de thalassothrapie, laccus rpond : Je ntais mme pas au courant. Un chauffeur du centre en question la dpose mon secrtariat.
Cest ma secrtaire qui men a inform et je lui ai dit : Donne-la quelquun qui souffre de rhumatisme. Notre socit tait trs rentable, nous avions un chiffre daffaires de 10 milliards de dinars. Interrog sur le fait de navoir pas dpos les fonds de la socit El Khalifa Bank, il rvle quil avait de bonnes relations avec le CPA, et de plus la banque prive venait juste dtre cre. Le procureur gnral lui fait savoir que les comptes dexploitation ont profit El Khalifa Bank, et laccus lui prcise que ses activits avec Khalifa taient trs marginales.
A une question de son avocate, Me Issaad, sur le placement El Khalifa Bank, laccus dclare : Il y a eu une rsolution du conseil dadministration relative la ncessit de placement terme El Khalifa Bank, et jai refus de lappliquer. Javais peur du fait quelle tait toute nouvelle sur le march. Safi Telli, ancien directeur gnral de lAgence de dveloppement social (ADS), explique quavant sa dsignation en 2001, lagence avait un crdit saoudien de 1,8 milliard de dinars, pour les microcrdits. Elle a fait appel toutes les banques pour laider grer.
Deux ont rpondu, la BNA, qui tait trs chre, et El Khalifa Bank, qui a fait des propositions intressantes. Le conseil dorientation a valid cette offre, et la convention a t signe pour la gestion des microcrdits, et deux comptes dexploitation ont t ouverts. Laccus dit avoir pris le train en marche, en aot 2001. Il confirme qu aucun moment lagence na plac ses fonds et quen 2008, le montant a t consomm 80%.
Elle a perdu un milliard de dinars, qui tait sur les comptes dexploitation et les 20% restant des microcrdits. Le juge linterroge sur les avantages perus, il dclare quEl Khalifa Bank a financ une vingtaine dordinateurs. Le juge : Et vous ? Laccus : Je savais que vous alliez y venir. Mon fils tait en 5e anne de biologie et voulait faire une formation de pilote. Il a t Oxford, mais il est revenu aprs la dbcle du groupe. On lui a fait passer les tests, et il a t retenu pour terminer la formation en Jordanie. Cependant, il nie avoir bnfici dune quelconque carte du centre de thalassothrapie.
Le procureur gnral lui fait savoir que lagence a perdu un milliard de dinars, qui taient sur les comptes dexploitation. Il explique avoir reu une vingtaine de micros, comme don et sil tait prsent lpoque de la liquidation, il naurait pas accept de les remettre au liquidateur. A propos des 5 millions de dinars offerts par El Khalifa Bank, laccus rpond quil sagit uniquement dun jeu dcriture et que la somme na jamais t utilise. Ctait dans le cadre dune opration de prise en charge psychologique des enfants victimes du terrorisme. Il cite des exemples de dons que lagence a reus, comme celui de City Bank, dun montant de 30 000 dollars, destin 8 familles de Remka, Relizane. Poursuivi pour les mmes faits, son directeur gnral adjoint, Mouloud Mohamed Meziane, tient les mmes dclarations.
Il affirme au juge que cest lui qui avait ouvert les comptes dexploitation El Khalifa Bank avant que Safi Telli ne soit nomm directeur gnral. Lagence tait sous la tutelle du ministre du Travail et de la Scurit sociale, alors entre les mains de Tayeb Belaz, avant dtre place sous celle du ministre de la Solidarit quelques annes plus tard. Le juge linterroge sur la carte de thalassothrapie, il confirme en avoir reu. Aziz Djamel men avait remis une moi et une autre une directrice, et je pensais que le DG en avait eu lui aussi, explique-t-il.
Le 1,5 milliard de dinars perdus de lAgence de dveloppement social
Le procureur gnral prcise laccus que le 31 mars 2003, lADS a effectu une opration bancaire de 200 000 DA, alors que ladministrateur tait dj El Khalifa Bank. Laccus : Je ne sais mme pas de quelle opration il sagit. Je lignore. Pour ce qui est du choix de lagence dEl Harrach, laccus rvle que cest la banque qua choisie Aziz Djamel, le directeur dEl Harrach, pour travailler avec lagence.
Les 20 ordinateurs, ajoute-t-il, ont t offerts par El Khalifa Bank, aprs lincendie qui a affect une de nos agences. Laichar Rachid, directeur des oprations financires, la Caisse nationale de lassurance chmage (CNAC) lui succde la barre. Tout comme lancien directeur gnral de la CNAC, At Belkacem, entendu la veille, il affirme que les placements de la CNAC El Khalifa Bank ont t dcids la suite dune rsolution du conseil dadministration, pour les offres attractives quelle leur a faites. El Khalifa Bank offrait 11,5% pour les placements et les banques publiques nen accordaient que 2,80%.
Laccus indique que la CNAC a perdu 1,5 milliard de dinars, mais aussi 600 millions de dinars du fonds de garantie. Il dclare avoir reu des billets de voyage gratuits de la part de Aziz Djamel, directeur de lagence dEl Harrach, quil avait utiliss ainsi que des membres de sa famille. Je pensais quil sagissait dune opration de publicit, prcise-t-il. Le procureur gnral lui demande pourquoi avoir renouvel la convention de placement au mois de fvrier 2003, alors que la banque avait des problmes, mais laccus dit lignorer.
Mohamed Ouandjelli, directeur de la comptabilit de la socit de rassurance, explique : Nous sommes obligs davoir au moins 50% de notre trsorerie en bons du Trsor, dpts terme et en actions. Et comme nous navions pas le droit daller vers les marchs primaires, nous passions par des socits qui achtent pour nous, et lune dentre elles nous a propos El Khalifa Bank. Nous avions un excs de trsorerie la Banque dAlgrie, et les banques publiques avaient revu la baisse leurs taux dintrt et augment les commissions. Nous tions obligs daller vers El Khalifa Bank, qui offrait des taux intressants.
Nous avions plac 300 millions de dinars, que malheureusement nous navons pas pu rcuprer. La carte de thalassothrapie navait, selon lui, aucun lien avec le placement : Pour moi, ctait juste un club pour les oprateurs conomiques. Au procureur gnral, il affirme que sa socit rassure les compagnies dassurance et, de ce fait, elle avait un excdent assez important. Pourquoi navoir pas suivi le PDG qui vous a conseill de ne placer que 50 millions de dinars ? Laccus : Nous lui avons expliqu quil fallait placer cet excdent. Aujourdhui, huit autres accuss passeront devant la barre, alors que les tmoins devraient tre entendus vers la fin de la semaine en cours.


Salima Tlemani




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Des voyages gratuits pour des dirigeants dentreprises publiques




05:09 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,