> >

[] [ ]

Procs EL Khalifa Bank : Djellab et Laksaci parmi les tmoins

(Tags)
 
Procs EL Khalifa Bank : Largent perdu des travailleurs...................................... ...... Emir Abdelkader 0 2015-05-17 01:00 PM
Procs EL Khalifa Bank : Crdits et prts... Emir Abdelkader 0 2015-05-14 02:03 PM
Procs EL Khalifa Bank : 40 voitures de KRC disparues Emir Abdelkader 0 2015-05-14 02:00 PM
Aux origines de la cration dEl Khalifa Bank Emir Abdelkader 0 2015-05-11 05:26 PM
Procs Khalifa en France :... Emir Abdelkader 0 2014-06-10 10:01 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-05-19
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,966 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Procs EL Khalifa Bank : Djellab et Laksaci parmi les tmoins

Procs EL Khalifa Bank : Djellab et Laksaci parmi les tmoins



Le premier planning de laudition des tmoins ne comporte aucun nom dancien ministre. Le prsident du tribunal criminel de Blida a dcid dentendre, jeudi prochain, le caissier de la caisse principale dEl Khalifa Bank et des directeurs dagence ayant purg leur peine. Samedi prochain, il entendra ladministrateur Mohamed Djellab, les inspecteurs dEl Khalifa Bank, le frre de Abdelmoumen et son ancienne secrtaire. Dimanche, ce sera le tour du gouverneur de la Banque dAlgrie, Mohamed Laksaci, de son ancien vice-gouverneur Mohamed Touati, des membres de la commission bancaire et de lexpert Foufa qui a expertis les comptes dEl Khalifa Bank.


Le prsident du tribunal criminel de Blida a rvl, hier, la premire liste des tmoins devant tre entendus, durant le week-end et le dbut de la semaine prochaine. Ainsi jeudi prochain, le tribunal entendra Akli Youcef (caissier de la caisse principale) et 8 autres cadres de cette banque, dont les directeurs dagence qui ont purg leur peine. Samedi, le magistrat auditionnera 13 autres tmoins dont Mohamed Djellab (administrateur dEl Khalifa Bank), les inspecteurs de la mme banque, le reprsentant du Trsor public de la wilaya de Tipasa, le frre de Abdelmoumen Khalifa et sa secrtaire.
En dbut de semaine prochaine, le tribunal entendra 6 tmoins, commencer par Mohamed Laksaci (gouverneur de la Banque dAlgrie), son ex-vice-gouverneur Ali Touati, lancien chef de linspection gnrale Amghar, les membres de la commission bancaire ainsi que lexpert Foufa, qui avait expertis les comptes des agences dEl Khalifa Bank. Le prsident du tribunal a indiqu quil sagit l du premier planning des auditions, prcisant que dautres tmoins seront convoqus au fur et mesure.
Le premier accus entendu hier a t Salah Arifi, ex-directeur directeur gnral de la Caisse nationale des retraites (CNR). Il a expliqu que les dpts El Khalifa Bank ont t dcids lors de la runion du 16 septembre 2001 du conseil dadministration. La rsolution qui en a dcoul a fait tat du placement de lexcdent de trsorerie de la CNR El Khalifa Bank. Il ne se rappelle pas qui a sign la convention de placement dun montant de 11 milliards de dinars, mais explique que ce dernier sest fait par tapes, avec un premier dpt de 2 milliards de dinars. Nous avons pu rcuprer 750 millions de dinars.
Le juge lui rappelle quil avait dclar, lors de linstruction, que les dpts ont atteint 11 milliards de dinars. Laccus persiste affirmer que durant son mandat, il ny a eu que 2 milliards de dinars. Accul, Salah Arifi finit par rvler que cest lui qui a sign la convention mais, prcise-t-il, pour excuter la rsolution du conseil dadministration. Cest le secrtariat du bureau du conseil dadministration qui a inform le ministre du Travail et de la Scurit sociale, ajoute-t-il. Le prsident du tribunal dclare que des tmoins affirment le contraire, et linterroge sur le montant de 11 milliards de dinars dpos.
Sa carte de voyage gratuite, Arifi indique lavoir reue de la main de Toufik Jedidi, directeur de la CNR Oum Bouaghi, quil a utilise, dit-il, une seule fois sur les lignes intrieures. A propos de son fils qui a bnfici dune formation de pilote alors quil navait que le niveau de troisime anne secondaire, il explique que son dossier a t accept sans quil intervienne. Selon lui, son fils a russi le concours sans aucun problme. Il reconnat que cest aprs le placement de largent de la CNR El Khalifa Bank que son fils a t retenu, mais il ny voit aucun lien. Pour preuve, il a termin ses tudes et, aujourdhui, il est Air Algrie.
Matre Feddag, avocat de la CNR, prsente comme partie civile, lui demande pourquoi, devant le juge dinstruction, il a dclar que le prsident du conseil dadministration na pas le droit de dposer les fonds de la CNR. Laccus rpond : Le conseil a le droit de dlguer ses pouvoirs au bureau du conseil dadministration. Une rponse qui pousse le juge prendre le rglement intrieur de la CNR : Ce nest pas ce que dit ce texte, lui lance-t-il.
Mais laccus cite larticle 23, qui voque les commissions et non pas le bureau ; il tient sa lecture de ce texte. Le procureur gnral intervient et lui demande dexpliquer comment lagence dOum El Bouaghi a dpos ses fonds en juin et la direction gnrale en septembre. Arifi explique que la Caisse a la qualit de personne morale et lautonomie de gestion financire, mais cela nest pas le cas pour ses structures au niveau des wilayas, lesquelles nont pas la qualit pour dposer leur argent. Il dit navoir pas t mis au courant de la dcision de lagence dOum El Bouaghi.
La signature de la convention, ajoute-t-il, a eu lieu dans son bureau, en prsence de deux personnes quil ne connat pas et non pas avec Abdelmoumen Khalifa. Le procureur gnral : Vous aviez dclar avoir sign avec Abdelmoumen Khalifa au sige de la banque. Laccus ne revient pas sur ses propos et jure que ce quil avance est la vrit. Le procureur gnral lui rappelle les propos dun membre du conseil dadministration, dcd rcemment, selon lesquels le point relatif aux placements ntait pas prvu et a t ajout. Laccus est formel : Je jure devant Dieu que ce point tait prvu. Sil a t ajout, cest en raison des luttes entre les membres du conseil.
Le ministre, Mohamed Larbi Abdelmoumne, a t inform de la dcision de placement. Il termine en disant quil est possible que des gens qui lui en veulent aient pu dtruire les traces de ces correspondances. Rabah Bousebaine, PDG de lEPLF Blida, affirme que lentreprise avait fait des dpts au CPA et la CNEP, avant daller vers lagence dEl Khalifa Bank de Blida, o ils ont ouvert un compte dexploitation de 5 millions de dinars et effectu deux dpts terme dun montant de 70 millions de dinars un taux dintrt de 10%.
Il explique que les dpts El Khalifa Bank servaient pour lachat de terrains, raison pour laquelle, dit-il, le dlai de placement tait compris entre 3 et 6 mois. Il affirme que le conseil de direction a dcid de ce placement en raison des taux prfrentiels accords par El Khalifa Bank. De 1998 2002, il y a eu peu prs 18 oprations totalisant 150 millions de dinars, souligne laccus, qui ajoute avoir tout fait pour rcuprer largent : Nous avons tout fait pour reprendre notre placement, mais nous avons perdu 118 millions de dinars. Il reconnat que 21 cadres de lEPLF, dont lui, ont bnfici dun crdit sans intrt auprs dEl Khalifa Bank, sans aucune convention ; il prcise que son crdit lui tait 3% rduit 2% pour un dlai de trois ans. Selon lui, il ny a aucun lien entre les placements et ces crdits.
Le prsident : Puisque vous avez corrig les avantages, pourquoi ne pas avoir exig une convention de Belad Kechad, directeur dEl Khalifa Blida ? Laccus : Je ne lai su quaprs la remise du chque, libell la CNEP de Boufarik, Et cest le directeur financier qui sest charg de cette opration. Ils ont arrt un taux de 3% parce que ctait un crdit construction de 800 000 DA.
Pour les autres cadres, il sagissait dun achat de logement, cest pour cela quils ont bnfici de 0% dintrt. Ce qui ntait pas le cas pour les autres, dont le directeur financier, qui ont bnfici de 500 000 DA jusqu 2 millions de dinars. Le juge : La convention vous a t envoye dj signe. Pourquoi avoir procd des corrections ? Laccus : Il me la donne et il est parti. Jai d apporter les correctifs avant de la signer. Jai restitu cinq copies et jen ai gard une.
Les 80 millions de dinars perdus de la Mutuelle des postes
Mohamed Tchoulak, prsident de la Mutuelle des postes et tlcommunications et secrtaire gnral de la Fdration des postes et tlcommunications, explique comment est ne lide de placer des fonds de la mutuelle El Khalifa Bank : Les fonds taient au CPA qui offrait des taux de 15,5% 22%. Puis ils ont t placs la CNEP. Ils doivent tre placs pour gnrer dautres ressources ncessaires la mutuelle. Lide daller vers El Khalifa Bank est venue du commissaire aux comptes, qui tait celui de la DGSN aussi, qui a dit mon prdcesseur pourquoi ne pas aller chez El Khalifa Bank comme la DGSN ? Le dfunt Barbar tait directeur de la Mutuelle de caisse et le directeur gnral tait le dfunt Aider. M. Barbar est all ngocier avec El Khalifa Bank et nous a ramen 11%.
A lpoque, nous ntions plus au CPA mais la CNEP o nous avions plac 100 millions de centimes. Nous tions dans le besoin parce que les taux dintrt de la CNEP taient trop bas. Ce fonds appartient aux 17 000 adhrents, qui ont droit des prises en charge sociales et sanitaires. Les placements se ont t effectus dbut 2002, pour un montant de 80 millions de dinars sur une priode de 10 ans, avec des intrts perus chaque fin danne.
Le dfunt Barbar avait bien expliqu El Khalifa Bank que cet argent appartenait aux mutualistes et, de ce fait, en cas de ncessit il devait tre retir. Lorsquil y a eu le sisme de Boumerds, je sais que Barbar a tent de le retirer, mais je ne sais pas pourquoi il na pas pu.
Vous naviez pas reu des billets Laccus : Siiiiii. Eclats de rire dans la salle. Tchoulak dclare que ces billets ont t accords comme mesures daccompagnement au profit de quatre cadres de la mutuelle, comme cela se fait depuis longtemps en citant des cas o celle-ci recevait des dons. Navez-vous pas compris que ces billets taient lis vos placements ? lui demande le juge.

Laccus : M. Barbar les a ramens et cest le conseil dadministration qui a dcid de les donner quatre cadres, dont moi. Ce nest pas une contrepartie. Nous avions bien reu un vhicule au nom de la mutuelle. Le juge : Comment expliquer que ces billets soient donns aux quatre cadres qui ont le pouvoir de dcision ? Laccus persiste dire que cest le conseil dadministration qui en a dcid.
Le procureur gnral lui demande sil avait le droit, en tant quassociation but non lucratif, dhypothquer largent des mutualistes pendant dix ans. Laccus : Les revenus des prestations et les revenus des fonds placs nous permettent de participer renforcer nos ressources qui proviennent des cotisations. Mme la CNEP, cet argent tait plac pour une dure de 10 ans. El Khalifa Bank nous a accord un taux dintrt de 12% sur dix ans. Soit un revenu annuel de 120 millions de dinars.
Le procureur gnral rplique : Ce placement na pas t la dcision du conseil dadministration, mais plutt celle de ceux qui ont bnfici de billets de voyage. Un des membres du conseil tait absent. Laccus : Jamais, le seul qui tait absent est un membre dcd. Le procureur gnral veut savoir dans quel cadre la voiture offerte par Khalifa la mutuelle a t affecte laccus, mais ce dernier ne donne pas de rponse.
Le prsident appelle Zineddine Zaamoum, prsident de la commission de contrle de la Mutuelle des postes et tlcommunications. Sa mission consistait contrler les CMS (centres de mdecine) et la caisse principale du sige. Il nie tout lien avec la ngociation autour des placements, mais affirme avoir bnfici dun ticket de voyage gratuit remis par le dfunt Barbar, quil a utilis une seule fois sur les lignes internationales. Yahia Yesli, membre du conseil dadministration de la Mutuelle des postes, confirme les propos de son prsident Mohamed Tchoulak, tout comme il confirme avoir bnfici dun billet pour plusieurs voyages gratuits sans pour autant, dit-il, lutiliser parce quil a une prfrence pour les voitures.
Bouamar, directeur des finances et de la comptabilit, de lEntreprise nationale de navigation arienne (ENNA), affirme avoir une drogation de signature pour les chques mais pas pour la convention de placement qui, elle, a t signe par le directeur gnral avec Omar Mir, le directeur de lagence de Chraga dEl Khalifa Bank, qui avait propos 12% dintrt alors que le CPA et la BNA, o tait dpos largent, noffraient que 7%. Le montant plac en mars 2002 tait de 50 millions de dinars, alors que dans les deux autres banques nous avions 300 millions de dinars.
Pour la rcupration, il dit ne pas tre au courant puisquil avait quitt lentreprise en novembre 2012, avant lexpiration du dlai de placement. Sur les billets davion quil aurait eus, il dit navoir utilis quun seul, pour Bjaa. Mais le juge lui prcise quil avait dclar lors de linstruction tre all en Afrique du Sud. Laccus dment et explique que ces billets entraient dans le cadre dune convention signe en avril 2001 entre Khalifa Airways et lENNA pour la rduction des prix au profit du personnel, une rduction pouvant aller jusqu 90%. Je nai pas sign la convention de placement parce que je ne suis pas ordonateur, rpte-t-il.


Salima Tlemani




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Procs EL Khalifa Bank : Djellab et Laksaci parmi les tmoins




07:52 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,