> >

[] [ ]

Que peut Ibn Arabi contre Daech ?

(Tags)
 
Syrie: premiers raids de la coalition contre Daech ... Emir Abdelkader 0 2015-06-08 11:52 AM
Coordination libano-syrienne contre Daech et al-Nosra Emir Abdelkader 0 2014-10-08 11:30 AM
Le Daech se retourne contre ceux qui lont arm et financ Emir Abdelkader 0 2014-09-22 01:19 PM
Alors que la France met en scne ses Rafale contre daech Emir Abdelkader 0 2014-09-21 12:27 PM
Loffensive contre Daech est une mesure de containement Emir Abdelkader 0 2014-09-17 02:53 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-06-14
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,935 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Que peut Ibn Arabi contre Daech ?

Que peut Ibn Arabi contre Daech ?








Prodige ! Une jeune gazelle voile / Montrant de son doigt pourpr et faisant signe de ses paupires / Son champ est entre ctes et entrailles / O merveille, un jardin parmi les flammes / Mon cur devient capable de toute image / Il est prairie pour les gazelles / Couvent pour les moines / Temple pour les idoles / Mecque pour les plerins / Tablettes de la Torah et livre du Coran / Je suis la religion de lamour / Partout o se dirigent ses montures / Lamour est ma religion et ma foi. Du Ibn Arabi dans le texte.


Extrait de Torjouman Al Achwaq, Le Chant de lardent dsir (traduit de larabe par Mahmoud Sami-Ali, ditions Sindbad). Cette anne, nous clbrons le 850e anniversaire de la naissance du grand matre soufi. N Murcie (Andalousie) en 1165 et mort Damas en 1240, Mohieddine Ibn Arabi a laiss une uvre prolifique qui slve quelque 846 ouvrages, selon le rpertoire tabli par Osman Yahia dans son Histoire et classification de luvre dIbn Arabi. On comprend pourquoi on le surnomme Al Cheikh Al Akbar ou encore Doctor Maximus en Occident
Et pour faire honneur sa pense et revisiter son uvre, un colloque a t organis mercredi 10 juin linitiative des ditions Librairie de philosophie et de soufisme en collaboration avec la Bibliothque Nationale. La salle rouge de la BN qui accueillait cette rencontre internationale avait les atours dune assemble soufie. Il y flottait un air de spiritualit suave.
De quoi rconcilier les plus sceptiques avec le divin tant le verbe dIbn Arabi est littralement envotant, et exquis les commentaires prodigus par une brochette dminents spcialistes invits pour loccasion. Il faut dire que cela nous change agrablement des prt--penser faciles et des sentences vocifrantes dune certaine religiosit particulirement agressive.
Et mme quand on na pas tout compris tant luvre dIbn Arabi est ardue, et les explications hermneutiques de nos aimables connaisseurs passablement hermtiques, il nempche que lon ressort de la salle tonnamment soulag, apais, avec la douce conviction quun autre rcit est possible.

Une uvre hautement sotrique
Pas moins de six chercheurs, parmi les meilleurs spcialistes dIbn Arabi, se sont ainsi succd pour dissquer luvre monstrueuse du grand mystique andalou, chacun apportant sa contribution cet ambitieux travail de dconstruction. Cest la Libanaise Souad El Hakim, de luniversit Saint-Joseph de Beyrouth, rfrence mondiale en matire de pense akbarienne, que revient lhonneur douvrir le bal avec une communication intitule : Les Voies vers Allah travers lexprience spirituelle dIbn Arabi et ses crits.
Le Syrien Bakri Alaa-Eddine, de luniversit de Damas, lui embote le pas pour voquer les relations entre philosophie et mystique chez Ibn Arabi. Ensuite cest au tour de lAlgrien Saad Khemissi, de luniversit de Constantine, qui sest intress, pour sa part, La dimension fminine dans le systme de pense akbarien. La Jordanienne Laila Khalifa prend le relais pour parler de la notion de Futuwwa (chevalerie mystique pour faire court) chez lauteur des Fthat al Makkiyya.
Son expos sest dclin toutefois sous le titre : Le systme dIbn Arabi des Illuminations Solaires (Futuhat) aux Illuminations Lunaires (Fusus). Elle sera suivie par le Marocain Mohammed Hamza Cherif El Kettani avec une communication sur Le concept de wilaya chez Al Cheikh Al Akbar et ce, partir des travaux de Michel Ali Chodkiewicz, notamment son ouvrage : Le Sceau des Saints. Prophtie et Saintet dans la doctrine dIbn Arab.
Enfin, Zam Khenchelaoui, anthropologue des religions et spcialiste du soufisme, termine par une ode lamour mystique travers une communication ddie au fiqh de lamour ou thologie de lamour chez Ibn Arabi.
Rien quaux intituls, on devine la teneur et la qualit des interventions. De fait, les communications taient toutes plus pointues et plus fouilles les unes que les autres. Et pour qui ne possde pas les codes et les lments de langage de la pense akbarienne, il faut reconnatre quil est extrmement difficile de dchiffrer luvre dIbn Arabi, considr comme le plus grand matre du soufisme de tous les temps. On lui doit notamment la doctrine sotrique de Wihdat el woujoud (Unicit de lexistence, traduite aussi par Unit de ltre).

Ibn Arabi et nous
Au-del de linfluence de porte universelle qua exerce Ibn Arabi, il convient de sarrter sur les liens, trs troits, quil entretenait avec notre pays, et qui devrait nous inciter le clbrer, et surtout, nous rapproprier son hritage avec plus denvie. Matre Mohamed Atbi, directeur de collection aux ditions Librairie de philosophie et de soufisme, organisatrices de lvnement, na pas manqu dailleurs de souligner, dans son mot douverture, que lAlgrie a un lien trs fort avec ce saint andalou.
On sait dj quIbn Arabi, dans son cheminement initiatique, tait fortement influenc par Choab Abou Madyan El Ghouth, plus connu chez nous sous le nom de Sidi Boumedine, autre grand ple mystique, saint patron de Tlemcen o il est enterr, et qui, bien que natif de la rgion de Sville, avait longtemps vcu Bjaa. Ibn Arabi le considrait comme son matre spirituel.
Me Atbi ajoute que les relations entre Ibn Arabi et lAlgrie taient galement dordre familial. Lun de ses oncles maternels tait prince de Tlemcen et son pouse tait originaire de Bjaa, rapporte-t-il. Mohamed Atbi rappelle, dans la foule, que le premier commentateur de son Fusus El-Hikam, lun des ouvrages majeurs du matre soufi, tait Afif-Eddine Al Tilimssani, un savant bien de chez nous. Et le dernier des grands commentateurs de la pense akbarienne est lEmir Abdelkader El Djazari poursuit notre hte. LAlgrie a donc des relations trs troites, intimes, familiales avec Al Cheikh Al Akbar.
Il a connu ses oncles maternels en visitant la ville de Tlemcen et il sest rendu Bjaa o il a t gratifi dilluminations et de visions spirituelles (foutouhate rouhania), argue encore Me Atbi. Nous nous devions donc de clbrer cet homme et sa pense foisonnante, conclut-il.

Un islam discret
De son ct, le docteur Zam Khenchelaoui, qui revient lide de ce colloque, a insist sur le fait que nous nous devons de renouer avec cet hritage dautant plus que le corpus religieux subit, de nos jours, toute sorte de perversions : En ces temps troubles que traverse notre humanit, il est important de percer le mystre de cet islam discret, post-moderne, mais toujours vivant, dit-il. Il est important de retisser des liens de fraternit transculturelle autour de valeurs qui paraissent de plus en plus galvaudes : la paix, lamour, la tolrance, plaide-t-il, en sinspirant, en cela, de la littrature gnostique soufie.
Justement, comment ractiver ce courant de pense salutaire quand on mesure quel point cet enseignement demeure confidentiel en raison mme de son caractre sotrique, rserv un cercle dinitis ? Comment faire en sorte que ce savoir devienne opratoire et agisse sur nos socits ? On sait que les voies soufies, dans la diffrence de leurs obdiences, exigent toutes un cheminement initiatique qui nest gure la porte du premier quidam, et encore moins la voie trace par Ibn Arabi.
Au-del de la fascination la limite de lexotisme quexerce la pense soufie comme alternative sduisante lislamisme rigoriste et mme aux coles doctrinales canoniques, force est de constater que trs peu de nos contemporains sont disposs se prter aux sacrifices quexige cette voie initiatique.
Evoquant les conseils que prodiguait Ibn Arabi laspirant qui souhaite lever son me pour atteindre le kachf (dvoilement) divin, Souad El Hakim indique quIbn Arabi recommandait au salik (ou mourid, disciple) de pratiquer la faim, la veille, le silence et la solitude. Entre Silence, Solitude, Faim et Veille, se dresse le sommet du Pur Transcendant, crit le Matre en incitant le quteur mystique la pratique intensive de la khoulwa, la retraite spirituelle. Le but de la voie est de librer lme qui est le trsor cach, appuie Souad El Hakim en prcisant que lexprience spirituelle dIbn Arabi en elle-mme est impossible rditer, tout comme celle dEl Hallaj ou de Raba El Adawiya, car chaque exprience est unique.
Et mme pour intgrer une tariqa, cela nest pas donn tous. Les matres, de par le monde, se font rares, constate lauteur du Dictionnaire du soufisme.
Ibn Arabi est anti-takfir
En face, nous avons une spiritualit de consommation qui ne demande qu intgrer des bataillons de faux dvots. Et au regard de leffort dlvation morale quexige le soufisme, et qui se rapproche de la notion de djihad el akbar o la matrise de soi est assimilable une seconde naissance, lon doute fort que les cohortes de bigots belliqueux qui sacharnent contre Palmyre, sous la bannire de cette sorte dantchrist en Rolex quest Baghdadi, daignent troquer leur djihadisme primaire, bavard et mercantile pour se confiner dans lhumilit incarne par Al Cheikh al Akbar.
Et si lexprience mystique dIbn Arabi et de tous les grands matres demeure unique et ne peut tre partage, quid des textes quils ont produits ? Sont-ils exploitables ? L aussi, et comme nous le suggestions plus haut, leur production est fort peu accessible au nophyte. Dans sa confrence, Laila Khalifa concde demble quil est bien difficile dentrer dans les textes du Doctor Maximus. Cela commande beaucoup de patience et de courage, fait-elle. La spcialiste prcise que la langue, en elle-mme, est claire.
Mais laccs aux strates profondes du sens requiert lui-mme laccs une forme de connaissance, voire de connivence divine. Le sens tangue sans cesse entre mare haute et mare basse, note Laila Khalifa. Sils taient pris littralement, certains de ces textes exposeraient leur auteur lanathme, lance-t-elle.
Moi, aprs 50 ans de recherche, jarrive peine dchiffrer les Fthat (Illuminations mecquoises, ndlr) et Fusus El Hikam, nous confie le Syrien Alaa-Eddine Bakri, professeur de philosophie et de mysticisme luniversit de Damas. Evoquant la situation du soufisme en Syrie, il dira : Il y a toujours des adeptes de la mystique en gnral, surtout ettoroq essoufia, les confrries.
Mais pour ce qui est dIbn Arabi, cest laffaire dune lite, des gens qui ont les moyens, qui ont lducation pour comprendre les textes dIbn Arabi. a reste trs difficile. Il estime que pour aborder Ibn Arabi, il faut une prparation. Il faut une connaissance de larabe trs pousse.
Il faut connatre la philosophie, la thologie, le fiqh, lhistoire, la littrature parce quIbn Arabi tait tout a. Le professeur Bakri rappelle les violentes critiques dont avait fait lobjet Ibn Arabi, et des charges dIbn Taymiya contre les philosophes de manire gnrale : Ce nest pas une critique, cest une dmolition. Cest une attaque systmatique contre la philosophie.
Ibn Taymiya a fait un lien presque organique entre philosophie et incroyance, cest--dire le kofr . Et de souligner : Ibn Arabi est anti-takfir justement. Il compte plutt sur une notion trs importante qui est errahma el motlaqa, la misricorde absolue. Cette rahma englobe toutes les cratures dans un sens positif du monde, un sens optimiste. Et il voit que lhomme est un tre central de la cration. Dans ce sens-l, on ne peut pas dire quIbn Arabi nest pas dactualit. Il faut prouver cela par le contraire.
On voit quil y a des guerres, il y a du matrialisme sauvage, il y a les intrts des nations qui saffrontent sans scrupule, par exemple lagressivit des Etats-Unis contre les peuples. Les grands de ce monde sont sans piti tandis que le premier prcepte de la pense dIbn Arabi, cest errahma, la misricorde. a, on en a besoin. Ce nest pas un luxe. Ettassawouf, nest pas quelque chose dinutile, martle Alaa-Eddine Bakri.
Une dernire friandise mystique pour la route : A ton cur se rvle Celui qui na jamais cess de rsider dans linscrutable mystre du Sans-commencement ! Mais cest toi-mme qui tais le voile sur tonœbien que cela ft par la vertu mme de ta similitude divine. Alors au cur apparat que Celui quil voit na jamais cess de lappeler vers Lui !


Mustapha Benfodil


 

()


: 1 ( 0 1)
 

Que peut Ibn Arabi contre Daech ?




01:32 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,