> >

[] [ ]

Il y a 200 ans, la guerre algro-amricaine ...

(Tags)
 
Guerre la guerre - Souvenirs dun appel anticolonialiste Emir Abdelkader 0 2015-01-07 05:01 PM
Libye : de la guerre du ptrole la guerre civile Emir Abdelkader 0 2014-03-18 06:54 PM
Guerre du Rif, guerre chimique et de la civilisation contre la barbarie Emir Abdelkader 0 2013-10-27 04:51 PM
/ Guerre de Kippour : une guerre truque Emir Abdelkader 0 2013-10-08 03:05 PM
Guerre de Kippour : une guerre truque Emir Abdelkader 0 2013-10-08 02:59 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-06-20
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,937 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Il y a 200 ans, la guerre algro-amricaine ...

Il y a 200 ans, la guerre algro-amricaine et la mort de Ras Hamidou






Il y a deux sicles, le 17 juin 1815, une imposante armada navale amricaine dtruisait le vaisseau du plus clbre corsaire de lpoque Ras Hamidou, et sonna le glas de la lgendaire invincibilit de la ville dEl Djazar et de toute la Rgence dAlger, qui ne tardera pas ensuite tomber sous le joug colonial franais.
Lamiral (Ras) Hamidou lui-mme trouvera la mort au cours de cette bataille, lui qui avait pris part pendant sept ans (1808-1815) aux expditions de la Rgence dAlger contre les navires de commerce croisant en Mditerrane et dans lAtlantique. Les bateaux amricains taient particulirement viss car privs, depuis la proclamation de lindpendance des Etats-Unis en 1783, de la protection de la Royal Navy, le pavillon britannique.
Les tensions nes des actions des corsaires algriens contre les navires marchands amricains conduisirent le parlement des Etats-unis demander et obtenir la constitution dune force navale suffisamment puissante pour assurer la scurit du commerce amricain dans la rgion. Cette force na pu t utilise, dans un premier temps, contre la Rgence dAlger en raison dun accord de paix, sign entre les deux parties en1795, mais qui ne tiendra que quelques annes, avant quune multiplication des affrontements entre les deux flottes nengendre des pertes humaines, la dtention de nombreux captifs et des incidents diplomatiques incessants.
Il a fallu attendre la fin de la guerre anglo-amricaine, en 1814, pour voir les Amricains soctroyer les moyens de se recentrer sur la lutte contre la piraterie et de lever une flotte destine, en priorit, faire la chasse aux croiseurs algriens. Lvnement marquait un retour retentissant la guerre aux Etats barbaresques , en rfrence la Barbarie (cest ainsi que les Europens appelaient le Maghreb central actuel) pour stopper, disait-on, la piraterie (course) en Mditerrane.
Le blocus du dtroit de Gibraltar par une croisire perptuelle espagnole puis par une escadre portugaise prserva momentanment le commerce amricain dans lAtlantique des attaques des croiseurs de la Rgence dAlger. Le dbut des ngociations de paix, en juin 1785, entre lEspagne et la Rcence et larmistice conclue plus tard entre celle-ci et le Portugal, ouvrit le dtroit aux croiseurs algriens qui se rurent dans lAtlantique la recherche de navires de commerce amricains.
En plus de deux navires pris en 1785, les corsaires de la Rgence capturrent, pendant le seul mois doctobre 1793, dix navires amricains et cent dix neufs captifs sentassaient dans les bagnes dAlger la fin de lanne 1793. Le Dey Hassan (1790-1798) refusa toute ngociation avec les amricains et dclara Quil avait assez de pain pour les nourrir et quil ne les librerait jamais mme si des millions de dollars devraient couler dans ses coffres .
Lopinion publique amricaine, relaye par les exportateurs des produits agricoles rclama au gouvernement des mesures nergiques.

Au Congrs, les Fdralistes du Nord, partisans avec John Adams, dune solution avec Thomas Jefferson, recommandent le recours la force.
La Chambre des Reprsentants finit par voter, le 2 janvier 1794, par deux voix de majorit, une rsolution exigeant de prvoir, de suite, une force navale suffisante pour assurer la protection du commerce des Etats-Unis contre les corsaires algriens. Un bill conseillant la cration dune flotte de six frgates fut adopt par le Congrs et sign par le Prsident Georges Washington.

La doctrine militaire retenue tait que ces frgates devraient runir les qualits de rsistance, de rapidit et de force telles quelles soient suprieures nimporte quel type de frgate europenne. La quasi guerre avec la France devenant invitable, les Etats-Unis sempressrent dachever ce programme de construction et de procder lachat de navires de guerre si bien quils se trouvrent, en 1798, en possession de 38 excellentes units.
Cette force ne trouva pas semployer contre la Rgence dAlger avec laquelle la paix avait t signe en septembre 1795, moyennant un fort tribut annuel et la fourniture dune frgate de 36 canons construite et quipe aux frais des Etats-Unis.

Cette flotte sillustra par contre pendant la quasi guerre contre la France, durant laquelle elle prit, entre le dbut des hostilits la fin de lanne 1800, pas moins de 90 navires de guerre et de commerce. Les relations entre les Etats-Unis et la Rgence dAlger ne furent pas troubles jusquen 1800, lorsque la frgate Georges Washington , du capitaine William Bainbridge, fut rquisitionne par le Dey Mustapha Pacha pour conduire une dlgation Constantinople auprs du Sultan Selim III. Bainbridge en appela, en vain, au droit international et finit par cder sous la menace dune rupture avec les Etats-Unis.
Les incidents se multiplirent. Au dbut de 1808 le Dey Ahmed Khodja rclama et obtint 18000 dollars en compensation de la perte de huit marins algriens jets par-dessus bord, trois mois auparavant, par lquipage du Shooner Mary Ana de New York. Le 17 juillet 1812, le Dey Hadj Ali rclama le paiement dun arrir de 27000 dollars sur les sommes payes depuis le trait de 1795 et ordonna ses croiseurs de courir sur les navires amricains, si bien que des captifs amricains furent nouveau des pensionnaires des bagnes dAlger.
La fin de la guerre Anglo-amricaine (Trait de Gand en 1814) permit aux Amricains de dpcher en Mditerrane une imposante escadre commande par le commodore Stephen Decatur (2).Lescadre qui fit sensation son arrive Gibraltar se mit immdiatement la recherche de croiseurs algriens. Le 17 juin 1815, elle identifia, au large du cap de Gate, le Meshouda, vaisseau amiral dAlger portant le pavillon du Ras Hamidou et quip de 44 canons. La doctrine militaire adopte par la marine amricaine savra payante. Les navires lEpervier, la Guerrire et lOntario, aussi fins voiliers que le Meshouda lui couprent toute possibilit de retraite vers un port espagnol neutre et lobligrent prter le flanc la frgate Constellature qui foudroya le pont du navire algrien. Malgr sa blessure qui lobligea se tenir assis, lAmiral algrien continua diriger son navire lorsquil fut carrment coup en deux par un boulet de la frgate la guerrire monte par Decatur.
Il a fallu neuf bordes tires par le Sloop Epervier pour que lquipage amne son pavillon et cesse sa dfense hroque qui fit ladmiration des amricains. Les sources amricaines font tat de 4 morts et 10 blesss ct amricain, contre 50 morts et 400 prisonniers ct algrien.
Pendant ce temps, un autre drame se nouait Waterloo o un gnral de larme de Napolon dserta et se rendit aux lignes prussiennes avant la bataille. Lescadre amricaine qui captura en plus le brick algrien, se dirigea vers Alger, o tous les croiseurs algriens se trouvaient en mer. Decatur et le commissaire William Shaller exigrent que les discussions aient lieu bord de la Guerrire. La ville sans dfense capitula et le Dey Omar se rsigna, sous la bouche des canons amricains la signature dun trait impos par les Etats-Unis y compris, chose inoue depuis la cration des la Rgence, le paiement dindemnits de guerre.

Cette dfaite de la rgence ouvrit la voie, lanne suivante au bombardement de la ville par une flotte ango-holandaise qui acheva le mythe de linvincibilit dEl Djazar et mahroussa. Pendant les annes qui suivirent ces dfaites, les sept plaies dEgypte sabattirent sur la Rgence (peste endmique, famine, sauterelles, rvoltes paysannes, dprciation vertigineuse de la monnaie etc). La Rgence ainsi affaiblie et mine de lintrieur constitua une proie idale pour les milieux daffaires et autres ultra franais, qui procdrent au blocus dAlger ds 1827 pour aboutir la chute de la Rgence en 1830, mais ceci est une autre histoire.
Avec la doctrine Monroe et le corollaire Roosevelt les Etats-Unis se dtournrent de la Mditerrane et concentrrent leurs activits conomiques et militaires en Amrique latine.
Les protagonistes de cette histoire tumultueuse connurent des fortunes diverses. Le Ras Hamidou fut enseveli, sa demande, dans les eaux de Gibraltar. Omar Pacha que lOdjak accusa dapporter le mauvais il sur la Rgence fut excut par la milice. Decatur fut tu lors dun duel avec son collgue le commodore Barron ; il mourut dans dindicibles souffrances en scriant I did not Know that any man could suffer such a pain . Les chroniqueurs du temps y voient une vengeance posthume du Ras Hamidou. William Shaler fut nomm en 1815 Consul Gnral des Etats-Unis Alger jusquen 1828 puis mut la Havane o il mourut du cholra en 1833. Le gnral franais dserteur Waterloo, de Bourmont fut dsign comme commandant en chef du corps expditionnaire franais qui envahit lAlgrie en 1830. La troupe qui noublia pas sa trahison Waterloo le railla et chantait en sourdine :
Alger est loin de Waterloo
On ne dserte pas sur leau
De notre gnral Bourmont
Ne craignons pas la trahison
Du ct amricain, le personnage le plus attachant demeure Thomas Jefferson. Gouverneur de Virginie, ambassadeur Paris, secrtaire dEtat sous Georges Washington et deux fois prsidents des Etats-Unis. Philosophe, agronome, inventeur et architecte, il fut lauteur principal de la dclaration dindpendance de 1776. Il tait arabisant et grand lecteur du Coran dont un exemplaire lui appartenant se trouve de nos jours la bibliothque du Congrs Washington. Il fut un protecteur vigilant de la minorit musulmane descendant des morisques expulss dEspagne par linquisiteur. Il donna mme un iftar la maison blanche le 9 dcembre 1805 en lhonneur de lenvoy tunisien Sidi Soliman. Lironie du sort voulut quil dcda 50 ans aprs la dclaration dindpendance dont il fut larchitecte, le mme jour que son prdcesseur John Adams qui, larticle de la mort, scria Thomas Jefferson est-il encore de ce monde ?
Par Nouredine SMAIL : Essayiste, ami du vieil Alger
Note 1: Sous lappellation gnrique de Barbary Wars la premire guerre (The Just Barbary Wars de 1801 1805 qui est appele galement the Tripolitanian War qui vit un affrontement corne direct avec la seule Rgence de Tripoli.
La seconde guerre dirige contre la Rgence dAlger en 1815 est galement nomme The Algerine War
Note 2 : Stephen Decatrur russit un clbre coup de main contre Tripoli qui a suscit ladmiration de lamiral Nelson qui qualifia la Provence du commodore de The most bold and daring act of the age .
Le Commodore fut lauteur du fameux toast longtemps en usage dans la marine amricaine A notre pays quil eut tort ou raison .

Bibliographie sommaire
Les lecteurs intresss par cette histoire consulteront avec profit :
Histoire de la guerre entre les Etats-Unis et Tripoli- (Stephen Cleveland Blyth)
Amricains et barbaresques (Emil Dupuy)
Histoire dAlger sous la domination turque 1815-1830 (Henri-Demals de Grammout)
Alger et Tunis au 18 sicle (Ventur de Paradios)
Le Miroir (Hamdan Ben Othmane Khodja)
La France, les Etats-Unis et la guerre de copurse 1797-1815 (Ulare Bonel)




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Il y a 200 ans, la guerre algro-amricaine ...




04:58 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,