> >

[] [ ]

Le danger des imams autoproclams

(Tags)
 
Le gouvernement chinois contraint des imams... Emir Abdelkader 0 2015-02-28 11:15 PM
En Algrie, des femmes imams luttent contre la radicalisation Emir Abdelkader 0 2015-02-28 12:29 PM
Le ministre des Affaires religieuses appelle les imams officier vendredi la prire de lIstisqaa Emir Abdelkader 0 2014-05-15 01:30 PM
Des imams marocains instruits de baisser le volume des hauts-parleurs des mosques Emir Abdelkader 0 2014-03-18 02:56 PM
les imams ayant refus d'accomplir la prire de l'absent rvoqus Emir Abdelkader 0 2014-03-10 02:04 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-06-24
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,930 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Le danger des imams autoproclams

Mohamed Assa : Le danger des imams autoproclams






Costume-cravate, visage avenant, laise dans son verbe et matrisant parfaitement son sujet, Mohamed Assa sest montr son avantage lors de son passage lundi soir, lheure des tarawih, au forum de Libert.


Loccasion pour le ministre des Affaires religieuses de dfendre bec et ongles son projet. Un projet que nous pourrions rsumer en trois points : promotion dun rfrent religieux national inspir de ce quil appelle le vcu de Cordoue, dradicalisation du religieux et scurisation de la vie intellectuelle dans et hors les murs de la mosque en boutant les chouyoukh autoproclams et les charlatans de tout poil qui officient sur les chanes populistes, et enfin, formation dune nouvelle lite religieuse pour encadrer les mosques.
Des imams ouverts, cultivs, et arms dun background solide imprgn dun islam dwahhabis, plus en phase avec notre algrianit. Tout un programme, oui. Pdagogue au possible, sexprimant pratiquement de bout en bout en franais, le ministre a dfendu avec entrain ses ides, faisant preuve dune alacrit (ou Allah-Crit pour reprendre le mot dun facebooker bien inspir) quon aurait tort de rduire une simple opration de com. Florilge.
Le dfi de la dradicalisation
Dabord, une dclaration de principe. Le ministre expose rapidement sa dmarche. Je suis en conformit avec ce qui se passe ou qui devrait se passer dans les autres secteurs en matire de promotion du rfrent religieux national, en matire de dradicalisation, en matire dinterpellation de la communaut musulmane en gnral mais surtout du peuple algrien, se lance-t-il. Il explique que cette pratique rfrentielle de la religion () jaillit de lexprience vcue dans ce pays et dans le Maghreb arabe en gnral, et qui prend en rfrence le vcu de lAndalousie et surtout le vcu de Cordoue.
Nous nous inscrivons toujours dans cette dmarche et nous entretenons un dialogue avec dautres pays qui sintressent de trs prs notre programme de dradicalisation. Mohamed Assa (dont le nom lui seul est une onomastique de la tolrance) dfend lide de la wassatiya en soulignant que cette pratique rfrentielle sinscrit dans le juste-milieu, la modration, louverture sur lautre et la diversit.
Dissquant le paysage religieux national, il relve : Des extrmismes sont ns en Algrie. Ils se sont manifests suite une dclaration ou une autre. Pour moi, cest bnfique partir du moment o il y a toujours le dbat, le dialogue, le feedback, la suite de toute ide diffuse dans les mass-media ou travers les mosques. Je pense que le plus intressant, cest que nous sommes arrivs depuis une anne tracer un programme daction rel et fonctionnel.
Il annonce, dans la foule, les nouveaux instruments institutionnels qui seront crs incessamment pour accompagner ce plan de dradicalisation : une acadmie de la fatwa pour immuniser la vie religieuse dans lenceinte de la mosque, et un observatoire contre les drives sectaires et lextrmisme religieux pour la scurisation de la vie intellectuelle, de la vie religieuse, en dehors de la mosque. Les deux institutions nattendent plus que le quitus du gouvernement. Durant le mois de juin, nous allons soumettre le projet de lObservatoire (au gouvernement, ndlr). Ultrieurement, nous allons soumettre le projet de lAcadmie de la fatwa, prcise M. Assa.
On croit que lislam tolrant est un islam instrumentalis par le Systme
Ahmed Lahri, le modrateur des dbats, sest livr ensuite un jeu de questions-rponses avec son invit du jour. Quels sont les dossiers qui vous ont sembl assez compliqus grer ? interroge notre confrre. Ce qui ma le plus marqu, Si Ahmed, cest surtout les mentalits qui ont besoin de beaucoup defforts, de beaucoup de temps et de beaucoup de polmiques quelquefois pour ragir, rtorque le ministre. Nous avons, en Algrie, des ides reues. Nous avons quelque part cette conviction que la rigidit de la vie religieuse, cest a la religion. Citant Soufiane Athaouri, un savant des premiers temps de lislam, Mohamed Assa fera remarquer que la vraie jurisprudence, ce nest pas de dire ce qui est illicite mais de dire ce qui est licite.
Allusion tous ces prdicateurs ombrageux qui nont que le mot haram la bouche. Pour lui, le challenge, cest de trouver des solutions la vie de tous les jours. A une population musulmane qui veut vivre son poque tout en tant ancre dans la tradition de lislam. Cest ce qui est difficile et nous avons ces ides reues qui nous poussent quelquefois croire que lislam tolrant est un islam instrumentalis par le systme politique.
Que lislam officiel, cest lislam du Prsident, cest lislam du ministre. Et quil faut avoir un islam dopposition, un islam qui ne serait pas instrumentalis, et qui serait lislam rel. Cette dualit est trs dangereuse, explique le ministre. Et de poursuivre : Nous avons remarqu que le peuple algrien a t embrigad par des cheikhs autoproclams qui ont jalonn la vie cultuelle auprs des mosques, et surtout dans les mass-media. Selon lui, ces cheikhs autoproclams, en vrit, sont dtachs de la ralit des Algriens.
Il estime nanmoins quils exploitent la superstition qui gagne un secteur de la socit. Il ne fait aucun doute sur le fait, insiste-t-il, que seul un imam bien form est capable dorienter le croyant Un imam bien form est un imam qui se ressource dans la tradition du Prophte (alayhi assaltou wa salam) et dans la Rvlation, le Saint Coran, mais qui prend aussi en considration la donne temps et la donne espace, savoir que nous vivons au XXIe sicle et que nous sommes en Algrie, plaide le confrencier.
Aucun dentre eux nest imam
Lapproche fournie par les imams des 17 000 mosques algriennes est lislam authentique, assure-t-il. Cest lislam qui a t pratiqu par nos aeux, cest lislam qui a fait lAndalousie, qui a fait Cordoue, cest lislam qui a t un catalyseur de cette population diverse dans sa langue, diverse dans ses idologies et diverse dans ses rgions. Le ministre le reconnat sans ambages : la mission est loin dtre facile. Cela est difficile parce que a demande un contact direct, et le contact direct est parasit actuellement par ce qui est diffus sur les mass-media.
Interrog sur les profils de ces chouyoukhs autoproclams, le ministre note dabord que ce qui anime les chanes qui les accueillent sur leurs plateaux, cest la recherche du sensationnel. Dressant un portrait-robot de ces tlcoranistes qui ne sont pas sans rappeler les tlvanglistes amricains, il note : Ces gens, nous remarquons premirement quils ne sont pas forms.
Aucun dentre eux nest imam. Aucun deux na t form dans les instituts spcialiss. Nous en avons 13. Ils ne sont pas titulaires dun diplme universitaire en sciences islamiques. Ils se sont autoproclams cheikhs en profitant de la confusion qui rgnait durant les annes de terrorisme et ils se sont implants dans notre champ. Ils ont embrigad les jeunes de leur quartier. Et, subitement, avec louverture du champ mdiatique, ils ont t invits par des chanes qui cherchent la sensation, et ils ont eu un pupitre trs dangereux.
Nous rinterpellons Miloud Chorfi pour quil intervienne
A la question de savoir si des actions concrtes ont t entreprises de concert avec le ministre de la Communication et lAutorit de rgulation de laudiovisuel pour mettre un peu dordre dans ce bazar des fatwas, Mohamed Assa a affirm que des discussions taient engages dans ce sens : Je me suis entretenu avec le prsident de lAutorit de rgulation et jai mme propos ce que son collectif soit confort par des cadres de mon ministre, des inspecteurs centraux. () Je crois que lAutorit de rgulation est preneuse, nous attendons un geste de leur part. Je dois dire qu chaque fois, nous rinterpellons Miloud Chorfi pour quil intervienne.
Je crois quil a dj commenc un travail. Nous attendrons ses rsultats. Mais nous demandons une diligence et une prise en charge immdiate parce que le danger vient de ces cheikhs autoproclams. Nous ne connaissons pas leur affiliation, nous ne savons pas qui les paie, nous ne savons pas qui les a forms, et leur prche est irrationnel en gnral et relve du virtuel dautres fois. Ils se rfrent internet, aux rseaux sociaux, pour piocher leurs rponses. Or, les rseaux sociaux sont pigs, nous le savons tous.
Les rseaux sociaux sont actuellement le fief du dachisme. Faisant sienne une rflexion de Ben Badis en parlant du wahhabisme, il professe : Le wahhabisme est peut-tre bnfique pour les pays dans lesquels il est n, il ne lest pas pour lAlgrie. Mohamed Assa se dsole, au cours du dbat, du sort rserv limmense Mohamed Arkoun. Arkoun, cest la rfrence mal comprise, concde-t-il. Mohamed Assa plaide ardemment pour la rappropriation de notre corpus thologique en citant luvre des Abdelhak El Ichbili, Mohamed Ben Abdelkrim El Meghili, Abou El Abass El Ouencharissi, limam El Mazouni, ou encore le cheikh Ben Alioua, fondateur de la zaoua El Alawiya de Mostaganem.
Et de conclure : Nous ne connaissons pas ces rudits savants qui sont notre rfrent. Pourtant, ce sont eux qui ont lgifr pour les Algriens. Ce sont leurs orientations qui ont fait de nous la vraie nation du juste milieu. La preuve est que nous sommes immuniss contre le radicalisme et lextrmisme violent. Et ceux dentre nous qui y succombent, qui flchissent, quon les interpelle par ce rfrent, par ce background. Il y va de notre salut.

Mustapha Benfodil




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Le danger des imams autoproclams




04:39 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,