> >

[] [ ]

Pourquoi Daesh rsiste

(Tags)
 
Algrie : dans les pas de Daesh Emir Abdelkader 0 2015-04-13 02:42 PM
Libye : qui arrtera Daesh ? Emir Abdelkader 0 2015-02-25 02:51 PM
En Syrie, Daesh rsiste aprs une semaine de frappes... Emir Abdelkader 0 2014-10-02 12:06 PM
la Libye rsiste sa crise ptrolire Emir Abdelkader 0 2014-05-16 03:00 PM
LAlgrie rsiste la tempte Emir Abdelkader 0 2013-05-23 03:59 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-07-06
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,944 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Pourquoi Daesh rsiste

Pourquoi Daesh rsiste






Le 29 juin 2014, Abou Bakr al-Baghdadi proclamait la naissance d'un califat , qui, par sa barbarie, fera rapidement l'unanimit contre lui. Un an aprs, la large coalition cense le dtruire est loin d'avoir atteint son objectif.
À lire aussi



O est le calife ? Il y a un an, le 29 juin 2014, Ibrahim Awad Ibrahim Ali al-Badri al-Samarrai, alias Abou Bakr al-Baghdadi, faisait une apparition unique, barbe longue, turban et tunique noire la chaire de la grande mosque de Mossoul, pour proclamer la rsurrection du gouvernement islamique par excellence, le califat, auquel il sommait le monde de se soumettre. Mais, depuis plusieurs mois, le calife autoproclam ne sest signal que par ses silences. A-t-il t grivement bless par une frappe amricaine le 18 mars dernier, comme laffirmait le Guardian du 21 avril ? Des mdias iraniens et irakiens, plus enclins la propagande htive qu linvestigation pousse, lont mme dclar en tat de mort crbrale dans un hpital isralien du Golan, ajoutant que son second, Abou Alaa al-Afri, avait reu le sceau califien. Mais pour les adeptes de lÉtat islamique (EI, ou Daesh), le nom du lieutenant de Mohammed importe peu ; seule compte la promesse du califat universel et ternel.
Pour marquer son dification prenne, lEI a ainsi battu les premires monnaies frappes au nom de LÉtat islamique califat fond sur la doctrine du Prophte . La pice dor la plus forte, celle de 5 dinars (environ 620 euros), porte grave ses ambitions territoriales : une carte du monde.
À lire aussi :

Frappes amricaines intenses contre le fief de Daesh en Syrie
Prtention mgalomaniaque, stait-on persuad en Occident aprs le prche fondateur du 29 juin 2014 conscutif la conqute de Mossoul, deuxime ville dIrak, par quelques centaines de jihadistes. Notre objectif est clair, nous allons affaiblir et dtruire lEI afin quil ne soit plus une menace non seulement pour lIrak, mais aussi pour la rgion et pour les États-Unis , assne le prsident Barack Obama deux mois plus tard, alors que le monde dcouvre, horrifi, la vido de la deuxime excution dun otage amricain.
Emmene par larme la plus puissante du monde, une large coalition est rapidement mise sur pied pour touffer dans luf la menace sous un dluge de bombes air-sol. La progression des jihadistes est stoppe net dans le Nord irakien, o les forces kurdes et gouvernementales reprennent des positions cls. En janvier 2015, loffensive majeure de lEI contre Koban, ville kurde de Syrie, est vaillamment repousse par les peshmergas avec lappui de la coalition. Le 1er avril suivant, Bagdad annonce la reprise de la grande ville sunnite de Tikrit. Le 13 avril, le colonel Steve Warren, porte-parole du Pentagone, dclare firement que lEI a perdu entre 25 % et 30 % de son territoire en Irak.
Mais ces annonces rsistent difficilement lpreuve des faits : dune superficie de 300 000 km plus de la moiti de la France -, le pseudo-califat du 29 juin 2015 est plus vaste que celui du 29 juin 2014. À ses prises militaires sajoutent les conqutes politiques avec lallgeance de nombreux groupuscules et organisations, et le recrutement de 15 000 trangers. Discrditant le discours sur leur repli inexorable, les troupes du califat lancent simultanment deux offensives victorieuses sur ses fronts oriental et occidental la mi-mai, semparant de Ramadi, chef-lieu de la province dAl-Anbar, une heure de route de Bagdad, et de loasis de Palmyre, un verrou du dsert syrien 240 km de Damas.
Parfois opposs des troupes loyalistes trs suprieures en nombre, les jihadistes ont pour atouts un encadrement professionnel issu de lex-arme de Saddam et une ardeur religieuse toute preuve. La bataille des curs est elle aussi engage dans les zones contrles par lEI, dont la direction sest attache trs tt obtenir le ralliement des chefs locaux et de nombreux officiers de Saddam. Les services administratifs sont tant bien que mal remis sur pied, la police jihadiste assure lordre et fait grande publicit de ses actions humanitaires.
Quelle soit de puissance ou dinfluence, la stratgie de lEI tire sa force des faiblesses de ses adversaires, des dissensions sociales latentes ou manifestes, et des grandes peurs de lOccident. En Syrie, en Irak, en Libye et peut-tre demain au Ymen, lEI prospre sur les ruines dÉtats dj faillis. Dans les zones prises une insurrection syrienne souvent indiscipline, mais aussi dans le Sina, nglig par Le Caire, il occupe les vides institutionnels et apparat comme le seul garant dune certaine stabilit. Enfin, ayant su mieux interprter que lOccident et ses allis lexigence de dignit des Printemps arabes et la crise existentielle que traverse le monde musulman, ses exploits et son message triomphateur la communaut des croyants sduisent davantage que les vux pieux des chancelleries, chantant les vertus de la dmocratie, et que les fatwas dAl-Azhar. Car les meilleures armes du califat restent psychologiques.
Tirant le meilleur parti de lhystrie globale induite par les rseaux sociaux, il attire lui les damns de la terre par sa dnonciation virulente de toutes les socits qui ne lui sont pas soumises et fait fantasmer les amateurs de sensations fortes. Et il terrorise ceux quil ne convainc pas par la diffusion grande chelle des atrocits quil rserve ses opposants. Dernire production en date, le film de lexcution de seize espions par des moyens indits : cinq sont noys dans une cage immerge, quatre autres sont enferms dans une voiture dtruite au lance-roquettes et les sept derniers sont dcapits au cble explosif. Tous vtus de la combinaison orange des dtenus de Guantánamo, comme sur les images des premiers otages occidentaux dcapits, dclinant dans une gamme dhorreur croissante le souvenir du traumatisme qui avait amen Obama vouloir affaiblir et dtruire lEI. À lintention des pouvoirs mcrants , lEI agite enfin la menace de renvoyer ses jihadistes internationaux en mission dans leurs pays de provenance. Des dizaines de nationalits sont concernes, et des partisans du calife ont dj endeuill Bruxelles, puis Paris, manquant de peu des oprations similaires au Danemark et au Texas.
La soixantaine de pays qui forment la coalition ne mnent gure plus que quinze frappes par jour en moyenne.
Assujettis leurs opinions publiques, cdant lmotion, les gouvernants occidentaux nont su que foncer dans le tas, sabre au clair, sans chercher comprendre les raisons profondes des succs de Baghdadi et de ses affids, ni envisager quelles suites tactique et politique donner leurs bombardements. Les jihadistes se sont adapts la guerre du ciel, et la soixantaine de pays qui forment la coalition ne mnent gure plus que quinze frappes par jour en moyenne. Ladministration amricaine avait mis sur le remplacement de Nouri al-Maliki, Premier ministre irakien chiite honni des sunnites, pour rtablir un semblant dunit nationale face lEI, mais son successeur, Haider al-Abadi, ne fait gure mieux. La seule option restante pour anantir militairement le califat est de lattaquer au sol, mais la nouvelle arme irakienne a fait la preuve de son incomptence.
Sur le terrain, seules les milices font le poids. Mais les Kurdes, qui viennent de reprendre Tall Abyad frontire turco-syrienne et la base de la Liwa 93, aux portes de Raqqa, centre nvralgique du califat, ne se battent que pour eux-mmes et niront pas plus loin que les zones quils revendiquent. En Syrie, les groupes insurgs combattent avec bien plus dardeur lEI que les troupes dAssad, mais le salafisme jihadiste qui anime aujourdhui la plupart dentre eux retient lOccident de les armer. Quant aux milices chiites dIrak, dj soutenues et armes par lIran, elles se signalent par des atrocits comparables celles de leurs ennemis. Enfin, et malgr le rapprochement amricano-iranien, un grand marchandage entre puissances rgionales et internationales qui mettrait un terme aux chaos syrien et irakien nest pas du tout lordre du jour tant sont grandes les divergences sur le dossier syrien et les inimitis entre lArabie saoudite et lIran. Troupes performantes au sol, solutions politiques, grande entente internationale, trois utopies pour un casse-tte dOrient-compliqu qui laisse au califat le temps de travailler la sienne : la conqute du monde.


Laurent De Saint Perier



 

()


: 1 ( 0 1)
 

Pourquoi Daesh rsiste




07:41 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,