> >

[] [ ]

Turquie : comment Erdogan a roul Obama

(Tags)
 
Turquie : Un nouvel enregistrement compromettant pour le rgime Erdogan Emir Abdelkader 0 2014-03-10 02:25 PM
Turquie : Erdogan plac sur coute ? Emir Abdelkader 0 2014-02-25 12:43 PM
Turquie: des milliers de manifestants contre le gouvernement dErdogan Emir Abdelkader 0 2014-01-12 12:34 PM
Turquie: les sympathisants dErdogan ne savent plus qui croire Emir Abdelkader 0 2014-01-04 02:19 PM
En Turquie, le sultan Erdogan nouveau au coeur de la tourmente Emir Abdelkader 0 2013-12-30 02:15 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-07-29
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Turquie : comment Erdogan a roul Obama

Turquie : comment Erdogan a roul Obama




En acceptant de jouer le jeu de la coalition anti-Daesh, le Premier ministre turc a oubli de prciser que son ennemi n 1 reste le sparatisme kurde...

Les engagements apparents et la bonne volont d'Erdogan dans sa conversation tlphonique avec Obama il y a tout juste une semaine n'ont pas fait illusion trs longtemps. Si la Turquie a dmontr qu'elle se rangeait aux cts de la coalition pour aller bombarder les forces de l'organisation État islamique, elle a lanc, pratiquement simultanment des raids ariens contre ceux qui, pourtant, depuis le dbut du conflit, se sont prcisment montrs les adversaires les plus rsolus de Daesh. Erreur stratgique ? Contradiction politique ? Pas du tout. Les troupes kurdes du PKK que les F16 turcs ont bombardes sont qualifies par le commandement turc d'objectifs rebelles , tout comme les djihadistes de l'EI.
C'est bien l toute l'ambigut du march conclu entre le prsident des États-Unis et le Premier ministre turc. Aprs l'attentat de Suru, qui a fait 32 morts le 20 juillet, Erdogan a paru accepter de rejoindre la coalition des pays qui combattent l'État islamique. Ce qui implique de permettre aux chasseurs bombardiers de l'arme de l'air amricaine, grce l'utilisation des bases turques, de n'tre plus qu' 15 minutes de vol de leurs objectifs en Syrie.
Confisquer une partie de son territoire Bachar el-Assad

À ceci prs qu'il y avait une condition pour qu'Ankara rejoigne les rangs des allis : Obama a d accepter la cration d'une zone tampon d'une centaine de kilomtres de long et cinquante de large, au nord de la Syrie. Les aviations amricaine et turque devraient scuriser ce primtre qui permettrait, la fois d'viter que la frontire turque soit au contact de territoires conquis par l'État islamique et d'tablir dans cette zone des camps pour les centaines de milliers de rfugis syriens qui, aujourd'hui, posent problme par leur prsence au gouvernement turc.
Malheureusement, tout semble indiquer que le prsident amricain en acceptant ce march a juste oubli quelques impondrables politiques et militaires :
Le premier, c'est qu'il s'agit de confisquer au pouvoir syrien de Bachar el-Assad, tout diminu et controvers qu'il soit, une partie du territoire de son pays. Mme s'il est vident qu'aujourd'hui il n'en a plus le contrle. En droit international, cela s'appelle une dpossession. Et il faudrait au minimum un vote de l'ONU pour rendre lgale cette confiscation.
Le deuxime problme, lui, n'est ni thorique ni politique. Il est pratique et d'ordre militaire. Actuellement, la zone tampon envisage, qui s'tend au nord-est d'Alep est sous le contrle de l'État islamique. Qui va aller lui reprendre par les armes ce primtre dit d'exclusion qui inclut la ville sainte de Dabiq ? Des troupes amricaines au sol, il n'en est pas question. Des turques non plus, d'ailleurs. Alors il va falloir s'appuyer sur ceux qui combattent Daesh, tout comme Bachar el-Assad. Sauf que les groupes rebelles amis de la Turquie ne sont pas les plus pugnaces contre les djihadistes. Les seuls qui le soient vraiment outre les Kurdes dont Ankara ne veut pas entendre parler ce sont les militants islamistes d'Al-Nostra, lis Al-Qada.
Une improbable zone tampon

Ce qui veut dire qu'il serait possible de voir au nord de la Syrie des troupes d'Al-Qada tenter de dloger des djihadistes de l'État islamique avec l'appui arien de l'US Air Force pour crer une zone tampon pour les rfugis syriens. Impensable.
C'est pourtant dans cette contradiction que semble s'tre mis Obama en cdant au Premier ministre turc. Et d'ailleurs, en se mettant dos par la mme occasion les Kurdes de Syrie, comme ceux de Turquie ou d'Irak, qui voient d'un trs mauvais il la cration de ce primtre scuris. Tout simplement parce qu'il empcherait la jonction de deux rgions majorit kurde. Et donc, la cration de ce sanctuaire kurde, amorce, esprent ses promoteurs, d'une future nation. C'est d'ailleurs bien la mise en place de cet obstacle que vise le perfide Erdogan.








 

()


: 1 ( 0 1)
 

Turquie : comment Erdogan a roul Obama




02:39 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,