> >

[] [ ]

Le Mzab, la crise et les boucs missaires

(Tags)
 
Bouteflika dpche des missaires ltranger Emir Abdelkader 0 2015-02-12 12:37 PM
La crise de lt 1962 : ...(2) Emir Abdelkader 0 2014-07-05 03:18 PM
La crise de lt 1962 : ... Emir Abdelkader 0 2014-07-05 03:14 PM
les populations noires, boucs missaires des milices Emir Abdelkader 0 2014-04-24 02:20 PM
Crise en Tunisie... Emir Abdelkader 0 2013-02-11 11:06 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-08-05
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Le Mzab, la crise et les boucs missaires

18chefs dinculpation Ghardaa : Le Mzab, la crise et les boucs missaires




Condamns par le Premier ministre puis par le chef du RND avant la justice. Avant mme dtre arrts.


Coupables tout dsigns, Kameleddine Fekhar et ses camarades sont-ils des boucs missaires qui devraient payer pour les tragiques vnements de Guerrara (Ghardaa) ? A lvidence, il sagit dune condamnation politique qui prcde le verdict du juge.
Un conditionnement dune justice charge ? Dtenu en compagnie de 24 autres personnes la prison dEl Mna depuis le 8 juillet dernier, Fekhar fait face 18 chefs dinculpation.
De lincitation la violence jusqu latteinte la sret de lEtat vieille rengaine ressuscite synonymes de peine capitale. Des accusations qui visent vraisemblablement mater toutes les voix militantes pacifiques.
Figure de proue, le docteur Fekhar a entam une grve de la faim pour protester contre des accusations montes de toutes pices, accuse son avocat, Salah Dabouz. Mais surtout contre ses conditions de dtention inhumaines.
Ancien responsable du FFS et de la Ligue algrienne pour la dfense des droits de lhomme (LADDH), Kameleddine Fekhar a t plac lisolement dans le couloir n4 rserv aux dtenus condamns de lourdes peines.
Trs affaibli, le dtenu ne pouvait pas rpondre aux questions du juge devant lequel a t prsent, il y a trois jours. Incapable de se tenir debout, il a t emmen sur une chaise roulante au tribunal de Ghardaa pour audition. Je ne suis pas en mesure de rpondre vos questions, a lanc le dtenu.
A la prison, on lui avait retir son sucre. Son avocat dnonce le traitement rserv son client et voque des conditions de dtention pour le moins inhumaines.
Le collectif de dfense a plaid hier lannulation du mandat de dpt en raison de vice de forme. On ne peut tablir une ordonnance collective pour un mandat de dpt, elle est individuelle et, surtout, jusqu hier cette ordonnance ne figurait pas dans le dossier, rvle lavocat de la dfense.
Il ajoute que dans le fond, les dtenus ne prsentent aucun danger, mais bien au contraire, ils prsentent toutes les garanties. Le mandat de dpt est une mesure dexception qui nest pas du tout justifi dans le cas de Fekhar et ses camarades, dfend matre Dabouz.
Mais ce dernier ne se fait pas dillusions quant la rponse du juge. Souvent, la demande dannulation est rejete pas la chambre daccusation, regrette-t-il. Le tribunal a confirm lordonnance du juge dinstruction qui est en violation de la loi. Cela prouve un abus de pouvoir flagrant, dnonce lavocat.
Dtenus dopinion
Visiblement, les 25 dtenus de la valle du Mzab et les 15 autres arrts Guerrara sont les coupables tout dsigns. Mme lex-maire de Berriane, actuellement membre de la direction nationale du RCD charg de lenvironnement, Nacer-Eddine Hedjadj, est arrt, alors quon ne sait rien des vritables criminels qui ont commis le massacre de Guerrara.
Des arrestations cibles. Matre Dabouz estime que les arrestations ciblent curieusement des militants qui sont en mesure de formuler politiquement les problmes auxquels fait face la valle du Mzab depuis quelques annes.
Incapable de sattaquer aux problmes de fond pour apporter des rponses srieuses aux multiples crises qui saccumulent Ghardaa, le gouvernement procde de manire policire. Pour nombre dobservateurs avertis, lEtat a laiss pourrir la situation.
Au fil des ans, la crise est devenue inextricable. Prsent souvent sous le schisme identitaire Mozabites contre Chamba ou ibadites contre malkites pour mieux masquer la vritable nature dune crise aux intrts multiples. Cest queffectivement le conflit existe, sciemment entretenu, entre deux communauts.
La valle du Mzab est devenue lpicentre dune concentration des tensions. Pour la sociologue Fatma Oussedik, la question communautaire est manipule ; elle avance la thse selon laquelle des intrts sont luvre dans la rgion.
Le trafic dinfluence, des intrts lis au foncier, les rseaux de trafic de drogue, limplantation de poches islamistes extrmistes dobdience salafiste, distillant un discours violent contre les ibadites, autant dlments qui cohabitent pour brler la valle du Mzab. Les forces de scurit envoyes pour le maintien de lordre, souvent accuses de laxisme, ont fini par craquer. Des centaines de policiers se sont mme rebells. Signe que la solution ne peut tre dordre scuritaire.
Certains observateurs ne manquent pas de relever que le pouvoir central voit dun mauvais il ladhsion des citoyens de la valle aux partis politiques dopposition dmocratique. En 2004, une vague darrestations avait cibl des militants des droits de lhomme et politiques Ghardaa, parmi eux Kameleddine Fekhar et ses camarades du FFS lpoque. Il a fallu une grande mobilisation citoyenne pour obtenir leur libration.
Matre Dabouz considre que Fekhar et son camarade, Qaqqem Soufghalem, sont des dtenus dopinion. Ils sont connus pour leurs positions politiques et leur activisme dnonant les agissements du pouvoir local et central. Les 23 autres ont t arrts parce quils priaient dans la mme mosque.
Veut-on alors faire payer aux habitants de la valle leur opinion politique critique vis--vis du pouvoir ? Lors des vnements de 2013, Mohamed Djelmami, figure politique trs respecte dans la rgion, avait relev toute la gne des autorits politiques de voir des Mozabites simpliquer dans la vie politique et citoyenne tant au niveau local que national.

Hacen Ouali






 

()


: 1 ( 0 1)
 

Le Mzab, la crise et les boucs missaires




06:59 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,