> >

[] [ ]

"Ici c'est Gaza, de l'autre ct c'est Tel-Aviv"

(Tags)
 
Tel-Aviv sur Seine: "Un vnement indcent" Emir Abdelkader 0 2015-08-13 11:44 PM
Tel-Aviv sur Seine : une opration qui "passe trs mal" Emir Abdelkader 0 2015-08-10 07:18 PM
Manif pro-Gaza : risque d'un rassemblement "sauvage" Paris Emir Abdelkader 0 2014-07-19 02:51 PM
Isral - Palestine : 82 morts Gaza, Hollande appelle la "retenue" Emir Abdelkader 0 2014-07-10 10:39 PM
ISRAEL. A Ashkelon, le dsir "d'en finir avec le problme Gaza" Emir Abdelkader 0 2014-07-10 11:31 AM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-08-14
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,937 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool "Ici c'est Gaza, de l'autre ct c'est Tel-Aviv"

Paris Plages : "Ici c'est Gaza, de l'autre ct c'est Tel-Aviv"

La cohabitation entre "Tel-Aviv sur Seine" et "Gaza Plage" ce jeudi Paris n'a donn lieu aucun dbordement. Scurise par prs de 500 policiers, la journe laisse nanmoins une impression de malaise.

Comme un air de dj-vu sur les quais de la Seine. Encadres par un (trs) important dispositif policier, "Tel-Aviv sur Seine" et la contre-manifestation "Gaza Plage" se sont fait face dans le calme, bien aides par les 500 policiers dploys par la prfecture de Paris pour viter dventuels dbordements.
Spars par un cordon de policier dploy sous le pont Notre-Dame, les deux rassemblements ont cohabit toute la journe, donnant aux bords de Seine des airs de mtaphore gante du conflit isralo-palestinien. Les affrontements en moins.
Une plage, des policiers et un check-point (plus Arno Klarsfeld torse nu)

Du sable, des parasols donc, mais surtout des forces de lordre en nombre et des points daccs ultra contrls. Ds louverture 10 heures, les visiteurs doivent montrer patte blanche et se soumettre de nombreux contrles - fouille des sacs, passage au dtecteur de mtaux, etc. Le filtrage est assur par les policiers et les organisateurs qui vrifient scrupuleusement les accrditations des nombreux journalistes.
Dans la matine, Tel-Aviv sur Seine a des allures de camp retranch et les visiteurs prsents ont bien du mal profiter du soleil au milieu des dizaines de camras.
Jai vcu 25 ans en Isral, donc je nai pas hsit venir soutenir cette initiative", raconte Pablo, la cinquantaine, venu avec ses deux enfants.

Selon lui, limportant dispositif de scurit tait ncessaire : "Il ne faut pas baisser la tte, quitte tre protg par la police."
Prsent galement lentre de Tel-Aviv sur Seine : Jean-Claude Nataf, un des fondateurs de la Ligue de Dfense Juive - organisation dextrme droite pro-isralienne interdite aux Etats-Unis et en Isral. Repre en dbut daprs midi, sa prsence sur les lieux na pas manqu de susciter la colre de nombreux tmoins et fait cho aux vnements de la rue de la Roquette, en juillet 2014, quand la police avait t accuse sur les rseaux sociaux de passivit lgard des membres de ce groupe extrmiste.
Interroge par "Les Inrocks", la prfecture dment "formellement la participation de la LDJ au service de scurit". Pourtant, Jean-Claude Nataf dclare au site de l'hebdo qu'il travaille "en coopration avec la prfecture et avec la mairie de Paris", et ajoute : "On aide, pour que tout se passe bien."
Mais non, tout ne se passe pas bien. Les contrles l'entre de Tel-Aviv sur Seine donnent lieu des incidents.
J'ai t agress par deux individus alors que je prenais une photo d'un membre de France Palestine Solidarit qui tait en train de se faire secouer par des membres du service de scurit", raconte "l'Obs" un photographe indpendant.

"La police nous a spars mais n'a pas pris le soin d'carter ces deux individus qui portaient des oreillettes et des gants de frappe. Ils taient clairement en train de filtrer l'entre en indiquant aux policiers qui pouvait passer ou pas. Ils ne mont prsent aucune carte de police ou dagent de scurit". Une version confirme par Madji Messaoudene, lu front de Gauche en Seine Saint Denis, qui a lui aussi t refoul.
C'est une honte pour la mairie de Paris. On nous interdit de nous exprimer sur la voie publique alors que "Tel-Aviv sur Seine" a videmment un caractre politique. Qui sont ces gens pour nous virer comme a ?"

Dans un registre plus lger, Arno Klarsfeld - accompagn de ses parents Serge et Beate Klarsfeld - a fait une apparition pour le moins remarque. Visiblement trs l'aise, l'ancien mdiateur national nomm en 2006 par Nicolas Sarkozy et actuel membre du Conseil d'Etat a... tomb la chemise.

(Louis Witter / l"Obs")
"Ici c'est Gaza, de l'autre ct c'est Tel-Aviv"

C'est en dbut d'aprs-midi que la situation s'est (un peu) tendue. Rpondant l'appel contre-manifester lanc par l'association Euro-Palestine, une centaine de militants pro-palestiniens a progressivement occup le quai situ entre le pont Notre-Dame et le pont au Change, distant de quelques mtres seulement de "Tel-Aviv sur Seine". Impression de malaise : sur la Seine, les Bateaux Mouches continuent leur ballet et les touristes sortent les smartphones pour immortaliser le voisinage incongru de ces manifestations que tout semble opposer.
Nous sommes ici pour rappeler la mairie de Paris que Tel-Aviv n'est pas une ville comme les autres et que nous refusons la normalisation des rapports de la France avec un Etat criminel", explique Naim, venue 'soutenir le boycott conomique et culturel d'Isral."


(Louis Witter / l"Obs")
Entre les deux rassemblement, un cordon policier a rapidement t dploy sous le pont Notre-Dame. Sorte de barrire infranchissable, le dispositif empche toute communication entre les deux camps. Curieux remake du conflit isralo-palestinien en plein Paris.
L'accs "Gaza Plage" est compliqu lui aussi, la diffrence que les trottoirs qui surplombent le quai n'ont pas t interdits au public. "Ici c'est Gaza, de l'autre ct c'est Tel-Aviv", rsume une policire un touriste gar.
On ne peut mme pas accder d'une manifestation l'autre sans marcher 20 minutes. La situation est tout fait l'image de l'apartheid pratique en Isral. C'est dlirant", lche Marie-Paul, qui se prsente comme une militante pro-palestinienne de longue date.

Pour quitter Gaza Plage ou Tel-Aviv sur Seine , le public est oblig de se diriger vers des escaliers et des rampes trs loigns du pont Notre-Dame. Tout a t fait par la prfecture pour limiter les points de rencontres entre les deux camps : "J'ai 88 ans et la police me dit que je dois marcher 200 mtres pour remonter. Vous trouvez a normal ?", se plaint une grand-mre, "l compltement par hasard".
Vers 16 heures, une partie des militants de Gaza Plage ont t vacus du carrefour devant l'Hotel de Ville, avant d'tre autoriss manifester autour de la prfecture. A Tel-Aviv sur Seine, une petite foule parseme de drapeaux israliens continuait de faire la fte en fin d'aprs-midi, bien loin des slogans de ses dtracteurs.


Lucas Burel





 

()


: 1 ( 0 1)
 

"Ici c'est Gaza, de l'autre ct c'est Tel-Aviv"




11:30 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,