> >

[] [ ]

La lettre qui dclencha les dsertions...

(Tags)
 
La lettre arabe est une uvre dart Emir Abdelkader 0 2014-07-11 02:44 PM
Lettre aux Isralites d'Algrie Emir Abdelkader 0 2014-07-09 07:45 PM
Lettre de Zeroual : les ractions Emir Abdelkader 0 2014-03-20 06:25 PM
Lettre Franois Hollande Emir Abdelkader 0 2013-12-22 02:46 PM
Lettre de recommandation Emir Abdelkader | french Forum 0 2012-03-19 06:20 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-08-18
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool La lettre qui dclencha les dsertions...

Document historique La lettre qui dclencha les dsertions au sein de larme franaise (I)




La lettre que nous publions dans la rubrique Documents et ci-dessous est une pice darchives dune grande utilit pour lcriture de lpope de la guerre de Libration nationale, mais trs peu dhistoriens en ont trait. Elle a t envoye, en 1957, au prsident franais Ren Coty par 52 officiers de larme franaise qui se sont sentis comme pris dans un pige par la lutte arme dclenche par le FLN, le 1er novembre 1954. Ils ne voulaient pas faire la guerre leurs frres du FLN avec lesquels ils taient en contact. Cest ce que linitiateur de la lettre ouverte au prsident Coty, le lieutenant Abdelkader Rahmani, a tent dexpliquer : lui et les 51 autres officiers refusaient de servir contre lALN, tout comme ils ne se voyaient ne pas combattre contre larme franaise. La lettre fait part au prsident de la Rpublique du cas de conscience dans lequel est plac l'ensemble des officiers algriens en activit au sein de l'arme franaise du fait de la guerre mene par la France en Algrie. Dchirs par ce terrible dilemme dont on ne voit pas l'issue immdiate, cest ainsi quil dcrit leur situation. Lauteur de la lettre rappelle que malgr toutes les marques de racisme quils ont subi, ils ont rempli leur devoir de soldats sur tous les fronts o la France les envoyait la dfendre. Ils doivent, crit le lieutenant Abdelkader Rahmani, demeurer fidles leur parole d'officiers et l'idal d'amiti franco-algrienne auquel ils consacrent leur vie. Mais en mme temps, ils ont la conviction profonde que la tournure des vnements actuels va lencontre mme de cet idal. Il dplore cette guerre qui va approfondir davantage le foss entre deux lments appels cohabiter pacifiquement. Mais les signataires de la lettre, qui sexpriment en tant quofficiers algriens, ne veulent pas passer pour des tratres aux yeux des Algriens et ne cherchent pas rompre avec notre pass de soldats au service de la France. Or, les Algriens sont massacrs par des hommes qui portent le mme uniforme queux, celui de larme franaise. Ils menacent implicitement de dserter, si la politique franaise ne se dirige pas vers une solution quitable. Cette solution, la seule selon eux, est une orientation vers un rglement pacifique dnu de toute violence, ce qui permettrait d'engager une conversation immdiate et loyale entre les reprsentants des deux communauts. Mais ils tiennent prciser que leur dmarche n'est empreinte d'aucune ide de rbellion, d'aucun acte d'indiscipline. Ils pensent quen leur qualit dofficiers franais d'origine algrienne, ils pourront faire un lien solide entre nos deux peuples do le sentiment dune crasante et douloureuse responsabilit qui nous incombe face la France et face l'Algrie. Cest pourquoi, dans cette situation de guerre engage par la France coloniale contre lAlgrie en lutte pour son indpendance, ils demandent au chef suprme de l'arme de trouver une issue honorable au cas de conscience pos la corporation des officiers algriens. Pour toute rponse, Abdelkader Rahmani est mis sous les verrous et inculp dune entreprise de dmoralisation de larme. Il tombe sous le coup de larticle 76 du code militaire qui prvoit une peine de rclusion. Le 28 mars 1957, il est incarcr Fresnes, aprs vingt-huit jours darrts de forteresse. Mais sa dmarche a t sans doute dterminante dans la dcision prise par nombre de soldats, sous-officiers et officiers algriens, incorpors alors dans larme franaise, de dserter leurs casernes pour rejoindre lArme de libration nationale (ALN). Laventure du lieutenant Abdelkader Rahmani restera dans lhistoire sous le nom de lAffaire des officiers algriens, titre de son livre paru en 1959 aux ditions du Seuil. N en Kabylie, en 1923, 92 ans donc, il vit actuellement en France comme un paisible retrait.
Houari Achouri
La lettre du lieutenant Abdelkader Rahmani :
Monsieur le prsident de la Rpublique,
A l'issue de diffrentes rencontres, l'ensemble des officiers algriens en activit au sein de l'Arme franaise ont convenu de porter la connaissance de M. le prsident de la Rpublique le cas de conscience dans lequel les place la politique actuelle mene en Algrie. Face aux vnements qui bouleversent depuis plusieurs annes notre pays, nous restons soucieux de demeurer fidles notre parole d'officiers et l'idal d'amiti franco-algrienne auquel nous consacrons notre vie. Passant outre aux brimades mesquines, aux injustices ou rglements humiliants qui pouvaient marquer notre carrire, nous avons rempli notre devoir de soldats sur tous les fronts o la France nous envoyait la dfendre. Qu'il nous soit permis de rappeler que, depuis 1832, les Algriens ont contribu par leur sang et leur bravoure la grandeur de la France et la cration de son empire d'outremer. Liban (1869-1918), Mexique (1881), Indochine (1888), Afrique occidentale, Madagascar (1895), Afrique quatoriale (1908), Maroc (1925-26), Syrie (1920) et tant d'autres... Guerres de 1870 et de 1914-18.
Aux jours sombres de 1940, aucun Algrien n'a trahi sa patrie adoptive malgr l'action dfaitiste des Allemands et la faiblesse de la France. Toujours gal lui-mme, l'officier algrien a servi la France dans les bons comme dans les mauvais jours. Qu'il nous soit permis de rappeler encore les innombrables morts Nord-Africains qui jonchrent les champs de bataille de Tunisie, d'Italie, de France, d'Allemagne, d'Indochine, de Core... aujourd'hui d'Algrie, au sein d'une arme dite de pacification. Si nous gardions secrtes toutes nos amertumes et nos inquitudes, c'est que d'une part notre ducation mme nous attachait au pays que nous servions et que d'autre part, nous voulions esprer que nos sacrifices serviraient tt ou tard l'amiti franco-algrienne. Aujourd'hui, cet espoir fait place la conviction profonde que la tournure des vnements actuels va lencontre mme de cet idal. Notre situation d'officiers algriens est rendue intenable par la lutte sanglante qui oppose nos camarades franais et nos frres de sang, ceux-l mmes qui les librrent il y a douze ans, aux cts des Forces franaises libres. Lutte visant approfondir davantage le foss entre deux lments appels cohabiter pacifiquement.
Si nous nous adressons vous, qui reprsentez la nation franaise, ce n'est certes pas pour rompre avec notre pass de soldats au service de la France, ce n'est pas non plus pour nous dgager de tous les liens damiti, de camaraderie, de fraternit, qui nous attachent elle, ainsi qu' ses traditions militaires, mais par hostilit l'gard d'une politique qui transformerait, si nous l'approuvions, cet attachement en trahison envers le peuple algrien qui nous regarde et envers la France qui a et aura besoin de nous. En dfinissant notre position et les sentiments qui nous animent aujourd'hui, nous faisons appel votre comprhension, avec la certitude de nous maintenir, par cette dmarche exceptionnelle, dans les traditions de loyaut et de droiture qui font la force de tout officier d'honneur. Nous n'en voulons pour preuve que celle-ci :
Depuis les vnements d'Algrie, nous n'avons ni failli, ni pris la parole contre la France. Des officiers algriens continuent servir la cause franaise face leurs compatriotes, peut-tre mme leurs parents, et tombent au service de la France en Algrie. Nous maintenons nos tirailleurs et sous-officiers algriens dans le calme et la discipline. Mais aujourd'hui, dchirs par ce terrible dilemme dont on ne voit pas l'issue immdiate, nous vous disons loyalement et respectueusement : si la politique franaise ne se dirige pas vers une solution quitable, nous n'aurons plus ni les moyens ni les raisons valables pour justifier notre mission au sein de l'Arme franaise.
Nous tenons proclamer que notre dmarche n'est empreinte d'aucune ide de rbellions, d'aucun acte d'indiscipline. Officiers franais d'origine algrienne, nous sommes conscients de l'crasante et douloureuse responsabilit qui nous incombe face la France, face l'Algrie. Nous sommes et pourrons faire un lien solide entre nos deux peuples. En notre me et conscience, la seule solution est une orientation vers un rglement pacifique dnu de toute violence, ce qui permettrait d'engager une conversation immdiate et loyale entre les reprsentants des deux communauts.
Nous demandons en outre au chef suprme de l'Arme de trouver une issue honorable au cas de conscience pos la corporation des officiers algriens, tant que les vnements prsents sviront.







 

()


: 1 ( 0 1)
 

La lettre qui dclencha les dsertions...




11:39 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,